27 mar 2015

Comment_Malraux-est_devenu_MalrauxRaoul Marc Jennar raconte et décrypte comment André Malraux construit la naissance de son engagement politique. Parti en Indochine, André Malraux est passé de la plus totale indifférence politique à l’engagement révolutionnaire et humaniste.
Que s‘est-il passé pendant ces 26 mois ?

Ce livre explore un aspect délaissé de la vie de Malraux :
son cheminement vers la conscience politique et la défense de la dignité humaine partout où elle est écrasée. Un éclairage essentiel sur cette tranche de vie trop peu connue et pourtant décisive pour comprendre son œuvre et son action.

Raoul M. Jennar a participé à l’appareil critique du tome II des Œuvres complètes de Malraux dans la Bibliothèque de la Pléiade.
Pour toute commande avant le 18 avril 2015, 25% de remise
12,00 euros au lieu de 16,00 euros. 218 pages – 32 photos
capbearedition.comcapbearedition@wanadoo.fr
1325 avenue de la Salanque 66000 Perpignan – 06 03 84 21 89

27 fév 2008

Cliquez sur les couvertures pour voir ces ouvrages

couverture _GMT_thumb Khieu Samphan et les Khmers rouges 30 ans depuis Pol Pot
Europe : La trahison des élites Menaces sur la civilisation du vin Quelle Europe après le NON ?

Si vous voulez recevoir automatiquement ce
qui est arrivé de neuf sur le blogue, il suffit de s’abonner par email

\\ Mots Clés :

18 mai 2015

Je pars aujourd’hui à Singapour. J’y suis invité par le centre culturel français pour parler de l’André Malraux que je viens de présenter dans mon dernier livre « Comment Malraux est devenu Malraux ». Je vais raconter la formidable métamorphose qui s’est opérée en 26 mois, entre novembre 1923 et décembre 1925, chez cet homme, pendant qu’il vivait alors dans l’Indochine française. Bien que fort jeune, c’était déjà un homme de pensée. Il va de venir un homme d’action. Bien qu’érudit, il était indifférent aux questions politiques. Il va devenir un compagnon de route des révolutionnaires. Confronté aux horreurs du colonialisme, il partage d’abord la conviction exprimée trente ans plus tôt par Jaurès qu’il faut étendre aux indigènes les droits dont jouissent les Français. Mais il finira par se rendre compte, comme Jaurès, que le colonialisme n’est pas réformable parce que colons, hommes d’affaires et administration coloniale considèrent que les indigènes sont des sous-hommes exploitables jusqu’à ce que mort s’en suive. Des untermenschen, comme disaient les nazis. C’est la troisième mutation de Malraux qui va décrire dans un article, en 1933, les exactions des soldats français contre les civils indochinois. De banales exécutions sommaires, quasi quotidiennes. C’est alors que Malraux qualifie le colonialisme de fascisme.

C’est ce que j’explique dans mon livre, c’est ce que je vais raconter dans les jours qui viennent à Singapour, Phnom Penh, Bangkok et Hô-Chi-Minh-Ville.

Pendant ce temps-là, à Paris, un leader du Parti de Gauche aurait estimé, à la télé, qu’enseigner l’esclavage et la colonisation aux jeunes Français « peut conduire à l’auto-affliction »…

S’il en est bien ainsi, décidément, la passion cocardière rend aveugle, même les meilleurs. Et l’espoir d’une gauche de gauche, absolument claire dans ses orientations s’éloigne encore un peu plus.

Reviens Jaurès, ils sont tous devenus fous !

rmj

11 mai 2015

Longtemps, j’ai adhéré au slogan « une autre Europe est possible ». Longtemps, j’ai cru réalisables les réformes nécessaires pour remettre le projet d’union des peuples d’Europe sur les rails d’une véritable « construction européenne ». Tous mes efforts ont donc été consacrés dans mes livres (en particulier dans « Europe, la trahison des élites ») et mes articles, à démontrer que l’Union européenne n’est pas l’Europe promise ; ce qui, implicitement, pouvait signifier que l’Europe promise était possible dans le cadre de l’UE.

Ce fut tout le sens de ma démarche lorsqu’il y a dix ans, je me suis engagé avec fougue dans le combat pour un « non de gauche » au traité constitutionnel européen – c’est-à-dire un non fondé sur la souveraineté populaire, sur la réalité des rapports de force entre intérêts opposés, sur le refus de confondre nation et nationalisme. Pour dénoncer le TCE, j’avais publié une brochure à laquelle j’avais donné un titre qui se trouve tout à fait confirmé aujourd’hui par la renaissance en force des nationalismes et le rejet d’Europe : «Quand l’Union européenne tue l’Europe».

Nous voulions provoquer une crise qui remettrait la question européenne à plat et permettrait les réformes indispensables. J’ai même, tout aussitôt après notre victoire, publié un livre intitulé « Quelle Europe après le non ? » dans lequel j’énumérais les réformes nécessaires et possibles pourvu que la volonté politique exista.

Lire la suite »

08 mai 2015

La destruction de l’enseignement de l’Histoire par un gouvernement PS n’ayant pas encore produit tous ses effets, on connait encore, en France, la signification de la date du 8 mai comme anniversaire de la victoire des Alliés (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie soviétique) sur l’Allemagne qui avait donné le pouvoir aux Nazis en 1933 (*).

70 ans après, on est en droit de se poser la question : mais qui a vraiment gagné ?

Quand on observe aujourd’hui le continent européen, on constate que 27 pays sont soumis aux volontés politiques, sociales et économiques du 28e : l’Allemagne. Je dis bien l’Allemagne, car je me garderai de mettre en cause tous les Allemands. Le superbe discours de Sarha Wagenknecht, en mars dernier, devant le Bundestag, démontre à l’évidence et une fois de plus qu’il faut distinguer le peuple et les gouvernants qu’il se donne.

Lire la suite »

02 mai 2015

C’est sous ce titre que l’hebdomadaire Marianne de cette semaine présente un excellent dossier sur la réforme du collège, ce projet qui pue l’atlantisme et le mercantilisme. Un parfait complément au projet de traité transatlantique. J’y reviendrai. A lire et à faire connaître.

http://www.marianne.net/cette-semaine-marianne-ecole-massacre-innocents-100233092.html

 

01 mai 2015

Mardi 5 mai, deux commissions de l’Assemblée nationale – celle des Affaires européennes et celle des Affaires économiques – vont auditionner le Secrétaire d’État au commerce extérieur, Matthias Fekl. L’audition de ces deux commissions interviendra deux jours avant la réunion du Conseil des ministres de l’Union Européenne (le 7 mai) consacrée à la politique commerciale.

Attac propose d’adresser aux membres de ces deux commissions un courriel dont un modèle se trouve ci-dessous. Il suffit d’un copier-coller et d’ajouter l’adresse électronique. Vous trouverez les détails pratiques (adresses électroniques des députés concernés) en utilisant le lien suivant :

https://france.attac.org/se-mobiliser/le-grand-marche-transatlantique/article/tafta-ceta-avant-l-audition-de

« Madame la Députée, Monsieur le Député,

Ce mardi 5 mai, vous auditionnerez M. Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, dans la perspective du Conseil Affaires étrangères de l’Union européenne du 7 mai 2015 qui portera spécifiquement sur les politiques commerciales de l’UE.

Je souhaite à cette occasion vous faire part de mes plus vives inquiétudes à l’égard des accords transatlantiques, TAFTA et CETA, et vous adresser plusieurs questions et demandes que je vous demande de relayer auprès de M. Matthias Fekl.

J’attire tout d’abord votre attention sur le défaut de transparence dans ces négociations, en dépit de toutes les promesses effectuées à Paris ou à Bruxelles.

Lire la suite »

27 avr 2015

Le livre est maintenant publié. Il peut être commandé dans n’importe quelle librairie.

A Paris, la première librairie à s’être procurée des exemplaires est la librairie Le Phénix, 72, Boulevard Sébastopol (dans le 3e).

23 avr 2015

Le projet de loi relatif au Renseignement, examiné à l’Assemblée nationale en procédure accélérée, cible toute forme de contestation des choix politiques nationaux, européens et internationaux et vise à étouffer tout débat sur des projets comme l’accord UE-Canada, l’accord UE-USA,  puisque l’article 1 vise à modifier l’Art. L. 811-3. du Code de la Sécurité Intérieure, en y intégrant ceci :

« Art. L. 811-3. – Les services spécialisés de renseignement peuvent, dans l’exercice de leurs missions, être autorisés à recourir aux techniques prévues au titre V du présent livre pour le recueil des renseignements relatifs aux intérêts publics suivants :

« 1° La sécurité nationale ;

« 2° Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ;

« 3° Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France ;

« 4° La prévention du terrorisme ;

« 5° La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 ;

« 6° La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées;

« 7° La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique.

Projet de Loi à consulter ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2669.asp

Ainsi donc en critiquant les choix européens et internationaux du gouvernement français, on risque d’être accusé de menacer « les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ».

Va-t-on être poursuivi parce qu’on dénoncera le caractère antidémocratique des institutions européennes, des traités européens, des accords de l’OMC, de l’adhésion à l’OTAN ?

Va-t-on être poursuivi lorsqu’on dénoncera la politique nucléaire de la France, d’EDF et d’Aréva ?

Le PS de Hollande-Valls-Cambadélis-Aubry, c’est la SFIO qui réprimait et condamnait les mineurs en grève, qui poursuivait les Français hostiles à la colonisation, qui adhérait à l’OTAN, qui offrait les secrets nucléaires à Israël.

On se trouve devant un texte pire que le Patriot Act de Georges W. Bush  ! Ce gouvernement PS qui tue tous les acquis sociaux s’en prend maintenant à nos libertés les plus fondamentales. C’est logique puisque pour imposer l’un, il faut s’attaquer à l’autre.

Qui ne voit l’usage qu’il font des évènements dramatiques pour en profiter ? Qui ne voit poindre le danger qui nous menace ? Qui ne voit la société que mettent en place les libéraux de droite et ceux qui osent encore se dire de gauche ?

Ne demeurons pas passifs. Tant que c’est encore possible de se révolter. Retrouvons la solidarité des Résistants. Refusons l’indifférence. Nous sommes tous concernés. C’est maintenant qu’il faut élever une protestation massive. Avant qu’il soit trop tard et que nous soyons enfermés dans une société digne d’Orwell. Rappelons-nous Martin Niemöller :

Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit,
 je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit,
 je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai pas protesté, 
je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai pas protesté, 
je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait personne pour protester.

rmj

(pourrai-je encore écrire de la sorte une fois cette loi votée ?)