25 Avr 2017

Petit rappel à ceux qui ont combattu, au nom de la démocratie, de la justice sociale et de la protection de notre cadre de vie,
– les accords de l’OMC organisateurs de la mondialisation néo-libérale la plus débridée et en particulier l’AGCS (qui privatise à terme les services publics) et les accords sur la propriété intellectuelle (qui limitent la possibilité de fabriquer des médicaments génériques et permettent les OGM),
– le traité constitutionnel européen de 2005
– le traité de Lisbonne
– les accords de partenariat de l’UE avec l’Afrique qui la mettent sous la tutelle des multinationales européennes
– le traité budgétaire Merkel-Sarkozy-Hollande (TSCG)
– le MES (mécanisme européen de stabilité)
– la fausse loi de séparation bancaire de Moscovici-Hollande
– les cadeaux de Hollande au MEDEF
– la loi Macron
– la loi EL Komri
– le TAFTA
– le CETA
– l’ACS (aggravation de l’AGCS).
comment donner sa voix à Macron qui a défendu et défend tout cela,  qui creuse les inégalités, accroît l’injustice sociale, n’enrichit que les riches et met la planète en danger  ?

Pour moi, cela reviendrait à renier 20 ans d’engagement militant. Impossible.

Même si la rigueur intellectuelle interdit de qualifier de « fasciste » le programme nationaliste et xénophobe de Mme Le Pen, le FN plonge ses racines dans Vichy et l’OAS. Et  je suis, depuis toujours, un adversaire des régimes fascistes que ma génération a connus puisque, après la Deuxième guerre mondiale, nous avons eu trois régimes fascistes en Europe (Espagne, Portugal, Grèce), tous protégés par l’OTAN (au nom de la démocratie) contre lesquels j’ai milité (interdit de séjour par la Grèce des Colonels). Voter Le Pen est donc impensable.

Macron et Le Pen sont tous deux porteurs de politiques profondément néfastes et extrêmement dangereuses pour nos libertés, pour le bien être du plus grand nombre, pour la préservation de la planète.

Je n’invite personne à partager mon point de vue. Je me contente de l’exposer.  Car j’ai toujours combattu le principe du mot d’ordre électoral que je considère comme une insulte à l’intelligence des gens et une arrogance insupportable des partis qui s’arrogent la propriété des votes dont ils ont bénéficié. Il y a d’ailleurs de mon point de vue une contradiction fondamentale entre prôner la révocabilité de l’élu et le fait de lancer des mots d’ordre de vote. C’est opposer un acte de liberté citoyenne à un acte de servitude citoyenne.

Alors que chacun fasse en conscience ce qu’il estime devoir faire, mais le faire en conscience cela suppose de bien s’informer.

Lu 3 030 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

36 Réponses pour “Voter Macron : impossible ! Voter Le Pen : impensable !”

  1. gaudin a dit :

    D’accord avec toi nous nous trouvons dans l’impossibilité d’aller voter

    Information à Badefols/dordogne JLM arrive à 51%en 1er!
    any gerard

  2. Octavio Alberola a dit :

    En effet, voter Macron ou voter Le Pen c’est à peu près la même m…
    Mais, même si chacun et chacune doit faire ce qu’il estime devoir faire, il faudrait réflêchir aux conditions plus favorables pour continuer le combat contre le capitalisme et le fascisme.
    Elles seront meilleures objectivement avec Macron ou avec Le Pen?
    A chacun et chacune donc d’y réflêchir!

  3. René de Vos a dit :

    Si Le Pen et ses copains parviennent au pouvoir, il y a fort à parier que c’est alors qu’il n’y aura plus la possibilité de voter !
    Je suis de ceux qui ont combattu. Je suis de ceux qui ont dit NON à Maastricht. Je ne renie rien de ce que j’ai fait et je le referai. Il n’empêche que ce que j’entends dans le discours de Le Pen et de ses partisans est national et socialiste. Et ça ? Ca ne passe pas pour moi !
    Ils ne disent pas ouvertement qu’ils ont l’intention de changer la nature humaine, mais le fond du national-socialisme contient cette intention ; de façon rampante, certes, mais il n’empêche. Maintenant, c’est à chacun d’entre nous, dans le secret de nos consciences, d’évaluer la nature du danger.
    L’esprit de la révolte contre le capitalisme ne se dénaturera pas parce que l’on décidera de faire barrage à la pensée pourrie du national-socialisme. Nous avons la rue mais nous ne sommes pas encore assez forts pour contrôler les intérêts privés des entrepreneurs libéraux, des rentiers et des commerçants qui ne voient que l’allure des marchés et des profits qu’ils peuvent accumuler par le négoce. Je préfère continuer à me battre politiquement contre eux plutôt que d’être mis dans l’obligation de fuir devant des tyrans qui n’ont pas d’autre but que d’éliminer physiquement leurs adversaires.
    Macron, même avec Parisot à ses côtés, c’est minable et ce sera lamentable, triste et scandaleux, mais, c’est moins immédiatement dangereux que Le Pen et les barbares qu’elle peut rassembler autour d’elle. Pas question donc, pour moi, de lui laisser une chance de se pavaner dans les rues de Paris avec ses copains autrichiens, croates, hongrois ou ukrainiens.

  4. Jean Bourgeois a dit :

    Cent pour cent d’accord avec toi. Si seulement un vote blanc comptabilisé existait…

  5. Humbert a dit :

    C’est clair, et tu as bien raison. J’ai d’ailleurs déjà imprimé mon bulletin JL Mélenchon !

  6. pb a dit :

    Ce n est pas responsable de les mettre au même niveau.Ne pas voter Macron,c’est aider Le Pen.
    Voilà. ma difficulté!!!!!!!
    Je ne sais pas encore cette fois, et, pour la première. fois de ma vie ce que je vais faire
    J ai une semaine pour réfléchir.
    Ne prenez pas de decision hative.

  7. Ichou a dit :

    Je suis dans l’Impossible d’aller voter

  8. carlin jean-pierre a dit :

    Aujourd’hui l’abstention est un acte politique car nous avons à choisir entre 2 fascismes !
    Nicole et JP

  9. VERONIQUE a dit :

    CORRECT – IMPOSSIBILITE DE VOTER LE 7 MAI
    IL FAUT SE CONCENTRER SUR LES LEGISLATIVES
    SANTE A TOUS

  10. courbot a dit :

    nous voterons blanc pour bien indiquer que nous votons pour des idées et pas pour des personnes qui ne correspondent pas à notre vision de la vie

  11. de Lelys Fabienne a dit :

    Entièrement d’accord avec vous!

  12. Raoul Marc Jennar a dit :

    Cher René, où sont les SA et les SS dont disposerait Marine Le Pen pour imposer la dictature que tu redoutes ? Où sont les haut fonctionnaires des administrations centrales, les préfets, les diplomates, les officiers supérieurs de nos armées prêts, en nombre suffisant, à obéir à un régime qui bafouerait les principes républicains ? Nous ne sommes ni en 1933, ni en 1940. Certes, l’élection de la candidate du FN, héritière de Vichy et de l’OAS, provoquerait une crise politique profonde. Mais à défaut de déligitimer Macron en s’abstenant massivement – ce que je propose pour éviter qu’il puisse faire n’importe quoi – cette crise ne serait-elle pas le choc (préférable à la guerre, celle de 40 ou celle d’Algérie) dont la France a manifestement besoin pour muter ? Dramatiser à outrance le danger Le Pen, c’est exactement faire le jeu du patronat et tomber dans le piège qu’il nous a tendu depuis que fut conçue la mécanique infernale du vote utile qui contraint les gens à voter contre leur conviction pour éviter un mal que ceux qui poussent à cela ont contribué à faire grandir. C’est nous contraindre à choisir entre l’incendie et le pyromane.

  13. nuria a dit :

    je votutile avec un bulletin de JLM .il sera nul peu importe
    il m’est impossible de m’abstenir ; le vote des femmes date de 1945 !
    je ne crains ni MLP ni bébé cadum .
    j’entends bien que l’abstention pourrait avoir du poids ..Cependant je n’oublie pas que l’abstention est la règle du PS pour faire passer les décrets ou lois à leur convenance (traité de Versailles)

  14. Gierts Patrick a dit :

    Il est vrai qu’il n’y a pas le SA et les SS, mais en France à la bonne époque fascisante il y avait la milice avec en son sein de bons pères de famille qui faisait un sale boulot, autant que les SA et les SS. Dans les campagnes on en parle encore.
    Mais il est vrai aussi que les idées ce n’est pas du poker et nous sommes dans un temps où il faut être en accore avec soi-même et être prêt à s’engager s’il le faut pour la liberté et la justice envers les peuples.

  15. Grosheny Joelle a dit :

    @Raoul Marc Jennar
    C’est exactement ce que je répète depuis des semaines ! Ne vaut il pas mieux se débarrasser du FN maintenant plutôt que le voir revenir dans 5 ans encore plus fort après la politique d’austérité que va nous imposer Macron ! Nous connaissons le Mal que représente le FN , mais depuis qu’il est apparu qu’avons nous fait pour éviter que la bête immonde ne grossisse . Aucune politique depuis 1995 ne s’est attaquée aux causes du mal !
    Pour moi c’est en aucune hésitation ! Ni Macron , ni LePen donc je voterai blanc pour remplir mon devoir civique ! Je vote depuis 1976 , je ne me suis jamais abstenue .

  16. Raoul Marc Jennar a dit :

    Il y a le vote blanc, chère Nuria. Tu accomplis l’acte électoral, mais tu rejettes le choix impossible qui t’est proposé. C’est ce que je vais faire.

  17. Georges Pons a dit :

    @Raoul Marc Jennar – Content de trouver enfin (en 16) le choix de RMJ en faveur du vote blanc, seule réponse en effet devant un choix impossible.

  18. carlin jean-pierre a dit :

    Qu’on me permette de remonter à 1969. Cette année-là a été d’abord marquée par le départ du général qui n’avait pas supporté que les Français refuse sa double question imposée par référendum : on pouvait être d’accord avec sa proposition d’éliminer le bicaméraliste (pour ma part j’étais d’accord avec la suppression du sénat), mais une autre question portait sur l’accord avec sa politique (là, je n’étais plus d’accord). Double question sans rapport direct, qui lui fut fatale : nombreux furent ceux qui, comme moi, refusèrent cette méthode… S’étant tiré une balle dans le pied, son orgueil lui commanda de partir.
    Par voie de conséquence,1969 fut donc ensuite l’année de l’épisode « blanc bonnet / bonnet blanc », expression du PCF J. Duclos dénonçant – déjà – un choix impossible, au 2° tour de l’élection suivante, entre Poher et le premier spécimen Rotschild, Pompidou…

    Aujourd’hui, je pense que nous vivions alors, sinon des ‘jours heureux’, du moins des moments moins dramatiques qu’actuellement du point de vue de l’exercice de la démocratie.
    Entre une Le Pen qui ‘drague’ sans vergogne jusqu’ aux Insoumis, (taxés sans aucun commencement de preuve par certains médias sous la coupe des milliardaires d’être sensibles au chant de la ‘sirène’, pourcentages sondagiers déjà dégainés) et un Macron qui nous aura au moins prévenus (tout vote pour lui sera un vote d’adhésion à son programme), pas de ‘votutile’ possible pour le second – qui le récuse. Même une M. Aubry l’a peut-être compris, qui appelle au barrage anti-FN sans se prononcer pour le second avatar Rotschild !

    Quant aux Insoumis, même si des journaleux tentent de discréditer, les commentaires ci-dessus tranquillisent : ils ne passeront pas à l’ennemi, les deux ennemis, celle du fascisme et celui du capitalisme (car, oui, le capitalisme est un fascisme ! – ce qui est justement rappelé ces jours derniers).

    L’abstention, au sens large c’est-à-dire ‘variantes’ incluses (de ceux qui iront déposer, soit un bulletin nul façon Nuria, soit un bulletin blanc ou enveloppe vide comme quelques autres dont je suis), l’histoire le prouve (de 1969 mais pas seulement), l’abstention donc ne changera évidemment rien au cours des choses : seuls les bulletins identifiés Le Pen et Macron seront reconnus – et déterminants au regard des règles de ‘notre’ démocratie façon V° République ! Réconfort pour les abstentionnistes aux diverses nuances, mais toutes cohérentes : l’impossibilité que ‘la peste ou le choléra’ les récupèrent !
    Au passage, je dois avouer ne pas comprendre le raisonnement de ceux qui, à l’inverse, nous expliquent qu’ils voteront Macron pour mieux le combattre aussitôt élu. Cela a un air de déjà vu, il y a peu : les coups tordus des trop fameuses primaires.

    Quoiqu’il en soit de ces ‘subtilités’ qui ont fait long feu, à ce stade, c’est bien sûr une satisfaction morale essentielle pour ceux qui n’ont aucun goût pour les coups tordus, que de préserver leur honneur civique. J’en suis. Mais pour autant, ils ne vont pas perdre de vue que ce débat de principe va vite laisser la place à des soucis et des décisions plus graves face au chaos qui, à l’évidence, est déjà devant nous.

    Qu’on me permette finalement de penser que ce débat si dévoyé de 2° tour d’une élection façon V° pervertie (notamment par les ‘produits’ engendrés par les néfastes primaires) n’a que trop duré et que les urgences exigent désormais une réflexion sur un avenir très proche au ciel chargé. De rares ‘responsables’ – tel Mélenchon – s’y préparent sans doute.
    Ce qui serait une seconde explication au silence prolongé de celui-ci, silence tellement critiqué, – la première étant, faut-t-il le rappeler, que, à longueur d’interventions, il n’a cessé de motiver « les gens », leur rappelant à chaque fois qu’ils ont désormais à intervenir dans la vie publique, à se prendre en charge, même si hélas le terrain n’a pas pu être dégagé, dimanche dernier, pour l’exercice immédiatement retrouvé d’une citoyenneté affrontant le changement majeur des institutions d’une république défigurée.
    Certains auront estimé que son effort de pédagogie aurait dû se poursuivre jusqu’à dimanche soir, – peut-être à raison pour être parfaitement audible, sans doute à tort si l’on considère « L’Humain d’abord ».

    Mais, plus que jamais, serrons les rangs, en toute solidarité collective ! Résistance ! Le peuple saura prendre, lui aussi ses responsabilités, avec persévérance vers la 6° république et, parallèlement, les urgences sociales et écologiques qui s’imposent !

  19. clement a dit :

    Et quelle majorité aura l’heureux Zélu au soir du 18 juin?

  20. Raoul Marc Jennar a dit :

    La plus faible possible, j’espère, afin de l’empêcher de réaliser le rêve de toujours de la finance et du monde des affaires : réduire l’Etat à son minimum pour donner le maximum de pouvoir au secteur privé.

  21. Annie Stasse a dit :

    que ne suis-je venue ici plus tôt : mais je ne recevais plus d’avis de parution dans ma boîte je te croyais donc silencieux durant les élections.

    Je vais de blog en blog et partout je lis : votez Macron ! tant chez Jorion, que chez Filoche, que sur les réseaux, FB en particulier.

    pour mes lecteurs je dois préciser que je suis une votante Hamon.

    je suis loin de vouloir obéir au mot d’ordre de Hamon de voter Macron. J’ai réfléchi à la situation depuis plusieurs mois.
    en 2002 j’ai obéi en votant, cette fois là avec enthousiasme et conviction pour Chirac.
    en 2012 Je ne voulais pas voter Hollande car je le savais libéral/blairiste, je n’ai donc pas été déçue de sa politique je m’y attendais, à cette époque là j’ai encore obéi cette fois-là à Mélenchon.
    alors obéir une 3ème fois en choisissant entre la peste et le choléra je suis loin d’être convaincue.
    d’ailleurs je ne comprends pas pourquoi les gens ont voté avec enthousiasme au 1er tour Macron alors qu’ils ont dézingué Hollande durant 5 ans alors que sa si « bonne » politique il l’a doit à Macron…

    donc je penche pour l’abstention… pour l’instant

    La politique de Macron est tout aussi raciste que celle de Le Pen : lui c’est un racisme de classe.

    Les quartiers encore plus laissés à l’abandon, les services publics encore un peu plus détruits. Les salaires qui stagnent les pensions idem, les emplois sans choix : ça ou plus de RSA…… etc.

    Vous avez vu les HLM dont les terrains alentours sont des friches ? c’est fréquent dans le Sud de la France (Montpellier, Avignon, Marseille, Nîmes)
    les ascenseurs en panne quand vous habitez au 10 ème étage ?

    alors ce racisme là va toucher directement les xième génération … sans distinction de couleur,

    @ASI vient d’interview Todd : ouf lui aussi il est pour l’abstention. Par les commentateurs le réprouvent ou se moquent.

  22. Annie Stasse a dit :

    @Raoul Marc Jennar – je suis assez d’accord d’autant qu’elle vient de s’allier avec D-A si bien qu’elle devient « comme tout le monde ».
    Cette alliance avec D-A est essentielle pour LP : enfin elle « entre » dans la classe politique, tout à coup elle n’est plus isolée dans son propre cercle c’est ce dont elle se plaignait depuis toujours…

    en fait cela a plusieurs effets :
    – elle se « naturalise » elle devient comme les autres.
    – elle devient donc plus pour ses électeurs : ni la droite ni la gauche, ce que revendique aussi Macron
    – ainsi elle n’est plus extrémiste et à la fois attirera plus d’électeurs, et en écartera d’autres qui se diront « finalement elle est comme les autres alors pourquoi elle »

  23. Annie Stasse a dit :

    @René de Vos – vous voilà faire un équivalent avec le Nazisme : ça n’a rien à voir.

    dois-je vous rappeler que le fascisme inventé par Mussolini n’avait lui non plus pas grand chose à voir avec le Nazisme.

    Je vous apprends que Mussolini protégea les Juifs, tradition en Italie, jusqu’en 1943 date de l’envahissement de l’Italie par Hitler.

    ça suffit de tout mettre dans un tonneau et de tout touiller. Chaque fascisme a et a eu sa particularité : n’employez pas le mot Nazi à toutes les sauces ça lui retire de sa cruauté, de son inhumanité.

  24. carlin jean-pierre a dit :

    Bien dit, Annie Stasse, sur le ‘racisme de classe’ de Macron… moins quand vous semblez chercher une référence chez l’éternel pleurnicheur Filoche, aussi discrédité que son leader Hamon : ensemble, ils ont fait barrage (avec le sourire amusé et complice de Macron / Hollande) au regroupement de la – vraie – gauche, mais sont restés sous les décombres de la ‘vieille maison’… Je vous accorde que se déclarer ex ‘hamoniste’ ne manque pas d’une certaine franchise, à défaut de clairvoyance passée, mais je dois aller jusqu’au bout de ma position.

    Balayons ces décombres, c’est indispensable pour la remise à plat des zones sinistrées, nécessaire avant de reconstruire sur du solide… Je me souviens, ado, de 1952 ‘l’année du bac’, du Havre rasé, m’accueillant pourtant avant que Perret le rebâtisse. Mélenchon n’est peut-être pas Auguste Perret, mais quand il dit, ce dernier vendredi, « Je vais encore diriger la manoeuvre pour les législatives », j’ai suffisamment confiance, encore, en ‘L’Avenir en commun’ pour croire que l’impulsion d’une « force conquérante » est possible, immédiatement, pour contrer le chaos qui menace.
    En cela je vous rejoins, vous dans l’abstention, moi dans le vote blanc, car le néo-fascisme ne passera pas aux 3° et 4° tours ! Dans cette perspective, laissons passer les gesticulations désordonnées qui verront un succès à la Pyrrhus au 2° tour du 7 mai.

    Certes le mot ‘nazi’ n’est pas de mise. Seul celui de (néo)fascisme l’est : celui de Le Pen, flanquée désormais du « gaulliste » Dupont-Aignan et doublée sur sa ‘gauche’ par Macron, second avatar rothschildien après Pompidou – car oui, le capitalisme est fasciste !… Ce que vous appelez la « particularité » de chaque fascisme.

    Un voeu pour conclure, à ce stade : que les ex ‘Hamonistes’ et les Verts égarés par Jadot (et par Bové !) rejoignent le large mouvement en développement de la ‘France insoumise’ appuyé par le PCF, – mouvement qui lui-même doit appliquer la méthode la plus ouverte, la plus respectueuse nécessaire au regroupement, recommandée par Mélenchon, pour être en mesure de s’imposer avec le programme de ‘L’Avenir en commun’ !

  25. Annie Stasse a dit :

    @carlin jean-pierre – Voilà un bon exemple que ce comportement des mélenchonnistes insupportables : tous ceux qui ne forment pas cohortes AVEC vous sont bons à jeter.

    Désolée je me considère en DEMOCRATIE.
    Désolée encore vous mélangez tout tout tout, je ne vais pas vous faire ici un Historique du PS depuis 1905. Allez lire sur Wikipédia ou ailleurs.

    Et si vous n’avez aucune idée de ce qui s’est passé au PS depuis 2005 et des positions en particulier de Hamon… je n’ose vous qualifier comme je le pense !

    je vous signalerai juste que j’en suis sortie en 2005 (eh vi 3 ans avant JLM) et j’y reviens… cherchez pourquoi. C’est une colle.

    une question : que pensez-vous du nouveau projet de Méluche de devenir 1er ministre de Macron ? il a fait pareil en 2012 pour nous inciter à voter Hollande… et après tellement frustré… vous connaissez la suite…

  26. clement a dit :

    Entièrement d’accord avec madame Stasse! On souhaiterait,à l’instar de la position de M. Jennar, que JLM considère Macron comme un représentant du fachisme néoibéral,en mettant les 2 candidats dans la même poubelle. Etrange réaction que celle de JLM qui demande à ce que Macron fasse un geste sur la loi El-Khomri et après,comme en 2012, il apporterait sa voix à celles de Macron. JLM aurait tout intérêt à se taire jusqu’au deuxième tour!Qu’il n’oublie pas qu’on a voté pour un programme pas pour un homme…

  27. carlin jean-pierre a dit :

    Madame Stasse, donneuse de leçons, pire, aux jugements frisant l’insulte : après René de Vos, c’est mon tour… On est loin d’un possible débat : « bon exemple que ce comportement » (qui l’eut cru, chez une ‘hamoniste’ ?), mais affligeant de la part de quelqu’un qui se permet d’invoquer la démocratie, en majuscules, un peu comme une Le Pen qui martèle ses mots, imaginant qu’ils passent mieux… Contamination constatée par un insoumis, un rebelle lucide… »mélenchonniste »… quid ? pourquoi pas méluchiste ? Oui, décidément il y a de l’imprécation d’extrême droite dans ce salmigondis (l’obsession du mélange à touiller) – origine « wikipédia » ? Je préfère « ailleurs »… et retourne – ailleurs – à des échanges plus sérieux, laissant cette dame à son hystérie.

  28. carole a dit :

    moi, je comprends comme ça les paroles de JLM:
    JLM n’a mentionné le retrait de la loi travail que pour que ce fait soit remis sur la table pendant la campagne des législatives et qu’ainsi les électeurs de gauche en soient bien conscients, et considèrent le vote Fi comme la seule opposition valable à macron et la loi travail.

    idem, le fait de se présenter en éventuel premier ministre: inviter la france insoumise à être une force avec laquelle compter aux législatives, une majorité de députés insoumis, et annoncer une potentielle cohabitation. macron obligé de cohabiter avec la Fi et JLM

  29. carlin jean-pierre et nicole a dit :

    « On a voté pour un programme, pas pour un homme », dit Clément (n° 26). C’est vrai, mais sans oublier pourtant que la présidentielle est marquée par une ‘personnalisation’, avec laquelle JLM a d’ailleurs pris ses distances dans sa déclaration de vendredi en confirmant son propos du dimanche de l’élection sur le mandat non reçu des Insoumis – et provoquant un beau tollé dans les médias inadaptés à un tel comportement, juste et respectueux.

    Mais je suis persuadé que ce sont les conclusions de Carole (n° 28) qui sont les bonnes. JLM n’a interpellé Macron pour une remise en cause de la loi travail (et j’ajouterai : la loi… Macron) que pour mieux le bloquer, le mettre au pied du mur de ses contradictions (en cette matière comme en d’autres). Car, même en toute duplicité, Macron ne peut infléchir sa position là-dessus : il est tenu par l’électorat de droite qu’il ‘drague’ essentiellement, le patronat qui se laisse attirer ne l’admettrait évidemment pas ! D’ailleurs, aux dernières nouvelles, il aurait déjà répondu négativement.

    JLM se livre là à un exercice délicat, en se muant ponctuellement en porte parole des syndicats (vers lesquels, dans sa déclaration de vendredi, il disait regarder, appréciant « leurs façons de faire »). Ceux-ci (hors CFDT ?) sont en mesure de l’accepter et de comprendre le message : remettre cela « sur la table pendant la campagne des législatives », considérant le vote FI comme « seule opposition valable » à cet égard – comme le dit pertinemment Carole.
    Idem pour la candidature de premier ministre de cohabitation : JLM a le plus souvent un coup (voire deux) d’avance !
    Confiance ! Ce sont les 3° et 4° tours qui vont être les plus importants. La vraie bataille est déjà engagée.

  30. carlin jean-pierre et nicole a dit :

    J’ajoute que, sur l’élection des 577 députés, JLM a dit ce même vendredi que 451 circonscriptions étaient gagnables… S’avance-t-il un peu trop là-dessus ? Les négociations entreprises avec les alliés – partis encore incontournables pour cette fois, organisations et… personnes compétentes (la fameuse ‘société civile’ revue et corrigée) que RMJ appelle de ses voeux, à juste titre – l’autorisent sans doute à avancer un chiffre : vu son importance, et sans confiance béate, c’est de bon augure.

  31. Raoul Marc Jennar a dit :

    CE QUE J’APPELLE DE MES VOEUX : c’est d’abord que sur ce blog, on arrête de s’écharper sur des détails alors qu’on peut se retrouver sur l’essentiel. Chacun a son opinion. Elle est en soi respectable, même si on ne la partage pas. Point n’est besoin d’accorder des bons et des mauvais points. C’est ensuite, et ce sera mon unique propos dans les semaines qui viennent, nous devons tous être à la hauteur du moment historique – et donc exceptionnel – qui est devant nous. Il faut gagner les législatives. Ce qui implique la nécessité de rassembler. Le projet qui peut largement faire consensus pour des électeurs et des électrices du PCF, des Verts et même de Hamon, l’Avenir en commun, doit obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Ce qui implique, de la part de chacune et de chacun, un effort de respect de l’autre, un ravalement de toute inclination à l’arrogance et à l’hégémonisme, un état d’esprit où la volonté de rassembler l’emporte sur le désir de se présenter comme le meilleur, comme celui ou celle qui a raison sur tous les autres. Bref, il faut désormais être unitaire pour deux, trois ou quatre. C’est cela le défi que nous devons tous relever : nous gagnerons ensemble ou nous perdrons chacun dans notre camp.

  32. Raoul Marc Jennar a dit :

    Jean-Luc Mélenchon savait pertinemment que Macron rejetterait sa proposition; Macron ne cesse de répéter qu’il ne cèderait sur rien. Il était bon de l’amener à ce qu’il le répète tant les gens ont la mémoire courte. C’est ce qu’il a fait. A chacun d’en tirer les conséquences.

  33. clement a dit :

    Nous sommes d’accord sur le fond,Monsieur Jennar. Qu’il nous soit cependant permis,de ne pas regarder JLM comme un gourou auquel on se soumet…Il y a dans le personnage sûrement une forme christique (apparition à plusieurs endroits en même temps par hologramme) mais aussi une agressivité une hargne qui le défavorisent. Pour le reste,nous sommes unis pour l’essentiel.

  34. carlin jean-pierre et nicole a dit :

    Merci pour ce recadrage indispensable de RMJ – que, comme tous ceux réellement intéressés par la qualité de son blog et qui souhaitent continuer à échanger franchement mais sereinement grâce à ce moyen, je prends avec toute la considération qu’il mérite.

    Sans le paraphraser, je crois pouvoir ajouter qu’à mon sens, le respect de l’interlocuteur commence avec une certaine maîtrise de sa rédaction, soucieuse de celui-ci, – à l’inverse en somme de ce que l’on trouve trop souvent sur les réseaux dits sociaux où je me refuse à m’égarer. Ce qui ne signifie nullement estomper sa réflexion par une complaisance douteuse, car les désaccords peuvent et doivent être exprimés.
    On touche là à une difficulté majeure pour le futur immédiat, qu’évoque RMJ, celui du « défi que nous devons tous relever : nous gagnerons ensemble ou nous perdrons chacun dans notre camp ».
    C’est d’autant plus évident que les enjeux, sans précédent, sont dramatiques, mais néanmoins solubles : à nous de prendre conscience que, quel que soit le résultat du 2° tour dimanche, la préparation des 3° et 4° tours revêt un caractère crucial parce que décisif – pour longtemps sans doute à moins de troubles graves.
    Après les 11 et 18 juin, soit « l’espoir » de RMJ (voir « le piège, les menaces et l’espoir », son article du 2 mai), qui est aussi le nôtre, commence à se concrétiser, soit on file vers le chaos.

    Et puis, dans un autre domaine, mais qui se rapporte lui aussi au langage et à l’échange, prenons garde aux manip et intox multiples de nombre de médias.
    Ma femme, par ailleurs cosignataire des n° 29 et 30 ci-dessus, me fait remarquer qu’on ne peut même plus, sans même argumenter, on ne peut plus simplement dire à certains que l’on s’abstient ou vote blanc ou nul.

    A titre illustratif de ces excès et autres dévoiements d’info, côté professionnels ou prétendus tels, je livre à l’appréciation générale ce que ‘franceinfo’ croit pouvoir publier en ligne ce matin dans sa rubrique « Extrait des 5 infos de la présidentielle, aujourd’hui » : citation de ce § 3 intitulé :

    #3 La rancune tenace du camp Mélenchon :

    « Ils ne digèrent (toujours) pas la défaite. Invité de France Inter ce matin, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a fustigé « les donneurs de leçon » : « Il y avait une bonne méthode pour évacuer Marine Le Pen au premier tour, c’était de voter Jean-Luc Mélenchon. Où sont-ils ces donneurs de leçons au Parti socialiste ? A quoi a servi la candidature qu’ils ont maintenue jusqu’au bout ? », s’est-il écrié. « Je persiste à penser qu’une candidature inutile qui est allée dans le mur, qui a consacré d’ailleurs ses derniers jours à insulter Jean-Luc Mélenchon, n’a pas démontré son efficacité (…), a-t-il ajouté ».
    … Sans commentaire. A chacun-e d’apprécier… Je suis pour ma part solidaire des propos du calme Corbière (qui… « s’écrie », paraît-t-il…).

  35. Brilot a dit :

    Analyse biaisée car vous spéculez sur des reports hypothétiques de voix. Il sera plus facile de contester Macron Président ensuite que Le Pen qui usera de tous les moyens, y compris la violence, pour casser tous mouvements sociaux. Manque de réalisme, je regrette.

  36. Raoul Marc Jennar a dit :

    Macron président pourra utiliser tous les moyens légaux qu’on prête à Le Pen (article 16, ordonnances, …) pour casser les mouvements sociaux qui s’opposeront au massacre social qu’il s’apprête à organiser. Et il aura une majorité parlementaire pour le soutenir,lui. Manque de réalisme, je regrette.

Répondre