15 Mar 2011

Conférences de Raoul Marc JENNAR

À Mâcon, le vendredi 1er avril, 20h30 , Amphithéâtre Henri Guillemin, 18 Cours Moreau,

A Mosset, le samedi 16 avril, 19H, salle polyvalente.

Le Conseil National de la Résistance (CNR) se réunit pour la première fois clandestinement, le 27 mai 1943. Il regroupait les huit mouvements de résistance, les deux grandes confédérations syndicales: la CGT( réunifiée) et la CFTC, six représentants des principaux partis politiques représentants la France Libre.

Le CNR a défini son programme prévisionnel pour la libération, le 15 mars 1944. Le titre de cette première édition était « Les jours heureux ».

· Ce programme se fixait des objectifs d’une saisissante actualité.

· La première partie est un plan d’action immédiate pour la libération du pays

· La seconde partie fait état des mesures à appliquer dès la libération du territoire.

Ces mesures visent à rétablir la République par le Gouvernement provisoire de la République française.

Elles instaurent la démocratie la plus large par:

– le rétablissement du suffrage universel

– la liberté de la presse, son honneur et son indépendance

– le respect de la personne humaine

– l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi.

La maîtrise publique des grands services de la nation

– le retour à la nation des grand moyens de production

– la nationalisation de l’énergie, gaz et électricité, des compagnies d’assurances et des grandes banques (en 1946).

Le développement des droits sociaux

– droit au travail et au repos pour tous ( semaine des 40 heures en 1946)

– création de la sécurité sociale pour tous

– mise en place de la retraite par répartition

– augmentation des salaires de 18% (1946)

– création du SMIG (1947)

– prélèvements exceptionnels sur les hauts revenus

– possibilité pour tous de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture, quels que soient les niveaux de revenus

– création des comités d’entreprise.

Toutes ces mesures constituent les bases de notre République et de notre organisation sociale. Depuis longtemps, certains gouvernants ou dirigeants de la finance ou du grand patronat s’emploient à les détruire.

Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF, dans le magazine Challenge déclarait le 4 octobre 2007 : « nous devons défaire méthodiquement le programme du CNR » ajoutant que « le gouvernement s’y emploie ». Face à de tels propos et face à une telle volonté de détruire, nous, citoyens, devons nous indigner et résister.

Lu 4815 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...

3 Réponses pour “Actualité des valeurs du programme du Conseil National de la Résistance”

  1. Gerard Blanchet a dit :

    Raoul,

    La façon d’être le plus fidèle aux valeurs du CNR n’est-il pas de profiter des élections présidentielles de 2012 pour changer de République et mettre toutes ces valeurs, plus d’autres dont par exemple le droit au logement, dans une nouvelle constitution? J’ai mis quelques idées sur mon blog :
    http://blog.gerard-blanchet.fr
    Je suis sûr que cela plairait à beaucoup plus large que la gauche de gauche. Je pense notamment à un ancien du CNR : Stéphane Hessel

  2. MEUNIER DOMINIQUE a dit :

    Bonjour Marc,
    Si une telle initiative est reprise en France et ça me semble indispensable, je suis prêt à y participer activement sur le 66.
    Cordialement.
    Dominique G.J. Meunier

  3. Albert DUCROS a dit :

    Les valeurs du Conseil National de la Résistance défendues aux États-Unis !

    Contre-offensive des travailleurs

    Dans le Wisconsin, plus de 100.000 personnes ont envahi les rues de Madison samedi, ce qui a été décrit comme la plus grande manifestation ayant jamais eu lieu dans cet l’État. Le grand rassemblement a eu lieu un jour après le gouverneur républicain Scott Walker a signé un projet de loi controversé le projet de loi Loi 10, qui a fortement encadré les droits de négociation collective pour la plupart des employés du secteur public dans l’État du Wisconsin. Parmi les orateurs de cette manifestation on comptait les 14 sénateurs démocrates qui étaient partis, il y a trois semaines pour bloquer la législation.

    Democracy Now! a été à Madison pour couvrir la manifestation sur le terrain.

Répondre