06 Fév 2017

Ce dimanche, le mouvement Ensemble – dont je ne fais pas partie – a adopté un texte interminable au terme duquel il vient à l’essentiel : sept grandes exigences qui devraient être à la base d’un « Pacte pour une alternative de gauche » et qui, selon Ensemble, sont déjà des points de convergence possible entre Mélenchon, Hamon et Jadot :

1. La mise en place d’une VIème République et d’une assemblée constituante pour construire une véritable démocratie à l’échelle des territoires, des entreprises et du pays.

2. La rupture avec les politiques d’austérité et les politiques pro-patronales (abrogation du CICE, de la Loi Travail, etc.) pour donner la priorité, à l’égalité hommes femmes, aux besoins sociaux et écologiques, et la reprise des discussions sur les progrès à faire au profit des salarié.es et de tou.te.s, chômeurs, précaires … Garantir un droit de regard des salariés sur ce que produit leur entreprise, un droit de préemption sur leur avenir.

3. La construction d’une Sécurité Sociale Intégrale, basée sur un système de cotisations et de répartition en prenant sur les profits, qui permette d’en finir avec le chômage et la précarité et qui prévoit : la continuité du revenu entre période d’emplois, recherches d’emplois et de formation, une conférence citoyenne pour aller vers une sécurité sociale professionnelle ; la réduction du temps de travail, vers les 32 heures hebdomadaires, sans perte de salaires et avec embauche, l’égalité professionnelle entre hommes et femmes.

4. La mise en route d’une politique de développement non productiviste assurant une véritable transition écologique, s’engageant à une sortie du nucléaire. En finir avec les grands travaux inutiles ou anti-écologiques, tel l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le bétonnage immobilier et consulter la population avant le lancement de tout projet.

5. La rupture avec les traités de l’Europe libérale actuelle au service de la finance, qui obligent à respecter le dogme austéritaire des 3 % de PIB, pour refonder, autour de nouveaux traités, une autre Europe, sociale, démocratique, écologique, contre les replis nationalistes, austéritaires et xénophobes.

6. La priorité donnée à la paix et à la justice pour les peuples, en refusant tout alignement sur la politique étrangère des grandes puissances, en agissant pour réduire le surarmement face aux dangers de guerre.

7. Le développement d’une politique pour l’égalité et pour de nouveaux droits, contre les discriminations et les divisions, pour l’accueil des réfugiés. Défendre le droit des femmes à la contraception et à l’avortement face à tous ceux qui veulent les remettre en cause.

Et le texte conclut :

« C’est autour de ces exigences qu’un large rassemblement peut se construire pour la présidentielle comme pour les législatives. C’est aussi autour d’un tel « Pacte pour une alternative de gauche » que peut être posé l’objectif d’une majorité nouvelle à l’assemblée, qui rompe avec l’austérité et résiste à une hégémonie de la droite et du FN. Divisées, les candidatures de la gauche d’alternative n’ont aucune chance d’être présentes aux seconds tours, si elles s’unissent autour d’un projet commun, elles gardent la possibilité de rompre avec le social libéralisme, de battre la droite et le Front national. »

Rien dans ces 7 exigences n’est en contradiction avec le programme élaboré par les militants de la France insoumise.  Dès lors, puisque ces exigences n’affectent en aucune façon le programme global dont il est porteur, pourquoi Jean-Luc Mélenchon ne les proposerait-il pas à B. Hamon ? Les réponses de ce dernier apporteraient une indispensable clarification quant au positionnement réel d’un candidat PS aujourd’hui soutenu par une majorité de parlementaires qui ont défendu du premier au dernier jour tous les choix de Hollande-Valls.

rmj

 

Lu 1 813 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

28 Réponses pour “Les conditions d’un rassemblement pour une vraie alternative”

  1. michel marchand a dit :

    Des 7 points, il y en a au moins un qui illustre l’impossibilité d’un accord politique entre Hamon et Jadot tous deux européistes avec la France insoumise, celui de la sortie des traités européens. La question de l’UE est le point clivant entre les formations et mouvements politiques.

  2. Anny Richard a dit :

    Les questions soulevées ici sont complexes.
    Ce qui est sûr, c’est qu’il faudrait pouvoir réaliser ce rassemblement de la vraie gauche.
    Mais, si l’on se réfère à une citation de Benoît Hamon, datée du 20 janvier 2012, et publiée dans le Figaro : »Contenir Mélenchon, c’est la mission que se sont donnée les plus à gauche des socialistes. On assure à Hollande un flanc gauche qui évite que certains électeurs se tournent vers Mélenchon ».
    Cette position de Hamon, si elle n’a pas changé, n’est pas de très bon augure pour réussir la recomposition de la vraie gauche à laquelle nous aspirons. Si nous ajoutons à cela les inimitiés irréductibles de certains socialistes vis à vis de Mélenchon, (ceux qui ont participé à ce jeu), il semble encore plus délicat d’envisager un avenir serein.
    Tout dépendra de la manière dont les deux responsables, Hamon et Mélenchon, réussiront à trouver un terrain d’entente sans se compromettre et surtout, sans compromettre leurs soutiens citoyens.
    Voilà des années que nous sommes en quête de gauche : les grands rassemblements post TCE , les « collectifs unitaires », les grandes manifestations de rue quelle qu’en soit la raison, « Nuit debout »… tous ces mouvements réels mais éclatés en sont la preuve. La base bouge et aspire vraiment à autre chose ! Mais, ne perdons pas de vue, dans cette perspective de rassemblement, que les partis de gouvernement (PS, PCF) sont en partie responsables de la situation de la gauche aujourd’hui. N’oublions pas la nocivité d’un Hollande et de certains de ses ministres ! N’oublions pas, non plus, que la situation actuelle est inédite et que nombreux, parmi les députés, sont ceux qui craignent un « bousculement » des institutions…
    Alors, continuons à rester vigilants et à porter les idées qui nous tiennent à coeur et espérons que la sagesse liée à la gravité de la situation sera le guide des mentors !

  3. Desmet Jacques a dit :

    Blanc seing !

  4. nuria a dit :

    « Ensemble » fait de bonnes propositions !le programme l’avenir en commun dit la même chose :6 république, sécurité sociale 100%, développement non productiviste
    etc…..reste Jadot ET Hamon.. que vont ils en dire?
    chacun tend la main …..
    il faut toujours garder espoir même si la confiance est écornée par tous les bouts…

  5. carlin jean-pierre a dit :

    C’est fort bien vu, Raoul ! Merci d’abord de porter à la connaissance du plus grand nombre ce texte tout frais venant d’un rassemblement – Ensemble! – lui-même, et pour lui-même dès l’origine, dans une démarche de convergence. La question n’est pas ici de savoir si, resté assez limité, il y a réussi pour son propre compte. Je n’en fais pas partie, moi non plus, mais je partage cette idée que les « 7 exigences » énoncées peuvent servir de base à une convergence. Aussi bien, soyons réalistes : le temps est compté et les occasions efficaces de déblocage ne vont peut-être pas se multiplier.
    Alors, oui, JLM devrait probablement saisir celle-ci, car en effet le programme de la France insoumise l’autorise… même si les points de convergence ne sont que « possibles ». A cet égard, et sans se livrer à un recensement des endroits du texte où ça va ‘coincer’, sans défaitisme, on peut relever :
    – sur le 1, mais ça n’est que rédactionnel, il faut inverser Constituante et 6° république, bien sûr ;
    – sur le 4, les problèmes de politique non productiviste et de sortie du nucléaire sont à évoquer d’entrée également avec les partenaires du PCF… peut-être les plus coriaces sur ces deux sujets.
    N’évoquons pas un NPA qui en est encore à lancer une pétition : « Poutou-doit-en-être », hélas. En revanche, n’oublions pas le PCF dans cette affaire cruciale : lui aussi a une « clarification » à apporter – même si, à la différence de Hamon, c’est pour les législatives, puisque le soutien à Mélenchon est acquis pour la présidentielle…
    Mais, avec Hamon, le point d’achoppement le plus important sera probablement le n° 3 qui revient à lui faire manger son chapeau ‘Revenu Universel’, même si l’on observe qu’il a mis de l’eau dans son vin en limitant une première application aux 18/24 ans.
    Hamon ne pourra pas ne pas répondre et « l’indispensable clarification » sera ainsi obtenue. Encore est-t-il nécessaire que JLM et les Insoumis prennent vite l’initiative de la proposition préconisée de « pacte » sur la base des 7 exigences… sans omettre d’inclure le PCF dans l’opération !
    A défaut de pouvoir influer sur ce possible nouveau cours des événements, cultivons notre nouvel espoir !

  6. Jean-Claude Moog a dit :

    Différents appels demandent, mais de manière trop confidentielle à ce jour, que ceux qui se revendiquent de la gauche fassent candidature commune pour pouvoir être présents au second tour. Peu importe qui, que ce soit par tirage au sort ou à la courte paille… A mes yeux, la figure de prou importe peu, Il y a par contre besoin de ranger les députés sortants, ou au moins de leur conférer une place accessoire, en ouvrant la porte à des élus représentant les divers courants susceptibles et de gouverner ensemble, et pouvant avoir le courage politique de renverser un gouvernement ne tenant pas ses engagements. C’est au niveau de l’ouverture de la majorité législative envisagée que se joue la crédibilité d’une candidature.
    Mais il ne faut pas oublier qu’après 2001, nous ne sommes plus vraiment dans une élection à 2 tours: c’est le candidat le plus susceptible, au vu des sondages, d’accéder au second tour qui a toutes les chances de siphonner les voix de ses concurrents directs… et à ce jour, ni Mélanchon ni Hamon n’ont l’assurance d’y participer… Mais le P »S » garde ses candidats au chaud, prêts à jouer Macron…

  7. henri marteau a dit :

    Hélas, la tragédie grecque n’a pas servi de leçon.
    Toutes ces propositions sont incompatibles sans rupture avec l’UE et la monnaie unique.
    Voir : Les candidats de Gauche sont-ils sérieux ? : http://www.marianne.net/agora-europe-les-candidats-primaire-gauche-sont-ils-serieux-100249290.html

  8. carlin jean-pierre a dit :

    Je rebondis sur les propos précédents, n’en ayant eu connaissance qu’après publication du mien (n°5). Pour intéressants qu’ils soient (historique au n°2, tactique actuelle au n°6), un ‘défaut’ commun me frappe : tous semblent en rester au titre de l’article de Raoul (« conditions d’un rassemblement pour une vraie alternative ») sans retenir sa conclusion : « les réponses (de Hamon) apporteraient une indispensable clarification quant au positionnement réel d’un candidat PS… »
    Je stoppe volontairement ma citation, en vous priant de bien examiner le dernier membre de phrase suivant : pour moi, dans la vérité des faits, Raoul y jette à juste titre un discrédit définitif sur un Hamon qui, au cas hautement improbable où il répondrait positivement, perdrait immédiatement la confiance de ces « parlementaires qui ont défendu de premier au dernier jour tous les choix de Hollande-Valls », comme il le précise. Et qu’on n’oppose pas le précédent d’un Valls tournant casaque à titre personnel sur le 49-3 : dans le cas Hamon, c’est beaucoup plus lourd, ne serait-ce que parce qu’il ne pourrait répondre favorablement en son seul nom car tous les affidés incrustés dans la « vieille maison » qui s’écroule sauraient faire barrage, malgré le suicide collectif qui se profile.
    Non, pour ma part je crois comprendre que ce qu’il faut rechercher à l’occasion de l’initiative proposée par Raoul, c’est le débroussaillage le plus rapide possible, mieux, la levée définitive de toute ambiguïté, de toute équivoque entretenue volontairement par Hamon. Cf. le rappel pertinent par n°2 de Hamon durant la campagne de 2012 en mission pour « contenir Mélenchon » : aujourd’hui, dans un contexte plus dramatique – il s’agit de sauver le PS -, la mission intangible de Hamon est plus que jamais la même !
    Ainsi, cet « indispensable éclaircissement » a pour seul objectif de mettre Hamon au pied du mur : il sera contraint de dévoiler enfin son « positionnement réel.
    Je me répète : il ne pourra pas ne pas répondre. Après quoi, le « dégagisme » pourra intervenir.
    Même si rien ne sera réglé pour autant, les choses seront claires, les facultés de nuire identifiées complètement et isolées – au sens sanitaire. Evidemment, le n°6 a raison sur le fond : »c’est au niveau de l’ouverture de la majorité législative envisagée que se joue la crédibilité d’une candidature ». Avec un bémol cependant du fait de la situation sans précédent (cf. la 1° « exigence » de Ensemble!) qui conduit à une assemblée constituante, etc. : le nouveau législateur de juin 2017 devra remettre ses pouvoirs au constituant qui aura pour mission d’élaborer la nouvelle constitution – et cela dans un délai compté, juste le temps pour le ‘législateur’ de voter, si la majorité le permet déjà, les indispensables mesures, sociales notamment, que le programme ‘L’Avenir en commun’ a déterminé comme prioritaires.
    Mais pour cette fin, les moyens sont loin, très loin d’être assurés, me répondra-t-on. Et on aura raison. Je ne suis pas naïf. La seule chance : celui d’un « surgissement citoyen », suite notamment à un travail rapide et efficace vers la masse abstentionniste… et aussi vers les électeurs PS déçus. Pour ces derniers, il y faudra d’autant plus de doigté qu’il est toujours difficile d’amener quelqu’un à admettre qu’il s’est trompé, et plus, qu’il doit en tirer immédiatement les conséquences, calendrier électoral oblige… Si le respect accompagne la démarche – pas de doute sur la morale citoyenne qui préside au mouvement Insoumis -, l’espoir se renforce.
    Ca n’est pas (encore) gagné, mais le succès est à ce prix.

  9. Jean Bourgeois a dit :

    La France Insoumise est un mouvement citoyen hors parti.
    JLM n’en est que son brillant certes porte parole. Candidat au nom du mouvement à la Présidence pour lancer dès le début un processus démocratique d’une nouvelle constitution vers la 6éme république.
    Prêt à se soumettre à ce qu’elle décidera notamment quant au statut d’une nouvelle forme de présidence éventuelle.
    Mouvement citoyen hors parti ouvert à toutes et à tous tel qu’il est et d’où qu’il vienne, encarté ou non.
    Comment même pouvoir imaginer un seul instant qu’il puisse sans se contredire rejoindre ne serait-ce qu’à titre personnel, B. Hamon candidat du PARTI socialiste qu’il a quitté tout comme la présidence du parti de gauche pour se consacrer à un mouvement exclusivement citoyen se voulant au-dessus de tout parti fut-il de gauche.?
    Passage démocratique non violent de l’ère de la particratie à l’ére du peuple.
    Le peuple français est-il mûr pour cette révolution pacifique à portée de main s’il est prêt à faire les bons choix aujourd’hui en plaçant l’intérêt général au-dessus des intérêts particuliers fussent- ils politiques ?
    Comment JMJ brillant intellectuel, riche d’engagements multiples, qui s’est libéré du carcan de tout parti qu’il a fréquenté de l’intérieur et en mesure donc toutes les lacunes, limites mieux que quiconque, ne rejoint-il pas un tel mouvement citoyen d’avenir, en marche au-delà même des échéances électorales à venir qu’elle qu’en soit le résultat ?

  10. Georges-Henri CLOPEAU a dit :

    A la liste des points d’accord manque malheureusement la condition essentielle donnant le pouvoir de réaliser ces voeux. On s’acheminerait donc vers un programme à la Hollande et on continuerait à vivre la même dégringolade parce que comme l’a affirmé Mme Thatcher « Il n’y a pas d’autre voie ». Cette « voie unique » a été avouée à la fin du 19e siècle par un banquier qui a dit :
    « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ».
    C’est clair : dans tout état qui abandonne son pouvoir régalien sur la monnaie, ce sont les grandes banques qui gouvernent;
    Pour qu’un programme de gouvernement soit crédible li doit, comme celui de Mélenchon avoir un plan pour reprendre le pouvoir monétaire, au moins en Europe (plan A), et même, si on n’entraîne pas suffisamment de pays en Europe, reprendre ce pouvoir chez nous (plan B)

  11. Riela Arthur a dit :

    Bonsoir
    J’approuve totalement la prise de position de Ensemble et le soutien apporté par R-M Jennar
    Le petit jeu de « contenir » JLM aujourd’hui ,lePCF jadis est une constante du P »s »!
    Hamon a très vite été pris dans la toile des crocodiles duP »s »
    Ce matin les propos de Mme la ministre de l’EN l’ont confirme! Il ne semble pas être très ferme sur la révocation de la loi El Khomri
    Pas d’illusions:Hamont a été repris dans la ligne hollandaise ´a quelques nuances près qu’il va bien falloir souligner pour « contenir » JlM
    Même si Hamon veux s’entendre avec JLM il se fera barrer par ses soutiens(comme la corde….)
    Il est évident que si la France Insoumise ne s’impose pas auprès des

    progressistes…..
    Amitiés
    A R..

  12. Andrée Louise B a dit :

    Bonjour Raoul Marc Jennar, bonjour tout le monde,
    Je n’ai pas entendu Hamon dire qu’il voulait sortir des traités européens, il réembaucherait sans problème valls et El Khomri dans sa nouvelle équipe.. Évidemment il ne sera pas élu donc cela n’a pas d’importance. Même s’il dit à Bourdin qu’il y aura un bulletin Hamon à la présidentielle..C’est montrer le peu d’intérêt, d’ailleurs, qu’il accorde à Jean Luc Mélenchon et aussi son sens de l’union et du partage. Il a ‘gagné’ les primaires du PS parce que les gens ne voulaient plus voir Valls.. Les anti-corrida, les gens de gauche, nombreux sont ceux qui sont allés donner leur euro juste pour sortir Valls. C’est fait. Si Mélenchon acceptait d’être dans cet attelage lamentable il perdrait beaucoup de voix et de crédit pour un éventuel avenir politique et en ce qui me concerne je n’irais pas même voter.
    Mais plutôt que d’évoquer les sept conditions (!) d’une soi disant possible alliance de soi disant gens de gauche ne vaudrait-il pas mieux, cher Raoul, que vous apportiez directement votre soutien à JL Mélenchon ? N’est-il pas actuellement le candidat éligible le plus proche d’une vraie gauche écolo dans ce pays ? N’est-il pas comme vous un farouche adversaire des traités européens ? Il faut que les intellectuels, les anars, les libertaires, abstentionnistes comme j’ai été tentée de l’être, réalisent qu’on aura un président, voire ‘une’ hélas.. Que la période qui arrive est importante pour la paix sociale et internationale de plus en plus menacée par les intérêts des vendeurs d’armes et ceux du capital en général, importante pour les décisions autour du nucléaires et de l’écologie réelle, que notre avenir s’y joue et qu’on ne peut pas le laisser aux mains des voyous en col blancs et de leur mafia. Il faudrait assurer 25% des voix à JLM dès le 1er tour. C’est possible si tout le monde se réveille.
    Sinon on peut aussi tenter la guerre civile avec la lepen pendant 6 ou 8 mois et puis une récup de la droite.. pour ceux qui aiment l’aventure et qui ne sont pas trop hors des clous.. pas trop basané-e-s, ni noir-e-s, arabes, hippies, néoruraux, écolos, zonard-e-s, clodos, révolté-e-s de tous poils et autres homosexuel-le-s et féministes qui eux et elles seront au 1er rang des chiens du fn. dressés à ça et à qui il poussera les ailes de l’impunité..
    Parce que le peuple français a récemment attrapé une indigestion du PS et une allergie de la droite qui ont entraîné un mouvement de méfiance pathologique compréhensible, mais imprévisible.

  13. Macarel a dit :

    Le rassemblement n’est possible que si le P »S » explose, comme une supernova dont les débris iraient alimenter d’un côté le trou noir Macron, de l’autre la proto-galaxie Mélenchon . Or pour des raisons purement électoralistes et de carrière, les caciques du P »S » vont tout faire pour maintenir une unité de façade. Donc, de rassemblement de toute la gauche il n’y aura pas, il ne faut pas se faire d’illusion. Le P »S » va conduire la gauche à la défaite en avril-mai 2017. Pour continuer à filer l’allégorie cosmique, le P »S » n’est plus depuis longtemps qu’un astre mort, dont la lumière nous parvient encore (c’est de Lordon). Mais beaucoup de sympathisants de gauche croient encore à son existence et vont se faire avoir, comme ils se sont fait avoir en 2012. Ce qui est grave c’est que derrière ce mirage spatio-temporel, il y a certes Macron et son ubérisation de la société, mais aussi MLP et le péril qu’elle représente pour la paix civile (pour l’instant le bolide Fillon semblant en voie de désintégration).

  14. AUSSEUR Robert a dit :

    Si nous voulons analyser et comprendre l’attitude des deux PCF : Ne faudrait-il pas remonter au moins aux dernières municipales . N’y avons-nous pas vu deux PCF = L’un , les caciques , voulant une alliance avec le PS , pour la confection de listes , dans l’espoir de garder les mairies , voir d’en conquérir d’autres et de garder ainsi la palluche sur les Présidences des offices HLM (amortis en une quinzaine d’années , loués , pour les plus anciens depuis + de cent ans ?Que sont donc devenus les loyers encaissés après amortissements ?) L’autre PCF , se considérants proches des analyses et objectifs de la France insoumise !
    Pour me situer : j’ai été adhérent de la SFIO , dès les années soixante , puis au PS , ancien premier secrétaire de la section PS de Massy 91 , j’y ai vu arriver ; JLM et MNL , le Maire de Massy était Claude Germon ……Puis j’ai été muté par l’Aérospatiale en province …..Puis , bien après, Massy n’a plus été socialiste …….? Quelque soit mon passé , de mes expériences : Je voterai JLM

  15. Georges-Henri Clopeau a dit :

    J’approuve totalement l’avis de Adrée-Louise

  16. georges glise a dit :

    en 1972, lespartis de gauche avaient élaboré et signé un programme commun, les propositions d’ensemble me semblent constituer la base d’un nouveau programme commun, mais je serais très surpris si hamon acceptait toutes ces propositions, parce que, s’il a rejeté le libéralisme anti-social de valls, il se réfère toujours à hollande et il est en quelque sorte prisonnier de solférino.

  17. Raoul Marc Jennar a dit :

    Bien d’accord.

  18. 59Jeannot a dit :

    pourquoi attribuer le refus à Mélenchon; il attend toujours le coup de fil promis par Hamon?
    D’autre part, les exigences sont à peu près un copié collé de l »avenir en commun, programme de la France insoumis qui revendique exister « hors parti »; devrait-on faire une exception pour le PS, avec tous ces traitres qui le constituent et qui osent se représenter sans vergogne? Nombre de français insoumis ne comprendraient plus et s’abstiendraient de nouveau.
    Mais en réalité, tout ce cinéma n’est fait que pour affaiblir Mélenchon et ouvrir la voie au nouveau poulain de l’oligarchie, le surmédiatisé MACRON. Beurk !!!

  19. J. Canet a dit :

    Bonjour à toutes et tous,

    Bonjour Raoul, il est à mon avis absolument fondamental de soutenir largement la candidature de Mélenchon pour qu’il soit libre de ses alliances ensuite, sinon les électeurs déçus, qui avaient votés Hollande juste pour dégager Sarko , risquent d’aller faire un coucou chez Macron .
    Chaque fois que je le peux, lorsque autour de moi j’entends parler du PS comme d’un parti de Gauche, j’explique que ce parti n’a rien à voir avec la philosophie de la Gauche, Je crois important d’expliquer la différence qu’il y a entre ce parti Néo-Libéral et la Gauche de JJaurès
    Cordialement
    Jean-Pierre Delmas

  20. Gombert Alain a dit :

    Bonjour,
    Je trouve la demande faite aux 3 candidats un peu bizarre pour ne pas dire hypocrite.
    En effet en lisant les « 7 conditions » on voit bien qu’elles sont contenues dans le programme de FI sans ambiguité aucune!
    Donc pourquoi poser la question aux 3 candidats nous connaissons celel de JLM.

    La question n’est a poser qu’aux deux autres.

    A moins que cela ne veuille cacher une autre procédure? Veut-on faire apparaitre JLM comme le diviseur?

  21. Raoul Marc Jennar a dit :

    Ensemble, manifestement, a le souci de se positionner à équidistance des trois candidats. Mais, si on garde du recul, on peut, de la même façon que vous le faites, poser la question : n’est-ce pour faire apparaître Hamon comme le diviseur ?

  22. Raoul Marc Jennar a dit :

    Où avez-vous lu qu’on attribue le refus à Mélenchon ? Pour le reste même réponse qu’à Gombert Alain.

  23. Jean Bourgeois a dit :

    N°9 Vous aurez sans doute rectifié vous-même il s’agit de RMJ et non de JMJ écrit par erreur.

    …ne rejoint-il pas un tel mouvement citoyen d’avenir, en marche au-delà même des échéances électorales à venir qu’elle qu’en soit le résultat ?

    Est-il nécessaire de préciser ? Rien à voir évidemment avec « en marche » de Macron homme bien à droite qui joue avec les mots pour se faire passer pour ce qu’il n’est pas.

  24. RV a dit :

    @Raoul Marc Jennar
    Ensemble n’a-t-il pas voté à 72% son soutient à la candidature de JLM, non ?

  25. Raoul Marc Jennar a dit :

    Je ne sais pas s’il y a eu un vote. J’ai appris que le mouvement apporte son soutien à la candidature de JLM. Mais cette proposition n’est pas incompatible avec ce soutien. La volonté d’élargir la base électorale de JLM me semble à tous égards pertinente et même nécessaire si être présent au deuxième tour est l’objectif.

  26. carlin jean-pierre a dit :

    Constatons qu’il aura fallu 3 jours pleins d’échanges pour que Raoul puisse conclure (n°25) à la pertinence et même la nécessité de « élargir la base électorale de JLM » pour être présent au 2° tour. Pour ma part, c’est d’une obligation absolue dont je parlerai.

    Par ailleurs, je ne me risquerai pas à répéter ce que j’ai développé le 6 (un peu trop, je craignais) aux n°5 et n°8 :
    constatant que si la mission intangible de Hamon est plus que jamais de sauver le PS, « l’indispensable clarification » sur la base des « 7 exigences » à l’initiative de JLM, conduisant à placer Hamon au pied du mur – contraint enfin d’avouer son « positionnement réel »-, 3 jours plus tard la démarche semble déjà dépassée : la clarification ne sera pas obtenue de cette manière, semble-t-il. Mais bien sûr d’autres moyens existent pour démasquer ce flanc gauche du PS conduit par Hamon pour, tout comme en 2012, « contenir Mélenchon » (cf. n°2) et ça ne tardera probablement pas, car le « dégagisme » doit commencer par là.
    Deux difficultés dans cette démarche : l’une relevée plus haut est le souci d’éviter que JLM apparaisse comme un diviseur ; l’autre, évoquée par moi plus haut, est le souci d’intégrer le PCF au plus tôt dans le processus.

    Et, pour revenir à l’essentiel cité en tête, l’obligation absolue d’élargir la base électorale de JLM doit se manifester par « un travail rapide et efficace vers la masse des abstentionnistes, et aussi vers les électeurs PS déçus » (en m’excusant de me citer).

  27. Jean Bourgeois a dit :

    Depuis toujours, nos esprits conditionnés par l’idéologie régnante, ne pensent-ils pas malgré tout ne pouvoir voter pour la prochaine présidence que pour un inévitable nouveau monarque ?

    Monarque parce que issu de la particratie toute puissante auto proclamée être de gauche ou de droite ou prétendu mensongèrement comme par un certain Macron n’être ni l’un ni l’autre bien que membre actif sous cape du « parti financier » seul pouvoir politique effectif ?

    Nos esprits incapables d’imaginer comme crédible la possibilité réelle pour un candidat de n’être que le porte parole hors parti d’un collectif à l’écoute du peuple.

    De même incapable d’imaginer que si un jour il était élu Président il pourrait exercer son mandat non en monarque mais comme Porte Parole du peuple enfin devenu souverain.

    Conception réaliste d’un pouvoir authentiquement démocratique parce que présidence sous contrôle constitutionnellement avec une possibilité de révocation en cas de non respect du programme annoncé comme pour n’importe quel autre élu d’ailleurs !

    Mesures que garantirait la 6ème République avec sa nouvelle constitution démocratique.

    Constitution démocratique parce que élaborée par des citoyens sans conflit d’intérêts et non du seul fait du prince et de ses courtisans serait-elle soumise à référendum.

    N’osez même pas pouvoir l’envisager comme réaliste ni d’en débattre preuve de notre résignation à l’idéologie régnante en lieu et place d’une résilience, d’une résistance citoyenne consciente et clairvoyante ?

    La France démocratique saura-elle voir et saisir une telle opportunité concrète qui s’ouvre devant elle ?

  28. Guillou a dit :

    Bien d’accord quant à l’appréciation du programme « L’Avenir en commun »…Pour que les 7 ou 8 mesures essentielles de ce programme ne subissent pas un sort comparable à celui du « Programme Commun », ce qu’il faut à mon avis considérer comme « surdéterminant », c’est la dynamique populaire nécessaire à sa concrétisation …Il s’agit de bien plus qu’une liste de mesures « promises », il s’agit d’un processus à la fois rassembleur et « constituant », avec la clef du succès, qui est, précisément, « Intervention Citoyenne Partout »…Partout signifie à tous les niveaux :

    Qu’en est-il au niveau « Institutionnel  » ?

    l’irruption citoyenne attendue ne saurait être une réponse spontanée au claquement de doigts d’un « Tribun », chef d’orchestre, lequel , s’il n’a pas eu tort d’anticiper la décision de sa candidature ne peut le démontrer que dans la mesure où sa méthode en actes prouve qu’il respecte le « processus citoyen » : il manque à cette preuve un acte de respect des citoyens en question, par exemple ceux qui n’ont pas attendu « le tribun » pour être en mouvement contre la loi travail , dans les divers partis et syndicats et associations « existants ».

    Déjà à ce niveau, il est urgent de réclamer la dynamique d’un « Front Commun » à ceux qui décrètent être à eux tous seuls ce front-là, sous la tutelle des « insoumis » déjà engagés comme un nouveau parti, « émergent », ne disant pas son nom, mais n’ayant aucun respect pour « l’existant »: ce « Front de Résistance bien réel », dont les groupes « Front de Gauche  » à L’A.N.et au Sénat sont engagés et ne trahissent pas (motion de censure etc…) : ne traitons pas ces forces et moyens comme porteurs d’un projet contraire à « l’Avenir en Commun » !

    Oui, j’utiliserai le bulletin JLM17…Mais ensuite ?

Répondre