08 Mai 2017

Affaiblir l’Etat.

Nier la Nation.

Traiter par la dérision ce que représente la culture française.

Glorifier le modèle anglo-saxon.

Agir par les voies les moins démocratiques au nom de la démocratie.

Transférer un maximum de pouvoirs à des institutions européennes soumises aux lobbies de la finance et des affaires.

Achever l’évolution entamée en 1983 (tournant de la rigueur) pour la France et en 1986 pour l’Europe (Acte unique européen, la bible du néo-libéralisme) vers une société où il n’y a plus que des individus face aux firmes privées.

Réduire la France à une annexe des Etats-Unis, conformément à ce qu’exige l’OTAN et ce que réalisera le TAFTA.

Rétablir dans toute l’Europe les inégalités du XIXe siècle sur le modèle de ce qui a été entrepris en Grèce.

Poursuivre l’exploitation de la planète soumise à la logique du profit.

Tel est le véritable programme qui va être mis en oeuvre avec pour résultat la disparition d’un modèle où l’ambition d’une vie ne se réduisait pas à l’argent.
Aux incrédules et à ceux qui, consciemment ou pas, sont tombés dans le piège poussant à voter pour Macron, je rappelle que celui qui a obtenu 65% des suffrages exprimés n’a pas cessé de répéter qu’il « ne cèdera rien ».

7 mai 2017, un triste jour pour le peuple de France ; un grand jour pour les banquiers et les hommes d’affaires.

L’heure de la résistance a sonné.

Raoul Marc Jennar

Lu 1 356 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 Réponses pour “Ce qu’annonce le 7 mai”

  1. nuria a dit :

    Les résultats de l’abstention et des votes blancs ou nuls, laissent présager que la France résistante est en marche. et que la peur des extrêmes n’a pas fonctionné à grande échelle . il n’est pas le président de l’adhésion.A nous de le prouver aux législatives.

  2. carlin jean-pierre et nicole a dit :

    Merci Raoul pour cette analyse pas roborative, hélas.
    Oui,ce n’était pas la fête pour tout le monde, hier ! Et n’oublions pas le score du FN qui sera toujours utilisé pour faire peur afin de continuer à garder le pouvoir au détriment du peuple. Les luttes à venir seront dures. Oui, appelons à la Résistance !

  3. Octavio Alberola a dit :

    Oui, résister; mais, comment…? En se mobilisant une fois de plus pour voter et continuer à attendre les convocations électorales?
    Oui, l’heure de la résistance a sonné… Mais, pour quelle « résistance »?

  4. Georges Pons a dit :

    Les amateurs de « tirs de barrage » anti FN sont rassurés ? Grand bien leur fasse;
    Mais tous ceux qui ont fait campagne pour le votre blanc, offrant à une autre droite aussi peu humanisée un résultat d’apparence trompeuse, ne retiennent de positif dans cet épisode que la montée en considération d’une exigence qui n’est rien d’autre que la plus élémentaire des réponses démocratiques.

    Le processus aurait-t-il des chances de prendre effet pour les législatives, sinon pour le premier tour sensé offrir une offre politique élargie, au moins pour le second, avec, ô miracle !, l’obligation de réunir plus de 50 % des suffrages exprimés, blancs et nuls compris, les absents ayant enfin tort ?

    Question à deux balles : qui aurait le pouvoir de satisfaire un tel souhait dans un si bref délai ?

    Belle occasion pour EM de faire preuve d’esprit démocratique s’il n’y voit pas une difficulté de plus pour se constituer une majorité parlementaire.

    L’avis de Raoul, toujours très documenté, nous serait précieux.

  5. Anny Richard a dit :

    Comment, par méconnaissance ou par peur irraisonnée, nos concitoyens ont-ils pu être ainsi abusés ?
    Effectivement, plus que jamais s’impose une Résistance active.

  6. carlin jean-pierre a dit :

    Je me permets d’insister sur ce qu’a dit Nicole ce matin, à propos de la pression FN que le pouvoir Macron va utiliser pour maintenir la peur – si utile à sa [dé]marche. J’ai déjà évoqué l’excellent article de H. Pena-Ruiz mais là aussi j’insiste sur le fait qu’il y cite, en-tête, Montesquieu disant que le gouvernement par la peur est un despotisme…
    Il va falloir adapter la terminologie : « oligarchie » est devenu insuffisamment précis. Comme cela va s’aggraver dans le rapport au fric (le texte de Raoul le reflète), « ploutocratie » devrait, hélas, devenir un qualificatif plus adapté. Quant à « despotisme », ce sera à la « lumière » des ‘cent-jours’ qui viennent et de la manière d’user du pouvoir de l’homme-à-la-jaquette qu’on saura se prononcer. Est-ce que l’adjectif « éclairé » pourra y être associé, lui que l’on dit cultivé (et pas seulement en finances), s’il gouverne selon les « lumières » de la raison ? Peu de chance, car la ‘culture’ dudit est dévoyée !

    … Excusez mon babillage, dû à l’angoisse qui perdure. Je reviens au sérieux de la ‘résistance’ qui va être notre lot, dès ces cinq semaines plus une, seule période décisive pour nous faire entendre et empêcher que le couperet de mesures irréversibles du nouveau césar ne tombe… Résistance !

  7. Georges Pons a dit :

    Si je milite dans un parti d’extrême-gauche où Raoul a fait un passage assez bref et dont je n’attends pas qu’il apporte une solution politique rapide et efficiente au désastre démocratique que nous devons aux partis institutionnels bureaucratisés et technocratisés qui viennent d’éclater sous nos yeux, c’est que la montée en puissance du FN ne peut que progresser si à l’autre extrémité ne se constitue pas rapidement une organisation de masse radicalement opposée, c’est-à-dire plus exigeante encore qu’a tenté de l’être le Front de Gauche.

    Mais pour cela, encore faudrait-il accepter de jouer collectif alors que la magie des réseaux sociaux fait de chacun d’entre nous un acteur virtuel de la révolution attendue.

    Que dix millions de Français aient pu refuser le choix qui leur était proposé et doivent ainsi rester en quelque sorte vacants pour le nouveau parcours est insupportable. »Résistez ! » , après « Indignez-vous » ou Insoumissez-vous » ne seront que des mots s’ils restent les slogans que martèlent ensemble (Nuit debout par exemple …) quelques dizaines de milliers de citoyens refusant toute organisation partisane sous prétexte que communistes puis socialistes ont ruiné tous nos espoirs en dénaturant l’esprit des luttes sociales en laissant toute sa place à la « valeur » argent .

    Pourquoi ce qu’a réussi l’extrême droite en une vingtaine d’années, en dépit d’une image salie par la collaboration, l’OAS, la xénophobie déguisée en patriotisme, ne pourrait-il pas trouver son contrepoison dans une organisation adoptant des formes plus participatives mais mieux structurées. Mais si la fusion Mélanchon/Hamon a complètement échoué, sans doute sera-t-il encore plus difficile d’y associer cette extrême gauche elle-même désunie alors qu’elle ne totalise que quelques milliers de militants.

Répondre