15 Juil 2012

On ne naît pas citoyen. On le devient. On fait le choix d’être acteur dans la Cité. Ou d’être simplement témoin du temps qui passe. On agit ou on subit.

A l’origine de la démarche citoyenne, une cristallisation a eu lieu sans bien souvent qu’on s’en rende compte. L’école, les lectures, le milieu familial et social, la confrontation au réel y contribuent. On se cherche des références et on se crée un Panthéon. Le mien est peuplé par Socrate, Antigone, Démosthène qu’ont rejoint Cincinnatus et Cicéron suivis par les philosophes des Lumières, puis par les femmes et les hommes qui ont animé le souffle formidable de 1789 à 1793 pour briser les chaînes de la tyrannie et de l’obscurantisme. L’immense Jaurès s’y est ajouté ainsi que Gandhi et les anonymes de cette armée des ombres qui a lutté contre le fascisme dont la geste me fut mille fois racontée tout au long de mon enfance et de ma jeunesse.

L’Histoire offre des repères pour une morale de vie où la dignité qui est en chaque être humain est le bien le plus précieux, où le combat pour la liberté est inséparable de l’exigence d’égalité. Elle nous forge pour que, le moment venu, nous fassions ce qu’il faut faire.

J’appartiens à une génération qui n’avait pas besoin qu’on lui demande de s’indigner tant l’indignation devant l’injustice était spontanée. Dans les années soixante, il n’était guère concevable de ne pas s’engager, Oh oui, nous voulions «retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase » (Malraux). Oh oui, nous voulions « changer la vie » !

L’espérance née le 10 mai 1981 s’est fracassée deux ans plus tard sur le reniement, poursuivi par l’interminable – et semble-t-il inachevée – dérive sociale-libérale d’un socialisme français qu’on avait cru renaître à Epinay. Avec quelle fougue et quelle arrogance, ceux dont la mission historique était de protéger les plus faibles sont devenus les complices des puissants ! Avec quelle duplicité ceux qui prétendaient incarner la gauche ont répondu aux attentes des commanditaires de la droite ! L’Histoire a dès à présent enregistré que les avancées les plus décisives en France et en Europe de la dérégulation, (en particularité financière) de la privatisation, du primat de la concurrence de tous contre tous, de la remise en cause par l’ des acquis démocratiques et sociaux furent et sont le fait de gens se réclamant de la social . Ces gens et le parti dans lequel ils agissent ne méritent en aucune façon ma confiance.

Que de désenchantements, que de déceptions tout au long des trente, quarante années écoulées ! Mais comme le rappelle le grand Jaurès, « L’Histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’indicible espoir. »

Le socialisme démocratique, c’est-dire le projet d’une société de liberté et de justice, d’une République démocratique et sociale demeure pertinent. Aujourd’hui, l’exigence vitale d’une nouvelle relation entre l’humain et la nature complète ce projet.

Ce projet requiert l’engagement. Mais la question se pose inévitablement des modes et des formes de celui-ci.

Parce que je suis convaincu que la fin se trouve déjà dans les moyens employés, rien strictement rien – et surtout pas les circonstances du moment – ne peut être invoqué pour justifier des moyens contraires à la fin promise et recherchée.

Parce que je suis fondamentalement adogmatique, j’éprouve une détestation profonde pour les groupes humains dès lors qu’ils sont organisés en églises. Qu’elles soient religieuses ou politiques. Avec leurs textes sacrés, leurs dogmes, leurs prophètes, leurs prêtres et leurs fidèles. Où perpétuer la structure tient lieu de raison d’être.  Au point même d’enfreindre la foi proclamée.

J’entends le rassemblement de femmes et d’hommes dans une structure comme la réponse momentanée à une nécessité. Une association, un mouvement, un parti ne sont pas des fins en soi. Ce sont des outils qu’il faut, à un moment donné, abandonner ou transformer.

Mon engagement, je veux le mettre au service d’une action politique qui tend vers la satisfaction, dans la liberté républicaine, des exigences du socialisme démocratique et de l’.

Je veux servir cette cause au sein d’un parti ouvert et démocratique, qui donne toute sa place – une des premières à mon estime – à la formation permanente, qui allie réflexion et action et entend se dépasser en permanence dans l’ouverture aux défis nouveaux et à celles et ceux qui en sont les pionniers,  qui donne la priorité au rassemblement de ce que Pierre Bourdieu appelait la « gauche de gauche », qui, dans un esprit internationaliste, porte l’espérance d’une union des peuples d’Europe.

J’ai tiré, dans mes écrits, les leçons de l’échec de la recherche d’une candidature unitaire en 2006 comme de l’échec du NPA. J’ai analysé aussi les raisons du succès de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle et de l’échec du Front de Gauche aux législatives qui ont suivi.

Voilà pourquoi, au sein du Front de Gauche dont j’ai soutenu les campagnes cette année-ci, j’ai adhéré il y a peu au Parti de Gauche.

rmj

Lu 8930 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

29 Réponses pour “De l’engagement. Les raisons d’une adhésion.”

  1. carol a dit :

    sois le bienvenu, raoul, au parti de gauche!
    nous n’avons pas oublié la campagne de 2005 contre le tce et ta pertinente contribution, nous avons lu « la trahison des élites », nous avons adopté le terme « écosocialisme »..la formation permanente ou éducation populaire doit pouvoir transformer le citoyen en militant..nous devons nous en donner les moyens, nous n’avons plus le choix!

  2. Boyer a dit :

    Et si on veut adhérer au Front de gauche sans adhèrer à aucun parti , on fait comment ? C’est une question fondamentale pour l’avenir du mouvement, il me semble. En tout cas, moi, c’est ce que je voudrais faire. J’aimerais bien que quelq’un me réponde. Merci. Frédérique Boyer.

  3. Albert a dit :

    @ Frédérique Boyer

    L’adhésion à un parti politique est une démarche hautement respectable car, comme le disait le regretté Jean Ferrat : « dans la vie, tout est politique même le saucisson d’Ardèche fabriqué en Ardèche par des Ardéchois ».

    J’ai été adhérent à un parti politique pendant près de 40 ans : PSU, PS, PG mais j’ai démissionné du PG il y a peu.

    Pourquoi ? le FdG a été construit depuis le début avec l’aval du PCF qui y a vu d’abord un moyen de retrouver des couleurs électorales grâce à l’appui du PG de JLM et de retrouver par là des financements publics.

    Mais pour développer une force nouvelle autonome et donc une gauche de gauche, il faut impérativement abandonner l’esprit de chapelle et s’ouvrir. Or, l’adhésion directe au FdG en tant que tel est aujourd’hui impossible car le PCF y a mis son veto.

    Pour reconstruire, il serait impératif que le PCF, le PG et les autres petites organisations se sabordent et envisagent un congrès fondateur d’un nouveau parti mais hélas, le PCF n’acceptera jamais cette solution et continuera à privilégier son unité d’action sur le terrain avec le PS, notamment aux régionales et municipales pour préserver ses élus.

    Il serait impératif aussi que JLM cesse de faire l’éloge de F. Mitterrand, fasse une réelle critique de son Oui à Maastricht en 1992 ou de sa participation à un gouvernement Jospin qui a privatisé plus que la droite et que les débats au sein du PG soient réellement démocratiques…

    Albert

  4. carol a dit :

    l’adhésion directe au front de gauche est en débat, il en sera question lors des « estivales citoyennes » cet été (http://www.placeaupeuple2012.fr/)
    c’est une possibilité qui est sérieusement envisagée..

  5. Patricia Baci du parti de gauche de Saône et Loire a dit :

    Bonjour Raoul,

    Bienvenu à toi, la campagne de 2005 contre le traité constitutionnel européen a été belle, nulle doute que celles que nous allons mener ensemble le sauront d’autant.
    amicalement,
    Patricia

  6. isa a dit :

    Bienvenu Raoul ! Comme on se retrouve ! Il nous reste de grandes choses à faire. Je suis ravie que tu décides de nous accompagner dans cette (trop) longue marche !
    Amitiés

    isa

  7. Didier HAGE a dit :

    Au PG 66 et au comité du Conflent, nous sommes très heureux d’avoir Raoul à nos côtés. Je ne dirai pas pourquoi car son humilité en souffrirait. J’en reste donc là s’en m’empêcher de souligner la joie fraternelle que me procure son adhésion.
    Si je le peux, je souhaite donner mon avis sur l’intervention de Frédérique. Bien que je ne la connaisse pas, je regrette qu’elle ait quitté le PG, en pleine mer, au risque de se noyer et, tout modestement, je voudrais lui envoyer un bouée. Moi non plus je ne suis pas sûr que nous arriverons à bon port et il y aura des grains et des tempêtes car la route est longue et le sextant ne vois pas toujours les étoiles.
    Il me semble que nous ne devrions pas soupçonner la mer de ces débordements car elle rarement plate et le reste jamais.
    D’accord sur un point, le Front de gauche doit s’ouvrir à ceux et celles qui n’ont pas envie d’adhérer à un parti, bien que je trouve cela dommage car les partis ont aussi besoin de telles personnes. Pas d’accord sur le fait que le PCF soit contre cette évolution.
    Le Front de Gauche fait bouger toutes les lignes et le PG comme le PCF, comme chacune des 6 autres composantes évoluent au fur et à mesure que le mouvement se propage. Nous pouvons toujours soupçonner tel ou tel de vouloir manipuler les autres, cela est humain et nous devons nous garder de tout angélisme, mais pour autant, devons-nous céder à l’idée que nous nous sommes faite, à un moment donné de l’histoire, du PCF et des erreurs qu’il a commises. Pouvons-nous croire que les choses sont intangibles et que l’histoire ne sert à rien. D’où venons-nous nous-mêmes pour prétendre à une éventuelle perfection ?
    Nous ne cessons d’évoluer et le PCF avec nous, grâce à cette volonté de lutter, ensemble, au-delà de nos différences. Nous savons que ces différences existent et c’est pour cela que le PG doit faire valoir son originalité, notamment écologique, et ce, tout aussi bien vis à vis des autres organisations du FdG que des militants d’Europe-Ecologie et du PS.
    Alors, d’accord pour des adhésions à une structure FdG, mais cela ne veut pas dire que cela nous mène à une organisation commune car nous n’y sommes pas prêts, encore.
    Quant aux personnes qui adhèreraient à une structure du type « les amis du FdG ou de l’Humain d’abord », il serait dommage qu’elles le fassent dans un acte de méfiance envers des partis (tous les partis du FdG) relayant ainsi l’idée que partis tous pourris.
    L’adhésion à un parti n’est pas une question de confiance totale envers ce parti, mais, me semble-t-il, avant tout une question de confiance en soi.

    Très fraternellement
    Didier

  8. obermeyer a dit :

    sans attendre la création d’un « parti » front de gauche , il existe des associations  » des amis du fdg  » ( ou d’autres appellations suivant les régions ) qui se mettent en place pour continuer d’appuyer le mouvement . le plus important n’étant pas la chapelle ( perso le pg me convient , j’en suis adhérent depuis quelques mois ) , mais le programme l’humain d’abord . ce programme fait consensus entre toutes les composantes du fdg , c’est ce qui fédère les militants , et donne un but commun à atteindre .
    un parti n’est qu’une boite à outils pour transformer la société . les outils pour y parvenir sont à forger par nous tous .
    j’ai eu du plaisir à rencontrer récemment de vieux militants pc , et même si je les ai parfois un peu secoués , j’ai constaté que nous regardions dans la même direction .
    à 50 ans je commence à militer , c’est pas glorieux ; mais sans mélenchon et le programme l’humain d’abord je n’aurais probablement jamais commencé .
    depuis ma première assemblée citoyenne fdg j’ai découvert , un peu étonné , que plein de gens autour de moi visaient le même horizon et j’ai fais de belles rencontres ….
    albert , peux tu dire pourquoi tu penses que les débats au sein du pg ne sont pas réellement démocratiques ?

    en résistance avec vous tous ,

    ben

  9. Martine Rainaud-Michaudet a dit :

    @Albert
    Entierement d’accord avec ce que tu ecris….
    Tous les groupes constituant le F de G devraient disparaitre pour ne plus etre QUE « l’outil » politique Front de Gauche dont tu parles
    Peut etre es tu en train de refaire exactement la meme erreur que tu avais commise en adherant au NPA…

  10. Pons Georges a dit :

    @Martine
    ça fait des mois qu’on nous répète à satiété qu’un parti n’est jamais qu’un outil, on dirait du Corcuff et Raoul-Marc reprend ce thème. Mais s’il y a de mauvais ouvriers, il y a aussi de mauvais outils, comme il y a de mauvaises recettes, genre la carpe et le lapin. L’abandon de leur étiquette par la demi-douzaine et bientôt plus, voir GA, de composantes du Front – dont trois issues du NPA – aurait comme seul mérite de simplifier la lecture pour l’immense majorité de nos concitoyens, celle qui se garde bien du moindre engagement politique au delà d’un bulletin dans l’urne de temps en temps, si on n’a rien de mieux à faire ce jour là.
    Mais cette fusion avant la lettre ne serait autre que la tentative de la LCR faisant du NPA le creuset d’une gauche nouvelle, écosocialiste et combative.
    On connaît le résultat. J’y suis encore, par entêtement ou par fidélité à l’esprit Bensaïd, je ne sais plus très bien. Ou sans doute parce que le ralliement à un parti lui-même assez composite mais à dominante petit bourgeois réformiste ne suffirait pas à effacer ce sentiment d’échec.
    Car si je ne suis pas insensible au chant des sirènes interprété par JLM , j’essaie de ne pas oublier les naufrages qu’on dit leur devoir. Si le PCF et le PG se sabordaient aujourd’hui (les autres éléments ne sont pas des partis …) pour permettre la naissance d’un, cette fois-ci vraiment nouveau, parti anti-capitaliste, il ne faudrait pas six mois pour qu’il éclate sous la pression de courants contraires.
    Cela dit, Albert dans son billet ne dit pas avoir adhéré au NPA, mais au PG qu’il vient de quitter. Faut-il donc rejoindre les errants ?

  11. Nathanael Uhl a dit :

    Bon, vraiment, tu ne veux pas suivre la mode décrite ici : http://lecridupeuple.com/2012/07/02/soyez-dans-le-coup-quittez-le-pg/
    C’est ton choix, je le respecte. Sois donc le bienvenu ami et camarade !

  12. philippe 30 a dit :

    Bonjour, cette queston des partis reviens sans cesse. je suis moi même en contact avec des amis des collectifs anti gaz de schiste ou des groupes « transition » (écolos) etc…La défiance est toujour là mais c’est bon signe. C’est la recherche d’autonomie, d’une voie nouvelle qui implique chacun dans son quotidien. Ce qui est en cause c’est la politique professionalisée et tout ce qui va avec (la lutte des places, la verticalité, l’extériorité…) Faire de la politique autrement, c’est toute la question. Il faut essayer, les forces disponibles sont là. Je suis au PG, bien sur!

  13. Guillaume Tournat a dit :

    Bonjour Raoul-Marc,
    Très heureux de l’apprendre. Je te suis depuis les comités du Non de 2005, et j’ai souvent trouvé tes analyses pertinentes, et tes explications claires et abordables. J’ai été surpris à l’époque par ton choix du NPA, et au vue de son évolution, ravi de te voir reconsidérer la question de « l’aventure Front de Gauche ».
    Bienvenue au PG !

  14. Pierre Gaugain a dit :

    Bonjour Raoul, et tout le monde,

    quelqu’un vient de te dire « qu’il se demandait si tu ne faisais pas la même erreur qu’en adhérant au NPA », J’ai vu que d’autres quittaient ou ne se sentaient pas biens au NPA ou au PdG….

    Moi perso je ne me sens pas trop bien en ma qualité de miliant et d’adhérent EElv, moi qui fut un militant PCF très actif jusqu’en 83 et qui n’était en rien stalinien parfaitement conscient que le paradis soviétique et ce qui se passait dans les pays libérés du sud est asiatique tout comme à cuba n’était pas non plus le nirvana….et je pense ne pas être le seul dans ce cas , de ne pas être bien tant chez les écolos que chez nes nouveaux communistes ou militants du Mélenchonisme, du PdeG.

    Sur le terrain je rencontre aussi des militants socialistes qui ne sont pas bien non plus avec leurs dirigeants fussent ils ces derniers les plus « normaux » du monde…

    Je sais bien que vient d’être créé le mot ou l’expression « d’écosocialisme »…. par le NPA ou le FdG par le PdeG ou le PC ? pour moi cela ne fait pas pour autant un engagement clair, de même que la gauche de gauche dans sa défintion manque quand même d’un peu de clarté…. cela me rappelle aussi les fameuses républiques socialistes que l’on avait du affubler des mots démocratique, ou populaire pour faire plus vrai, (exemple RDA, et la liste est longue)….comme si le socialisme ne devait être ni démocratique ni populaire…. les pléonasmes n’étant pas à première vue les handicaps majeurs des idéologues de l’époque. L’écosialisme me semble donc une expression fumeuse et rien d’autre, en quelque sorte un nouveau pléonasme.

    Il se trouve que maintenant tout le monde est écologiste…..c’est probablement très tendance…..

    Pour ce qui me concerne je vais rester dans la maison mère de l’écologie politique et sociale, EElv, car je ne vois pas bien où je pourrais aller, pour lutter valablement tant sur les questions de l’écologie politique mais aussi sociale, car je pense que malheureusement EElv est probablement la seule sensibilité à dénoncer, pas tant le capitalisme ce qui n’est souvent qu’une posture, mais le productivisme, qu’il soit privé ou d’état, libéral ou socialisé, mais sans grande illusion sur l’efficacité de ses engagements de ses alliances dans le cadre actuel de sa stratégie….et le combat interne à EElv est loin d’être terminé…..

    Comme quelqu’un d’autre le rappelait, pour les municpales, toute la gauche se retrouvera (sauf les traditionnels groupuscules LO et feu la LCR) comme au bon vieux temps de feu le programme commun pour faire des listes d’union et gagner le plus grand nombre de municipalités possible….alors arrêtons de voir la paille qu’il y a dans l’oeil de nos voisins…….

    Tout comme toi Raoul, je me demande si j’ai fait les bons choix voire modestement les moins mauvais, et je t’accorde volontiers que chez EElv, je ne trouve pas ou plus tout le monde au niveau éthique d’un grand intérêt, nous sommes lancés dans la course aux élus, aux postes, mais pas plus que le FdG ou le PdG ou le PC, je ne parle pas du PS pour qui c’est sa raison d’être.

    Donc le parti de gauche pourquoi pas, s’il a toujours les moyens de s’exprimer et s’il existe encore dans quelques mois…..

    J’ai les mêmes réserves mais d’une autre nature pour Jean Luc ( Mélenchon), que toi pour Dany (Cohn Bendit), et je peux te dire que je ne l’épargne pas sur son côté « libéral libertaire », car moi je suis surtout pour le côté militant politique de terrain….pour sortir de l’indignation chronique et entrer dans l’action effective pour renouer le dialogue avec nos concitoyens sans les saoûler, ce qui sera très difficile tant les lignes politiques des uns et des autres filent déjà le tournis aux militants les plus engagés, les plus sincères, voire les découragent, ce qui explique le peu d’engouement pour l’adhésion à l’action militante, et la désaffection de nos compatriotes tant pour l’adhésion dans les partis politiques, à l’exception probable et regrettable du FN, que pour le simple geste d’exprimer son vote….

    Voilà Raoul, j’espère que tu ne vas pas au devant d’une nouvelle déception, et je ne te la souhaite vraiment pas…..Bon courage et bonne chance.

    Comme tout le monde est devenu écologiste nul doute que nous nous retrouverons sur le terrain….sur les questions aussi essentielles que les sociales nous nous retrouverons probablement aussi….du moins je l’espère, même si nous serons probablement encore obligés d’avaler quelques couleuvres libérales…..au nom du système financiarisé mondial !

    Pour éviter cette ingestion de mauvaises potions il faudrait une mobilisation citoyenne quasi mondiale….. et là nous n’y sommes pas vraiment !

    Sans doute que deux ou trois Tchernobyl ou Fukushima accélèreraient les prises de conscience mais je n’en suis même pas certain !!!! alors EElv ou le Parti de Gauche, tu vois un peu où je les situe….mais il est de notre devoir de les faire exister, et même si ça ne sert à pas grand chose, cela ne fait pas de mal non plus…..

    Bien amicalement

    Pierre Gaugain.

  15. sylvie a dit :

    Bonjour Raoul et bienvenu !
    cela fait chaud au cœur de te compter parmi nous, et de pouvoir militer aux côtés de celui qui en son temps a si bien dénoncé et expliqué les méfaits à venir de l’AGCS. Nous y sommes, jusqu’au cou…
    Aux camarades qui s’interrogent et tergiversent sur les partis, l’outil… je note simplement que le fonctionnement de cette fichue Ve république ne nous laisse guère de choix pour être visibles et audibles afin de promouvoir notre programme l’Humain d’abord hors des partis constituant le FDG. « Voir » en ce moment notre présence « médiatique » dès lors que les projecteurs des élections se sont éteints. Quant à la liaison entre productivisme et écologie, Paul Ariès s’est positionné clairement pour le Front de Gauche lors des dernières présidentielles.
    La planification écologique du PG et du FDG est au cœur du programme l’Humain d’abord. Mélenchon l’a mise en avant dans de nombreux meetings pour la présidentielle.

  16. Raoul Marc Jennar a dit :

    @Boyer – Jusqu’ici, le PCF n’avait pas accepté le principe d’adhésions individuelles au FdG. Mais il semble que sur cette question, il bouge peu à peu. Pour ma part, dans le débat politique, j’estime qu’on pèse davantage quand on est dans une structure que quand on n’y est pas. Comme militant altermondialiste, depuis la fin des années 90, j’ai ressenti souvent le besoin d’un prolongement politique structuré, organisé, en phase avec les mouvements qui remettent en cause le système dans tous ses aspects. C’est aussi une des raisons de mon choix du PG.

  17. Raoul Marc Jennar a dit :

    @sylvie – Bien d’accord avec toi et j’ajouterai qu’on ne peut pas être écologiste si on ne remet pas en question le capitalisme et inversément. Le capitalisme exploite à la fois les humains et la planète. Le prétendu « capitalisme vert » est un enfumage de plus du système parce que lorsque le système offre un avantage financier à polluer et aussi à dépolluer, il tente de se garantir contre toute remise en cause. Pendant ce temps, c’est la santé des humains et celle de la nature qui se dégrade.

  18. Raoul Marc Jennar a dit :

    @Albert – Moi aussi, je pensais que l’adhésion individuelle au FdG était la bonne démarche. Dans l’attente d’une fusion de toutes les composantes de celui-ci pour créer un Die Linke à la française. Mais cela ne se fera pas. Le PCF refuse absolument. On ne peut l’y contraindre. Il y viendra peut-être un jour quand il aura compris que la référence au communisme n’est plus synonyme d’espoir. La belle idée du communisme a été irrémédiablement détruite par tous ceux qui, de Lénine à Pol Pot, se sont réclamés d’elle une fois arrivés au pouvoir. Par rapport à la situation que nous avons connue en 2005-2006 quand nous espérions ardemment traduire le succès du non au TCE, nous avons progressé. Et j’observe que le Front de Gauche a réussi là où le NPA a échoué. Certes, cette réussite ne peut être considérée que comme un succès d’étape et de nouveaux pas sont à franchir. Pour l’heure, l’état des lieux de la gauche de gauche, c’est le FdG et son programme « L’Humain d’abord ». C’est le cadre qui nous est donné et dans lequel il faut agir. Et on ne pèse que si on est regroupé dans une des composantes de ce rassemblement en constant devenir.

  19. frédérique Boyer a dit :

    Je suis bien contente que cela soit débattu et bien consciente des freins mis par le PCF dont j’ai été membre pendant trente ans. Mais on a besoin d’un mouvement maintenant et plus d’une pyramide hiérarchisée et figée. Si les adhésions individuelles deviennent possibles, je me rue dessus, mais surtout pour y être active.

  20. alain guillou a dit :

    La chance du FDG est dans son processus d’existence :
    Origine: fibre unitaire axiale du programme CO-écrit par ses diverses composantes sans rien lâcher de leur ressource militante initiale: « l’humain d’abord ».
    Dynamique: résistance vouée a se renforcer en s’elargissant.
    Consistance: est entraîn de se créer à la fois la réponse à la nécessité historique et un nouveau mode de trans-militantisme constructif qui ne gaspille pas l’exixtant:
    Chaque parti chaque association chaque syndicat apporte son potentiel humain…
    Reste à cultiver « l’émergence » car elle attend en effet sous l’expression du désir d’adhésion « autrement »…Ne pas lâcher proie pour ombre exige un travail « refondateur » qui commence par les fins car elles sont devant leur urgence le « moyen »:
    Forcément entrelac de fibres partidaires et de fibres anarchistes au vrai sens du terme.
    Conclusion: il serait « absurde »(pour moi) de « créer un nouveau parti » car ce qui se produit dans et par la logique dynamique complexe du FDG dépassera la logique partidaires.

  21. JENNAR a dit :

    @alain guillou – tout à fait d’accord. Les fins sont le moyen.

  22. Michel BERTHELOT a dit :

    Bonjour,

    je vous suis volontiers depuis pas mal d’années et apprécie votre réflexion politique. Comment jugez-vous le manque de courage voire la lâcheté politicarde avec laquelle le Parti de Gauche s’est comporté vis-à-vis de René Balme, maire de Grigny ?

  23. Pons Georges a dit :

    @ Alain Guillou

    Vous lire est savoureux, plus encore l’accord de Jennar souligné d’un « oui, les fins sont le moyen. »
    La conclusion (il serait absurde de créer un nouveau parti …) me laisse quand même pantois. Et celui qui le dit a pourtant coopéré à la naissance du NPA pour en être aujourd’hui quasi orphelin.
    Mais n’appartenant pas à la classe intellectuelle, j’essaie toujours de me mettre à la place de mes concitoyens encore moins sensibles que moi à ces propos certes élevés et d’imaginer comment ils pourraient les recevoir.
    Je défends comme vous l’idée d’un trans-militantisme que je baptisais plus banalement « multi-cartes » et que je pratique depuis des années. Mais nos institutions étant ce qu’elles sont et alors que plus personne ne parle d’une nouvelle constitution, j’ai du mal à imaginer la fin de ce bipolarisme, finalement assez confortable pour la majorité de nos concitoyens, si nous ne construisons pas une organisation politique alternative, là où nous avons maintenant une droite tellement décomplexée qu’elle fait varier sa géométrie comme elle l’entend, et un centre large dont le PS est la pièce maîtresse. Ce ne sont pas des ensembles flous de type FdG qui ont la moindre chance de se révéler efficaces pour faire advenir avant cent ans une république digne de ce nom.
    Pas d’auberge espagnole, pas d’organisation paramilitaire non plus, mais une nouvelle famille politique constituée de femmes et d’hommes qui tout en gardant leur liberté de pensée ne se constituent pas en une fédération d’individualités transformant, au nom de leur sacro-sainte individualité, l’action politique en mouvement brownien. Que le PC et le PG imitent, seulement en ça, la décision courageuse de la LCR se sabordant, quand rien ne l’y obligeait, pour construire, de manière infiniment plus démocratique que Mélenchon annonçant la naissance du PG, un parti anticapitaliste qui aurait pu être, lui; un vrai front de gauche, si nos concitoyens qui se disent « de gauche » lui avaient assuré en y adhérant la masse critique sans laquelle rien n’est possible. Mais ça, il ne faut pas y compter, vous n’avez donc pas à vous inquiéter. Le PS encore moins.

  24. Michel GROSSIN a dit :

    @Albert
    Partant d’une analyse très semblable à la tienne, j’ai fait la choix inverse, celui d’adhérer au PG. Si le PCF aura du mal à changer « volontairement, un nouveau rapport de force au sein du FDG peut l’y contraindre.
    Quant à JLM, il a plusieurs mérites :
    – il a porté la parole du FDG comme je n’espérais plus l’entendre.
    – il rappelle que le PG a vocation à s’auto-dissoudre, dans un parti oi une organisation plus grande
    – il refuse le culte de la personnalité – ce qui est loin d’être évident et plutôt rare
    – il a, je pense, la capacité d’admettre ses erreurs
    et comme nous tous, le droit de changer.
    Quant à ton analyse sur la LCR se sabordant, permets-moi de doucement rigoler. C’est ignorer totalement comment fonctionne une organisation trotskyste que de penser que les militants de la LCR allaient remettre en cause leur fonction dirigeante au sein de la nouvelle organisation. Ce qui a conduit à la situation actuelle et a découragé et dégoûté du militantisme les nouveaux adhérents qui étaient sincères.
    La logique d’une organisation est d’assurer sa survie et il faut beaucoup de vigilance pour que se maintienne l’idée de la remettre en question.
    Quant à ton collectif d’hommes et de femmes de bonne volonté, elle est fort généreuse et intellectuellement très séduisante. Sauf que ces camarades n’auront aucun moyen de se faire entendre et que leur combat, s’il peut ponctuellement avoir un écho, ne pourra, hélas pas déboucher sur grand chose.
    Ce sont les raisons qui m’ont fait faire le pari de du PG, tout en sachant qu’il est en construction. Après des années de campagne électorale doit commencer une phase de réflexion et d’approfondissement du programme.
    Je trouve dommage que tu n’y participes pas.

  25. Raoul Marc JENNAR a dit :

    @Michel BERTHELOT – Désolé de réagir avec un tel retard. Je ne connais pas tous les détails du départ de René Balme du PG. Ce que je sais, par contre, c’est qu’il avait donné sur son blog la parole à des thèses qui sont contraires aux valeurs défendues par le PG. René Balme s’est également montré très ouvert aux thèses conspirationnistes de Thierry Meyssan, je peux en témoigner personnellement. Je note enfin que c’est lui qui a décidé de démissionner du PG alors qu’il avait été convenu d’une rencontre pour clarifier les questionnements légitimes que suscitait son blog. C’est son choix et il est respectable. De là à en faire un martyr ….

  26. Xavier Marchand a dit :

    Bonjour,

    @Raoul, @Alain…

    L’avenir du Front de Gauche va sans doute se jouer maintenant. Effectivement il n’a sans doute pas vocation à devenir un parti. Mais il doit trouver les moyens d’attirer davantage de gens pour devenir un front permanent.
    Pour cela il devra s’ouvrir aux adhésions directes et individuelles. C’est le sens de l’appel suivant qui circule depuis juillet:

    http://www.frontdegauchefrontdupeuple.fr

    Cordialement,
    XM

  27. Pierre Gaugain a dit :

    @ Martine,

    Bonjour Martine je viens d’apprendre seulement aujourd’hui le décès de Bernard, comme je n’ai plus le moyen de te joindre, j’utilise le blog de Raoul qui j’espère me pardonnera cette utilisation de son blog pour te présenter mes condoléances, et surtout t’assurer de mon amitié….
    Nous t’embrassons bien affectueusement,

    Pierre et Nelly Gaugain.

  28. grandamme pierre a dit :

    bonjour depuis des mois je cherche a rejoindre le fdg 92 de malakoff comme alternatif IMPOSSIBLE pouquoi???? fraternellement pg

  29. Raoul Marc Jennar a dit :

    J’ignore pourquoi vous m’adressez cette question. Je n’exerce aucune responsabilité ni au FdG ni au PG. Je suis personnellement favorable aux adhésions individuelles au FdG, mais, si je suis bien informé, le PCF s’y oppose. La question demeure en débat selon mes infos.

Répondre