03 Mai 2017

Il se dit et s’écrit beaucoup que face au mal immédiat et définitif que représenterait l’élection de Mme , celle de n’apporterait, à tout prendre, qu’un mal passager.

C’est perdre la mémoire et s’aveugler.

Perdre la mémoire, car c’est oublier que jamais il n’a été possible de revenir sur une avancée néo-libérale depuis 1983.

Jamais, il n’a été possible de revenir sur un traité européen. Quand deux peuples, par la voie du référendum, l’ont tenté, en 2005, on leur a infligé le plus antidémocratique des démentis.

A-t-il jamais été possible de revenir même sur une directive européenne ? Il suffit de constater l’impossibilité de réviser la directive sur les travailleurs détachés, qui organise la concurrence déloyale entre travailleurs de différents pays de l’UE pour s’en convaincre. Pas une seule fois, une avancée antisociale initiée par l’Union européenne n’a pu être remise en question.

A-t-il été possible de revenir sur les pouvoirs exorbitants de la Commission européenne dont certains membres détiennent tout à la fois du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire ? Jamais.

A-t-il été possible de modifier les décisions européennes une fois qu’elles ont été intégrées dans le droit national ? Jamais.

A-t-il été possible d’empêcher les opérations successives de démantèlement du droit du travail ?  A-t-il été possible de revenir sur les reculades successives du régime des retraites ?

On peut, comme certains, se dire qu’on va faire grève, qu’on va manifester, bref que s’agissant de Macron, le problème se règlera dans les luttes. Cela suffit-il à rendre Macron tolérable ? Cela suffit-il pour faire silence aujourd’hui sur son programme ?

Macron répète deux choses : « il ne cèdera en rien » ; il demande « un soutien large ». C’est le message clair d’un thatchérisme à la française. C’est la route ouverte à la violence patronale et bancaire.

Macron imposera sa volonté puisqu’il bénéficie du soutien du monde de la finance, de celui des affaires et des médias, dont les uns et les autres sont propriétaires.

Ce que Macron transformera demeurera.

Rappeler les dangers d’un parti qui plonge ses racines dans Vichy, c’est indispensable. Passer sous silence la révolution conservatrice qui se prépare, c’est irresponsable.

Il faut résolument s’opposer à Le Pen. Mais cela ne peut en aucune façon conduire à relativiser et à minimiser le danger majeur que représente aussi l’élection de Macron.

RMJ

Lu 2 571 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes. Moyenne : 4,17 sur 5)
Loading...
Mots-Clés (tags) :

21 Réponses pour “Macron ne sera pas « un mal passager »”

  1. Danielle Moralès a dit :

    Merci, Monsieur Jennar, de rappeler ce qui nous attend derrière le nom de Macron : une accélération de toutes les calamités qui d’ores et déjà nous accablent et qui seront sans retour.

    Je trouve moi aussi très irresponsable la foultitude d’appels qu’on entend de toutes parts, unanimes quant aux dangers que représente le FN, comme si Macron ne représentait pas lui aussi un danger majeur.

    Personnellement, je pense que si lors des prochaines élections, qui ne nous laissent aucun vrai choix, les électeurs soit s’abstenaient massivement soit votaient massivement blanc, quelque chose pourrait peut-être se passer quant au perçu de la légitimité de cette nouvelle consultation citoyenne.

    Bien à vous

    Danielle Moralès, historienne et chanteuse

  2. Claude Mirandola a dit :

    Effectivement, Macron ne sera pas un mal passager car il est un capitaine du Nouvel Ordre Mondial (Etatsunien).
    Si nous connaissons depuis 1933 le danger que représente l’extrême droite, rien ne prouve que ce que nous réserve le NOM ne soit pas pire encore.
    En tous cas, jamais l’abstentionniste ne pourra être soupçonné d’avoir collaboré à ce dont il s’est abstenu.
    En revanche la personne qui aura déposé un bulletin dans l’urne sera directement responsable de la politique de celle ou celui dont le nom figurait sur ce bulletin. CQFD

  3. Anny Richard a dit :

    Partage total. Merci.

  4. Marco JEAN-MONTCLER a dit :

    Merci pour vos réflexions RMJ, je pense comme vous…

    Mais pour le moment je ne vois pas d’autres solutions pour limiter les dégâts que de faire campagne pour les candidats de la France insoumise aux législatives, en espérant que nous aurons beaucoup d’élus …

    Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement

  5. Raoul Marc Jennar a dit :

    C’est exactement le sens de mon propos de fin du précédent papier intitulé « Le piège, les menaces, l’espoir ». Il faut que la France Insoumise reste rassemblée et qu’elle s’ouvre pour faire des législatives le troisième tour avec l’ambition d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale. Les gauches de transformation démocratique, sociale et écologique seront-elles à la hauteur de ce défi historique ?

  6. nuria a dit :

    le débat d’hier soir entre les deux candidats préfigure le chaos politique qui nous est réservé. il nous reste les législatives restons unis et le maître mot est résistance!

  7. nuria a dit :

    le débat d’hier soir entre les deux candidats préfigure le chaos politique qui nous est réservé. il nous reste les législatives restons unis et le maître mot est résistance!

  8. Raoul Marc Jennar a dit :

    Rester unis et s’ouvrir tels sont les deux mots d’ordre qui devraient animer tous les militants de la France Insoumise. Le débat d’hier soir devrait nous y inciter. Ils étaient tous les deux sous le niveau requis. Un débat indigne de la fonction qu’ils convoitent. Un débat indigne de la France. On se prend à rêver d’un débat d’un autre niveau avec Mélenchon et ???
    Maintenant il faut gagner les législatives.

  9. clement a dit :

    On imagine ce qu’aurait pu être une finale Fillon-JLM;mais le premier a été torpillé par les affaires,le second par la présence de Hamon,l’ensemble sous la houlette de Hollande; Une belle planche pourrie que ce dernier!

  10. Octavio Alberola a dit :

    Avec ce défaitisme (« A-t-il été possible de…? Jamais.) on n’ira pas trop loin. Sur tout, si c’est avec le vote qu’on veut changer les choses…

    Car, même s’il a été possible de gagner quelques élections, par ici et par là, et même d’avoir le pouvoir (toutes les révolutions triomphantes), le pouvoir est revenu aux mains des capitalistes et le capitalisme règne en maitre absolu dans tout le planète, puisque le « socialisme » s’est réduit à être que capitalisme d’État.

    En effet, ce n’est pas possible de changer le système en y restant dedans. Et le vote (la délégation) c’est un des mécanismes essentiels du système pour nous démobiliser…

    Le vote, l’illusion qui nous mene à attendre les nouvelles élections pour déléguer… et continuer à attendre….

    En effet, oui, si nous en restons à attendre… Serait-il possible…? Jamais.

    Soyons lucides, tirons les leçons de l’histoire et agissons enfin pour nous mêmes, c’est l’illusion ou l’excuse de la délégation qui nous tient dans l’impuissance.

    Salut

  11. Raoul Marc Jennar a dit :

    Il n’y a pas de défaitisme. C’est un constat. C’est cela la lucidité. Après des semaines de « luttes » contre la réforme des retraites, contre la loi El Komri, quel résultat ? « Agissons par nous-mêmes » ça veut dire quoi ? L’illusion des mots qui ne veulent rien dire, voilà où git l’impuissance.

  12. burniat walter a dit :

    Je fus membre du PG24, par affinités vacancières et militantes, je suis devenu malgré moi membre du PG99 (Benelux) ce qui me replace dans ma petite Belgique et là je suis membre du PTB. « Encartisme de longue date »: dans mes jeunes années je fus membre du Parti Communiste de Belgique. Trois références récentes concernant les Français: 1. Le remarquable score de 19,58% des Insoumis. Au seuil de…Avec une amertume, en effet, à la mesure d’une sorte d’exaltation révolutionnaire, un peu romantique qui débouchait sur de multiples et énormes rassemblement de foules. Et, pas uniquement sur le programme du candidat  » L’avenir en commun », décliné en autant de fascicules que de sujets économiques, sociaux, culturels. Mais aussi en parallèle, l’affirmation commune de la nécessité d’une révision de la Constitution pour une VIème République, revenant à ses fondamentaux et actualisant le devenir de la Nation. Plus de 7 millions de Français ont voté POUR CELA! C’est magnifique. Mais que ne dorme pas l’engangement. Voir donc les Législatives. 2. Test, provocation ou les deux: Melenchon a invité Macron a « faire un geste », à savoir renoncer à la Loi El Khomry. Ce fut balayé avec mépris: le jeune premier au sourire dentifrice affirmant « si l’on vote pour moi, c’est que l’on adhère à mon programme »! Logique. Logique aussi: nous n’adhérons pas à son programme. 3. De WHIREPOOL au débat du 03/05/2017 ô combien mal mené par Mme StCric et son acolyte, nous avons été confirmés dans notrechoix « primaire »: Marine Le Pen grotesque, fielleuse, à l’insulte et…ne pétant pas une phrase cohérente au sujet de son programme. Exit la pantin de Hénain! Macron fut calme, didactique quand il avait la parole et ne s’est pas démonté. Bravo jeune homme! Il sera élu. Et en effet Monsieur Jennar, un combat classique recommencera, mais avec quelles forces vives?
    Il faut que se rallient autour de Mélenchon -ma foi, il a gagné à gauche- les Poutou, les Hamon, les Jadot et la déshérance déçue du PS et du PCF.
    Demain nous partons en vacances chez Any et Gérard que vous connaissez bien et nous de même depuis 25 ans! Walter

  13. Octavio Alberola a dit :

    Oui, les mots qui ne veulent rien dire, c’est aussi dire « Rester unis et s’ouvrir », si les actes ne suivent pas…
    En plus, rester unis et s’ouvrir (à qui?), pour quoi faire?
    Pour attendre encore les élections et voter…
    C’est-à-dire: après toutes les expériences échouées, après la Grèce, continuer à espérer conquérir le pouvoir pour changer la société ?

    « Agissons par nous-mêmes », ça veut dire n’attendre plus aux élections pour agir contre le système capitaliste dans tous les fronts quotidiens où il nous exploite et nous mène à l’écocide.
    C’est ça la insoumission, non?

  14. Raoul Marc Jennar a dit :

    Mon meilleur bonjour à Any et Gérard.

  15. Marco JEAN-MONTCLER a dit :

    Octavio Alberola, vous écrivez : « Le vote, l’illusion qui nous mène à attendre les nouvelles élections pour déléguer… et continuer à attendre…. »

    Pour ma part, je ne vois pas les choses de cette manière, la principale raison pour la quelle j’ai milité pour le programme de la France insoumise via l’élection de JL Mélenchon, c’est surtout parce que ce programme donne la possibilité d’une assemblée constituante pour changer les règles du jeux politique.

    Je pense qu’Étienne Chouard a raison, les règles actuelles sont foireuses et en fait nous ne sommes pas en démocratie, mais sous un régime ploutocratique où les plus riches gouvernent via une oligarchie de hauts fonctionnaires et d’élus.

    Cette fausse démocratie ne me gênerait pas si elle n’amenait pas avec elle les nombreux fléaux que nous constatons actuellement : Environnement saccagé (la moitié des espèces vivantes ont déjà disparues), pollutions multiples (nucléaire, pesticides, etc.), exploitation des pays du sud générant guerres et migrations, mise en esclavage économique du plus grand nombre, pas de règle verte, etc …
    Pour changer cet état de chose je ne vois que le vote pour le programme de la France insoumise.

    Un coup d’état militaire ne nous amènerait à mon avis que guerre civile avec possibilité de dictature s’il réussissait, et ne ferait que renforcer les pouvoirs de l’oligarchie actuelle s’il échouait.

    J. Krishnamurti disait que si nous voulons que la société change, alors il nous faut nous changer nous même, car c’est chacun de nous qui contribuons à créer la société telle qu’elle est.

    Après des années de travail sur moi, je suis arrivé à la conclusion que cela ne suffit pas, à partir du moment où nous avons évolué et donc pris conscience qu’il y a quelque chose de pervers dans le système actuel (capitalisme), il nous faut agir de manière à changer ce système capitaliste, car c’est lui qui formate les individus dès l’école pour en faire de dociles « électeurs » …

    La violence n’étant pas une solution car elle renforcerait les pouvoirs des dominants ( « états d’urgences »), la seule possibilité passe donc par le vote.

    Et je ne désespère pas, il s’en est fallu de très peu pour que nous soyons présents au 2ème tour des présidentielles, malgré les propagandes multiples des médias dominants qui appartiennent aux plus riches : cela veut dire que beaucoup de citoyens ont pris, comme nous, conscience du fait qu’il faut que le système actuel évolue.
    La preuve, presque 30 % des plus jeunes ont votés pour la France insoumise.

    Pour les législatives, le vote sois-disant « utile » ne se justifiera plus, au contraire, je vois comme possible que beaucoup de citoyens prennent conscience du fait que si le futur président n’a pas de majorité parlementaire à sa botte, alors les pouvoirs exorbitants que lui donne l’actuelle constitution seront diminués.

    Encore mieux, si la France insoumise réussit à rallier suffisamment d’électeurs à sa cause, alors nous aurons JL Mélenchon comme premier ministre et il pourra commencer à appliquer le programme de la France insoumise …

    Certains diront que c’est du rêve, que ce n’est pas possible, etc …

    Je réponds que toutes les projections dans le futur, tous les projets que nous faisons sont aussi du rêve et n’ont aucunes réalités tant que nous ne les avons pas réalisées.

    Et nous avons tout à gagner à penser que les choses ne sont jouées d’avance, car si nous pensons le contraire, nous n’iront même pas voter pour la France insoumise aux législatives et là, effectivement, le « sort en sera jeté » et nous seront obligés d’attendre 5 ans avant qu’une nouvelle chance nous soit donné de changer le système actuel ou « élections » rime avec «  piège à cons ».

    Et en cinq ans, nombreux sont les dégâts que peuvent faire les politiques d’un Macron ou d’une Le Pen car ce sont, même si elles sont différentes, toute deux des politiques capitalistes …

    Donc pour ma part, je vais mettre les gouttes d’eau de colibri dont je dispose du coté des candidats de la France Insoumise aux législatives, car si je ne le fais pas et que le futur président se retrouve avec une large majorité de députés en sa faveur, alors j’en porterai en partie la responsabilité.

    Cordialement à +

    Marco

  16. etoilerouge a dit :

    @Raoul Marc Jennar
    Quand on constate qu’un système politique, appuyé sur le capitalisme, que des institutions européennes ont des pouvoirs dictatoriaux, que l(on constate que jamais depuis 1983 il n’a été possible de revenir sur des régressions sociales et démocratiques, il faut qualifier le monstre qui agit contre le peuple et les travailleurs: une dictature et une dictature on l’abat on ne finasse pas comme la France Insoumise dont les dirigeants n’ont pas compris qu’ils sont soutenus par des courants politiques différents. Il faut sortir de l’UE, de l’Euro, de l’OTAN avec les réponses aux besoins des travailleurs et de la classe ouvrière non des bobos parisiens à la GARRIDO o

  17. Jean-Michel Filippi a dit :

    Merci pour ces commentaires hautement salutaires que je partage sans réserve aucune

  18. Jojo a dit :

    La vraie solution : le 3ème tour, aux législatives !

  19. Rydbeg a dit :

    Suédois résidant en Belgique, le vote français ne me concerne que théoriquement. Cela étant, dans les échanges sur la question, j’aurais aimé entendre également ce que le banquier Macron a comme point de vue sur:
    l’Otan
    la Syrie,
    la Russie,
    l’hégémonie US et son protectorat européen.
    Entre autres choses. Je n’ai rien vu. Mais cela m’a peut-être échappé. Voire: Macron ne s’est pas exprimé sur.

  20. prnic a dit :

    je ne voterai pas les métastases de macron pour éviter le cancer de la peste brune …..je voterai CONTRE les DEUX en votant  » blanc »

    et le parti de la trouille qui n’a qu’un réflexe antifasciste à la place du cerveau est prié de me foutre la paix !

  21. Vevil a dit :

    Macron, ce mal non passager, qui saura reconnaître qu’il doit sa victoire, non seulement à la droite et au PS, mais encore au syndicat CGT, aux partis, aux militants et aux simples citoyens se disant de gauche ou d’extrême gauche qui n’ont pas soutenu voire qui ont passé des mois à attaquer Jean-Luc Mélenchon, le seul homme politique de gauche en position d’être élu et de changer notre société ?

Répondre