09 Mar 2010

By Jonathan Cook
08 March, 2010
Countercurrents.org

 Nazareth: An exclusive club of the world’s most developed countries is poised to admit Israel as a member even though, a confidential internal document indicates, doing so will amount to endorsing Israel’s illegal of Palestinian and Syrian territories.

Israel has been told that its accession to the Organisation for Economic Cooperation and Development () is all but assured when the 30 member states meet in May.

But a draft OECD report concedes that Israel has breached one of the organisation’s key requirements on providing accurate and transparent data on its economic activity.

The information supplied by Israel, the report notes, includes not only the economic activity of its citizens inside its recognised borders but also Jewish settlers who live in the occupied territories of East Jerusalem, the West Bank and the in violation of international law.

Israel’s accession to the OECD on such terms threatens to severely embarrass many of the organisation’s member states, especially those in the European Union that are publicly committed to avoiding collusion with the occupation.

The OECD report proposes that these legal difficulties may be circumvented by asking Israel to produce new statistics within a year of its accession excluding the settler population – even though, an OECD official has admitted, Israel would have the power to veto such a demand after it becomes a member.

“The OECD seems to be so determined to get Israel through its door that it is prepared to cover up the crimes of the occupation,” said Shir Hever, a Jerusalem-based economist.

Israel has been lobbying for nearly 20 years to be admitted to the OECD, founded in 1961 for wealthy industrialised democracies to meet and co-ordinate economic and social policies. It includes the United States and most of Europe.

“The financial privileges are relatively modest, but there is great prestige to being accepted,” Mr Hever said. “Israel has worked so hard to gain admission because it believes accession will confer international legitimacy on its occupation.”

Several countries with a lower development level than Israel have already been accepted, including Turkey, Mexico and the Czech Republic.

Israel’s past rejections, it is widely assumed, were because many states were uncomfortable about admitting Israel while it was occupying the Palestinian territories of East Jerusalem, Gaza and the West Bank and the Syrian-owned Golan Heights.

However, Israel was formally invited to begin discussions about membership in 2007 after intense lobbying by Stanley Fischer, the governor of the Bank of Israel. Membership is expected to bring financial stability to Israel’s economy, attract investment and reduce the country’s risk premium.

The OECD’s secretary general, Angel Gurria, visited in January, after a review of Israel’s economy, and suggested that admission this year was a certainty.

However, a leaked draft report by the OECD’s committee on statistics, produced last month after the review, shows there are major problems with the data presented by Israel.

According to its rules, the OECD takes account of economic activity outside a candidate state’s recognised borders in very limited circumstances, such as with remittances from migrant workers.

But given that this status does not apply to the illegal settlers living in the occupied territories, the OECD committee argues that either the settlers be excluded from the data or everyone living in the territories – including Palestinians – should be factored in.

“Israel has been caught out because it has always refused, even in its own internal data, to differentiate between Israel and the occupied territories,” Mr Hever said. Both East Jerusalem and the Golan have been annexed by Israel in violation of international law.

“The OECD is treating Israel as though it has seven million citizens when, in reality, it has 11 million subjects, of whom four million are Palestinians living under occupation,” Mr Hever said. “If they were included in the figures submitted to the OECD, Israel would have to be refused accession because of the enormous disparities in wealth.”

Meron Benvenisti, a former deputy mayor of Jerusalem, noted recently that there was a 20:1 ratio in the difference in gross domestic product per capita between an Israeli and a Palestinian living in Gaza.

But rather than conclude that Israel has failed to meet the organisation’s entry criteria, the committee proposes a workaround: Israel can be accepted to the organisation and given a year to submit new data excluding the settlers.

Tim Davis, an OECD official with the statistics committee in Paris, said he could not comment on the report because its contents were confidential but agreed that there was nothing to stop Israel reneging on such a commitment in the future. “In a case like that, nothing could be done in practice. We work on the basis of co-operation, not pressure.”

Israel is reported to have failed other entry conditions, including on corruption and copyright violations.

The OECD has required member states to crack down on corrupt practices since it approved a convention against bribery in 1997. Israel, however, was ranked in 32nd place in a major index on corruption last year, with much of it relating to the country’s $6 billion arms industry.

European and US defence firms have threatened to derail Israel’s OECD bid if it does not clean up its act.

Israel is also believed to be violating intellectual property rights, again in breach of OECD rules. US and Swiss firms have accused Israel of failing to regulate the international marketing of drugs produced by its largest pharmaceuticals company, Teva.

Israel’s bid for OECD membership has been opposed by the leaders of its Arab minority, one-fifth of the population. Last month the Higher Follow-Up Committee, the minority’s main political body, petitioned the OECD to reject Israel.

It has pointed out that half of Israel’s Arab citizens are living below the poverty line, a rate three times higher than among Israeli Jews, and that on average Arab citizens earn salaries that are one-third less than Jews. Mohammed Zeidan, head of the committee, blamed the disparities in wealth on what he called Israel’s “racist and discriminatory polices”.

Another OECD report, published in January, showed that, even on the basis of Israel’s figures excluding the Palestinians, Israel would still have the widest social gaps of any member state if it were accepted.

Jonathan Cook is a writer and journalist based in Nazareth, Israel. His latest books are “Israel and the Clash of Civilisations: Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East” (Pluto Press) and “Disappearing : Israel’s Experiments in Human Despair” (Zed Books). His website is www.jkcook.net.

A version of this article originally appeared in The National (www.thenational.ae), published in Abu Dhabi.
http://www.countercurrents.org/cook080310.htm

Lu 3932 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...
Mots-Clés (tags) : , , , , , , , ,

3 Réponses pour “Israël et l’OCDE”

  1. caliban a dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article très instructif.

    Et pour les amateurs de novlang, se rendre sur le site de l’OCDE, rien que le slogan ça vaut le détour :
    http://www.oecd.org/home/0,3305,fr_2649_201185_1_1_1_1_1,00.html

  2. JOS a dit :

    Dommage de ne pas traduire le texte ci-dessus .

    Par ailleurs, j’ai trouvé un excellent article traitant ce sujet par David Cronin qui est le correspondant à Bruxelles de l’agence de presse Inter Press Service.

    http://www.mecanopolis.org/?p=14436&type=1

    Voici l’article en question:
    __________________________________________________________

    L’alliance de l’Europe avec Israël

    Un des travers de la spécialisation dans les affaires de politique européenne, comme ce fut mon cas ces quinze dernières années, est que certains présupposés s’ancrent fermement dans votre cerveau. Longtemps, mon esprit critique est resté en berne lorsque j’écoutais des hauts représentants de l’Union Européenne parler du Moyen Orient. J’acceptais avec joie le discours officiel selon lequel ils s’efforçaient de parvenir à une solution juste du conflit entre Israël et les Palestiniens et qu’il serait insensé de laisser le dit processus de paix dans une situation de « sanglante mise de côté », selon les termes de Chris Patten, l’ancien commissaire de l’Union Européenne.

    Les attaques israéliennes contre le Liban en 2006 et contre Gaza il y a seulement un peu plus d’un an ont illustré à quel point j’avais été naïf et crédule. Dans le premier exemple, Tony Blair avait empêché l’UE d’appeler formellement à un cessez-le-feu parce qu’il voulait qu’Israël se voie reconnue toute la latitude qu’elle jugeait nécessaire pour combattre le Hezbollah (le massacre de civils Libanais par Israël pendant cette guerre de 33 jours n’avait provoqué guère plus que des déclarations de « regrets » de la part de Londres).

    Il est vrai que l’UE avait demandé instamment un arrêt de la violence qu’Israël avait infligées au 1,5 million d’habitants de Gaza fi 2008, début 2009. Cependant, en qualifiant l’agression de « disproportionnée, » les membres les plus importants de l’UE avaient implicitement approuvé la version israélienne des événements – que tout avait été provoqué par les missiles que le Hamas lançait sur les villes de Sderot et d’Ashkelon au sud d’Israël. « Gaza étaient une crise en suspens, » me disait Marc Otte, l’envoyé spécial de l’UE pour la paix au Proche Orient. « Croyez-vous que les Palestiniens pouvaient continuer à tirer des roquettes sur Israël sans qu’Israël réagisse ? »

    Otte faisait une lecture délibérément sélective de l’histoire récente. Loin de simplement réagir à ce que le Hamas avait fait, Israël avait créé les conditions qui ont incité le Hamas à faire s’abattre dans la poussière ses armes rudimentaires (sans comparaison, il faut le dire, avec les machines à tuer ultra-modernes de l’arsenal israélien). Dans les mois qui avaient précédé, le hamas avait observé une cessation des hostilités avec Israël que l’Égypte avait obtenue en juin 2008. Cependant, tout changea le 4 novembre de cette année. Parce que le monde entier était surtout intéressé par l’élection par l’Amérique de son premier président noir, le décision israélienne de rompre le cessez-le-feu avec un raid sur Gaza qui avait tué six membres du Hamas était passée généralement inaperçue à l’international. En conséquence, la plupart des media grand public avait ignoré le fait que les roquettes tirées par le Hamas sur le sud d’Israël venaient en représailles pour le raid de novembre.

    Pire encore que sa complicité dans la propagation des mensonges israéliens, l’UE s’est abstenue de tenir Israël pour responsable de ses crimes de guerre. L’enquête réalisée par une équipe nommé par l’ONU sous la direction de Richard Goldstone, un juge Sud-Africain en retraite, sur la conduite de la guerre contre Gaza par Israël était aussi exhaustive que possible compte tenu des circonstances (avec le refus de coopération des autorités israéliennes). Mais quand les 575 pages du rapport d’enquête ont été discutées à l’assemblée générale de l’ONU en novembre 2009, 22 des 27 États membres de l’UE ont refusé de l’adopter. Une conclusion majeure du rapport était qu’il n’y avait pas « d’objectif militaire justifiable » derrière dix des onze incidents qu’il a examinés et dans lesquels des civils ont été visés par Israël, s’est avérée trop gênante pour la plupart des gouvernements européens.

    Alors qu’en 2009 certains gros titres donnaient l’impression qu’il y avait des frictions entre les diplomaties israélienne et européenne sur tous les sujets, depuis le statut de Jérusalem jusqu’à l’article du tabloïd suédois qui suggérait que les soldats Israéliens prélevaient systématiquement les organes des cadavres de palestiniens, la réalité est qu’Israël jouit de relations extrêmement cordiales et profitables avec l’UE. Cette réalité a été mise en relief par Javier Solana, faisant un voyage d’adieux en Israël à l’automne, peu de temps avant sa démission du poste de chef de la diplomatie européenne. « Aucun pays extérieur au continent européen n’a le type de relations avec l’Union Européenne qui est celui qu’a Israël, » avait-il dit. « Israël, permettez-moi de le dire, est un membre de l’Union Européenne sans être membre de ses institutions. Elle est membre de tous les programmes [de l’UE], elle participe à tous les programmes. »

    A mon sens, l’aspect le plus troublant de cette coopération est la manière dont les sociétés israéliennes d’armement sont devenues éligibles aux financements européens. Avec Israël comme principal participant extérieur au « programme cadre » pour la recherche scientifique, l’UE est devenue la deuxième plus grande source de subvention de la recherche pour ce pays. Les officiels de Tel Aviv avec qui j’ai discutés prévoient que la participation israélienne au programme pluriannuel, qui a démarré en 2007, aura rapporté 500 millions d’euros à son achèvement en 2013.

    Parmi les bénéficiaires de ces subventions, se trouve Motorola Israël. Israël participe à un programme de surveillance financé par l’UE connu sous le nom d’iDetect4All, qui met en œuvre des capteurs pour détecter des intrusions dans des bâtiments ou des sites de grande importance économique. Le concept derrière iDetect4All est similaire à celui qui est derrière le système radar que Motorola a installé dans 47 colonies israéliennes de Cisjordanie ces cinq dernières années. Le Jerusalem Post a présenté ce système comme une « clôture virtuelle » qui utilise des caméras thermiques pour repérer les personnes non autorisées à entrer dans les colonies.

    Un autre bénéficiaire des subventions de l’UE est Israel Aerospace Industries (IAI), le constructeur d’avions utilisés pour terroriser les civils Palestiniens. Cette entreprise joue un rôle essentiel dans le projet « Ciel Propre » de l’UE, qui cherche à réduire la contribution de l’aviation au changement climatique en développant des moteurs d’avion moins polluants. Du fait qu’IAI s’est vue donner carte blanche par la Commission Européenne pour déposer des brevets sur toute innovation réalisée dans le cadre de ce projet, il est tout à fait envisageable que des avions utilisés dans de futurs bombardements de la Palestine auront été développés avec l’aide involontaire du contribuable Européen.

    Il est hautement probable que l’intégration d’Israël dans l’Union Européenne ira encore plus loin dans un avenir proche. En 2008, les chefs de la diplomatie de l’UE ont approuvé un plan pour « rehausser » leurs relations avec Israël au travers d’un « partenariat privilégié » qui permettrait à Israël de faire partie du marché unique européen des biens et services. Les démarches pour donner un effet concret à ce rehaussement sont au point mort depuis en raison de la guerre contre Gaza et du malaise de certaines capitales européennes devant la ligne dure du gouvernement de benjamin Netanyahou. Néanmoins, certaines étapes significatives ont été franchies ces derniers mois. En novembre dernier, par exemple, un accord sur les échanges agricoles a été finalisé aux termes duquel 80 % des produits frais israéliens et 95 % des aliments élaborés en Israël peuvent être exportés vers l’Union Européenne sans droits de douane. Un accord de coopération entre Europol, l’agence policière européenne, et Israël a aussi été conclu (même s’il attend toujours d’être ratifié par les gouvernements européens). Ceci en dépit de nombreux rapports d’organisations des droits de l’homme selon lesquels les détenus en Israël sont torturés de façon routinière et en dépit des règles applicables depuis 1998 qui interdisent Europol de traiter des données obtenues par des méthodes cruelles.

    Un facteur qui a contribué à ouvrir la voie à cette coopération est tout un ensemble d’organisations de lobbying dédiées à la promotion d’Israël a commencé à se développer à Bruxelles. L’American Jewish Committee, le Congrès Juif Européen et le B’nai Brith ont tous créé des bureaux des affaires européennes ces toutes dernières années, tandis qu’une alliance inter partis de députés Européens (European Friends of Israel) a été fondée en 2006. Ces organisations ont répondu à la révulsion générale de l’opinion publique devant l’agression israélienne en qualifiant ceux qui critiquent Israël, dont des Juifs de gauche, d’antisémites (une affirmation absurde sachant que la plupart des militants solidaires avec la Palestine abhorrent l’antisémitisme). Ils ont également fait valoir qu’il est dans l’intérêt de l’Europe de se lier à Israël parce que son économie est prospère et a fait preuve de résilience devant la récession économique mondiale.

    La machine de propagande bien huilée a contribué à convaincre les décideurs politiques qu’Israël devait être vue comme une sorte de canada méditerranéen, un pays « normal » industrialisé présentant de nombreuses similarités avec l’Europe. Mais Israël n’est pas un pays normal, c’est un pays qui occupe illégalement le territoire d’un autre peuple.

    Les relations toujours plus approfondies de l’UE avec Israël ne peuvent pas être disjointes des brutalités infligées au quotidien aux Palestiniens. Plus ces relations seront étroites, plus l’Europe devra s’accommoder de l’oppression de la Palestine. L’Union Européenne ne peut pas aider à résoudre les problèmes du Moyen Orient si elle participe à l’aggravation de ces problèmes.

    – Le livre de David Cronin « Europe’s Alliance with Israel : Aiding the Occupation sera publié dans le courant de l’année par Pluto Press

    David Cronin, traduction Djazaïri

    http://pulsemedia.org/2010/03/04/europe%E2%80%99s-alliance-with-israel/

    _________________________________________________________________
    ****Né à Dublin en 1971, David Cronin est le correspondant à Bruxelles de l’agence de presse Inter Press Service. Il a d’abord occupé cette fonction pour le quotidien irlandais The Sunday Tribune après avoir été travaillé comme chargé de recherches et attaché de presse auprès du Parlement européen. Entre 2001 et 2006, il a collaboré à European Voice, hebdomadaire du groupe The Economist.

  3. JOS a dit :

    Beaucoup de membres de l’OCDE sont des pays importants de l’Union Européenne ( plus de 17 pays sur 30, dont les membres fondateurs de l’U.E.).
    Il serait donc intéressant de connaître les rapports existants entre l’U. E. et Israël. Or ceux -ci sont étroits . Cette réalité a été mise en relief par Javier Solana, faisant un voyage d’adieux en Israël à l’automne, peu de temps avant sa démission du poste de chef de la diplomatie européenne. « Aucun pays extérieur au continent européen n’a le type de relations avec l’Union Européenne qui est celui qu’a Israël, » avait-il dit. « Israël, permettez-moi de le dire, est un membre de l’Union Européenne sans être membre de ses institutions. Elle est membre de tous les programmes [de l’UE], elle participe à tous les programmes. » Etonnant non!!!!!!.

    Israël a besoin d’élargir ses alliances et ses coopérations afin de pouvoir mener à bien la construction du grand Israël en toute impunité et avec l’aide des USA, de l’UE et de l’OCDE. L’adhésion de l’Israël à L’OCDE serait un gage de respectabilité : comme couverture on ne fait pas mieux. En effet, il faut faire oublier les massacres du passé afin de se présenter comme l’éternelle victime pour pouvoir légitimer ses futures conquêtes (avec son cortège de massacres) ainsi que l’enfermement des palestiniens dans des prisons à ciel ouvert ( construction des murs).

    L’ article suivant du journaliste Irlandais David Cronin, ,spécialisé dans les affaires européennes, est très instructif sur les relations étroites entre l’U. E. et Israël :

    ARTICLE : L’alliance de l’Europe avec Israël

    « Un des travers de la spécialisation dans les affaires de politique européenne, comme ce fut mon cas ces quinze dernières années, est que certains présupposés s’ancrent fermement dans votre cerveau. Longtemps, mon esprit critique est resté en berne lorsque j’écoutais des hauts représentants de l’Union Européenne parler du Moyen Orient. J’acceptais avec joie le discours officiel selon lequel ils s’efforçaient de parvenir à une solution juste du conflit entre Israël et les Palestiniens et qu’il serait insensé de laisser le dit processus de paix dans une situation de « sanglante mise de côté », selon les termes de Chris Patten, l’ancien commissaire de l’Union Européenne.
    Les attaques israéliennes contre le Liban en 2006 et contre Gaza il y a seulement un peu plus d’un an ont illustré à quel point j’avais été naïf et crédule. Dans le premier exemple, Tony Blair avait empêché l’UE d’appeler formellement à un cessez-le-feu parce qu’il voulait qu’Israël se voie reconnue toute la latitude qu’elle jugeait nécessaire pour combattre le Hezbollah (le massacre de civils Libanais par Israël pendant cette guerre de 33 jours n’avait provoqué guère plus que des déclarations de « regrets » de la part de Londres).
    Il est vrai que l’UE avait demandé instamment un arrêt de la violence qu’Israël avait infligées au 1,5 million d’habitants de Gaza fi 2008, début 2009. Cependant, en qualifiant l’agression de « disproportionnée, » les membres les plus importants de l’UE avaient implicitement approuvé la version israélienne des événements – que tout avait été provoqué par les missiles que le Hamas lançait sur les villes de Sderot et d’Ashkelon au sud d’Israël. « Gaza étaient une crise en suspens, » me disait Marc Otte, l’envoyé spécial de l’UE pour la paix au Proche Orient. « Croyez-vous que les Palestiniens pouvaient continuer à tirer des roquettes sur Israël sans qu’Israël réagisse ? »
    Otte faisait une lecture délibérément sélective de l’histoire récente. Loin de simplement réagir à ce que le Hamas avait fait, Israël avait créé les conditions qui ont incité le Hamas à faire s’abattre dans la poussière ses armes rudimentaires (sans comparaison, il faut le dire, avec les machines à tuer ultra-modernes de l’arsenal israélien). Dans les mois qui avaient précédé, le hamas avait observé une cessation des hostilités avec Israël que l’Égypte avait obtenue en juin 2008. Cependant, tout changea le 4 novembre de cette année. Parce que le monde entier était surtout intéressé par l’élection par l’Amérique de son premier président noir, le décision israélienne de rompre le cessez-le-feu avec un raid sur Gaza qui avait tué six membres du Hamas était passée généralement inaperçue à l’international. En conséquence, la plupart des media grand public avait ignoré le fait que les roquettes tirées par le Hamas sur le sud d’Israël venaient en représailles pour le raid de novembre.
    Pire encore que sa complicité dans la propagation des mensonges israéliens, l’UE s’est abstenue de tenir Israël pour responsable de ses crimes de guerre. L’enquête réalisée par une équipe nommé par l’ONU sous la direction de Richard Goldstone, un juge Sud-Africain en retraite, sur la conduite de la guerre contre Gaza par Israël était aussi exhaustive que possible compte tenu des circonstances (avec le refus de coopération des autorités israéliennes). Mais quand les 575 pages du rapport d’enquête ont été discutées à l’assemblée générale de l’ONU en novembre 2009, 22 des 27 États membres de l’UE ont refusé de l’adopter. Une conclusion majeure du rapport était qu’il n’y avait pas « d’objectif militaire justifiable » derrière dix des onze incidents qu’il a examinés et dans lesquels des civils ont été visés par Israël, s’est avérée trop gênante pour la plupart des gouvernements européens.
    Alors qu’en 2009 certains gros titres donnaient l’impression qu’il y avait des frictions entre les diplomaties israélienne et européenne sur tous les sujets, depuis le statut de Jérusalem jusqu’à l’article du tabloïd suédois qui suggérait que les soldats Israéliens prélevaient systématiquement les organes des cadavres de palestiniens, la réalité est qu’Israël jouit de relations extrêmement cordiales et profitables avec l’UE. Cette réalité a été mise en relief par Javier Solana, faisant un voyage d’adieux en Israël à l’automne, peu de temps avant sa démission du poste de chef de la diplomatie européenne. « Aucun pays extérieur au continent européen n’a le type de relations avec l’Union Européenne qui est celui qu’a Israël, » avait-il dit. « Israël, permettez-moi de le dire, est un membre de l’Union Européenne sans être membre de ses institutions. Elle est membre de tous les programmes [de l’UE], elle participe à tous les programmes. »
    A mon sens, l’aspect le plus troublant de cette coopération est la manière dont les sociétés israéliennes d’armement sont devenues éligibles aux financements européens. Avec Israël comme principal participant extérieur au « programme cadre » pour la recherche scientifique, l’UE est devenue la deuxième plus grande source de subvention de la recherche pour ce pays. Les officiels de Tel Aviv avec qui j’ai discutés prévoient que la participation israélienne au programme pluriannuel, qui a démarré en 2007, aura rapporté 500 millions d’euros à son achèvement en 2013.
    Parmi les bénéficiaires de ces subventions, se trouve Motorola Israël. Israël participe à un programme de surveillance financé par l’UE connu sous le nom d’iDetect4All, qui met en œuvre des capteurs pour détecter des intrusions dans des bâtiments ou des sites de grande importance économique. Le concept derrière iDetect4All est similaire à celui qui est derrière le système radar que Motorola a installé dans 47 colonies israéliennes de Cisjordanie ces cinq dernières années. Le Jerusalem Post a présenté ce système comme une « clôture virtuelle » qui utilise des caméras thermiques pour repérer les personnes non autorisées à entrer dans les colonies.
    Un autre bénéficiaire des subventions de l’UE est Israel Aerospace Industries (IAI), le constructeur d’avions utilisés pour terroriser les civils Palestiniens. Cette entreprise joue un rôle essentiel dans le projet « Ciel Propre » de l’UE, qui cherche à réduire la contribution de l’aviation au changement climatique en développant des moteurs d’avion moins polluants. Du fait qu’IAI s’est vue donner carte blanche par la Commission Européenne pour déposer des brevets sur toute innovation réalisée dans le cadre de ce projet, il est tout à fait envisageable que des avions utilisés dans de futurs bombardements de la Palestine auront été développés avec l’aide involontaire du contribuable Européen.
    Il est hautement probable que l’intégration d’Israël dans l’Union Européenne ira encore plus loin dans un avenir proche. En 2008, les chefs de la diplomatie de l’UE ont approuvé un plan pour « rehausser » leurs relations avec Israël au travers d’un « partenariat privilégié » qui permettrait à Israël de faire partie du marché unique européen des biens et services. Les démarches pour donner un effet concret à ce rehaussement sont au point mort depuis en raison de la guerre contre Gaza et du malaise de certaines capitales européennes devant la ligne dure du gouvernement de benjamin Netanyahou. Néanmoins, certaines étapes significatives ont été franchies ces derniers mois. En novembre dernier, par exemple, un accord sur les échanges agricoles a été finalisé aux termes duquel 80 % des produits frais israéliens et 95 % des aliments élaborés en Israël peuvent être exportés vers l’Union Européenne sans droits de douane. Un accord de coopération entre Europol, l’agence policière européenne, et Israël a aussi été conclu (même s’il attend toujours d’être ratifié par les gouvernements européens). Ceci en dépit de nombreux rapports d’organisations des droits de l’homme selon lesquels les détenus en Israël sont torturés de façon routinière et en dépit des règles applicables depuis 1998 qui interdisent Europol de traiter des données obtenues par des méthodes cruelles.
    Un facteur qui a contribué à ouvrir la voie à cette coopération est tout un ensemble d’organisations de lobbying dédiées à la promotion d’Israël a commencé à se développer à Bruxelles. L’American Jewish Committee, le Congrès Juif Européen et le B’nai Brith ont tous créé des bureaux des affaires européennes ces toutes dernières années, tandis qu’une alliance inter partis de députés Européens (European Friends of Israel) a été fondée en 2006. Ces organisations ont répondu à la révulsion générale de l’opinion publique devant l’agression israélienne en qualifiant ceux qui critiquent Israël, dont des Juifs de gauche, d’antisémites (une affirmation absurde sachant que la plupart des militants solidaires avec la Palestine abhorrent l’antisémitisme). Ils ont également fait valoir qu’il est dans l’intérêt de l’Europe de se lier à Israël parce que son économie est prospère et a fait preuve de résilience devant la récession économique mondiale.
    La machine de propagande bien huilée a contribué à convaincre les décideurs politiques qu’Israël devait être vue comme une sorte de canada méditerranéen, un pays « normal » industrialisé présentant de nombreuses similarités avec l’Europe. Mais Israël n’est pas un pays normal, c’est un pays qui occupe illégalement le territoire d’un autre peuple.
    Les relations toujours plus approfondies de l’UE avec Israël ne peuvent pas être disjointes des brutalités infligées au quotidien aux Palestiniens. Plus ces relations seront étroites, plus l’Europe devra s’accommoder de l’oppression de la Palestine. L’Union Européenne ne peut pas aider à résoudre les problèmes du Moyen Orient si elle participe à l’aggravation de ces problèmes ».

    Un livre de David Cronin « Europe’s Alliance with Israel : Aiding the Occupation, sera publié dans le courant de l’année par Pluto Press

    David Cronin, traduction Djazaïri

    David Cronin, né à Dublin en 1971, est le correspondant à Bruxelles de l’agence de presse Inter Press Service. Il a d’abord occupé cette fonction pour le quotidien irlandais The Sunday Tribune après avoir été travaillé comme chargé de recherches et attaché de presse auprès du Parlement européen. Entre 2001 et 2006, il a collaboré à European Voice, hebdomadaire du groupe The Economist

Répondre