29 Mai 2010

« Réussissons vraiment une réforme juste ».

Le gouvernement français mène depuis plusieurs semaines une campagne de communication sans précédent pour promouvoir sa réforme des retraites. Le centre de cette propagande est le site retraites2010.fr  qui matraque l’idée que l’évolution démographique ne laisse pas d’autre choix que de travailler plus longtemps.

Face à cette propagande, Attac répond aujourd’hui en lançant le site retraites-2010.fr  pour montrer qu’une autre réforme des retraites est possible :

– Que les déficits du système de retraite, principalement provoqués ces dernières années par la crise financière, n’est pas une fatalité pour peu que l’on brise le tabou du partage de la richesse.

–  Que la réforme des retraites du gouvernement, loin d’être guidée par une volonté de sauver un système en danger, s’inscrit dans les politiques menées par les gouvernements à travers l’Europe pour mettre fin à ce qu’il reste du modèle social européen pour satisfaire les marchés financiers et les agences de notation.

Retrouvez aujourd’hui les analyses et propositions pour une réforme vraiment juste des retraites sur retraites-2010.fr.

Aidez-nous à faire connaître retraites-2010.fr en le référençant sur vos sites, blogs et sur les réseaux sociaux.

Attac France,

Montreuil, le 27 mai 2010

Lu 7139 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...
Mots-Clés (tags) : , ,

6 Réponses pour “Face à la propagande gouvernementale, Attac lance le site « retraites-2010.fr »”

  1. CARREZ a dit :

    Excellente idée que cette riposte au déferlement d’intox politicomédiatique organisé sans en avoir l’air…avec nos impôts
    Merci!
    JMi

  2. Michel a dit :

    MERCI Raoul-Marc : j’ai relayé sur Facebook :

    http://www.facebook.com/group.php?gid=110611218962851

    et sur le site.

    Amitiés solidaires.

  3. Bernard ALBRIGO a dit :

    Bonsoir,
    Au nom du de « la dette », ceux du FMI et les suppos du système (et ils ne sont pas qu’à notre droite…) veulent nous supprimer le peu qui nous reste de nos acquis sociaux…Ne devrions nous pas demander dans un premier temps l’abandon de la « dette » comme certains Etats riches l’avait fait pour quelques pays du tiers monde…
    Même au sein du Conseil Politique Napional du N.P.A., ce veek-end nous avons aborder la question de la dette et son annulation…Et si la dette dont les médias nous « bassinent » chaque jour, était, le bon « détonnateur » à s’accaparer pour briser ce système qui dysfonctionne puisqu’il génére la « dette ». De plus nous serons obligés de passer la « dette » tôt ou tard en « pertes et profits ». Et pour moi le plutôt sera le mieux…. A méditer !
    Amicalement,
    Bernard.

  4. David CABAS a dit :

    Face au chantage de l’empire financier :

    Crise des « subprimes », crise bancaire, accélération de la destruction de l’agriculture, de l’industrie et des emplois. Puis aujourd’hui crise de l’euro, crise de la dette publique des États, destruction du service public, chantage sur les retraites. Sans oublier les divers plans injustes pour sauver les banques !

    Nous devons nous organiser et nous mobiliser massivement pour demander à faire la lumière sur la crise financière en convoquant immédiatement une commission d’enquête parlementaire !

    Face à ce chantage, ne choisissons pas le choix de la défaite ! Rejoins moi sur mon groupe facebook : http://fr-fr.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

    David CABAS
    david.cabas.over-blog.fr

  5. Albert DUCROS a dit :

    Jacques Attali dans le texte

    • Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.

    • On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché.

    • Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir.

    • L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société.

    • L’euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement.

    Extraits de L’homme nomade , Ed. Le Livre de Poche, 2005

    Sympa le pote Jacques et tellement dans l’air du temps !

  6. caliban a dit :

    C’est un signe d’espoir pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de faire de longues études : le savoir ne rend pas forcément intelligent.

    Je crois qu’on peut définitivement ranger Attali dans le même sac que les BHL ou Ferry… avec ce je ne sais quoi de plus, une tête de (vieux) con.

    Désolé pour cette réaction un peu « épidermique » mais il mériterait qu’on lui fasse bouffer sa rolex 🙁

Répondre