31 Mai 2011

Tel est le titre du nouvel essai d’Hervé Kempf, journaliste au Monde. En 2007, il nous avait donné « Comment les riches détruisent la planète« , puis en 2009 « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » (au Seuil).

Voici maintenant un ouvrage qui s’attache à démontrer que le régime que les élites nous imposent n’est plus une , mais bien une . C’est-à-dire le gouvernement par un petit nombre qui se désignent comme les meilleurs. Les meilleurs pour qui ? Pour les plus riches. Même si tout concourt à nous entretenir dans l’illusion de la démocratie, nous ne sommes plus en démocratie. Et l’auteur appuie son affirmation par une démonstration impressionnante , angoissante même tant le paysage qu’il nous fait découvrir dépasse et de loin ce qu’on pouvait raisonnablement percevoir : un monde où domine une petite classe de puissants qui discutent entre pairs et imposent ensuite leurs décisions à l’ensemble des citoyens.

Moi-même, en 2004, dans « Europe, la trahison des élites » (Fayard), je m’étais efforcé de démontrer en quoi la manière dont s’organise l’intégration européenne porte atteinte aux fondements de la démocratie. J’avais déjà, comme Hervé Kempf le signale également, souligné le rôle des comme le groupe de Bilderberg, la Trilatérale ou la Table ronde des industriels européens. Mais l’Europe n’est qu’une cible pour les prédateurs. Et Hervé nous fournit une analyse globale qui va au-delà du périmètre européen. Il puise ses exemples partout. Et nous fournit ainsi un tableau général de cette entreprise idéologique victorieuse qu’est la mondialisation néolibérale.

Mais cette mondialisation néo-libérale n’est victorieuse que parce que nous ne sommes plus en démocratie. Sortir du système oligarchique et réinventer une démocratie vivante, telle est la voie à laquelle nous invite l’auteur pour mettre fin à un système qui aujourd’hui menace gravement les humains et la planète.

Renoncer à la servitude volontaire et à  « l’obscure solidarité avec les maîtres », mettre fin à l’apathie collective à laquelle médias et publicité nous conditionnent, devenir des « démocrates vigoureux », résister, revendiquer la démocratie, telles sont les pistes que propose l’auteur. Des pistes nécessaires car, en face, la tentation totalitaire croît à mesure que s’installe le chaos créé par l’oligarchie pour préserver ses privilèges.

Un livre à lire et à faire lire.

 

Lu 4307 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...
Mots-Clés (tags) : , , ,

10 Réponses pour “L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie”

  1. Terre a dit :

    Voici une petite Constitution proposant un système minimaliste permettant à une nation de plusieurs millions d’habitants de se gouverner à l’aide d’une démocratie directe (sans président, ministres, députés, sénateurs, etc.). Ce texte n’a pas la prétention de se présenter comme un modèle, mais comme une source d’inspiration :

    http://sauverlaterre.free.fr/portfolio/constitution.doc

  2. Daniel a dit :

    Bonjour,

    Cela fait longtemps que nous sommes conscients de notre asservissement à une oligarchie mais comment inventer un meilleur monde lorsque les idées partent dans tous les sens?? Existe-t-il au moins un objectif commun entre les diverses gauches?
    Comment résister lorsque les protestataires dans les rues sont systématiquement filmés par la police comme si la kleptocratie considérait les Indignés comme des voyous?
    Il est possible de voter par internet à Genève; il est temps de faire voter la population sur l’orientation qu’elle souhaite donner à son mode de vie en tenant compte des conséquences de ses choix!
    Où en est la conscience du peuple français ou suisse? and so on…
    Il faut empêcher les néojournalistes de créer l’opinion et surtout de mettre dans nos bouches des idées que nous n’avons pour la plupart jamais eues!
    Comment développer le vote électronique par la population civile au service du peuple ?
    Je sais que je plane complètement mais je ne crois plus en la force instructive des livres -car plus personne ne lit -ou si peu!

    Que dire des deux trous du … de journaliste qui ont sévit hier soir chez Taddéi??
    Voilà à quoi doit ressembler le journalisme de demain: une clique de guignols formatés désirant mettre la « politique » dans Voici ou « Trash is so sexy » (n’existe pas). Et dire que je voulais devenir journaliste pour défendre les grandes idées de liberté!! AhAh!!
    Comment vomir sur les dirigeants d’Itélé et de Bfm?
    Sous prétexte que les « chaînes » sont en concurrence, il y en a bien une qui nous montrera les testicules de DSK ou Tron sous l’alibi fallacieux que c’est de l’info!

    Nous sommes d’accord cher RMJ que nous devons agir mais j’insiste, quelle méthodologie employer pour sortir du néant idéologique et ensuite conquérir le peuple?
    Il est bien joli d’en avoir marre de tout mais depuis le temps que l’on palabre, écrit ou film, la situation se dégrade pour des millions de français sans qu’un paradigme clair n’émerge.
    Comment définir un paradigme si on ne sait pas à quoi songe le français si ce n’est au travers de journalistes désopilants.
    Il n’y a qu’une solution pour le savoir -le vote électronique! Et sur ce coup là, je ne crois pas que l’Etat français va dépenser un centime pour développer une technologie (qui existe déjà) pour le plaisir de perdre ses prérogatives ou privilèges!
    Cher RMJ, vois-tu l’émergence de cet outil d’un bon oeil?
    10 thèmes, 10 questions par thème avec cinq réponses par question.
    Ex: Quel doit être notre comportement vis-à-vis des nouveaux arrivants sur le territoire européen (ou français)? Et cinq propositions allant d’une extrême à l’autre. 1) Nous devons tous les accueillir sans restriction ni quota en suivant le principe… 4) Nous devons expulser tous ressortissants étrangers dont le titre de séjour n’est pas en règle. 5) Nous devons expulser tous les ressortissants étrangers.

    Bien sûr, la dernière proposition fait froid dans le dos
    mais la troisième proposition se doit d’être un compromis dont le peuple doit comprendre les conséquences et ce que cela impliquera sur son mode de vie.
    Croyez-vous que le peuple puisse être séduit par cette démarche?
    Si il ne vote plus pour des bonimenteurs, peut-être sera-t-il prêt à perdre son temps pour donner son avis si il a l’espoir que cela pourrait servir à faire évoluer notre société?!

    Cordialement,

    DanielB le

  3. Matif a dit :

    Il est important de NE PAS voter par internet
    Le vote par internet peut dissimuler des modifications des votes ou des fuites de confidentialité (accidentelles ou frauduleuses) massives, invisibles et… impossibles à prouver devant un juge.

  4. Maurice13 a dit :

    RMJ tu as certainement du lire le livre de Jacques Nikonoff qui vient de sortir : »Sortons de l’Euro », — « Restituer la souveraineté monétaitre au peuple ».
    Il donne une excellente vision et analyse de la situation actuelle. Il donne des « solutions concrètes » et non des incantations de ce qu’il faudrait faire rapidement dès le lendemain des elections … le lundi. Si la « vraie » gauche passe et si elle ne veut pas se laisser immédiatement manger par les financiers et les oligarques.

    Il démontre également que la pluspart des programmes proposés par les différents partis ne sont en fait que des bonnes intentions voir des incantations car irréalisables actuellement vue les différentes règles et le corset dans lequel nous a enfermé l’Europe telle que le préconise le dernier traité-constitution que nous avons refusés.
    Je conseil ce livre, il fait parti des analyses et des ouvrages actuellement très rares qui redonnent de l’espoir et du « punch » en proposant des solutions très concretes pour se sortir de ce bourbier et de ce mur vers lequel les oligarques nous emmènent doucement mais sûrement.

  5. Daniel a dit :

    Bonjour,

    Les dernières votations par internet à Genève donnent raison à Matif, où un conseiller communal vert a voté pour sa fille en imitant sa signature !!
    Une fraude que ses détracteurs estiment inacceptables -surtout lorsqu’on a été élu par le peuple.
    Notre système de vote par internet ne comprend pas la biométrie car jugée trop onéreuse; cela n’empêche pas de réfléchir à un moyen de sécuriser cette technologie.
    A Genève, nous pouvons voter au local de vote, par correspondance (l’affranchissement de la lettre est « gratuit ») ou depuis peu et à l’essai, par internet. Et le taux de participation est toujours à 33% !!!!
    Le vote par correspondance n’empêche pas la fraude au sein de la famille.
    Est-ce que la biométrie est une solution de pays riche?

    C’est piquant de constater que les cantons suisse-allemand ont éliminé la démocratie directe en estimant que la landsgemeinde (vote à main levée sur la place du village) était un système archaïque.
    Ce système peut fonctionner dans un village mais je n’arrive pas à comprendre comment à Genève ou à Lyon cela pourrait se passer sans gabegie!

  6. caliban a dit :

    Bonjour,

    Un reportage à propos du lobbying et très proche de ce que j’avais pu lire dans le livre de Raoul Marc Jennar, La trahison des élites : http://www.franceculture.com/podcast/2632501

    Visiblement cela ne s’est pas trop arrangé avec les années :'(

  7. René de VOS a dit :

    @Daniel
    Le journalisme comme un métier intellectuel ne peut produire que de la littérature plus ou moins bonne. Souvenons-nous quand même, qu’à l’origine, le journal avait pour projet de dire au peuple ce qui se passait et se disait là où ceux des gens du peuple n’avaient pas pu être présents. Aujourd’hui, c’est fini, le journal ne sert qu’à attirer le lecteur pour que le papier soit vendu et bien vendu : il faut faire des bénéfices avec tout. Le reste n’a aucune importance.
    Que la monnaie perde toute valeur spéculative et on retrouvera les vertus de la conversation sérieuse dans les cafés, les salles de conférences, les clubs et tout un tas d’autres lieux aujourd’hui désertés pour cause de rendez-vous avec les journaux radio et télévisés ou les émissions dites d’actualité.
    Je fais des raccourcis, mais je veux dire que ce n’est pas la peine de perdre son temps à critiquer Taddei, Calvi et consorts : ils ne peuvent rien faire de mieux que ce qu’ils font et, le mieux, est de ne leur prêter aucune attention. Il faut des gens comme Naomi Klein ou Marie-Monique Robin pour faire de la vraie information : mais, ça, ça ne peut pas faire l’objet d’un journal de 7 minutes toutes les 30 minutes.

  8. Raoul Marc Jennar a dit :

    @René de VOS – Cher René, Décidément, tu as mangé du lion ! Une réaction à chacun des sujets abordés ! Tu t’es lâché ! Un mot quand même sur les médias et les journalistes. Dans une vraie démocratie, la presse doit être un « quatrième pouvoir », c’est-à-dire un contre pouvoir. Aujourd’hui, la plupart des médias sont au service de l’oligarchie, de ce petit groupe de gens qu’on trouve à droite, bien entendu, mais aussi dans la gauche dite de gouvernement, dont le propos est de servir les plus puissants de la finance et des affaires. Mais il y a, ici et là, des journalistes qui, pour l’honneur de leur profession, gardent leur plume libre. Hervé Kempf est de ceux-là. Et il y a des organes de presse qui parviennent, parfois difficilement, à conserver leur indépendance : Le Canard Enchaîné, Le Monde diplomatique, Médiapart, Rue 89, Fakir et quelques autres, trop rares, certes, mais qui méritent qu’on s’y abonne pour qu’une parole libre, pour qu’un regard critique à l’égard de tous les pouvoirs continuent.

  9. René de VOS a dit :

    @Raoul Marc Jennar
    Salut l’ami Raoul ! J’ai dit que je faisais des raccourcis. Bien sûr qu’il y a plein de gens qui font honneur à leur métier et qui ont même une vraie vocation républicaine. Je suis un lecteur assidu et un soutien du Diplo et je suis fier d’eux. Le grand problème pour moi est que cette presse là est ignorée des politicards professionnels et nous voila renvoyés à l’oligarchie. Pas encore lu le dernier livre de Kempf mais je suis confiant.

  10. René de VOS a dit :

    @Raoul Marc Jennar – Raoul, ça y est ! J’ai lu ‘L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie ». Je comprends ton enthousiasme et j’y souscris. Ce bonhomme là vaut la peine d’être écouté.

Répondre