16 Fév 2012

Pour rappel :

TUE : traité sur l’Union européenne, première partie du traité de Lisbonne

TFUE : traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, deuxième partie du traité de Lisbonne

Conseil européen : réunion des Chefs d’Etat et de gouvernement

Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG: le traité Merkel-Sarkozy  encore appelé Pacte budgétaire adopté par 25 des 27 Chefs d’Etat et de Gouvernement le 30 janvier 2012. Il doit être signé le 1 ou le 2 mars avant la ratification par les différents Etats signataires.

Le mardi 21 février, à la demande du gouvernement, l’Assemblée nationale examinera en procédure d’urgence deux projets de loi :

a)    le projet de loi ratifiant la décision du Conseil européen de modifier l’article 136 du TFUE

b)   le projet de loi ratifiant le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES)

Ce qui se prépare dans un silence scandaleux alors que ces projets devraient être au cœur des débats dans toute la presse, va au-delà de tout ce qu’on a connu jusqu’ici, au niveau européen, en matière d’abandon de souveraineté, de recul démocratique et d’opacité.

Pour s’en rendre compte, il faut savoir ce qu’est le MES et de quelle procédure on use pour le faire adopter.

Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) : un FMI européen

Le texte définitif du traité instituant le MES a été adopté par les représentants des Etats membres de la zone euro le 2 février 2012.

Ce MES est destiné à prendre, à partir de juin 2013, la suite des instruments créés en 2010 pour faire face à la crise de la dette. Ce MES et le Pacte budgétaire (TSCG) sont complémentaires : à partir du 1 mars 2013, pour avoir accès aux aides du MES un Etat devra avoir accepté toutes les dispositions sur l’austérité budgétaire contenues dans le TSCG.

Le MES, dont le siège est fixé à Luxembourg, est doté du statut d’une institution financière internationale bénéficiant des immunités dont jouissent les institutions internationales. Il n’a donc aucun compte à rendre ni au Parlement européen, ni aux parlements nationaux, ni aux citoyens des Etats membres et ne peut en aucun cas faire l’objet de poursuites. Par contre, doté de la personnalité juridique, le MES pourra ester en justice. Locaux et archives du MES sont inviolables. Il est exempté de toute obligation imposée par la législation d’un Etat Membre.  Le MES, ses biens, fonds et avoirs jouissent de l’immunité de toute forme de procédure judiciaire.

En cas de litige entre le MES et un Etat Membre, c’est la Cour de Justice de l’UE qui est compétente.

Les membres du MES sont les Etats de la zone euro. L’institution est dirigée par un collège composé des ministres des finances des Etats membres appelés pour la circonstance « gouverneurs ».  Ces gouverneurs désignent un conseil d’administration. Un Directeur général est nommé. Le Conseil des gouverneurs est compétent pour toutes les décisions relatives à l’intervention du MES. Le Conseil d’administration est compétent pour la gestion de l’institution. Le secret professionnel est imposé à toute personne travaillant ou ayant travaillé pour le MES. Toutes les personnes exerçant une activité au sein du MES bénéficient de l’inviolabilité de leurs papiers et documents officiels et ne peuvent faire l’objet de poursuites en raison des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions.

Le but du MES est de « mobiliser des ressources financières et de fournir, sous une stricte conditionnalité» un soutien à la stabilité d’un de ses Etats membres qui connaît des graves difficultés financières susceptibles de menacer la stabilité financière de la zone euro. A cette fin, il est autorisé à lever des fonds. Son capital est fixé à 700 Milliards d’euros. La contribution de chaque Etat a été déterminée de la manière suivante :

 

Membres du MES

Capital souscrit (EUR)

Allemagne

190 024 800 000

France

142 701 300 000

Italie

125 395 900 000

Espagne

83 325 900 000

Pays-Bas

40 019 000 000

Belgique

24.339.700.000

Grèce

19 716 900 000

Autriche

19 483 800 000

Portugal

17 564 400 000

Finlande

12 581 800 000

Irlande

11 145 400 000

République Slovaque

5 768 000 000

Slovénie

2 993 200 000

Luxembourg

1 752 800 000

Chypre

1 373 400 000

Estonie

1 302  000 000

Malte

511 700 000

Total

700 000 000 000

 

Les Etats Membres, par ce traité, s’engagent « de manière irrévocable et inconditionnelle » à fournir leur contribution au capital du MES. Ils s’engagent à verser les fonds demandés par le MES dans les 7 jours suivant la réception de la demande.

Le MES peut décider de revoir les contributions de chaque Etat membre. Cette décision s’imposera automatiquement.

Lorsqu’un Etat Membre sollicite une demande de soutien à la stabilité, c’est la Commission européenne en liaison avec la Banque Centrale Européenne (BCE) qui est chargée d’évaluer le risque pour la stabilité de la zone euro, d’évaluer, en collaboration avec le FMI, la soutenabilité de l’endettement public du pays demandeur et d’évaluer les besoins réels de financement de ce dernier.

Lorsque le MES décide d’octroyer un soutien à la stabilité, c’est la Commission européenne, en liaison avec la BCE et le FMI, qui négocie avec l’Etat demandeur les conditions dont est assorti ce soutien. Cette négociation doit s’inscrire dans le respect du Pacte budgétaire (TSCG). La Commission européenne, en liaison avec la BCE et le FMI, est chargée du respect des conditions imposées.

Le traité entrera en vigueur deux mois après le dépôt des instruments de ratification par les Etats signataires dont la souscription représente 90% du total.

On s’en rend compte, les gouvernements signataires de ce traité ont créé un monstre institutionnel contre lequel les Etats eux–mêmes et à fortiori les peuples seront désormais totalement impuissants. Ainsi se poursuit, sous la pression du monde de la finance et des affaires, le démembrement du siège de la souveraineté populaire, l’Etat, au profit d’institutions échappant à tout contrôle.

Une procédure illégale

La création du MES exige une modification de l’article 136 du TFUE. Cette modification, qui est possible si on recourt à la procédure simplifiée pour modifier un traité européen, a été proposée par la Commission européenne et adoptée par le Conseil européen le 25 mars 2011. Elle est formulée comme suit :

« A l’article 136, paragraphe 1, du TFUE, le point suivant est ajouté :

Les Etats membres dont la monnaie est l’euro peuvent établir un mécanisme de stabilité pouvant, si nécessaire, être activé dans le but de préserver la stabilité de la zone euro dans son ensemble. L’octroi de toute aide financière en vertu du mécanisme sera soumis à de strictes conditionnalités. »

Il est précisé que la base légale de cette modification de l’article 136 du TFUE, via la procédure simplifiée, est fournie par l’article 48, paragraphe 6, du TUE.

Or, cet article stipule, en son §6, alinéa 3, qu’une décision prise sous le régime de la procédure simplifiée « ne peut pas accroître les compétences attribuées à l’Union dans les traités. »

Les défenseurs du MES considèrent qu’ils n’y a pas accroissement des compétences de l’Union puisque, formellement, le MES ne serait pas une institution de l’Union. C’est jouer avec les mots, et manipuler dangereusement les textes, car le traité créant le MES indique clairement que le MES implique la participation directe de la Commission européenne, et, en cas de litige, celle de la Cour de Justice de l’UE, deux institutions de l’Union. En outre, le Commissaire européen en charge des affaires économiques et monétaires siègera dans l’instance dirigeante du MES en qualité d’observateur. C’est la Commission européenne qui sera mandatée pour imposer à l’Etat concerné les conditions d’une intervention du MES.

Il n’est pas contestable que le MES diminue les pouvoirs des Etats membres et augmente les compétences attribuées à l’Union, en particulier les pouvoirs de la Commission européenne.

Le projet de loi soumis le 21 février à l’Assemblée nationale pour ratifier la modification à l’article 136 du TFUE vise donc à permettre une extension des compétences de l’Union européenne en toute illégalité.

Un coup d’Etat

Qu’est-ce qu’un coup d’Etat ? C’est le remplacement d’un pouvoir légitime, issu du peuple, par un pouvoir qui ne l’est pas.

Le transfert, en toute illégalité, à des autorités européennes et internationales qui ne sont soumises à aucun contrôle démocratique de pouvoirs qui relèvent pas nature de la souveraineté populaire s’apparente à un véritable coup d’Etat.

Les gouvernants qui sont à la manoeuvre manifestent leur plus total mépris du respect des exigences démocratiques. Par des artifices de procédure, en interprétant abusivement des règles dont ils se moquent, ils se font les complices d’une entreprise de démantèlement de la démocratie et d’effacement d’un acquis fondamental dans l’histoire de l’humanité : la souveraineté du peuple.

Deux traités démocraticides

Avec le MES et le Pacte budgétaire (TSCG) , les peuples qui ont déjà été dépossédés des choix en matière monétaire du fait de la manière dont est géré l’euro (en particulier, le statut et les missions de la Banque Centrale Européenne), seront désormais dépossédés de tout pouvoir en matière budgétaire.

Rappelons que la démocratie est née progressivement du droit réclamé par les peuples de contrôler les dépenses des gouvernants. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, adoptée le 26 août 1789, en son article XIV, proclame que « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. »

C’est ce droit fondamental qui leur est aujourd’hui enlevé.  En violation d’une disposition inscrite dans la Constitution de la République :  « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946 (…). »

Ceux qui approuveront les deux projets de loi soumis le 21 février approuveront le TSCG puisqu’ils sont étroitement liés. Les promesses de renégociation de ce dernier perdent leur peu de crédibilité si leurs auteurs approuvent le MES.

Ces deux traités MES et TSCG confirment que la construction européenne s’est définitivement éloignée de l’idéal démocratique.

Ces deux traités sont, contrairement à ce qu’affirme Hollande, étroitement liés. Ils alimentent l’un et l’autre transfert de pouvoir et perte de souveraineté rendant possible une totale mise sous tutelle financière et budgétaire des Etats et des peuples.

La France est la première à engager la procédure de ratification du MES. Des mouvements d’opposition se lèvent dans plusieurs pays signataires qui interpellent les élus sur leur attitude future.

En France, à ce jour, seuls Jean-Luc Mélenchon au nom du front de Gauche et Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière se sont prononcés clairement contre le MES et ont appelé les parlementaires à ne pas voter les textes soumis le 21 février.

Si ces deux textes soumis le 21 février sont adoptés, il est indispensable que soit saisi le Conseil constitutionnel. Y a-t-il, dans le Parlement du pays qui a donné au monde les progrès de 1789, 60 députés et sénateurs pour soumettre au respect de la Constitution des traités qui la violent ?

Raoul Marc Jennar

Lu 34 646 fois Imprimer Imprimer
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes. Moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
Mots-Clés (tags) : , , , , ,

100 Réponses pour “Un véritable coup d’Etat se prépare le 21 février.”

  1. Liior a dit :

    @Monsieur HR – Pouvez vous nous donner selon vous les limites de la CES ? Je ne connais pas bien mais on dit que c’est financé par la Commission et qu’on y organise des formations pour que les cadres des syndicats nationaux sachent expliquer avec pédagogie les abandons d’acquis sociaux .. Confirmez vous cela ?

    Cordialement,

  2. Monsieur HR a dit :

    @Liior@Liior

    Je ne connais pas bien non plus les sources de financement de la CES. Mais, comme toute institution, la CES est un champ de luttes. Jusqu’à présent l’idéologie qui l’a dominée correspondait à la recherche du consensus européen très intégré dans les jeux institutionnels, cher au syndicalisme d’Europe du Nord. Il semble qu’avec le mode de traitement de la crise porté par l’UE, le maintien des illusions sur le consensus au sein de la CES devienne de + en + difficile à perpétuer. En témoigne le renouveau revendicatif du syndicalisme allemand qui l’a amené récemment à réagir conjointement avec 7 autres OS européennes, y compris celles du sud. Ceci, a probablement secoué la CES. L’avenir de la CES demeure incertain, notre propre attitude de salariés et de syndiqués européens y sera probablement pour quelque chose. La mobilisation en France sur les retraites en 2010 d’une part, à l’inverse le discrédit du syndicalisme espagnol stigmatisé par les manifs des indignés sont peut être constitutives de cette évolution ?
    Ceci n’est qu’un point de vue personnel, Anne Catherine Wagner a publié un ouvrage assez fouillé sur la question aux Éditions du Croquant il y a quelques années.

  3. Joséléon a dit :

    La gauche n’est pas la seule à s’opposer, Nicolas Dupont Aignan a toujours milité contre le projet de constitution européenne (rejeté par le peuple français le 29 mai 2005 et réintégré sournoisement par la voie parlementaire).
    Demain, à l’Assemblée Nationale, en tant que député, il résistera contre le MES, c’est tellement grave ce qui se prépare contre les peuples…..

  4. Annie a dit :

    merci Raoul pour cette explication claire, c’est pas évident à faire.

    dimanche sur FI et France Culture Hollande interpelé sur ce mécanisme a bien dit qu’évidemment il le signerait puisqu’il s’agit « d’une entr’aide » entre états. Concernant le traité à venir il a dit qu’une fois au gouvernement (comme si il était déjà ministre du prochain élu président Hollande : 2 présupposés d’un coup avant vote des Français), il les dissocierait.

    question subsidiaire et technique à Raoul Jennar :
    il vient d’être créé un flux et contact spécial des blogs/sites Front de Gauche
    http://feeds.feedburner.com/LesBlogsDuFrontDeGauche

    qui sera sans doute transformé prochainement sur un site style paper.li ou scoop.it ou autre…
    veux-tu y être associé ? dans ce cas tu auras accès à notre groupe google pour lequel je te donnerai l’adresse en privé, il te suffit de m’écrire à mon adresse mail d’identification.

    le but est évidemment d’essayer de nous faire mieux ‘entendre »‘ sur le net. Car on a un peu l’impression de crier que pour les avertis ou dans le désert.

    Annie Stasse
    http://www.penseelibre.fr/
    (ex- avignon ps gauche quitté en 2005, maintenant PG châteauroux)

  5. Ce 21 février , toute la gauche doit voter contre le MES « Front de Gauche Croix-Rousse et Lyon Centre a dit :

    […] en savoir plus , lire : L’article de Patrick Le Hiaryc, député européen ou celui de Raoul Marc Jennar ou écoutez l’intervention de jean-Luc Mélenchon. C’est très […]

  6. Heloise a dit :

    @ Gilles et Liior: Vous faites dire au FdG qu’il est pour cette construction européenne…libre à vous , mais moi je refuse d’obeir à quelqu’un qui prétend me faire dire ce qu’il veut , et qui n’entend pas ce que je dis…La lutte ne consiste pas à « sortir » de quoi que ce soit, mais à transformer l’existant, dont la logique interne est « explosive »…Cette transformation n’est pas forcément une « réforme illusoire », ni une « révolution sanglante », elle peut être l’oeuvre des forces sociales engagées dans ce que l’on appelle « le mouvement social », sans préjuger sectairement de ce que les peuples finiront par obtenir : soit une « autre europe » (ah-ah-ah! oui, « sociale » ah-ah-ah!) soit …mais au fait à vous de m’expliquer votre vision de « l’avenir » (ah-ah-ah!) peut-être préférez -vous jouer au troll-surfing sur les blog « de goach » ? N’y a-t-il pas du nihilisme, dans la prétention de « sortir » du problème posé ? cette europe historiquement construite à l’initiative des grands capitalistes (appellons un chat un chat : les temps n’ont pas changé du point de vue « domination ») ce n’est pas à « nous les prolos » d’en sortir, c’est à nous d’en faire sortir la bande des spéculateurs qui y ont « construit « leur pouvoir exclusif !

    Le champ de bataille est là, botter en touche n’apporte aucune réponse pour « l’avenir » (j’en entend qui disent « on s’en fout », l’avenir est une vieille lune…Or j’ai entendu çà il y a déjà assez longtemps car j’ai eu 25 ans moi aussi…)

    « Sortir » de l’europe ne nous fera pas sortir du problème que cette « europe » continue à poser : le problème posé par la puissance politique de l’oligarchie dans chaque pays européen…reste le repli dans les revendications indépendantistes basques, bretonnes et corses…merci!

  7. Liior a dit :

    @Heloise – Je trouve votre position bien plus intenable que la mienne.

    Ma position est simple : Des élites industrielles, politiques et financières nous ont placé dans un piège présenté sous l’apparence des beaux sentiments. Ce piège s’appelle l’Union Européenne et vérouille toute possibilité de réforme (renseignez vous sur la possibilité de réformer le traité, vous verrez à quel point c’est compliqué, nous en avons un parfait exemple avec l’article ci-dessus, qui explique que les chefs d’Etat ont voulu ajouter un paragraphe à un article (parmi des centaines), et que ça a pris 1 an au bas mot).

    En d’autres termes, il existe une voie légale, conforme au droit international, qui consiste à dire « Je ne joue plus, je sors du piège ».

    Votre position consiste à dire « Je suis une travailleuse, une syndicaliste qui oeuvre pour l’amélioration des conditions sociales et de travail, mais j’accèpte le piège hallucinant que m’ont tendu mes ennemis, après tout, c’est de bonne guerre, et puis comme on dit, on ne quitte pas le champs de bataille, on le change ! ».

    Un peu comme une souris, qui, coincée dans une cage, essaierait de changer sa cage, un barreau par ci, un barreau par là, sauf que rien ne bouge, et que même si elle arrivait à faire bouger un ou deux barreaux, la cage resterait là.

    Vous voulez vraiment faire avancer le mouvement social ? Vous voulez vraiment changer la donne et le terrain de bataille face à vos ennemis ? Supprimez leur le libre-échange, supprimez leur le monopole d’émission de monnaie, supprimez leur la Commission et ses lobbys, supprimez leur la supranationalité qui leur permet, en corrompant un commissaire sur 27, de ne pas s’emmerder à le faire 27 fois. Bref, prenez le pouvoir, et ne venez pas me raconter que vous allez prendre le pouvoir avec les Tcheques, les Hongrois et les Portugais car vous n’avez non seulement pas la logistique, pas le temps, mas surtout pas la possibilité du fait des clivages culturels qui persistent.

    Vous ne faites pas encore 10% en France, et vous voulez que j’attende que vous en fassiez 51% dans la majorité des 27 Etats .. MUHAHAHAHA

    Quand vous aurez compris que « cette europe là » est la seule possible (vu qu’elle est le compromis entre les intérêts de chaque nation), vous aurez compris que ça fait juste 60 ans que tout le monde vous balade en vous disant « Nous voulons une autre Europe !! » ..

    Vous êtes très marrants je trouve, et le pire, c’est que vous pensez que je suis un « attentiste », qui ne « joue pas », et qui ne veut pas « changer le champ de bataille ». Au contraire, la vraie personne qui est attentiste, qui ne joue pas (parce que coincée dans une cage écrite pour elle en 1957), qui ne change rien au champ de bataille (vu que la prise de décision est bien trop éloignée de vous), bah c’est vous Héloise.

    Méditez là dessus.

  8. Mardi 21 Février 2012, que va voter votre Député ? | Les Indigné-e-s a dit :

    […] de l’excellente analyse du Mécanisme européen de stabilité par Raoul Marc Jennar sous http://www.jennar.fr/?p=2286, mise aussi en attaché. Ce mécanisme est introduit dans le droit français par le biais de 2 […]

  9. Heloise a dit :

    STOP @Liior ! Vous n’avez pas le droit de me faire dire le contraire de ce que je dis exemple: « j’accepte le piège que m’ont tendu mes ennemis »…

    Me voici donc obligée par votre impolitesse frisée voire un peu trop rasée, de vous faire une leçon de lecture:

    Le programme du FdG dit ceci: « conformément au mandat qui nous aura été donné par le peuple français(…) nous refuserons d’appliquer les directives(…)Notre désobeissance fera tâche d’huile dans l’Union etdans la zone Euro(…etc…)

    Vous nous inventez une longueur d’inde de collabos alors que nous sommes la Résistance !

  10. Liior a dit :

    @Heloise – Je connais le programme du FdG qui nous placerait directement de facto en dehors du droit international et qui nous ferait désobéir à l’article 5 de la constitution.

    Si c’est ça que vous comptez me faire avaler, vous allez devoir vous lever tôt.

    Mais en gros vous me dites simplement : L’Union Européenne et l’Euro nous cassent les bonbons, mais on ne va pas sortir légalement de tout ça, on va provoquer une crise gouvernementale sur le continent entier en désobéissant, en subissant ainsi les foudres de tous nos partenaires, en prenant sur la gueule les multiples assignations devant la Cours de Justice de l’UE, et en passant pour des guignols devant la planete entière comme l’Etat occidental qui aura pris modèle sur les US (ou Israël dirait certains) dans l’illégalité vis à vis du droit international.

    Joli programme en somme.

    Cordialement,

    PS : Résister, c’est sympathique et puis ça donne une posture, c’est juste idiot quand on a la possibilité de s’en sortir légalement et sans trop de douleurs ..

    PS2 : Votre refrain sur la résistance et « l’autre europe », je l’entend, encore une fois, depuis 60 ans. Il est temps maintenant d’arrêter de vous mentir à vous même et de devenir SERIEUX.

  11. Heloise a dit :

    il est difficile d’entendre quelqu’un de soi-disant 25 ans « entendre depuis 60 ans  » ce qu’il se raconte à lui-même !…

    « Je ne sais pas quel âge vous avez, mais moi j’ai 25 ans, cela fait 3 ans que je suis en politique, et j’ai bien compris le monde qui m’attend »…

    Vous déclarez que le fdg prend les gens « pour des cons »….Et vous, pour qui nous prenez-vous? est-ce ainsi que « vous entrez en politique » ? assez de cette arrogance : le MPEP présente de bonnes raisons de penser que la sortie de l’Euro fait partie des choses probablement inéluctables …Mais le MPEP n’est pas aussi arrogant que vous tout seul et il dialogue et participe au Fdg, car personne ne sait vraiment si « sortir de l’Euro » apporte des sorties de crise !

  12. Liior a dit :

    @Heloise – Réfléchissez s’il vous plait. J’ai 25 ans mais j’ai Internet etc etc. J’ai pu lire les programmes et les positionnement des partis de gauche depuis 60 ans en effet.

    Savez-vous quel était le slogan du PS en 1979 ? Premières élections du Parlement Européen ? « Changer l’Europe », savez vous lequel il était en 2009 ? Changerleurope.fr … Le même slogan, sauf qu’entre temps ils ont été au pouvoir pendant 14 ans (un peu plus si on compte l’époque Jospin, qui devait renégocier le traité d’Amsterdam, et n’en a rien fait).

    Je ne soutiens pas la sortie de l’euro pour « sortir de la crise », je voulais la sortie de l’euro et de l’UE avant que la crise n’éclate. C’est une question d’indépendance, de souveraineté, de démocratie …

    Je ne suis pas arrogant, je réponds à vos questions calmement en vous montrant à quel point vous ne prenez pas en compte les rapports de force et l’histoire de l’Union Européenne.

    Vous devriez justement écouter le M’PEP qui est très performant là dessus.

    Cordialement,

    PS : Je constate que vous ne répondez pas sur la non conformité de votre programme avec le droit international … Je pense que c’est parce qu’il n’y a rien à répondre.

  13. Neti Neti a dit :

    Salut à tous

    @Lilor : vous écrivez : »En bref, avant d’essayer de réformer une Europe irréformable, sortons en et occupons nous de rendre nos institutions plus démocratiques et citoyennes. »
    Comment faire pour, dans le respect des lois en vigueur par chez nous, rassembler suffisamment de gens en accord avec vos positions (desquelles je suis proche) sans créer un nouveau « mouvement » ou « parti » avec tous les travers que nous leurs connaissons.
    « sortons-en », d’accord ! comment ?
    Une autre question : nos institutions, même si elle étaient plus démocratiques et citoyennes, sont d’une rare complexité pour le peuple (donc je suis). Il faut donc des personnes compétentes et « spécialisées », qui, d’après mes modestes observations, s’ éloignent tjrs du but initial qui est de traduire les décisions du peuple souverain dans le langage de ses instances. Comment sortir de ces formes de dilutions de la parole initial du peuple ?

  14. Heloise a dit :

    @ liior votre prétendue « non conformité avec le droit international » est une absurdité de plus, car vous avez « depuis 60 ans  » bien d’autres exemples qui ont prouvé qu’une nation ayant décidé démocratiquement de respecter la volonté populaire peut faire jurisprudence devant « le droit international »… »sortir de l’euro » docilement sans claquer les portes et en saluant poliment les maîtres de la maison …partir sur la pointe des pieds car « dehors règne la sortie de crise évidente », simplette et court vêtue, vu que  » la crise c’était l’euro »…Mais qui prend les gens pour « ce que vous dites » ? …et surtout sans avoir à proposer aux peuples concernés la moindre coopération européenne susceptible de nous « faire sortir du dollar » …tiens, vous l’avez oublié celui-là ? pourtant « depuis 60 ans » toute l’europe mais aussi la planète entière ont un gros problème avec « la sortie de la domination US » ! (toute l’europe est concernée par les décisions de la France au moins autant que par celles de la Grande Bretagne ou de l’Allemagne) pour sortir de la crise systémique du capitalisme.

    Vous feignez de ne pas voir le potentiel révolutionnaire de cette Autre Europe voulue par les peuple, cette « autre europe » qui a été trahie par ses élites ?

    …Savez-vous que vous venez dire cela sur un site « altermondialiste » ?

    Vous simulez l’aveuglemet devant la réalité éblouissante de cette « Autre Europe », une europe qui est en grève tournante depuis des mois maintenant , donc en ébullition ! Oui, « l’Europe » est le piège ou se sont enfermés les capitalistes europeens, et vous semblez ignorer que s’ils ont en effet voulu « piéger les prolos européens », les dirigeants se sont piégés eux-mêmes, car ils croyaient (comme vous?) aux vertus du capitalisme de grand-papa, l’éternelle « main invisible et bienveillante du divin marché » ? Compteriez-vous retrouver ce père-noel bienveillant dans une nation française « sortie d’europe » et privée de ses belles colonies « depuis 60 ans » ?
    Vous ne voyez vraiment pas que les mouvements sociaux dans le monde entier , celui des indignés qui annoncent enfin la visibilité du « roi nu » qu’est le 1% dominant, et celui de chaque continent face à la dictature mondiale de Wall Street, vous tremblez comme les gros bons vieux bourges pour vos rentes immobilières, à 25 ans? vous frissonnez non contre les violations des droits fondamentaux des humains, mais devant le risque insurmontable qu’une « révolution citoyenne  » en france prendrait, de défier le « droit communautaire » ?

    Vous n’imaginez pas ce que peut être une révolution quand son heure est venue ?
    Nous vivons une crise du capitalisme que les capitalistes sont incapables de comprendre, empéchés par leur dogme du « marché libre et non faussé » vieillerie idéologique de bien plus de 60 ans d’âge, associée à l’ivresse du « rendement financier »…

  15. alphalyre a dit :

    Et le résultat est :
    > Vote 1 (article 136 du TFUE) : 300 votes exprimés sur 431, POUR : 256, CONTRE : 44.
    > Vote 2 (MES) : 305 votes exprimés sur 438, POUR : 261, CONTRE : 44.
    Les socialistes se sont abstenus.
    Pas sûr qu’il y ait les 60 pour la saisine au Conseil constitutionnel…

  16. Liior a dit :

    @Neti Neti – Bonjour, je n’ai pas la réponse à toutes vos questions, je pense tout simplement que quand les Français auront compris réellement qu’il faut en sortir, cela se fera, soit par le vote d’un président, soit par une législative, soit carrément par un référendum, ce qui est compliqué puisque nous n’avons pas l’initiative .. Autrement dit, c’est vérouillé 😀

    Par contre, pour ce qui est de la parole du peuple et de son accomplissement, je vous propose de voir ce qui se fait en Suisse, chez eux ça date du 12ème siècle, mais vu de chez nous c’est le paradis : Initiatives citoyennes sur tous les sujets et sur tous les étages. 🙂

    @Heloise – Je vais vous répondre point par point :

    – « votre prétendue « non conformité avec le droit international » est une absurdité de plus, car vous avez « depuis 60 ans » bien d’autres exemples qui ont prouvé qu’une nation ayant décidé démocratiquement de respecter la volonté populaire peut faire jurisprudence devant « le droit international » » : La seule fois où j’ai vu ça, c’était des puissances impérialistes type US ou Israël.

    « sortir de l’euro » docilement sans claquer les portes et en saluant poliment les maîtres de la maison …partir sur la pointe des pieds car « dehors règne la sortie de crise évidente », simplette et court vêtue, vu que » la crise c’était l’euro »…Mais qui prend les gens pour « ce que vous dites » ? : Qui a dit que je voulais sortir de l’euro « pour mettre fin à la crise », ne comprenez vous pas ? L’euro est un problème car supranational et antidémocratique. Même si les Etats allaient tous très bien et qu’il n’y avait pas de crise, je demanderai QUAND MÊME la sortie de l’Euro. Être démocrate ça ne se modère pas selon l’Etat du monde, ce n’est pas parce qu’une dictature est très sociale etc, que je ne suis pas contre (au contraire de certaines personnes du FdG). Plus encore, je n’ai nullement l’intention d’emmerder tout le monde autour de moi, je suis anti-impérialiste, il n’est donc pas question que la France impose son point de vue aux 26 autres Etats européens, donc oui, je sortirai de l’euro sur la pointe de pied, en faisant en sorte que ce soit aussi transparent que possible pour les autres Etats membres. De même pour l’UE.

    …et surtout sans avoir à proposer aux peuples concernés la moindre coopération européenne susceptible de nous « faire sortir du dollar » …tiens, vous l’avez oublié celui-là ? pourtant « depuis 60 ans » toute l’europe mais aussi la planète entière ont un gros problème avec « la sortie de la domination US » ! : Je suis d’accord avec ça, d’ailleurs, pour moi, l’Union Européenne est une arme américaine pour nous maintenir sous son contrôle. Ca marche drolement bien d’ailleurs je trouve 😉

    (toute l’europe est concernée par les décisions de la France au moins autant que par celles de la Grande Bretagne ou de l’Allemagne) pour sortir de la crise systémique du capitalisme. : Voir ma remarque précédente sur l’impérialisme. Les autres Etats feront comme ils décident démocratiquement de faire, si ils veulent rester dans l’UE et l’Euro, je leur laisse ce choix bien évidemment, si ils veulent en sortir, qu’ils le fassent.

    Vous feignez de ne pas voir le potentiel révolutionnaire de cette Autre Europe voulue par les peuple, cette « autre europe » qui a été trahie par ses élites ? : Ce caractère pré-révolutionnaire qui vous plait tant n’augure rien de bon pour la démocratie, mais tant mieux si ça vous plait, c’est vrai que ça pourrait déboucher sur une dictature du prolétariat ;-). Mais surtout, je ne comprend pas la nécessité d’une révolution. Il suffit de sortir de l’ue et de changer les institutions Française, vous verrez, pas besoin de révolution. C’est bien ce que propose Mélenchon d’ailleurs ? Une révolution « citoyenne » pour une constituante et une nouvelle république ? Bah voilà il a raison y a pas besoin de tout faire cramer et de mettre en place la dictature des ouvriers.

    …Savez-vous que vous venez dire cela sur un site « altermondialiste » ? : Oui je sais, et je suis sceptique face à l’altermondialisme .. Je me bats contre le mondialisme quelqu’il soit (de droite, de gauche, ultralibéral, communiste), tout pouvoir pensant regrouper et centraliser les décisions au niveau mondial me semble tout à fait dictatorial et fascisant, voire extrêmement dangereux pour le genre Humain. Je suis donc anti-mondialiste et non pas altermondialiste.

    Vous simulez l’aveuglemet devant la réalité éblouissante de cette « Autre Europe », une europe qui est en grève tournante depuis des mois maintenant , donc en ébullition ! Oui, « l’Europe » est le piège ou se sont enfermés les capitalistes europeens, et vous semblez ignorer que s’ils ont en effet voulu « piéger les prolos européens », les dirigeants se sont piégés eux-mêmes, car ils croyaient (comme vous?) aux vertus du capitalisme de grand-papa, l’éternelle « main invisible et bienveillante du divin marché » ? Compteriez-vous retrouver ce père-noel bienveillant dans une nation française « sortie d’europe » et privée de ses belles colonies « depuis 60 ans » ? : Tout d’abord je trouve ça HONTEUX, et je pèse mes mots, de me parler des colonies, du capitalisme de papa, de la main invisible et bienveillante etc. D’une part parce que cela déplace le débat sur tout à fait autre chose et me fait passer pour un vieux réac nostalgique, et surtout vous voulez me faire passer pour quelqu’un qui aime le capitalisme et la main invisible, alors que je suis sur de pouvoir aisément vous doubler vous-même sur votre gauche.

    Ensuite, je suis désolé, mais je ne vois pas cette « autre europe » dont vous me parlez, tout ce que je vois c’est une europe dans laquelle tout ce qui est « social » disparait (et logiquement, vu les règles des institutions). Alors faudra me dire où vous êtes placée pour avoir cette vue. Moi je ne vois que casse, ultra libéralisme, capitalisme à tout crain, et perte des acquis sociaux et je demande que ça s’arrête.

    Vous ne voyez vraiment pas que les mouvements sociaux dans le monde entier , celui des indignés qui annoncent enfin la visibilité du « roi nu » qu’est le 1% dominant, et celui de chaque continent face à la dictature mondiale de Wall Street, vous tremblez comme les gros bons vieux bourges pour vos rentes immobilières, à 25 ans? vous frissonnez non contre les violations des droits fondamentaux des humains, mais devant le risque insurmontable qu’une « révolution citoyenne » en france prendrait, de défier le « droit communautaire » ? : Vous êtes vraiment plus bas que tout, me parler de rente et de droits fondamentaux humains, c’est vraiment honteux et ce sera donc le dernier commentaire que je vous envoi tant vous êtes haineuse, fermée et sectaire. Moi je m’en BRANLE LES COUILLES que la France soit en dehors du droit international, ce n’est pas moi que ça va gêner, mais TOUS les français et tous les partenaires de la France dans le monde, mais la responsabilité, c’est sur, c’est pas vraiment votre truc. Je m’en fous que vous défiez le droit communautaire, démerdez vous avec vos Etats d’âmes. Quant aux indignés, je suis allé sur les AG, rien que des jeunes perdus qui n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire et de ce qu’ils veulent, ils ne savent que dire « SARKOZY PAS BEAU !! » et m’expliqer que je suis un fasciste pour la simple et bonne raison que je remet en cause un traité …

    Vous n’imaginez pas ce que peut être une révolution quand son heure est venue ? : Si j’imagine très bien, sauf qu’encore une fois, ça fait 60 ans qu’on me le sert ce refrain.

    Nous vivons une crise du capitalisme que les capitalistes sont incapables de comprendre, empéchés par leur dogme du « marché libre et non faussé » vieillerie idéologique de bien plus de 60 ans d’âge, associée à l’ivresse du « rendement financier »… : Ces règles que vous conspuez (marché libre et non faussé) sont la base de ce que je dénonce et que vous êtes en train de défendre, à savoir l’Union Européenne. Il serait donc temps de gagner un peu en cohérence chère Héloise.

    Cordialement, et merci encore pour les amalgames foireux avec l’extrême droite, les colonies françaises, le capitalisme à la papa, vraiment une réaction de sectaire débile qui ne sait pas discuter ni argumenter.

    Vous me parlez de droit des peuples ? Vous me parlez de révolution ? Et vous êtes même pas capable d’imaginer un monde où on dirait simplement qu’on ne veut plus faire partie de l’UE ? Et vous voulez une révolution ? Vous n’êtes visiblement pas prête, car si la simple application de l’article 50 du TUE vous fait peur, je me demande bien ce que vous ferai quand y aura vraiment de la baston. Vous irez surement insulter un autre jeune de 25 ans en lui parlant des colonies.

    Pauvre France.

  17. Liior a dit :

    @Jim from France – Je répond point par point :

    1) Je ne perds jamais espoir, je pense que les gens sont capables de raisonner et d’arrêter de raconter n’importe quoi sur une europe des travailleurs etc. C’est juste chiant et le débat ne vole vraiment pas très haut (« Ho le fasciste nationaliste ! Pas beau pas bien ! Surement colonialiste !! »).

    Le plus amusant étant de me faire traiter de colonialiste par une personne qui considère normal que des députés Français décident au parlement Européen ou que le Président Français décide au Conseil Européen des lois applicables ensuite en Pologne, en Allemagne, en Roumanie et dans 23 autres nations européennes … Tout simplement hilarant.

    2) Je n’ai pas pu répondre ce que vous dites pour la simple et bonne raison que je ne vois pas d’issue actuelle au problème Français. Comment déclencher une constituante ? Comment faire qu’elle ne soit pas élue mais tirée au sort ? Nous n’avons aucun autre moyen que la violence .. Ce qui n’est pas ma tasse de thé mais bon ..

    3) Pour les indignés, j’ai pu constaté qu’ils étaient infiltrés et manipulés par l’extrême gauche :
    – Surtout ne pas parler de sortie de l’euro (mon cas) ;
    – Surtout ne pas parler de sortie de l’union européenne (mon cas) ;
    – Surtout ne pas dire que vous êtes de droite ;
    – Surtout ne pas dire que vous n’êtes pas immigrationiste ;
    – Surtout ne pas critiquer l »intervention en Libye ;
    – Surtout ne pas dénoncer d’éventuels complots ou supposés tels ;
    – Surtout ne pas dire que vous aimez la France (mon cas) ;
    – Surtout ne pas dire que vous trouvez normal que le drapeau Français flotte sur l’AG ;
    – Surtout ne dites pas que vous avez lu tel ou tel auteur dit « d’extrême droite » ;
    – etc etc.

    Les Indignés sont censés être un mouvement citoyen, mais en gros 70 à 80% des citoyens ne peuvent tout simplement pas s’y exprimer sans avoir peur de se faire expulsé en étant traité de fasciste.

    Cordialement,

  18. Heloise a dit :

    @ Mon cher Liior !…oui, selon les sondages il se peut que le fdG « ne fasse que 10% »…Mais je vous ai fait sortir de vos gonds (de la porte secrète) de la droite confidentielle qui pense convaincre les 90% du reste des bons français de souche que : si nous revenons « entre français », dans une démocratie tirée au sort fraco-française pur jus , avec son bon vieux franc français, enfin vous aurez accompli ce qui est votre « espoir et raison d’engagement » de jeune homme (sans doute entrain d’étudier à science-po…?) Ah , excusez-moi, j’aurais dû dire « ni droite ni gauche, pour « les gonds »…Amicalement (quelqu’un qui me fait rire ne peut que devenir un ami !

  19. Liior a dit :

    @Heloise – Excusez moi ma chère, mais je vous conseille réellement d’arrêter de mal me parler, c’est un choix détestable que vous avez fait de m’emmerder avec des amalgames nauséabonds.

    En gros, je veux dénoncer un traité, et je fini dans la case des « franco-français de souches pur jus ». Je suis fils de deux immigrés, donc vos leçons d’antiracisme à la con vous vous les gardez. Je n’ai aucune leçon à recevoir dans ce domaine.

    Sortir de l’Union Européenne n’est qu’un moyen de récupérer la souveraineté. Si le peuple veut des frontières fermées et hermétiques, il pourra le décider, si au contraire, il veut des frontières inexistantes, il pourra le décider. Enfin si il veut un juste milieu, il pourra le décider.

    En fait c’est ça qui vous gêne vraiment, c’est le fait que je ne porte aucune idéologie, si ce n’est la souveraineté des Français et donc la démocratie.

    Voilà ce qui vous gêne vraiment. Comme je vous double très facilement sur votre gauche (ce qui n’est pas difficile vu que vous soutenez l’Union Européenne et l’Euro .. On rigole quand vous dites que vous êtes contre la finance LOOL), vous essayez de me cantoner à droite. Cela m’irait encore si vous me cantoniez à une droite respectable et raisonnable. Mais non, vous me mettez dans la case des fascistes nationalistes qui font des apéro saucisson pinard et qui détestent les immigrés.

    C’est tout simplement HONTEUX comme procédé, ce n’est pas du débat mais de l’intimidation, votre seul argument c’est de me faire passer pour un Skin head.

    Je vous rappelle que contrairement aux 10% du FdG, le « Non » au TCE concerne 55% des Français.

    Cela doit être encore pire aujourd’hui, vu que beaucoup de jeunes gens sont maintenant en âge de voter, et que chez les jeunes, l’euroscepticisme prend le pas (OUF ! Enfin des gens frais et intelligents qui sont l’avenir de notre pays et qui comprennent qu’ils ne veulent pas de parlementaires européens ni de ces institutions éloignées, incontrolables, et ultra libérales).

    Notez que je ne vous ai pas encore insulté, ni même traité de stalinienne (ce qui est pourtant facile, vu que vous soutenez Mélenchon ;-)).

    Parlez moi mieux. Et je suis informaticien, je ne fais pas d’études à science-po.

  20. Raybaud Bernard a dit :

    A Liior.
    J’ai suivi, béat d’admiration vos débats avec Héloïse… Pas forcément béat pour vos arguments (que je respecte tout à fait), mais pour votre constance quasi imperturbable. Hé bé! Y a longtemps que j’ai préféré couper court à cette discussion stérile avec une endoctrinée -certainement brave et généreuse personne dans la vie- qui malheureusement est incapable intellectuellement de prendre un minimum de recul avec l’info. tout tient dans son bréviaire, « petit livre rouge » probablement. C’est du pur stalinisme. A notre époque c’est rare et remarquable.
    Mais que de temps perdu alors qu’il y a tant et tant de choses à faire et à construire, positivement.
    Je note que ce soir, il y a encore 130 députés socialistes qui ne se sont pas opposés à ce MES!… Et que nos braves FdG leur apporteront leurs voix au 2° tour se rendant ainsi complices de nos traitres!…(Haute trahison: ven dre la nation à un pays étranger, fut-il cousin, c’est de la haute trahison qui vaut le gibet). Allez comprendre comment fonctionne la nature humaine! C’est exactement ce qui s’est passé en 40 et qui nous a valu ce grand démocrate de Pétain dont il a fallu 5 ans pour se débarrasser et combien de morts et de vies bouleversées à commencer par cette gauche lâche qui après avoir participé à la mise sur le trône de ce triste sire, s’est vaillamment battue en y laissant moult plumes pour l’en faire descendre. Combien de vies, combien de drames eussent put être évités si ces messieurs avaient eu conscience du rôle qu’ils avaient à jouer en 40 ? Mais les oeillères, ça existe.
    Il fait beau, les oiseaux chantent; n’est-ce pas l’essentiel?

  21. BIRARD a dit :

    Où trouve t’on le texte du TSCG, qui tout comme le MES est sans doute rédigé dans un language abscons ? Mais pour ce dernier (que j’ai lu en diagonal) vous nous avait très bien expliqué, merci. J’ai entendu dire que ce TSCG n’avait été édité qu’en langue anglaise. Déjà en français pour la citoyenne non rompue au language des eurocrates c’est difficile, alors s’il n’existe qu’en anglais…

  22. Heloise a dit :

    vous faites dire au FdG le contraire de ce qu’il dit: jamais le FdG ne défend l’idée d’une « Europe fédérale »…Vous vous sentez donc insulté et c’est normal, car il n’est pas obligatoire de respecter quiconque méprise autrui sans savoir seulement lire ce à quoi cet « Autre » s’engage par écrit…Avant de sortir vos insanités (il n’y a pas d’autre nom) sur le fdG, c’est-à-dire en salissant divers mouvements décidés à faire front sur des engagements essentiels, en surmontant dignement leurs différends par le dialogue respectueux, vous erructez, des contre-vérité et des préjugés soi-disant « anti-partisans »…Ce qui m’autorise à vous identifier, pour le style comme pour le « service rendu », à la droite la pire: celle qui vocifère « ni droite ni gauche », refusant le débat républicain tel qu’il se présente, avec des partis qui osent afficher de quel côté des grands repères historiques ils prétendent (avec bonheur ou avec erreur, c’est à discuter sans mépris !) se situer. Le caractère ordurier de vos contacts avec qui ne se situe pas « ni-droite-nigaud » n’est que votre reflet sur la réalité de l’échiquier politique de « La france » que vous prétendez aimer en vomissant sur les trois quarts de ses citoyens…Je suis désolée, telle est la « réponse » que vous appelez ! Or il est possible de discuter respectueusement avec le MPEP et avec les « gaullistes DE GAUCHE » (réalité !) sur la question du lien à faire entre « sortir de la crise » (objectif prioritaire que vous sous -estimez) et « sortir de l’Euro » (moyen ou illusion). Car enfin « la démocratie et la souveraineté nationale » sont des leurres si ils servent de prétexte à nier leur « secteur aveugle » : la justice sociale , sans laquelle les beautés morales et blablateuses des devises républicaines ne sont plus que des supercheries .

  23. Liior a dit :

    @Heloise – Donnez moi une citation de moi où je « salis le front de gauche ». J’ai lu le programme (je l’ai même payé 2€ .. donc un peu de respect SVP), j’ai aussi lu « Nous on peut ! » (je suis fan de Jacques Généreux). Donc redites moi où j’ai sorti « une insanité sur le FdG ».

    Ensuite je pense que vous n’avez pas réfléchi une seule seconde à ce que je vous ai dit : Vous voyez la souveraineté nationale comme une supercherie qui ne prend pas en compte la justice sociale.

    Sauf que dans une démocratie qui fonctionne bien, c’est une majorité qui impose ses vues à une plus petite partie du peuple (on peut voir ça comme un inconvénient, mais on sait que ça marche plutôt bien). Or dans une démocratie qui marcherait bien, la majorité des gens seraient des salariés, des employés, des ouvriers et des paysans.

    En d’autres termes, une démocratie qui fonctionne bien (donc déjà, exit la supranationalité de Bruxelles, des 26 autres Etats et des lobbys), ce sont les travailleurs qui sont en majorité et qui prennent des décisions. En d’autres termes, obtenir la démocratie c’est obtenir la justice sociale.

    Vous, vous ne voyez QUE la justice sociale, alors que vous ne mettez rien en amont. Vous pensez qu’on peut obtenir la justice sociale au sein de l’Union Européenne. Vous nous expliquez que le débat républicain c’est une supercherie. Ensuite vous me parlez de mes contacts « ni droite ni gauche », je pense que vous fantasmez, TOUT le monde a un positionnement social (droite ou gauche), le but c’est que tout le monde puisse l’exprimer et qu’ensuite on tranche.

    Donc NON. La démocratie n’est pas un leurre et ne nie pas le « secteur aveugle », puisqu’elle exprime la volonté de la majorité, qui est souvent composé de petites gens, et prend par conséquent fait et cause pour les revendications des petites gens, si elle fonctionne bien.

    Enfin, je vous trouve bien fermée sur « la sortie de crise » et vous donne donc un exemple qui devrait plaire à la dame de goshe que vous semblez être :

    En Mai 1968, des grandes manifestations et de grandes revendications du monde ouvrier (je ne parle pas de la révolte des étudiants qui était surement marrante mais qui n’a rien amené de plus si ce n’est de mettre au pouvoir des néoconservateurs comme Con Bendit) ont donné lieu à des augmentations de salaires sans précédent.

    En effet, il me semble, si je me souviens bien, que le SMIC a augmenté de 30% et que la moyenne des salaires a augmenté en tout de 10%. Ouaw ! Belle victoire pour les petites gens, belle victoire sociale si il en est !

    Par contre, en termes de commerce extérieur, ça a été catastrophique, puisque du jour au lendemain, les produits français incluant la part salariale ont bien augmenté ! Et donc ont perdu de la compétitivité face à la concurrence.

    Comment le gouvernement a pu concilier ce magnifique saut social, avec la compétition mondiale ? Il a dévalué le Franc, rendant ainsi l’augmentation des salaires invisible à l’externe de la France, mais pourtant toujours belle et bien visible en interne ! Les gens étaient heureux, avaient plus d’argent, plus de pouvoir d’achat, et la compétitivité externe était restée avantageuse pour nous.

    Aujourd’hui, avec l’Euro, quelque soit le président Français (Mélenchon ou un autre), cette opération est tout simplement impossible. Ce qui fait que la seule variable d’ajustement, ce sont les salaires ou le cout du travail (prélèvements sociaux et cotisations). En gros, l’Euro oblige les Français à rogner : soit sur le niveau de salaire NET, soit sur le niveau de prélèvements et de cotisations sociales sur le cout du travail : Que des mesures antisociales quoi.

    Donc étant en cohérence avec mon opinion « de gauche », je me dis tout simplement qu’il faut récupérer la souveraineté monétaire et gérer nous mêmes nos prérogatives monétaires et économiques (et donc sociales).

    Chose que si j’ai bien compris, vous refusez.

    Si vous refusez la république (la révolution Française, la Commune etc.) je ne vois pas ce que vous foutez au FdG qui est tout de même géré par Mélenchon, un fervent soutien de la révolution et de la commune, un patriote forcené qui aime la république Française (et il a raison).

    J’aurai pu être respectueux si vous ne m’aviez pas traité tour à tour de « mec de droite », de « fasciste », de « colonialiste », de « raciste » et de « pur souche pur jus ». Procédés que j’ai trouvé honteux, et à partir de là je ne vois pas quel respect je vous doit.

    Vous êtes une gauchiste stalinienne qui ne supporte pas la contradiction, qui insulte et manque de respect à quiconque n’est pas d’accord, et il faudrait que je reste là à me faire insulter sans rien dire.

    Vos arguties sont tout à fait théorique (« La lutte des classes !!! Le mouvement social !! ») et n’ont rien de pratique, rien de réel. Je vous parle de taux de change externe, vous me dites « Révolution !! », je vous parle de souveraineté des Français, vous me répondez « Supercherie !! » .. Bref aucun argument, aucune construction intellectuelle, du vide sidéral de la fanatique de Mélenchon qui n’a même pas compris ce qu’il disait lui-même.

    Donc encore une fois, dites moi quelles insanités ai-je proféré à propos du FdG ? A part qu’il fait 10% dans les sondages, ce qui est une réalité (et encore, il serait plus autour de 7% si on regarde bien).

    Je ne vomis sur AUCUN citoyen à l’inverse de vous, qui invectivez et traitez de colonialiste ou de capitaliste ou même d’ultralibéral tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.

    A la limite, que vous soyez pas contente, je n’en ai pas grand chose à faire, mon discours antieuropéen et pour la démocratie nationale s’inscrit dans une tradition millénaire d’indépendance de la France, ainsi que sur une majorité de 55% des Français qui ont décidé (à tort ou à raison) que la construction européenne : « ça suffit ».

    Cordialement,

  24. Heloise a dit :

    ne faites pas dire à 55% des français(dont je fais partie) ce qu’ils n’ont pas dit : ils ont répondu NON à la proposition d’une « constitution européenne » qui rendait constitutionnel le dogme de « la concurrence libre et non faussée »: ils ont dit non pour diverses raison, ni uniquement pour les miennes ni uniquement pour la votre (« la construction européenne ça suffit »). Ce n’est pas par vice que je vous reproche de « faire dire aux autres ce qu’ils n’ont pas dit ».

  25. jJacques Roman a dit :

    LE ‘NON’ AU TCE : UN REJET À SIGNIFICATIONS VARIABLES

    Je partage l’opinion d’Héloïse.

    En ce qui me concerne, j’étais pour une constitution européenne mais contre la constitutionnalisation des dispositions de politique du traité constitutionnel (notamment celles de la partie), et c’est uniquement pour cette raison que j’ai voté contre le traité.

    Le traité de Lisbonne, lui, ne se présentait pas officiellement comme une constitution ; il n’avait donc pas l’inconvénient signalé plus haut, et il différait sur divers points de fond du TCE. Pour cette raison, je crois que le gouvernement n’était pas juridiquement tenu de le soumettre au référendum comme le TCE, mais je comprends ceux qui voient une sorte d’entourloupette politique dans le fait de n’être pas passé par le peuple pour le faire adopter (surtout quand on ose proclamer publiquement que si on l’avait soumis au référendum il aurait été rejeté !).

    Cela montre bien que tout bon référendum devrait soit avoir été prévu par la constitution dans un cas bien spécifié, soit avoir été déclenché par le peuple lui-même après débat approfondi, et sous réserve d’atteindre un taux de participation minimal (la moitié + 1 des électeurs inscrits, avec un taux d’adoption de la moitié + 1 des votants, me semblerait raisonnable.) JR
    :

  26. Liior a dit :

    @Jim from Paris – Lol Jim, désolé mais je n’ai aucune idée des taux d’abstention ou nuls/blanc qu’il y aura pour ces élections.

    Pour répondre à la question sur Asselineau, il propose le Référendum d’Initiative Populaire et je pense que c’est suffisant. Malgré cela, il agrémente son programme avec d’autres réformes constitutionnelles, notamment le mandat unique (avec un seul renouvellement possible, après tu dégages), ou encore l’interdiction de modifier la constitution sans référendum. Il cherche aussi à remettre à leur place les lobbys, après tout, les lois contre le traffic d’influence, ça existe encore 😉

    Par contre vous avez raison, les institutions de la 5ème sont tout à fait antidémocratique aussi. Il ne s’agit donc pas simplement de sortir de l’UE, mais de donner réellement au peuple les moyens de décider.

    A mon avis, même sans sortir de l’UE, la première chose à faire c’est de créer un RIC qui soit utilisable (pas le RIC d’aujourd’hui qui demande 4,5 millions de signatures et qui est par conséquent tout simplement impossible à mettre en place). Une fois que les citoyens auront le RIC en leur main, ils pourront changer les choses par eux-mêmes, refuser une loi inique du parlement (par exemple pour les retraites etc), changer eux-mêmes leur constitution etc etc.

    D’ailleurs, je pense qu’on n’a pas besoin de sortir de l’UE si on a le RIC, puisque les premières décisions prises par les citoyens seront forcément en désaccord avec le droit de l’Union Européenne, et amèneront donc de facto à la sortie de l’UE et de l’Euro.

    Par exemple, une des plus grande demande en ce moment de la part des citoyens est l’abrogration de l’article 123, ou plus simplement le fait que la Banque Centrale pourrait aider l’Etat. Au bout d’un certains temps où l’initiative se verrait bloquée par le droit des traités, les citoyens en auraient marre et demanderaient la sortie de l’Euro (au minimum) par référendum.

    De même imaginons que le peuple demande tout simplement le fait de récupérer les négociaitions commerciales à l’OMC, il serait aussi bloqué par le droit des traités.

    En bref, tout amènerait logiquement à ce que les citoyens demandent en fin de compte à quitter l’UE.

    Au final, je pense que la seule chose à mettre en oeuvre là tout de suite, c’est le RIC.

    Cordialement,

  27. Liior a dit :

    @Jim from Paris – Et oui j’ai vu comment NDA, un des seuls députés qui se bat réellement pour les Grècs, qui a déjà été la bas et très bien accueilli, s’est fait jeter par des « antifa » (ils se disent antifa, mais jamais, même dans les années 30 j’imagine, je n’ai vu des gens si fasciste qu’eux).

    Le problème des antifa est devenu récurrent et vraiment grave. Ces gens là ont pu, en étant une toute petite minorité, empêcher une conférence et deux passages radios d’Asselineau à Lyon. Pourquoi ? Parce qu’il est fasciste pardi !

    Ils crachent sans arrêt sur Etienne Chouard ? Pourquoi ? Parce qu’il est fasciste pardi !

    Ils sont CONTRE la liberté d’expression (Je ne plaisante pas, voir : http://conspishorsdenosvies.wordpress.com/2011/11/14/contre-leur-liberte-dexpression/ ) et sont tout à fait prêts à la violence pour imposer leurs idées.

    Bref, quel mot définit une personne qui est contre la liberté d’expression de ceux qui ne sont pas d’accord, qui est prête à la violence pour faire adopter son point de vue, qui lynche des citoyens lors de manifestations, et qui interdit à quiconque n’est pas d’accord de débattre librement ? Je pense que c’est bien fasciste/totalitaire/stalinien/extrémiste.

    En d’autres termes, quand je vois quelqu’un qui se réclame de l’antifascisme, je conseille souvent d’enlever le mot anti.

    Cordialement,

  28. carles a dit :

    il va falloir faireune revolution pour remettre les pendules a l »heure et juger toutes ces crapules qui se foute de la democratie vive le peuple a bas la servitude.

  29. invest liberty reserve a dit :

    Hey There. I found your blog using msn. This is a very well written article. I’ll be sure to bookmark it and return to read more of Raoul Marc Jennar : Un véritable coup d’Etat se prépare le 21 février. . Thanks for the post. I’ll certainly return.

  30. René de VOS a dit :

    Les choses sont maintenant très claires et il fallait sans doute ce test pour que certains d’entre nous en aient la confirmation définitive. Ceux qui veulent l’Europe telle qu’elle a été prévue par ses fondateurs sont nos ennemis de classe et il n’y a plus rien à discuter avec eux. Ils ne méritent que notre opposition systématique. Rien de ce qui est proposé ou envisagé par les « européanistes » béats ne peut être avantageux pour nos peuples.
    Il nous revient, à nous, les anticapitalistes, de construire l’Europe des peuples en arrachant de force tout ce que nous pourrons à son Parlement et en faisant tout pour que la commission soit dissoute. Désormais, pour moi, et tant qu’il ne sera pas question d’une fédération des peuples d’Europe, c’est NON à tous les traités et de quelque nature qu’ils soient. Et ce sera NON absolument tant qu’ils nous seront présentés par des gens qui ont dit OUI au TCE ou qui viennent de s’abstenir à l’Assemblée Nationale. Plus que jamais, nous avons besoin d’une constituante pour leur pourrir la vie s’ils veulent l’accès aux exécutifs. Plus que jamais, il faut appeler les peuples à la désobéissance civile.
    La social-démocratie est une stupidité politique et le repli nationaliste ou souverainiste est tout aussi stupide. La lutte des classes n’est pas une discussion de salon : c’est une guerre !

  31. Liior a dit :

    @Jim from France – Oui Jim, j’ai 25 ans et si vous voulez tout savoir, je tiens le blog http://www.theorie-du-tout.fr, blog sur lequel j’ai publié toute une étude sur le MES (dès la première version du traité il y a environ 4 mois), sur le FESF aussi, mais aussi sur le Marché Transatlantique (le plus gros travail qu’on ait fait avec Samy, mon collaborateur).

    Je vous engage à aller voir, peut-être certaines choses vous iront ^^. Ce dont je suis le plus fier se cache dans ces deux liens :
    – Conférence vidéo sur le thème « Comprendre le FESF et le MES » : http://www.theorie-du-tout.fr/2011/12/video-conference-sur-le-fesf-et-le-mes.html
    – Conférence vidéo sur le thème « Le projet de contruction du Grand Marché Transatlantique » : http://www.theorie-du-tout.fr/2011/10/video-premier-grand-oral-au-sujet-du.html

    Pour revenir à notre sujet de discussion, je ne peux pas dire que je sois d’accord avec vous sur le RIC.

    D’une part, lorsque le peuple est consulté (que ce soit d’intiative présidentielle ou populaire), sa capacité à se renseigner et à débattre grandit. Ainsi, on a bien vu que malgré toute la mobilisation militante dont vous avez parlé à juste titre, en 2005, l’ensemble de classe politico-économico-médiatique était pour le « Oui ». Or le peuple a réfléchi, a pensé, et a voté, dans un sens comme dans l’autre, les gens savaient à peu près pourquoi ils votaient oui ou non (j’ai voté « Oui », à l’époque j’étais fédéraliste .. Et jeune 😉 .. Et je regardais C Dans l’Air).

    Bref, je pense que le peuple a une capacité de réflexion tout à fait efficace, surtout si on met en place des institutions qui garantissent l’égalité de temps de parole des deux camps etc. (ce qui n’a pas été le cas en 2005, loin de là).

    Aussi je comprend l’objection sur la démocratie (sic) Française qui est sclérosé et que le RIC ne pourrait pas sauver. Je suis d’ailleurs d’accord, mais je vois le RIC comme une véritable porte sur le changement. Il suffit que le RIC permette au peuple de modifier (à la marge ou dans les grandes lignes, c’est à débattre) la constitution ou même de déclencher avec un certain nombre de signatures un référendum pour la création d’une constituante.

    Les possibilités sont infinies.

    Je suis on ne peut plus d’accord avec vous sur l’utilisation d’une chambre de citoyens (Chouard la propose tirée au sort ou élue librement) qui compenserait le poids de nos représentants (sic) institutionnels. Si ça ne tenait qu’à moi, chaque quartier de chaque ville aurait une assemblée populaire le dimanche pour décider de la loi (même à échelon national cela pourrait être possible en faisant remonter/descendre les informations et décisions, puis en centralisant le tout).

    Bref, si on a de l’imagination on peut tout rendre possible.

    Pour ce qui est du Parlement, il est vrai qu’en 2008/2009, ils ont intégré un ersatz de RIC en faisant le RIP, qui est tout bonnement inapplicable (d’ailleurs les décrets n’ont pas encore été faits il me semble), et surtout, qui ne mène pas forcément au référendum (ultime arnaque).

    Je pense que vous devriez regarder cette conférence d’Yvan Blot sur les pouvoirs irresponsables où il décrit la structure de l’oligarchie Française et explique les coulisses du pouvoir. Il y aborde son sujet préféré : La démocratie directe, notamment en Suisse et au Lichtenchtein : http://www.theorie-du-tout.fr/2011/12/video-conference-dyvan-blot-le-pouvoir.html

    Dans une autre de ses conférence j’ai appris une chose ahurissante, à savoir que dans la monarchie du Lichtenchtein (ou plutôt la principauté puisque c’est une famille princière qui gère le tout), les citoyens ont 10 fois plus de pouvoir que dans notre soit disant république démocratique. Ce qui est très drôle, c’est que les citoyens ont le droit de déclencher un référendum pour demander au peuple si il souhaite changer de régime et passer d’une principauté à une république.

    Bref, on retrouve des cas assez sympathiques de citoyens qui savent prendre leur destin en main. Alors bien sur ce n’est pas optimal, ce n’est pas parfait, mais c’est grâce à l’intervention quotidienne du peuple Suisse par exemple, que la Suisse n’a pas encore intégré l’Union Européenne.

    Cordialement,

  32. j-p boussart a dit :

    Pour en revenir au vote sur le MES ratifié hier par l’assemblée, je vous signale qu’il doit être examiné par le Sénat le 28 février.
    Vous n’êtes pas sans savoir que la haute assemblée a basculé à « gauche ».
    Aussi je vous invite à envoyer un mail aux sénateurs socialistes et apparentés, pour les inviter à se prononcer contre ce texte, en les mettant devant leurs responsabilités et en leur signifiant que si ils ne votent pas contre, leur poulain à la présidentielle pourrait y perdre quelques plumes ainsi que les candidats aux législatives.
    ça ne prend que 5 minutes, je vous joins la liste des adresses mail ci dessous:
    liste A-C:
    j.alquier@senat.fr;m.andre@senat.fr;s.andreoni@senat.fr;m.antiste@senat.fr;je.antoinette@senat.fr;a.anziani@senat.fr;d.assouline@senat.fr;b.auban@senat.fr;d.bailly@senat.fr;d.bataille@senat.fr;bel1.jean-pierre@wanadoo.fr;c.berit-debat@senat.fr;m.berson@senat.fr;j.berthou@senat.fr;besson.jean@wanadoo.fr;m.blondin@senat.fr;n.bonnefoy@senat.fr;y.botrel@senat.fr;d.boulaud@senat.fr;m.bourquin@senat.fr;b.bourzai@senat.fr;m.boutant@senat.fr;n.bricq@senat.fr;jp.caffet@senat.fr;p.camani@senat.fr;cl.campion@senat.fr;jl.carrere@wanadoo.fr;f.cartron@senat.fr;l.carvounas@senat.fr;b.cazeau@senat.fr;y.chastan@senat.fr;j.chiron@senat.fr;k.claireaux@senat.fr;g.collomb@senat.fr;h.conway-mouret@senat.fr;j.cornano@senat.fr;roland.courteau@wanadoo.fr

    liste D-K
    y.daudigny@senat.fr;m.daunis@senat.fr;m.daunis@senat.fr;m.delebarre@senat.fr;jp.demerliat@senat.fr;c.demontes@senat.fr;f.desplan@senat.fr;c.dilain@senat.fr;c.domeizel@senat.fr;o.duriez@senat.fr;j.durrieu@senat.fr;v.eble@senat.fr;p.esnol@senat.fr;f.espagnac@senat.fr;a.fauconnier@senat.fr;jl.fichet@senat.fr;jj.filleul@senat.fr;jc.frecon@wanadoo.fr;c.genisson@senat.fr;j.germain@senat.fr;s.ghali@senat.fr;d.gillot@senat.fr;j.gillot@senat.fr;jp.godefroy@senat.fr;g.gorce@senat.fr;jn.guerini@senat.fr;d.guillaume@senat.fr;c.haut@wanadoo.fr;e.herve@senat.fr;o.herviaux@senat.fr;c.jeannerot@senat.fr;c.jeannerot@senat.fr;p.kaltenbach@senat.fr;r.kerdraon@senat.fr;b.khiari@senat.fr;v.kles@senat.fr;y.krattinger@senat.fr

    liste L-P
    g.labazee@senat.fr;s.larcher@senat.fr;f.laurent-perrigot@senat.fr;jy.leconte@senat.fr;j.le-menn@senat.fr;c.lepage@senat.fr;jc.leroy@senat.fr;mn.lienemann@senat.fr;j.lorgeoux@senat.fr;jj.lozach@senat.fr;r.madec@senat.fr;jb.magner@senat.fr;f.marc@senat.fr;m.massion@senat.fr;r.mazuir@senat.fr;m.meunier@senat.fr;d.michel@senat.fr;jp.michel@senat.fr;gerard-miquel@wanadoo.fr;jj.mirassou@senat.fr;t.mohamed-soilihi@senat.fr;r.navarro@senat.fr;a.neri@senat.fr;r.nicoux@senat.fr;j-m.pastor@wanadoo.fr;g.patient@senat.fr;f.patriat@senat.fr;d.percheron@senat.fr;jc.peyronnet@senat.fr;bernard.piras@wanadoo.fr;r.povinelli@senat.fr;Gisele.Printz@wanadoo.fr

    liste R-Z
    marcel.rainaud@laposte.net;d.raoul@senat.fr;f.rebsamen@senat.fr;d.reiner@senat.fr;t.repentin@senat.fr;a.richard@senat.fr;r.ries@senat.fr;g.roger@senat.fr;yves.rome@cg60.fr;l.rossignol@senat.fr;p.schillinger@senat.fr;jp.sueur@senat.fr;Simon.Sutour@wanadoo.fr;c.tasca@senat.fr;m.teston@senat.fr;r.teulade@senat.fr;jm.todeschini@senat.fr;r.tuheiava@senat.fr;a.vallini@senat.fr;r.vandierendonck@senat.fr;y.vaugrenard@senat.fr;m.vergoz@senat.fr;m.vincent@senat.fr;r.yung@senat.fr

  33. j-p boussart a dit :

    arghh mon message était trop long, je vous remets donc la liste R-Z

    listeR-Z
    marcel.rainaud@laposte.net;d.raoul@senat.fr;f.rebsamen@senat.fr;d.reiner@senat.fr;t.repentin@senat.fr;a.richard@senat.fr;r.ries@senat.fr;g.roger@senat.fr;yves.rome@cg60.fr;l.rossignol@senat.fr;p.schillinger@senat.fr;jp.sueur@senat.fr;Simon.Sutour@wanadoo.fr;c.tasca@senat.fr;m.teston@senat.fr;r.teulade@senat.fr;jm.todeschini@senat.fr;r.tuheiava@senat.fr;a.vallini@senat.fr;r.vandierendonck@senat.fr;y.vaugrenard@senat.fr;m.vergoz@senat.fr;m.vincent@senat.fr;r.yung@senat.fr

    (2 ou 3 adresses semblent ne plus être valables, seule M-N Lienemann m’a répondu :
    « Monsieur,

    Je vous remercie pour votre mail qui attire mon attention sur les projets de lois visant à ratifier la modification de l’article 136 du TFUE ainsi que le Mécanisme Européen de Stabilité.
    Vous trouverez sur mon blog la position que j’ai prise au sein du groupe socialiste du Sénat : http://lienemann.typepad.fr/accueil/2012/02/pourquoi-le-ps-doit-refuser-la-ratification-du-m%C3%A9canisme-europ%C3%A9en-de-stabilit%C3%A9.html

    Aujourd’hui le débat continue et je vous invite à le suivre de près.

    Bien cordialement,

    Marie-Noëlle Lienemann
    Sénatrice socialiste de Paris »

  34. Liior a dit :

    @Heloise – Vous n’avez visiblement RIEN compris à ce qui s’est produit en 2005.

    Le mot constitution était un enfumage. Ce qu’on nous demandait de signer n’était rien d’autre qu’un traité. D’ailleurs, les Anglais (qui n’ont pas de constitution au sens où l’on l’entend en France) se demandaient bien ce que ça pouvait vouloir dire (Tony Blair a même précisé que ce n’était que pour faire plaisir aux Français).

    Je ne fais pas dire aux gens ce qu’ils n’ont pas dit. Mais si les gens qui ont voté non en pensant qu’il pouvaient obtenir « une autre europe » (on voit bien qu’ils se sont trompé …) savaient comme je vous l’explique depuis des jours et des jours, que la construction européenne ne déviera pas de son axe néo-libéral qu’elle conserve depuis les bases de la CECA et de la CEE (1951 et 1957), ils auraient bel et bien rejeté la construction européenne dans sa globalité (sauf les citoyens de droite libérale qui sont d’accord avec ça, et encore j’en connais pas énormément).

    Cordialement,

    Le TCE (Traité Constitutionnel Européen) n’était réellement qu’un traité, tout comme l’est le Traité de Lisbonne.

  35. Neti Neti a dit :

    De toute façon, c’était oui ou non.

    Les choix qui nous sont proposé me laisse à chaque fois sans……choix, justement.
    Je ne peux que choisir ce qui me semble le moins pire, étant donné que le non-choix n’a aucune conséquence dans ce système.
    C’est bien pour cela que sortir carrément des règles du jeux me semble le plus constructif. Le problème étant de s’organiser dans l’illégalité…

  36. Neti Neti a dit :

    … sans être fiché immédiatement comme terroriste !

  37. mouréreau Michel a dit :

    Il se pourrait bien que la sortie de l’€ se fasse d’elle même: par effondrement du système. L’austérité durable, à la grecque, que va essayer d’imposer le Merkozy,en comprimant la demande, ve mêtte en difficulté ET l’économie fraçaise ET l’économie allemnde puisquecelle-ci fait le plus gros de ses échanges avec l’Europe, don 40% avecla France. Les dominos vont s’effondrer.
    Un scénario à ‘Argentine, refusant le FMI, est désormais à l’ordre du Jour;

  38. Heloise a dit :

    @mouréreau Michel- Je pense que vous avez raison, et c’est pourquoi j’insiste pour dire que le débat « sortir de l’euro » concerne les enfonceurs de portes ouvertes, mais aussi les « coureurs de fond…d’impasses » !
    Pourquoi donc interpeller avec véhémence ceux qui veulent nous distraire dans ce débat ? Ce n’est pas pour insulter quiconque, mais parcequ’il est évident que certains intérêts cupides sont servis par la division entre les citoyens « à côté » des questions réelles (qui pour moi sont sociales donc , mais seulement par voie de conséquence « politiques », donc, mais seulement par voie de conséquence « institutionnelles » selon non pas une « hiérachie » idéologique mais selon une logique de chronologie : si nous rêvons bien sûr d’abord d’une vraie république égalitaire, le chemin pour la mettre à l’ordre du jour est chronologiquement inscrit dans un « processus d’émancipation des citoyens » : or « chronologiquement », une fois quitté la situation la plus profitable qu’est « l’apprentissage », le citoyen perd son potentiel dans une vie sociale qui ferme les portes qu’elle devrait ouvrir: dans l’entreprise, « on la ferme », sauf si on la « possède ». ..Pour ma part la situation de subordonnée à mi-chemin entre esclave et chefaillon servile mérite un dépassement que seule une « appropriation collective » (multiples formes possibles) autorise : donc le « peuple constituant » aujourd’hui peut commencer à préexister dans « le travail » , nécessité vitale qui forme ou détruit le citoyen, c’est selon son « combat ».

  39. Jacques Roman a dit :

    @ À Héloïse et Liior (76, 88) au sujet du traité constitutionnel europpéen :

    Il y a une double illusion bien française selon laquelle l’Angleterre n’aurait pas de constitution, et qu’elle serait bonne.

    Cette illusion française intrinsèquement contradictoire est très bien illustrée dans le message de Liior. Elle remonte à l’admiration de principe des philosophes du XVIIIème siècle pour le système anglais, dans lequel les droits fondamentaux étaient alors incontestablement plus développés qu’en France.

    Et pourtant, les Anglais ont une constitution. Seulement, elle est éparse dans un corps de coutumes (Common Law notamment) transmises par tradition orale, et – de plus en plus souvent dans les lois adoptées par le Parlement. britannique.Tout cela est impossible à consigner officiellement par écrit dans un seul document cohérent.

    On ne sait pas en France le nombre d’Anglais qui se présentent dans des librairies anglaises pour acheter le texte authentique de la constitution anglaise : j’en connais personnellement au moins deux. Les pauvres se retirent toujours bredouilles.

    Napoléon aimait les constitutions courtes et obscures, les politiciens anglais les aiment introuvables.

    Le bon peuple anglais, qui se perdrait de toute façon dans cet embrouillamini, laisse donc à ses jurisconsultes, à ses magistrats et aux avocats le soin de lui dire en quoi consiste sa constitution. Il n’est pas pour s’émouvoir de ce qui paraîtrait chez nous de petites anomalies ; par exemple :

    – au Royaume-Uni, en vertu de la constitution, le peuple n’est pas le souverain, mais bien le Parlement, avec le monarque pour chef ;

    – une des deux assemblées législatives (la Chambre des Lords) continue d’être en partie héréditaire ;

    – Une fois l’élection législative passée, le premier ministre britannique est nommé en pratique par un comité (parfois carrément clandestin : cas pour Brown, le prédécesseur de Cameron) du parti parlementaire majoritaire ;

    – la Chambre des communes est dissoute par le gouvernement (à vrai dire discrétionnairement par le premier ministre) en fonction de considérations exclusivement électoralistes.

    Et pourtant, il faut reconnaître qu’en pratique le régime britannique donne à peu près les mêmes résultats que les démocraties française, italienne ou suisse. Certains disent que c’est comme une charrette (les vieilleries) à laquelle on aurait connecté un ordinateur superpuissant (les pratiques modernes du gouvernement démocratique) et qui arriverait à aller aussi vite qu’une voiture ordinaire.

    Personnellement, j’ai une préférence pour les constitutions facilement consultables – et facilement modifiables, avec renvoi au peuple dans les cas importants. Le fait est que chez les Britanniques le peuple a moins souvent l’occasion de se faire entendre directement que chez nous.

    Pour ce qui est du traité constitutionnel européen rejeté en 2005, c’était bien une constitution : une loi fondamentale réglant l’organisation et le fonctionnement d’une entité politique, l’Union européenne.

    L’erreur a été de vouloir y mettre toutes les clauses de politique économique, financière et autre des traités fondamentaux en vigueur (notamment celles de la partie III), : ces clauses auraient dû faire l’objet d’un document récapitulatif à part, pour la raison que les politiques sont l’affaire de la loi, et ne doivent pas être imposées au citoyen par la constitution.

    C’était je crois l’opinion du président de la Convention constitutionnelle européenne, Valéry Giscard d’Estaing, mais les juristes européens ont insisté sur la reprise de l’intégralité des des traités fondamentaux. Résultat : un fatras pas si éloigné de la constitution anglaise… et qu’on a rejeté à juste titre selon moi. Le traité de Lisbonne est un fatras un peu amélioré, et il ne s’appelle pas constitution. JR

  40. 25 » NEW R-sistons à la crise a dit :

    […] Un véritable coup d’Etat se prépare le 21 février. France, L’Europe telle qu’elle se fait Ajouter un commentaire […]

  41. Heloise a dit :

    @ Jacques Roman
    Merci de vos réflexions sur la qualité attendue d’une constitution…
    « Et pourtant, il faut reconnaître qu’en pratique le régime britannique donne à peu près les mêmes résultats que les démocraties française, italienne ou suisse » reconnaissez-vous…
    Il me semble en effet qu’on peut posséder une voiture « haut de gamme » et avoir plus de mal à « tenir la route avec », selon que l’on apprécie le Vouvray ou la saint Yorre… Or…qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, disent les gestionnaires, surtout quand ils sont propriétaires des unités de production…On en vient donc à la distinction souhaitable entre une « loi fondamentale » d’une part, et les critères de gestion, « les clauses de politique économique, financière » d’autre part…Il semble que l’on marche sur la tête, à partir du moment où la financiarisation extrême s’invite partout, prétendant même pervertir le « droit constitutionnel », atteignant comme un poison le coeur de « l’humain »…alors peu importe le flacon, peu importe « l’Etat de droit » assuré par une « constitution » et les étiquettes politiciennes qui s’y réfèrent : seule compte l’ivresse du profit !
    On peut alors commencer à entendre de hauts dignitaires du « monde libre » rêver d’une certaine forme de « dictature soft », ( des gouvernements choisis par les banquiers…pour « une gouvernance anti-crise » etc, etc…Qu’importe les droits de l’homme, « la loi fondamentale » et tout le « bataclan » : pourvu qu’on ait des rendements du capital à deux chiffres !

  42. internote a dit :

    Moi je dis, çà pue… le MES… Et c’est pour bientôt… Si la France sera bien obligée de payer le moment venu (puisque si le politique ou ministre de base vote oui une première fois pourquoi pas une seconde fois?), obligé de payer pour d’autres, et comme on pourra pas ou alors de moins en moins, la finalité de tout çà c’est que tous les pays de l’UE (et çà fait du monde), sont destinés à se tirer dans les pattes mais c’est surtout la situation de la Grèce qui va se répandre partout en Europe! L’Europe, c’est la Paie! et pas la Paix mais la Guerre (comme dit Asselineau) !

  43. 9 | La désinformation des séniors a dit :

    […] Un véritable coup d’Etat se prépare le 21 février. France, L’Europe telle qu’elle se fait Ajouter un commentaire […]

  44. Windows 7 Clé a dit :

    Tout fout le camp…

  45. Un ami de Liior et Jiim a dit :

    Mince alors, tous les échanges entre Liior et Jim concernant les indignés, le referendum d’initiative citoyenne, ont été supprimés, éradiqués.
    Dommage!
    Bon, je remets pour eux juste cette prévision sur l’ABSTENTION, pour mémoire, et chacun peut jouer, mais attention, pas d’argent, sinon soucis avec l’Arjel.
    ——————————————-
    # Jim from Paris a dit :
    février 22nd, 2012 à 14 h 16 min
    @Liior
    Autre chose, mais liée.
    Vous êtes un informaticien joueur? On parie un verre pour le « au plus près »?
    Quels seront selon vous les taux d’abstention+nuls/blancs (rappelons le taux de 15% de non inscrits, au passage…!) aux 1er et second tours présidentielles 2012 et aux régionales qui suivront?

    Mon pari :
    Présidentielles : 1erT : 32% // 2emeT : 24%
    Régionales : 1erT : 57% // 2emeT : 52%
    A vous… 🙂

  46. mouréreau Michel a dit :

    Contrairment à ce qui est dit,il est tout à fait possible d’augmenter les salaires. Pourquoi ou +tôt, comment? Deux hypothèses: 1/ Le gvnmt en place (de gauche), se réfugie derrière ses propres forfaitures:savoir la ratification parlementaire du TCE,refusé à 53% de majorité. A ce moment s’engage une lutte socio-politique jusqu’à le contraindre à renégocier un traité quin’a aucune légitimitéaubregard du principe selon lequel, depuis le Serment du Jeu de Paume; le pourvoir constituant appartient au peuple, non à ses »représentants ».2/ le gvnmt accepte derevaloriser les salaireset les retraites,le MES signé par les mêmes, refuse alors le moindre crédit puisque cette hausse tourne le dos à l’austérité qu’exigent le MES et le TSCG. Une relance néo-keynesienne exige du papier monnaie(du crédit) que va refuser d’émettre la BCE puisqu’il lui est interdit de prêter aux Etats, la créatio d’un nouvel instrument monétaire, interne à la France (monnaie intérieure provisoire jusqu’à acceptation par la Commisssion de Bruxelles de modifier le statut de la BCE, éventuellment gagé sur du métal ou le $, devient 1possibilité parmi d’autres) ayant le même cours légal et obligatoire qaue l’€.

  47. Heloise a dit :

    l’argent ne crée pas de la valeur, donc c’est le travail qui peut en créer…ainsi il est nuisible de prêter aux spéculateurs et utile d’augmenter les salaires (donc d’avancer l’argent pour que le travail puisse produire les choses nécessaires , ce qui s’appelle les vraies « valeurs »: ainsi la « planification écologique peut créer les emplois qui créeront , si le travail accompli par les salariés de l’environnement est judicieux…(question qui ne concerne pas la comprenette des spéculateurs)…la valeur « survie de l’humain sur cette planète saccagée par la cupidité des capitalistes dominants, (ceux qui imposent à toutes les sociétés leurs critères cupides de gestion « fric-accouche-fric »…)…Lisez les nobel d’économie comme Stiglitz et son rapport d’experts mondiaux remis à l’ONU : « il faut augmenter l’emploi utile et le pouvoir d’achat des peuples et diminuer le pouvoir de nuisance des rentiers » ! …l’investissement prioritaire de ces nuisibles dans l’armement , voila l’exemple-type de l’anti-valeur dominant l’ économie et la faisant marcher sur la tête: « les bourses m’en tombent » dit l’oncle Picsou ! prédateurs !

  48. mouréreau Michel a dit :

    il ne s’agit pas de réciter un catéchisme,fût-il antilibéral. Il s’agit de chercher,ensemble si possible, des solutions à l’offensive que d’ores et déjà les banque et la BCE mettent sur les rails, tant ils ont peur que le refus « Frontal »d’une puissante minorité qui monte, qui monte, n’élève un rempart devant leurs prétentions hégémoniques devant lesquelles les libéraux sociaux ou non, se sont déjà couchés, extrême droite comprise,ainsi en Grèce.

  49. Heloise a dit :

    @ mouréreau Michel .: parfaitement d’accord avec vous, il faut faire face, avec esprit de résistance, à l’offensive des dominants armés du catéchisme ultra-libéral, cet ensemble de dogmes qui font la religion de « la main ivisible et bienfaitrice du marché ». Pour s’y attaquer « concrètement », non seulement il faut présenter des « mesures anti-crise  » potentiellement efficaces pour « desserrer l’étau de la dette », mais il faut aussi, pour mobiliser le rassemblement « ensemble si possible », défaire dans les consciences le complexe idéologique qui « interdit de penser avec Marx et les antilibéraux » entre autres. Le livre de J Généreux « nous on peut » est un bon exemple de cette démarche où le pragmatisme ne se suffit pas, la réflexion théorique est toujours présente de façon pédagogique: on ne sort pas d’une prison idéologique sans clefs idéologiques: il ne s’agit pas d’un « catéchisme »…cultiver l’espoir est productif, si les « engrais » sont intelligence et imagination.

  50. Kaylee a dit :

    Thank you for your blog article.Thanks Again. Will read on…

Répondre