01 Avr 2011

 

Un rapport parlementaire sur les « modes de financement et de gouvernance des associations de protection de la nature et de l’environnement», cité par le quotidien Libération (16 février 2011), relève notamment ce qui suit :

« La composition du conseil d’administration de la fondation Nicolas Hulot pose d’autres questions. Trois entreprises y occupent un siège : TF1, EDF et L’Oréal. Ceci ne pose, en soi, aucune difficulté: le mécénat de puissantes sociétés en faveur de l’environnement doit être accueilli comme un moyen supplémentaire d’action. Néanmoins, les activités particulières de ces groupes semblent problématiques sans les dimensions environnementales. EDF est une entreprise de pointe dans le secteur nucléaire. Quant à L’Oréal, elle est classée parmi les groupes de cosmétiques dont les produits font l’objet de test sur les animaux, au grand désarroi des opposants à la vivisection. Dès lors, comment interpréter, par exemple, la position très mesurée de Nicolas Hulot sur l’énergie nucléaire ? Quel poids donner à sa parole sur les activités principales de ses deux administrateurs, dont vos rapporteurs ont appris que l’un d’eux finance la fondation à hauteur de 10 % de ses ressources »

On n’est pas crédible quand on défend l’écologie avec l’argent de ceux qui détruisent les écosystèmes.

Les pollueurs font aussi du fric avec la dépolution. Pourquoi cesseraient-ils de polluer ?

La réalité, c’est que la recherche du profit est sans limite dans un système économique qui a réussi à obtenir des politiques l’élimination les uns après les autres de ce qu’on appelle, à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), les « obstacles » à la concurrence (et il faut savoir que les lois et règlements sanitaires, sociaux, environnementaux peuvent être considérés comme des « obstacles » quand l’OMC estime qu’ils sont « excessifs »).

On l’apprend chaque jour : la recherche du profit dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, de l’alimentation, de la santé (de la pharmacie en particulier), des services (de plus en plus privatisés), etc, cette recherche ne connaît plus de limites. L’intérêt général n’est pas une limite à la recherche de ce profit. Car nos gouvernements – libéraux de gauche comme de droite – ont négocié des accords à l’OMC qui font de l’intérêt général un « obstacle » à la concurrence. Les freins et limites à la recherche effrénée du profit ont été progressivement démantelés au cours des trente dernières années. Lire à ce propos les excellents livres de Serge Halimi (Le Grand bond en arrière – Fayard) , de Jacques Généreux (la Grande Régression – Le Seuil)et d’Hervé Kempf (Comment les riches détruisent la planète – Le Seuil).

Une conclusion s’impose : on ne peut pas être écologiste si on ne remet pas en cause le capitalisme ; on ne peut pas remettre en cause le capitalisme si on n’est pas écologiste. Le capitalisme exploite les humains et la planète. Le capitalisme vert est un oxymore. Le promouvoir est une imposture.

rmj

 

Lu 4811 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...
Mots-Clés (tags) : , ,

5 Réponses pour “Ecologie et capitalisme”

  1. GdeC a dit :

    Forcément d’accord, puisque j’avais déja évoqué le sujet ici à ma façon il y a plus d’un mois déja…

    http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/02/21/message-a-eelv-debarrassez-vous-dhulot/

    mais nous ne sommes pas trop nombreux pour relever et propager la tartufferie qui consiste à prendre l’hélicologiste pour un défenseurd e l’environnement sincère. Comme tu l’écris très bien, on ne peut dissocier le sujet de l’écologie réelle des moyens de production qui conduisent à créer les conditions de la destruction de la planète, comme on l’a vu hélas avec la catastrophe Fukushima… et la honte que nosu fait subir ce Président français qui se transforme soufain en VRP du nucléaire, prétendant qu’il n’y a pas d’autres solution viable possible, ce qui est faux. Et j’y consacrerai prochainement un billet entier et fouillé qui el prouvera, et donnera quelques pistes sur le sujet de nature à saper cette cotnre-vérité. Sarkozy a voulu donner l’image d’un rpécurseur, et c’est un passéïste qui se livre là à un combat d’arrière garde pour défendre des intérêts oligarchiques.

  2. Daniel a dit :

    Bonjour,

    J’espère que GdeC, dans son billet entier et fouillé sur le nucléaire,
    nous parlera du coût que pourrait représenter la rénovation des bâtiments de Paris pour atteindre ne serait-ce que la Règlementation Thermique 2005 ! Je n’ose imaginer pour la RT2012!! Je me demande combien coûte la rénovation au m2 pour un bâtiment du 18ème, 19ème et 20ème siècle? Tout en étant conscient que les matériaux ont énormément évolué au cours du 20ème siècle et que cet exercice est long et fastidieux!
    Qui va payer cette rénovation! Les citoyens désargentés? L’Etat qui veut économiser car cela fait 30 ans qu’on nous explique que la France est en crise?!!
    Vaut-il mieux rénover ou détruire et reconstruire?
    J’ai pris Paris comme base pour essayer d’orienter la méthodologie et une fois celle-ci adoptée sur des critères objectifs et connus de tous -on pourra s’attaquer à la France et au reste de l’Europe!!!
    Au fait, que représente la consommation d’énergie de l’immobilier par rapport à la consommation globale à Paris?
    Il est vrai qu’une plus petite ville prendrait moins de temps à être évalué et permettrait d’accélérer le processus dans d’autres villes.
    Nous devons réduire notre consommation d’énergie mais nous n’avons aucune idée pour trouver une nouvelle méthode pour financer nos Besoins! Mais là, je m’éloigne du sujet de base!

    La création de l’argent n’est qu’une simple vision de l’esprit.

    Cordialement

  3. GdeC a dit :

    @Daniel : la question est très pertinente, mais je ne suis pas sûr d’être à même de la résoudre sans toi, et sans bonne source d’information. Et pourquoi seulement Paris ? Ce n’est pas le centre de mon monde… Au niveau national, voilà qui serait intéressant…

  4. Ecologie et capitalisme. « Mes coups de coeur a dit :

    […] Lire la suite de son article sur : http://www.jennar.fr/?p=1933 […]

  5. Daniel a dit :

    Bonjour,

    J’ai choisi Paris car cela ne peut que frapper les consciences vu l’ampleur des dépenses! Mais comme je l’ai mentionné, nous pouvons choisir une ville de 10 ou 100’000 habitants et mettre en place une méthodologie de travail.
    Il est temps que les citoyens pensent d’abord à eux et ensuite on s’occupera de cette clique de 1% de français qui nous mènent en bateau depuis des décennies -je crois que les images de l’INA sont là pour l’attester! Elles sont cruelles pour la classe politique.

    Voilà pourquoi entre autre il est très difficile d’aborder le sujet très délicat de l’énergie -trop de politiciens sont de connivence avec le négoce de matières premières. Je vous laisse regarder un extrait de l’émission sur la Suisse romande ou tsr.ch sur le négoce du pétrole à Genève. La fin est instructive sur la volonté de transparence de l’élu! A Genève, les banques, le négoce et les assurances sont notre gros gagne-pain -y toucher, c’est faire vaciller le canton et les élus avec! http://www.tsr.ch/emissions/mise-au-point/
    Entre Eric Laurent et son livre “Face cachée du pétrole“ et le trader , il y a en a un des deux qui ment? Que dire de l’eau ou du nucléaire en France? Peut-on facilement en parler à la télévision? L’exemple de l’eau et des PPP dans les communes est révélateur de l’ampleur de la collusion entre élus et industriels!!
    Pour l’instant règne la théorie du désordre afin de masquer les Besoins des français? Car le néocapitalisme est en grande peine pour répondre aux besoins de base des français, des européens(que pensez d’Haïti?) -santé, éducation, condition salariale acceptable……Le flou intellectuel dans lequel nous surnageons permet d’entretenir la mainmise sur nos conscience et permet au trio industriels/élus/médias de nous écarter de nos centres d’intérêt vitaux.
    Mais comment nous organiser efficacement autrement qu’au travers d’un parti politique? Comment ne pas se retrouver étouffé par des dogmes?
    Petite question que je me suis posée hier soir: si le nucléaire est néfaste à l’être humain, on peut également se dire que la construction d’armes de destruction massive produite en europe est plus que nocive pour les humains. En arrêtant la production de ces deux mastodontes industriels, qu’allons-nous faire des employés? Dehors -à la porte pestiférés? Ou allons-nous pouvoir acheter la paix sociale à coup de plans sociaux onéreux? Une reconversion? C »est impossible voyons, la france vit au-dessus de ses moyens!
    Tant que nous ne prendrons pas en main l’élément le plus important de tout ce mécanisme -à savoir la création de l’argent, nous n’avancerons jamais.
    Il semblerait que cela soit Dieu en personne qui ait créé ce mécanisme et il est immuable! On ne peut rien y faire!! Les images d’archives sont explicites (regardez svp, les Discours à la Nation des présidents Franklin D. Roosevelt, Dwight Eisenhower etJimmy Carter), même eux sont désespérés face à la puissance de l’argent!
    Et nous, personnes inexistantes dans ce fatra, peut-on s’organiser? Avons-nous le temps? Sommes-nous capables de définir des objectifs et d’élaborer une méthodologie de travail sans nous « foutre sur la gueule » au bout d’un mois?
    J’allais oublié avant de terminer: nous devons exiger de l’INSEE de fournir au peuple français sa méthodologie de travail afin de permettre un sérieux dépoussiérage et d’éliminer la suspicion qui règne sur les données quantitatives.
    Ses données ne sont pas jugées fiables par tous les partis politiques depuis des lustres et l’exemple des présidentielles de 2007 fut un exemple patent de déni de démocratie. Comment fixer une ligne de conduite si on ne sait pas où en est la situation réelle d’un pays? C’est impossible!
    Fichtre, cela faisait un moment que j’avais un poids sur le coeur et je m’excuse de la longueur de cet email.

Répondre