09 Jan 2012

Le 22 avril 2012 au soir. Un moment de notre vie. Un moment de notre histoire.

Il y a ceux qu’on appelait autrefois les bourgeois, qui n’ont pour seul souci que l’accroissement de leurs privilèges et de leurs profits. Ils auront, ce jour-là, voté Sarkozy, bien évidemment. Certains, déçus par un président inculte, agité, vulgaire, imprévisible, trop nouveau riche qui fait tache, trop au service de son clan, auront voté Bayrou ou Hollande, des candidats somme toute assez rassurants pour le système. Avec la certitude que, quel que soit le vainqueur du deuxième tour, pour l’essentiel, rien ne changera. La crise, ce n’est pas eux qui la paieront. La variable d’ajustement restera la même : les salaires, la politique sociale et les services publics.

Il y a ceux qui travaillent, mais qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts et qui regardent le 20 du mois approcher avec angoisse. Ceux qui n’ont pas de travail et se désespèrent. Ceux qui ne peuvent pas se payer des études. Ceux que leur retraite ne permettent plus de vivre décemment. Ceux qui font les poubelles pour trouver de quoi se nourrir. Ceux qui n’ont pas de logement. Ou pas de papiers.  Qui s’en soucie ?

Nous écoutons la radio. Nous regardons la télé. Nous lisons les journaux. Et qu’observons-nous ? Une agitation qu’on fait passer pour de l’action. Des engagements d’un jour abandonnés le lendemain.  Des querelles de personnes. Des querelles de mots. Des paroles qui se veulent fortes et qui ne convainquent plus personne. Du vent. De l’illusion. Un formidable décalage entre la scène politicienne et le vécu des gens au quotidien. Une perte abyssale de crédibilité d’une classe politique très largement discréditée.

Droite et gauche de gouvernement n’ont pas cessé depuis trente ans de dire une chose avant l’élection et de faire son contraire après. Et ils continuent avec une allégresse sidérante. Pour le plus grand profit d’une extrême-droite qui capitalise sur le désarroi. Avec une droite qui aujourd’hui flirte avec les fondamentaux du fascisme et une gauche qui se prostitue avec le libéralisme.

Qu’ils dégagent ! Voyons ailleurs !

Jean-Luc Mélenchon est un tribun. Il en a les qualités et les défauts. C’est un professionnel de la politique. Il en a les mérites et les travers. Je partage avec lui la même admiration pour Jaurès, la même défense d’un certain idéal républicain et laïc, la même volonté de voir s’ériger une authentique république sociale, la même idée d’une autre Europe. Comme lui, j’appelle de mes vœux une révolution citoyenne conduisant à une nouvelle république. Comme lui, je perçois l’urgence écologique. Mais je suis assez loin de lui sur des questions comme l’autogestion, les cultures et langues régionales, la répartition des pouvoirs dans la société et ce que j’appellerai la diffusion des contre-pouvoirs. Cela étant, il a été choisi par un assez large rassemblement de partis et de mouvements à la gauche du PS pour incarner lors du scrutin présidentiel une véritable alternative démocratique, sociale et écologique.  A ce titre, il a droit à notre soutien parce que ce n’est plus de lui dont il s’agit, mais de l’avenir d’une vraie gauche en France et du sort de millions de personnes.

Si on se place dans la longue durée, l’enjeu du 22 avril est capital : il s’agira de savoir, au travers du résultat obtenu par Jean-Luc Mélenchon, s’il existe en France une vraie gauche, un vrai courant écosocialiste. De l’existence d’un tel courant politique dépendra la suite : l’asservissement durable au capitalisme, à l’injustice et à l’inégalité ou l’aube d’une résistance conduisant à la libération, à l’émancipation.

Il n’y a pas de fatalité. Ce que nous subissons n’est pas inévitable. Il y a d’autres voies que celles imposées par le système pour sortir de la crise. Nous ne devons pas succomber à la peur dans laquelle le système – droite et gauche de gouvernement à l’unisson avec le MEDEF et les banquiers – veut nous paralyser.  Le Front de Gauche, conseillé par des économistes qui n’oublient jamais que derrière les chiffres il y a des vies, avance de vraies propositions alternatives.  On peut faire autrement sur la question de la dette, sur la question de la mondialisation, sur l’Europe et l’euro. On peut faire autre chose que ce qui nous est imposé par la droite ou proposé par le PS.

En ce 9 janvier, on ne peut se contenter du 6% accordé par les sondages au candidat du Front de Gauche. Un tel résultat indique que beaucoup doit encore être fait pour libérer les victimes du capitalisme de la peur, pour rendre confiance et redonner espoir.  Beaucoup doit encore être fait pour que la lucidité s’impose sur ce qu’est aujourd’hui le PS et son candidat.

La classe ouvrière, par le passé, a obtenu des succès, a réussi à améliorer son sort chaque fois qu’elle a pris conscience de sa force, chaque fois qu’elle s’est rassemblée sur de véritables objectifs démocratiques et sociaux qui faisaient reculer le capitalisme.  Ces objectifs, aujourd’hui, seul le Front de Gauche les propose.

Alors ! Ce que nos aînés ont fait, nous pouvons le faire à nouveau. Pour un avenir différent de celui que nous proposent ceux qui n’ont que la rigueur comme solution.

Lu 8147 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore évalué)
Loading...

24 Réponses pour “Cent jours pour rendre l’espoir”

  1. Tanguy a dit :

    Beaucoup s’identifient comme « bourgeois » et sont persuadés de n’avoir rien à perdre. Ceux-là devraient prendre conscience de la profondeur de la crise actuelle et du fait qu’ils en seront aussi victimes (voir « Pays riches, Pauvreté Extrême : http://guerre.libreinfo.org/controle-populations/divers/821-pays-riches-pauvrete-extreme.html et se rappeler aussi, par exemple, du coût des études universitaires en UK, des risques) . Ils devraient aussi prendre conscience du fait que nous ne vivons absolument plus en démocratie, ni même dans un état de droit!!
    (voir « stratégie du choc et de la tension, résultats positifs : http://guerre.libreinfo.org/manipulations/manipulations/809-strategie-choc-tension-resultats-positifs.html , voir aussi les différents « arrangements » réaliser pour le « Mécanisme Européen de Stabilité », ainsi que l’évolution des USA dont nous dépendons : possibilité d’arrestation sans jugement et sans durée déterminée pour TOUT suspect, américain ou non, de terrorisme, utilisation de drones tueurs pour exécuter des « terroristes » partout autour du monde,….)

    Une grande partie de la population se berce d’illusion lorsqu’elle croit être « à l’abrit ». Je pense que si tous ceux qui se considèrent comme « bourgeois » mais ne sont que des classes moyennes ou moyenne-supérieures se rendaient compte de la situations, ils quitteraient l’UMP et réclameraient quelqu’un de bien plus radical que Mélanchon!!!

  2. René de VOS a dit :

    Raoul, tu as raison !
    Nous sommes un grand nombre d’intellectuels petits et grands, de militants opiniâtres et patients, visibles ou discrets, et nous tous, nous participons à une action de fond que bien peu peuvent entendre faute de porte-voix. Tous ceux qui nous lisent, qui nous entendent, qui viennent à nos réunions ou qui en ont connaissance doivent choisir de laisser leur TV de côté et doivent accepter de sortir dans la rue jusqu’au 22 avril. Il faut qu’ils y viennent avec ceux de leurs amis et parents qui les aiment bien et qui nous aiment bien mais qui ne viennent jamais nous voir. Il faut du monde partout où nous appelons à nous réunir. Il faut créer une agitation si forte que les journalistes aux ordres seront, à l’évidence, des menteurs s’ils disent que nous n’existons pas. L’appartenance dévouée à des formations partisanes ne sert à rien si elle ne se traduit pas par des mouvements de foule et si elle se contente de choisir le « bon » bulletin de vote au jour dit. Peu importe que nous qui parlons, écrivons ou manifestons appartenions à telle ou telle formation politique de gauche ou que nous en soyons proches. Pour chacun d’entre nous, c’est la plus à gauche possible, cela va sans dire. Et bien, c’est que cela ne veut rien dire. La seule chose qui compte, c’est que nous ne sommes pas membres des formations conservatrices qui voteront à coup sûr pour Sarkozy, Bayrou ou Le Pen et qu’il faut qu’on nous entende et nous voie le dire. Nous avons un rendez-vous terrible avec l’histoire : la République est en danger !

  3. RV a dit :

    Bonjour,
    rien n’est simple comme disait Wolinsky !
    Le FDG a un programme fort alléchant, ancré bien à gauche, en rupture avec le capitalisme et dans le même temps une position fort « pragmatique » « électoraliste » de désistement républicain au second tour.
    Après tout ce qu’il a pu dire et continu de dire sur le programme du PS c’est totalement suicidaire, sans doute la raison principale qui l’empêche d’être « la » force à gauche. Les autres formations de la gauche de la gauche ont beau jeu de le renvoyer sur les roses à ce simple motif.
    La balle est dans son camp et il est peut-être encore temps de réellement acter une rupture avec le PS, mais je n’y crois pas vraiment. Nous allons tout doucement nous écraser contre le mur.
    Ceci dit pour assumer mes contradictions je peux vous assurer que je voterai FDG au premier comme au second tour quels que soient les résultats du premier tour

  4. Maurice13 a dit :

    A lire également cette très interessante analyse de Jacques Nikonoff sur le cas Hongrois actuel : http://www.m-pep.org/spip.php?rubrique48
    sur la difficulté et les dilemmes qu’auront à affronter les pays qui voudraient réellement s’en sortir.
    Lire j’ausqu’au bout et particulièrement les derniers chapitres relatifs à l’Union Européenne.
    – Les institutions de l’Union européenne, qui ont leur part de responsabilité dans cette situation, ne veulent ni ne peuvent intervenir
    – Quels enjeux autour du cas hongrois ?
    cordialement
    bm13

  5. Jim a dit :

    Une rechute Raoul? 🙂

    « Un formidable décalage entre la scène politicienne et le vécu des gens au quotidien. Une perte abyssale de crédibilité d’une classe politique très largement discréditée. »
    +
    « A ce titre, il a droit à notre soutien parce que ce n’est plus de lui dont il s’agit, mais de l’avenir d’une vraie gauche en France »
    = ???????

    Etc…

  6. Michel Gourmel a dit :

    1°) Pour ce qui est de l’Union Européenne, il est difficile de connaître la vraie position du PCF de l’Huma et de Mélenchon. « Un pied dedans un pied dehors », Ils combattent les nouveaux textes mais ne semblent plus guerre remettre en cause les « anciens » comme le traité de Lisbonne : qui est pourtant un crime de forfaiture puisque violant officiellement la France et les Pays bas.
    Au nom du soutien à l’Union Européenne et à l’Euro, ils combattent en fait les peuples d’Europe qui sont les ennemis jurés des commissaires qui les réduisent à l’esclavage.

    2°) Pendant tous le XXème siècle, le PCF et son journal l’Humanité ont combattu toutes les guerres coloniales, ils se sont fait un nom, une réputation, et même une gloire à exiger cela, malgré la violence subie, attaqués sous tous les angles par les PS droites, extrême-droite et centre qui ont soutenu toutes ces guerres. Ce sont finalement les théories, et le militantisme du PCF et de l’Humanité qui ont triomphé même si la jalousie la méchanceté et la violence de l’ennemi prétend maintenant qu’ils étaient dans le camp colonialiste et belliciste.
    Depuis 10 ans, le PCF et l’Huma ont pris petit à petit la tactique 1 pied dedans un pied dehors :
    1°) Ils soutiennent tous les mensonges et les affabulations mille fois répétés sur des millions de médias de la pensé unique contre les pays arabes, musulmans ou africains visés par l’OTAN. Ces mystifications étant bien sûr destinées à justifier les guerres à outrance contre les peuples du nouvel ordre mondial, autre visage du colonialisme du 3ème millénaire.
    2°) Le PCF de manière illogique, vote contre les guerres, sans raison apparente, mais sans doute au titre du combat anti-colonial du XXème siècle (Mélenchon cohérent ici vote pour les guerres coloniales de l’OTAN).
    3°) Puis, le PCF et l’Huma tantôt approuvent à peu près tous les crimes, tantôt en désapprouve quelques uns commis dans le pays attaqué, en se contentant juste de ce que l’OTAN n’arrive pas à cacher ! Sans chercher à connaître la réalité !
    * Enfin, le PCF feint de s’étonner des résultats de la guerre, que l’on connaissait pourtant parfaitement à l’avance : pillage des ressources par les pays de l’OTAN surtout les USA parfois GB ou France, assassinats des anciens dirigeants politiques (systématique en Irak et surtout Libye à tous les niveaux de responsabilité, par les bombardements ciblés, assassinats, etc…) désapprouvés par le parti du bout des lèvres tout en s’en réjouissant ! installation d’extrémistes islamistes au pouvoir pour déstabiliser sans fin le pays, de manière à permettre de futures guerres et « nécessiter » l’instauration d’un super gouvernement dans l’ambassade US (16.000 fonctionnaires US en Irak) qui met le pays sous une totale dictature US comme cela a été le cas pendant tout le XXème siècle en Amérique latine.
    * En résumé, le PCF aujourd’hui, dans les faits, justifie pleinement la légitimité de l’OTAN depuis plus de 10 ans et ses guerres sans fin du Nouvel Ordre Mondial !
    * Aujourd’hui, les seuls pays où le PCF a encore plus ou moins des notions anti-coloniales sont les pays d’Amérique latine et de la Palestine ; et encore, il ne soutient que les leaders considérés comme gentils par l’occident, l’OTAN et les médias à leur botte (le PCF et l’Huma sont toujours « un pied dedans un pied dehors »).

    Enfin merci de terminer sur ce que je considère malgré tout comme une note d’espoir : Il y a 20 ans, l’actualité dominante était la « chute du communisme ». Aujourd’hui, c’est la « crise du capitalisme ».

    Conclusion … Que ce soit pour la France et donc comme membre de l’Union Européenne ou que ce soit en tant que pays au niveau international, membre de l’OTAN, le PCF et tout particulièrement Mélenchon se démarquent à peine des autres candidats. Pour être clair et ne laisser aucun doute, il faut rappeler que si Marine Le Pen reprend intelligemment tous les slogans de gauche, il ne s’agit que d’un vernis qui craque quand on gratte (lire l’article de l’Huma d’aujourd’hui 10/01/2012 sur le sujet). Elle se présente comme défenseur des Services Publiques de la Sécurité Sociale et de l’emploi, et contre l’U.E. et l’Euro. Mais partout où l’extrême-droite, passe en en Europe, elle a le soutien des commissaires (voir l’Autriche …) et elle est la meilleure pour appliquer toutes les décisions de l’U.E. contre les peuples d’Europe.

  7. Raoul Marc Jennar a dit :

    @Michel Gourmel – Bonjour, concernant le Front de Gauche et l’Europe, je vous invite à lire le programme du Front de Gauche, largement disponible et vous verrez que ce que vous écrivez n’est pas du tout conforme à la réalité. La position est d’une clarté totale. Jean-Luc Mélenchon ne cesse de demander la sortie du traité de Lisbonne. Si vous visitez son blog, vous constater par vous-mêmes à quel point son argumentation est étayée. Contrairement à ce que vous déclarez, la position du Front de Gauche tranche nettement avec celle des autres candidats. Les textes et les déclarations le prouvent. Encore faut-il les lire et les écouter.

  8. simone le baron a dit :

    Avec tout le respect que je peux avoir pour M. Mélenchon, je reste sur mes positions qui sont « fini la partitocratie ». Mélenchon et les autres sont grassement payé par l’Etat, c’est-à-dire, nous. Comme aurait dit Coluche « c’est avec vot’ pognon ». La seule solution : la démocratie directe. La politique ne doit plus être un métier. Au temps de la 1ère démocratie, les députés étaient payés seulement lors des sessions pleinières….
    Simone Le Baaron
    http://simone-le-baron.blogspot.com

  9. Jim a dit :

    Pas dans mes habitudes, mais je donne un lien vers un sondage Ifop, dans la mesure où il colle à mes perceptions, guidées par mes propres clés de lecture que je me les garde mes clés de lecture -:)

    A noter, entre autres éléments très intéressants, le gadin de « Mélenchon la triste impasse » auprès des ouvriers…

    http://www.europe1.fr/Politique/2012-qui-vote-pour-qui-902923/

    Ps. Raoul, c’est assez pénible de devoir passer par des vpn anonymisers ou autres chemins de traverse pour avoir le  »droit » de prendre la parole ici… Cordialement.

  10. Jim a dit :

    @simone le baron

    Vous plantez un arbre comme on dit… Certains auront peut être plaisir ici à l’arroser. Je me contente de cette remarque.

    Si à part dévotions diverses et variées je crois qu’on peut affirmer sans broncher que les conceptions démocratiques de Mélenchon sont d’un autre âge et nourries à un « Républicanisme » (guillemets énormes) forcené, la démocratie dite directe ne me semble pas être une option raisonnable, en tout cas à court et moyen terme ; trop dangereux.

    Il y a une grosse différence entre dire comme je le fais  »il faut en finir avec le monopole absolu des partis sur le Parlement », et ce que vous dites qui revient à vouloir supprimer le rôle des partis.

    Bien à vous.

  11. simone le baron a dit :

    Bonjour à tous, c’est un plaisir de retrouver ici un petit coin de France et de discuter avec des compatriotes lucides. La « république » en effet est d’un autre monde et n’a rien à voir avec la démocratie (je l’explique sur mon blog « les quatre « i » de la démocratie). Nous ne plantons pas un arbre, nous le ressuscitons ici à Athènes, premier et unique lieu de la démocratie. Il n’existe actuellement aucune démocratie dans le monde même pas en Suisse puisqu’il y a des partis. Les Européens n’ont pas compris que la partitocratie n’est pas la démocratie. La démocratie est ni plus ni moins ce que nous tentons de réinstaurer ici à Athènes avec le « demoboulio », c’est à dire le Conseil des 500, la voix du peuple. En démocratie il existe la Boulé (se dit encore ainsi après 2500 ans) et les 500, c’est-à-dire le parlement d’en haut et celui d’en bas. Les députés ne sont payés que lorsqu’ils participent à une session pleinière et ne peuvent être réélus. Ils promulguent et votent les lois et les 500 approuvent ou désapprouvent, proposent autre chose. Le Conseil des 500 a existé entre 1795 et 1799, sous le Directoire, il a été dissous par Napoléon.

  12. Jim a dit :

    @simone le baron
    Oui, j’ai bien compris tout cela, latent dans vos propos précédents…
    Ceci vous rapproche de Etienne Chouard.
    Vous avez compris de mon post précédent que je trouve les propositions de Etienne un peu trop radicales ; ce tabula rasa est trop risqué.

    Toutefois, 2 remarques :

    1. La pensée de Etienne (et d’autres assez nombreux dans le fond avec parmi eux des « cadors ») apporte bien plus à l’avancée de la pensée politique que les messes poussiéreuses et dogmatiques que je peux lire avec effroi chez nombre de républicains, très présomptueux par ailleurs.

    2. Malgré mes réserves vis à vis des propositions de Etienne, quelquechose me plait en lui. Contrairement à par exemple tous ces gens de la soi disante « vraie gauche », quand il parle, on sait que lui n’a en tête que des projets d’amélioration de l’affligeante chienlit démocratique.
    Et non pas en arrière plan des belles déclarations pour simples d’esprit des projets qui consisteraient à promouvoir de manière masquée des idéologies de gauche ou de de droite ou de que sais je, qui ne sauraient bien évidemment être placés au dessus du projet démocratique en soi, puisque ce dernier est le socle de base, sur lequel doivent s’appuyer les possibilités d’expression et de collaboration (!) des divers courants de pensée d’une société.
    Pour cela, ente autre, Mélenchon est un non démocrate. Et par extension, un non républicain.

  13. REGNIER a dit :

    Excellent article ! Je suis mille fois d’accord avec vos arguments. Bravo ! Heureusement, que nous avons, parmi les candidats, Jean-Luc Mélenchon capable de dire un certains nombre de vérités. Nous l’avons vu jeudi dernier à la Télévision et il a été brillant. Quelle bouffée d’air ! Il faut absolument lire son livre  » Qu’ils s’en aillent tous !  » Oui ! Qu’ils s’en aillent tous et vite ! Jamais les écarts de revenus n’ont été aussi importants qu’aujourd’hui et c’est une honte (de 1 à 300 et même e 1 à 1000 ou 2000). Il est nécessaire de briser la spirale de ces écarts. Seulement voilà…Cent jours… cela me paraît bien court pour convaincre des millions de français à rejoindre Jean-Luc Mélenchon… Ce serait bien mais, la culture de la réforme poltique et sociale présentée par Mélenchon ou différents partis de gauche sera très longue à obtenir… François Hollande, certes, peut être considéré un peu comme faisant partie d’un certain système libéral même s’il se veut social-démocrate mais, c’est aujourd’hui (et même s’il ne faut pas se faire d’illusions sur de vrais changements économiques immédiats) le seul qui puisse, quand même faire gagner la gauche. Certes, il ne fera pas gagner la gauche sans l’aide et sans passer des accords avec le Front de Gauche mais, il ne la fera pas gagner non plus sans renforcer son électorat vers le centre. Que voulons d’abord ? Faire la révolution tout de suite (mais…c’est quoi ? descendre dans la rue ? faire comme en Tunisie ou en Egypte, forcer le pouvoir à partir et à lui contraindre certaines réformes nécessaires ?) ou se débarrasser des incapables qui nous gouvernent (enfin qui nous « gouvernent » c’est un bien grand mot !), se débarrasser de ce piètre et très mauvais Nicolas Sarkozy ? Profitons déjà de la présidentielle pour que cette clique au pouvoir s’en aille !

  14. Jim a dit :

    -:) …

    Assez tentant de balancer une « petite phrase » dans les règles de l’art…

    Mais restons au dessus de ces jeux, cette fois!

  15. richy a dit :

    Maintenant il se crée un parti charnière entre l’extrême gauche ( dont je suis extrêmement surpris de la non-dénonciation de la loi Rothschild Pompidou Giscard, article 123 du traité de Lisbonne ….. Sont-ils complices par omission……??? Ce qui ne me surprendrait aucunement )
    Et la « gauche « classique PS
    Eh oui ! il s’agit bien « front de gauche » .. Représenté par Jean-Luc Mélenchon , or, voici ce que dit ce monsieur :
    http://www.youtube.com/watch?v=hqylWvXPXjo
    alors M. Mélanchon qu’en est-il ?…… Dois je vous en vouloir d’autant plus que j’ai cru en vos bonnes paroles , car vous êtes je dois le reconnaître, un tribun d’exception , et moi, ne serais-je qu’un pauvre lapin qui se ferait attraper par les oreilles ?…..
    parce que tout franc maçon se doit à ses « frères » et pas aux « gueux du bas peuple  » n’est ce pas ?

  16. Jim a dit :

    ———- @richy

    Pouvez vous développer en quoi selon vous le fait que Mélenchon soit maçon constituerait un problème en soi?
    Car cela semble être ce que vous pensez.

  17. richy a dit :

    bonjour Jim
    Petite leçon d’histoire à l’attention de certains qui ignore ce qu’est la franc-maçonnerie
    la franc-maçonnerie est apparue au cours du XVIIe siècle, voici comment et pourquoi ?
    a l’époque l’aristocratie la noblesse et le clergé qui dirigeaient le pays, s’étaient révoltés contre le roi (la fronde) pour les faire rentrer dans le rang et les maintenir sous sa coupe Louis XIV les fit venir à Versailles (la cour)
    depuis le XVIe siècle, la monarchie ayant besoin d’argent vendait des charges, à savoir fermiers généraux, collecteur d’impôts, juge, notaire etc. etc……. Les charges ont fini par se transmettre par héritage……
    Qui achetait ses charges ? La bourgeoisie qui se trouvait en situation de gérer le pays réel, cette bourgeoisie voyait l’aristocratie et le clergé se pavaner à Versailles pendant qu’elle faisait le travail …. (Le travail réel étant toujours fait par les gueux rassurez-vous)
    parallèlement existait aussi le système dit des corporations, ce qui empêchait le libéralisme (donc l’entée de la bourgeoisie d’argent ) car chaque métier était géré par un collège de professionnels exemples les bouchers qui géraient entre eux leur profession et ne laissaient entrer dans la profession que les personnes du clan c’est-à-dire prioritairement la famille, ce qui amenait aussi à se transmettre les métiers par héritage ……
    Les problèmes face auquel était confronté la bourgeoisie étaient le suivant, les biens terres château etc. appartenaient au clergé est à l’aristocratie, et les professions étaient régies par les corporations qui empêchaient l’accès à une bonne partie du commerce.
    C’est la qu’ils créent une société secrète, la franc-maçonnerie , cette association de malfaiteurs se revendique ,pour se donner grandeur et respectabilité de liens occultes, avec l’Égypte ancienne, les Templiers, les compagnons bâtisseurs de cathédrales, toutes ces personnes n’étant plus là pour leur contester quoi que ce soit ……
    cette société secrète a donc pour but La confiscation de la richesse, la prise du pouvoir, sur le clergé, l’aristocratie, et le corporatisme.
    apparaît ainsi la mise en place de la révolution française, de quelle manière amener le peuple à se révolter contre l’aristocratie le clergé et les corporations, quel système mettre en place pour prendre le pouvoir?
    la réflexion les amène à ce qu’ils vont appeler « démocratie « , qui n’en est que le déni puisque la démocratie c’est le pouvoir par le peuple, or ils veulent exactement l’inverse ils veulent pouvoir pour une nouvelle aristocratie de l’argent, ce qu’ils obtiendront…….
    par le gouvernement par représentation
    petite phrase à méditer
    “Je ne crains pas le suffrage universel ; les gens voteront comme on le leur dira.” Sous-entendu, ce que leur diront ceux qui ont l’argent , Alexis de Tocqueville.
    Les francs-maçons sont systématiquement représentés dans tous les gouvernements, pourquoi ? Parce qu’ils ont inventé le parti charnière, vous les trouverez au parti radical de droite radicale de gauche dans des petits partis qui font 3 % mais qui sont indispensables à la majorité…….
    Ils se vantent aussi d’avoir créé le mutualisme, bancaire, assurances, or ,il s’agit de brasser d’énormes sommes d’argent et vous pourrez constater que tous les dirigeants de tous les systèmes mutualistes sont systématiquement des francs-maçons, vous imaginez bien que quand on gère de grosse caisses on peut toujours en détourner facilement et ceci tout à fait légalement vis-à-vis d’ entreprises et de comptes amis
    à l’intérieur de ces loges, actuellement, l’affairisme et de rigueur, le maire y rencontre l’entrepreneur qui lui-même y côtoie le directeur du développement le tout sous couvert du secret le plus strict , en cas de problème, le juge et le commissaire font aussi parti de la loge …
    vous pouvez aussi constater que dès que vous êtes en charge d’un poste à responsabilité financière, vous recevrez un gentil courrier qui vous invite à venir à la rencontre de M. le grand maître de la loge…… Pour une réunion d’information …

    Quand les francs-maçons sont sur une ville, ils entretiennent le pouvoir de la manière suivante, lors des réunions de quartier pour faire écho de manière antidémocratique sur les décisions, tu les verras aux premières loges 5 devant 3 derrière à surveiller la salle et ils expriment l’opinion pseudo générale ce sont de caisses d’enregistrement des décisions du pouvoir municipal , d’autre part les fonctionnaires en charge des services directeurs développement directeurs technique directeurs financiers etc. sont tous systématiquement cooptés sur le critère d’embauche « franc-maçonnerie »

    les partis qui les représentent actuellement sont principalement les radicaux de gauche et les radicaux valoisiens ;

    éléments de langage s’agissant des radicaux
    Il ne s’agit que de girouettes qui tourne avec le vent et savent prendre l’argent et le pouvoir où qu’il se trouve
    expression choisie :
    radicailles
    gratter 1 radical et vous découvrirez 1 coquin
    les radicaux c’est comme les radis : rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur, est toujours proche de l’assiette au beurre
    « les radicaux ? Sont des conservateurs pas les conservateurs des traditions : les conservateurs des abus », Charles-de-Gaulle

    http://survie.org/francafrique/article/cia-et-inities-le-temple-et-ses

    http://info-resistance.org/guerres/1789-la-12-revolution/constitution-france-bis/

    Maintenant il se crée un parti charnière entre l’extrême gauche ( dont je suis extrêmement surpris de la non-dénonciation de la loi Rothschild Pompidou Giscard, article 123 du traité de Lisbonne ….. Sont-ils complices par omission……??? Ce qui ne me surprendrait aucunement )
    Et la « gauche « classique PS
    Eh oui ! il s’agit bien « front de gauche » .. Représenté par Jean-Luc Mélenchon , or, voici ce que dit ce monsieur :
    http://www.youtube.com/watch?v=hqylWvXPXjo
    alors M. Mélanchon qu’en est-il ?…… Dois je vous en vouloir d’autant plus que j’ai cru en vos bonnes paroles , car vous êtes je dois le reconnaître, un tribun d’exception , et moi, ne serais-je qu’un pauvre lapin qui se ferait attraper par les oreilles ?…..
    parce que tout franc maçon se doit à ses « frères » et pas aux « gueux du bas peuple  » n’est ce pas ?
    qu’en pensez vous mon cher Jim …?

  18. Jim a dit :

    Si il y a des maçons qui trainent par là, ils vont apprécier votre manière personnelle d’aborder le sujet, pour sûr… -:)

    Personnellement, je vois chez ce Mélenchon suffisamment de graves tares en tous genres pour ne pas avoir à faire appel à des arguments liés à cette histoire de FM quand j’affirme qu’il est une impasse politique en général, et un faussaire assez répugnant!

  19. job Lamer a dit :

    j’ai apprécié l’article de Raoul. Cependant j’ai au moins dix arguments pour ne pas voter Mélenchon. Je les développerai ultérieurement car c’est cela la démocratie: avoir des idées diverses et variées et en débattre sans être dénoncer quand on ne suit pas la majorité. La majorité (?) Mélenchonienne est dans l’illusion et cela se traduit par un certain sectarisme vis à vis de ceux qui ne sont pas d’accord. C’est pour cela que je demande qu’on lise mes arguments avant de me dire que c’est pas bien de ne pas voter Mélenchon…

  20. Jim a dit :

    @job Lamer

    Comptez sur moi pour faire rempart de mon corps si quelqu’un venait vous dire comme à un enfant :  »c’est pas bien de ne pas voter Mélenchon ».

    Et au passage, en sus de vos arguments, si vous pouviez dire ce qu’est VRAIMENT Mélenchon, dans les FAITS, et par une ANALYSE rapide des raisons de sa sur-présence sur les grands media d’un « système » qu’il prétend combattre pour le bien du peuple, comme il dit sans rougir!, ce sera parfait.

  21. Jim a dit :

    ///@job Lamer

    Comptez sur moi pour faire rempart de mon corps si quelqu’un venait vous dire comme à un enfant :  »c’est pas bien de ne pas voter Mélenchon ».

    Et au passage, en sus de vos arguments, si vous pouviez dire ce qu’est VRAIMENT Mélenchon, dans les FAITS, et par une ANALYSE rapide des raisons de sa sur-présence sur les grands media d’un « système » qu’il prétend combattre pour le bien du peuple, comme il dit sans rougir!, ce sera parfait.

  22. Jim a dit :

    @@@@Job Lamer

    Bon, ça vient ces 10 arguments? Je trépigne de les lire pour en saisir le sens à mon sens! Allez, au boulot! -:)

  23. richy a dit :

    @ jim
    « Si il y a des maçons qui trainent par là, ils vont apprécier votre manière personnelle d’aborder le sujet, pour sûr… -:)  »
    pour vous dire , le dernier (député ,maire , ancien ministre ) qui m’est passé à portée à traversé la rue pour venir me dire qu’il ne m’appréciait pas ….. alors….
    mais vous que pensez vous de ma façon de voir l’ histoire ?

  24. Jim a dit :

    @richy

    Votre procès historique me semble un peu uniquement trop à charge. Les maçons américains, ce n’étaient pas pour les plus connus des « complotistes ». Les français, non plus, bien que pour certains…
    Détail : ce que vous attribuez à Tocqueville me rappelle plutôt Sieyes.

    Cela dit, puisque nous sommes en 2012, et j’ai bien peur qu’il faille admettre que la FM en plus de 200 ans de vie s’est égarée, toutes obédiences confondues, car FM est variée ne l’oublions pas.
    Egarée intellectuellement, éthiquement, socialement.
    Mal vieillie.
    Une deuxième jeunesse est sa seule issue, si elle veut être autre chose que le contraire de ses valeurs.

Répondre