27 Fév 2008

Cliquez sur les couvertures pour voir ces ouvrages

Comment_Malraux-est_devenu_Malraux_thumb couverture _GMT_thumb Khieu Samphan et les Khmers rouges 30 ans depuis Pol Pot
AGCS_thumb Europe : La trahison des élites Menaces sur la civilisation du vin Quelle Europe après le NON ?

Si vous voulez recevoir automatiquement ce
qui est arrivé de neuf sur le blogue, il suffit de s’abonner par email

\\ Mots Clés :

03 Avr 2016

De nouvelles activités, loin de la France, m’imposent un devoir de réserve dans certains domaines. Avant de me taire sur certains sujets, je veux rappeler qu’après avoir cru, pendant plus de dix ans, l’Union européenne réformable, j’ai cessé de croire qu’une « autre UE est possible ». C’est une autre union des peuples, fondée sur le respect absolu de cette exigence démocratique qu’est la souveraineté populaire qu’il faut construire. Et uniquement avec les peuples qui le veulent. Après avoir fait table rase d’institutions européennes qui ne sont qu’au service d’intérêts privés, au mépris de notre bien-être et de notre santé.

Je souhaite, en 2017, la disparition du PS, parti du MEDEF, dont l’existence est une imposture et dont l’effacement de la scène politique est une condition indispensable pour construire un mouvement politique authentiquement démocratique, social et écologique.

Appeler à exiger l’élection d’une assemblée constituante me semble bien plus important que de s’inscrire dans un régime confisqué par des professionnels de la politique.

Il faut combattre avec la dernière énergie le processus qui, via le TAFTA, l’UE et l’OTAN, transforme de plus en plus les pays du continent européen en colonies des USA.

Je demeure plus que jamais hostile à un système qui transforme les humains en chairs à patrons et en chairs à matraques.
Bien cordialement,
Raoul

26 Mar 2016

Petit exercice sémantique : les médias toxiques ont désigné ceux qui protestent contre la dérive néo-libérale du PS et de son gouvernement par le terme de frondeurs. Ce mot désigne normalement ceux qui sortent de la légitimité et sont, en quelque sorte, des marginaux par rapport à la ligne générale. Mais, en 2012, quelle était la ligne générale : les 60 engagements de Hollande, son discours du Bourget et ce qu’il a dit dans le débat télévisé l’opposant à Sarkozy. C’est sur ce corpus qu’il a été élu et sa majorité parlementaire également. Qui respecte ce corpus ? Qui le trahit ?
Quels sont les véritables frondeurs ? Ceux qui s’en tiennent à la ligne sur laquelle ils se sont engagés devant les électeurs ou ceux qui, dès le premier jour, y ont renoncé ? La Fronde conservatrice, ce n’est pas ceux qui détiennent la légitimité conférée par la confiance des électeurs. Cette Fronde-là, ce sont ceux qui ont trahi leurs électeurs. La Fronde, c’est celle de Hollande-Valls-Macron.
Mais tout l’exercice des médias toxiques a été de marginaliser les détenteurs de la légitimité en les qualifiant de frondeurs.Perversité habituelle d’un usage déviant des mots au service de la formidable bataille des idées dans laquelle nous sommes engagés depuis plusieurs décennies.
Dommage que ceux qui ont été qualifiés de frondeurs n’aient pas récusé cette appellation. Mais c’était peut-être le pas de trop qu’ils n’ont pas encore voulu franchir : dénoncer les abandons de leur parti et en tirer la seule conclusion qui s’impose : en sortir.

22 Mar 2016

bleroux@assemblee-nationale.fr

Monsieur Bruno Leroux

président du groupe PS de l’Assemblée nationale

Monsieur, indigne d’être salué,

Vous venez de faire de la récupération politicienne sur le sang des victimes belges. Que ce sang retombe sur vous.

Vous présidez la honte de la caste à laquelle vous appartenez. Vous m’inspirez le plus grand dégoût.

Vous et vos semblables, provoquez des guerres dont vous n’êtes, hélas, jamais les victimes.

Je fais des efforts considérables pour ne pas utiliser tous les mots qui me viennent à l’esprit pour vous exprimer les sentiments de rejet que vous m’inspirez.

Soyez assuré de mon plus total mépris.

Raoul Marc JENNAR

Essayiste

66500 Mosset

22 Mar 2016

Les peuples subissent les conséquences des choix de leurs dirigeants. Pourquoi donc les terroristes ne s’en prennent-ils pas aux ministres et aux députés ?

La palme de l’ignominie à Bruno Leroux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, qui fait de la récupération politicienne sur le sang des victimes belges. Ce type est la honte de la honte. Et si je ne me retenais pas, je dirais bien pire.

Je suis Belge, Français et Cambodgien. Je suis à Phnom Penh. Mais aujourd’hui, mon coeur est à Bruxelles.

rmj

21 Mar 2016

Je suis profondément convaincu que les partis politiques, inventions du 19e siècle, sont devenus des agents objectifs du conservatisme le plus nuisible pour les humains et la planète. Ils ne servent qu’à entretenir une caste de professionnels de la politique qui sont d’une irresponsabilité dramatique dès lors qu’on pense à l’avenir de nos enfants et petits enfants et à l’avenir de la planète. Ils imposent notre empoisonnement par les pesticides et l’empoisonnement de la planète avec les déchets radioactifs; ils engagent nos pays dans des guerres meurtrières qui engendrent le terrorisme dont ce sont les innocents qui paient le prix. Ce sont des lâches qui cèdent aux populismes et rejettent les victimes des chaos qu’ils ont engendrés. Ils bafouent tous les principes dont ils se gargarisent. Ils traitent la Déclaration universelle des droits de l’Homme comme un chiffon de papier. Ils ne méritent que le mépris le plus total. Et s’il en est qui font exception, qu’ils quittent le système et cessent d’y participer. Sinon, ils ne valent pas mieux que les autres, car leur exception n’est que verbale et destinée à nous tromper.

L’urgence ce n’est pas d’élire une marionnette du MEDEF. L’urgence c’est de supprimer cette caste d’irresponsables. Il y va de notre survie dans la dignité.

rmj

17 Mar 2016

 

L’élection présidentielle va mobiliser, une fois de plus, avec plus ou moins de bonheur. Or, cette élection est de plus en plus un instrument contre la démocratie. Il est grand temps de sortir de ce piège. La présidentielle n’est pas la solution, elle est le problème.

Le texte ci-dessous propose une solution en posant un principe pour la reconstruction de la démocratie, de la souveraineté populaire. Il est signé par 55 citoyens originaires de nombreux départements français et dont la liste est ci-dessous.

Voter, pour quoi ?

Est-il vraiment raisonnable de consacrer autant d’énergie et d’attention au spectacle de la compétition présidentielle ? Est-ce vraiment cela la démocratie à laquelle nous tenons passionnément ? Au mieux, nous avons, au terme d’une farce médiatique, la possibilité de refuser un des candidats en lice. Une fois élu, celui-ci dispose de pouvoirs exorbitants, notamment le privilège de pouvoir oublier ses promesses ou même de bafouer la volonté populaire exprimée par référendum comme ce fut le cas après 2005.

Lire la suite »

10 Mar 2016

Une étude de la Fondation Schöpflin et de la Fédération allemande des PME (BVMW) conduite par l’institut Prognos auprès de 800 PME allemandes tire la sonnette d’alarme

Communiqué de presse – 10/03/2016 – Pour les PME allemandes, les risques liés au TTIP l’emportent sur les bénéfices attendus, conclut l’étude présentée aujourd’hui à Berlin. Ces résultats mettent la Commission européenne au défi de montrer l’impact de sa politique commerciale sur les PME dont elle affirme faire sa priorité. Si les craintes des PME allemandes sont justifiées, le TTIP pourrait avoir un impact dévastateur sur l’économie et sur l’emploi en Europe.

Menée auprès d’un échantillon de 800 PME, dans lequel les grandes PME et les PME du secteur manufacturier sont fortement représentées, l’étude apporte un éclairage nouveau sur les attentes et les craintes des PME allemandes vis-à-vis des négociations commerciales en cours. Près de la moitié des entreprises interrogées est pourtant active à l’exportation mais la destination privilégiée est l’Union européenne. Un sixième a aussi réalisé des investissements directs étrangers, essentiellement en Europe.

Principaux enseignements :
Seulement 18 % et 15 % des PME interrogées s’attendent à ce que les nouveaux accords de commerce prévus facilitent l’ouverture de nouveaux marchés et l’approvisionnement en bien intermédiaires.
Lire la suite »