12 Oct 2012

1/ Traité de Rome (1957) : Guy Mollet, Président du Conseil, majorité SFIO

2/ Accords de Schengen (1985) : Laurent Fabius, Premier ministre, majorité PS

3/ Acte unique européen (1986) : Laurent Fabius, Premier ministre, majorité PS ; Jacques Delors, PS, président de la Commission européenne

4/ Traité de Maastricht (1992) : Pierre Bérégovoy, Premier ministre, majorité PS ; Jacques Delors, PS, président de la Commission européenne

5/ Traité d’Amsterdam (1997) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS

6/ Création de la BCE (1998) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS

7/ Création de la zone euro (1999) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS

8/ Sommet de Lisbonne (2000) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS

9/ Traité de Nice (2001) : Lionel Jospin, Premier ministre, majorité PS

10/ Sommet de Barcelone (2002), Lionel Jospin, Premier Ministre, majorité PS

11) Ratification du Traité de Lisbonne (2008), approuvée grâce à l’appui du PS

12) MES et TSCG : Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, majorité PS

Entre 1997 et 2002, sur les 15 Etats membres de l’Union européenne à cette époque, 13 sont composés de sociaux-démocrates.

Une gauche de gauche s’avère indispensable pour reconstruire une union des peuples d’Europe qui soit démocratique, sociale et écologique.

(inspiré d’un message de Michel Hernando sur facebook)

Lu 4 399 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

8 Réponses pour “Les étapes décisives de la mise en place d’une Europe ultra-libérale, du démantèlement des politiques sociales et de la régression démocratique”

  1. René de VOS a dit :

    Salut Raoul,
    merci pour cette chronologie matinale et bien utile.
    Je remarque, en ce qui me concerne, qu’à chaque fois, les socialistes ont prétendu qu’ils soutenaient le programme pour le rendre plus social et moins technique ou trop favorable au capital. Et bien, Hollande et son ombre Ayrault, viennent de nous refaire le même coup. Pour en finir avec cette supercherie, je ne vois pas d’autre solution que d’organiser la résistance à l’échelle planétaire par le regroupement des forces d’opposition au sein d’une cinquième internationale qui appellera un chat : un chat.

  2. JimZingBoum a dit :

    Ca y est, l’ami Raoul nous fait une rechute 🙂

    Toujours pas compris que les peuples, ils n’en ont plus rien à péter de la gauche de la gauche et des autres scories à étiquettes venues d’un volcan éteint à présent.

    Ah les vieux, ça n’atteint pas la sagesse forcément, loin de là, surtout quand ils oublient de regarder droit dans les yeux les moins de 30 ans, par confort, abrités dans des certitudes bercées d’illusions entretenues par des récitations 🙁

  3. Jacques Roman a dit :

    @Raoul Marc Jennar

    Vous n’aimez pas la construction européenne actuelle, vous n’êtes pas le seul

    Deux soloutions possibles selon moi :

    1) Abandonner l’Union européenne et en revenir à l’Europe des nations et aux formes de coopération continentale classiques (dans le cadre du Conseil de l’Europe je suppose) ;

    2) Réformer l’Union européenne.

    Mais dans tous les cas on ne peut pas se contenter de critiquer le système existant et ceux qui ont contribué à le mettre en place : il faut proposer autre chose. JR

  4. JimOnTheRoll a dit :

    @Jacques Roman

    Que voulez vous qu’ils proposent de censé ???

    Ils ont 50 ans de retard dans la tête !

    Ils ne sont même pas arrivés à intégrer le phénomène media de masse en 40 ans de pseudos « réflexions » !

    On en est à internet à ce jour, et ça carrément ils ne comprennent même pas la première lettre de l’alphabet, qui dépasse et de très loin le fait media, c’est dire l’ignorance des pseudo savants !!!

    Pfff, c’est affligeant 🙁

    Qu’ils fassent place, avec modestie et sens du devoir, par respect pour le peuple et ceux qui les surpassent en tous sens !!!
    Ces derniers les écouteront, mais pas plus !

  5. Raoul Marc Jennar a dit :

    @Jacques Roman – Cher Jacques Roman, vous me lisez depuis longtemps assez pour savoir que ce n’est pas l’union des peuples d’Europe que je conteste. Au contraire, je l’appelle de mes voeux. Mais pas cette « construction » européenne qui détruit,peu à peu tous les acquis démocratiques et sociaux. Le TSCG ampute les élus de leurs pleins pouvoirs budgétaires. La dernière proposition de la Commission européenne consiste à mettre la sécurité sociale en concurrence avec les assurances privées ! M’accuser de ne rien proposer, c’est tout simplement manifester une mauvaise fois polémique.J’ai consacré tout un livre (Quelle Europe après le non ?) à des propositions pratiques, concrètes pour réformer l’UE. Et elles n’ont rien à voir avec les supposés fantasmes archaïques de celui qui se plait à vous répondre en m’envoyant sa bordée habituelle de violences verbales. Signe indiscutable d’une incapacité à dialoguer avec respect. Mais chacun a ses infirmités.

  6. Bourgeois Jean a dit :

    Ne sommes-nous pas dans la dernière offensive de la guerre économique capitaliste en tentant de faire basculer totalement l’approvisionnement de la Caisse de la sécurité sociale dans le système infernal Crédit Dette ???

    Le retour aux cotisations patronales au lieu de dividentes à deux chiffres favorisant la propriété lucrative (actionnariat) ne voilà-t-il pas qui empêcherait l’endettement infernal actuel sans fin ?

    Pas d’intérêts à payer.

    Hausse des salaires possible au vu de la bonne santé du PIB,

    Tel est l’enjeu de cette offensive capitalistique acharnée à détruire le peu qui reste de ce sytème de caisse de sécurité sociale mis en place par le CNR en 1945.

    Dernier bastion où le Crédit étrangleur par l’endettement des masses qu’il engendre, ne pouvait opérer.

    On comprends l’enjeu décisif de cette bataille économique du capitalisme.

    Réflexions inspirées par l’analyse de Bernard Friot notamment dans son livre « L’enjeu des Retraites »

  7. Jiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim a dit :

    Salut les jeunes.
    Pour mettre de bonne humeur pour la journée, rions un peu tous ensemble 🙂

    Philippe Poutou (ancien candidat NPA à la présidentielle) :

    «Je n’ai pas l’habitude d’être seul : on arrive chez le patron en groupe, on séquestre en groupe».

  8. D’un retournement l’autre ou neuf mois sous un gouvernement « socialiste  « « LES VREGENS a dit :

    […] vous êtes, que le libéralisme débridé, c’était seulement la droite ?  Lisez plutôt ça.  Où l’on s’aperçoit que la construction de l’Europe libérale telle que nous […]

Répondre