27 mar 2015

Comment_Malraux-est_devenu_MalrauxRaoul Marc Jennar raconte et décrypte comment André Malraux construit la naissance de son engagement politique. Parti en Indochine, André Malraux est passé de la plus totale indifférence politique à l’engagement révolutionnaire et humaniste.
Que s‘est-il passé pendant ces 26 mois ?

Ce livre explore un aspect délaissé de la vie de Malraux :
son cheminement vers la conscience politique et la défense de la dignité humaine partout où elle est écrasée. Un éclairage essentiel sur cette tranche de vie trop peu connue et pourtant décisive pour comprendre son œuvre et son action.

Raoul M. Jennar a participé à l’appareil critique du tome II des Œuvres complètes de Malraux dans la Bibliothèque de la Pléiade.
Pour toute commande avant le 18 avril 2015, 25% de remise
12,00 euros au lieu de 16,00 euros. 218 pages – 32 photos
capbearedition.comcapbearedition@wanadoo.fr
1325 avenue de la Salanque 66000 Perpignan – 06 03 84 21 89

27 fév 2008

Cliquez sur les couvertures pour voir ces ouvrages

couverture _GMT_thumb Khieu Samphan et les Khmers rouges 30 ans depuis Pol Pot
Europe : La trahison des élites Menaces sur la civilisation du vin Quelle Europe après le NON ?

Si vous voulez recevoir automatiquement ce
qui est arrivé de neuf sur le blogue, il suffit de s’abonner par email

\\ Mots Clés :

28 juin 2015

Alexis Tsipras, Athènes, samedi 27 juin 2015

Traduit par Dimitris Alexakis – Mediapart.fr

Dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 juin, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé, dans une adresse au peuple retransmise par la chaîne de télévision publique (ERT), la tenue d’un référendum sur les propositions faites à la Grèce par les « Institutions » (FMI, BCE, Commission européenne) dans le cadre des négociations sur la dette. Traduction :

« Depuis 6 mois, le gouvernement hellénique se bat dans des conditions dʼasphyxie financière inouïes pour mettre en oeuvre le mandat que vous lui avez confié à lʼissue des élections du 25 janvier. Un mandat qui nous enjoint de négocier avec nos partenaires pour mettre fin à lʼaustérité et faire en sorte que notre pays renoue avec la prospérité et la justice sociale. Un mandat qui nous enjoint de parvenir à un accord viable, respectueux de la démocratie comme des règles de l’Union, et qui permettra à la Grèce de sortir définitivement de la crise.

Tout au long de cette période de négociations, on nous a demandé dʼappliquer les mémorandums qu’avaient signés les gouvernements précédents, mémorandums que le peuple grec a pourtant catégoriquement rejetés lors des dernières élections.

Mais nous nʼavons pas un seul instant envisagé de céder. De trahir ― autrement dit ― votre confiance.

Après cinq mois de dures négociations, nos partenaires ont malheureusement abouti, lors de lʼEurogroupe dʼavant-hier, à une proposition en forme dʼultimatum, un ultimatum adressé à la démocratie grecque et au peuple hellénique. Un ultimatum qui contrevient aux principes fondateurs et aux valeurs fondamentales de lʼEurope, de la construction européenne. Lire la suite »

28 juin 2015

http://www.politis.fr/En-excluant-la-Grece-de-sa-reunion,31721.html

 

21 juin 2015

A l’invitation de Dimitris Konstantakopoulos, journaliste et auteur, qui fut secrétaire du « mouvement des citoyens indépendants » créé à l’initiative du célèbre musicien Mikis Theodorakis (la musique du film Z), et avec le soutien, notamment, du Forum Mondial des Alternatives (Samir Amin), se tient à Delphes, ce samedi et ce dimanche, une réunion d’intellectuels critiques provenant de Grèce, d’Allemagne, d’Autriche, de Bulgarie, de Chypre, d’Espagne, de France, d’Italie, de Lituanie, du Portugal, de Russie, de Suisse et même des USA. L’objectif est de réfléchir à des alternatives à l’euro-libéralisme et à la crise de l’Union européenne ainsi qu’à analyser les dangers de guerre en Europe.

Ma contribution a pour objet « quelles leçons à tirer des dix années depuis la victoire du « non » au traité constitutionnel européen ? » En voici la traduction en français.

Qu’est-ce que la démocratie ? Fondamentalement, la souveraineté populaire. En m’appuyant sur cette définition, je vais tirer brièvement les leçons de la dernière décennie. Une décennie qui a commencé en 2005 quand les peuples de deux Etats fondateurs de l’Union européenne ont rejeté le « traité établissant une Constitution pour l’Europe ». 54,68% des électeurs français et 61,54% des électeurs néerlandais ont dit non à cette sorte d’Europe.

Lire la suite »

19 juin 2015

18 juin par la Commission pour la vérité sur la dette grecque

En juin 2015, la Grèce se trouve à un carrefour. Elle doit choisir entre la poursuite des programmes d’ajustement macroéconomiques imposés par ses créanciers ou briser les chaînes de sa dette. Cinq ans après le début des programmes d’ajustement, le pays reste plongé dans une grave crise économique, sociale, démocratique et écologique. La boîte noire de la dette n’a pas été ouverte. À ce jour, aucune autorité, grecque ou internationale, n’a cherché à faire la lumière sur les causes et les modalités d’assujettissement de la Grèce au régime de la Troïka. La dette, au nom de laquelle rien n’a été épargné à la population, reste le dogme au nom duquel est imposé un programme d’ajustement néolibéral qui s’accompagne de la plus profonde et la plus longue récession jamais connue en Europe en temps de paix.

Prendre à bras-le-corps un ensemble de problèmes sociaux et économiques est une impérieuse nécessité autant qu’une responsabilité sociale. Prenant acte de cela, le Parlement Hellénique a mis en place en avril 2015 la Commission pour la Vérité sur la Dette publique grecque. Il lui a donné mandat pour mener des investigations sur l’origine et l’augmentation de la dette publique, la façon dont cette dette a été contractée et les raisons qui y ont amené, enfin sur ces l’impact qu’ont eu sur l’économie et la population les conditionnalités attachées à ces contrats. La Commission pour la Vérité a pour mission d’amener à une prise de conscience sur les questions relatives à la dette grecque, tant sur le plan interne qu’au niveau international, de formuler des arguments et de proposer des scénarios relatifs à l’annulation de la dette.

Les recherches présentées par la Commission dans son rapport préliminaire mettent en lumière le fait que le programme d’ajustement auquel la Grèce a été soumise était, et reste dans son intégralité, un programme politiquement orienté. L’analyse technique bâtie sur des variables macroéconomiques et des projections de dette – des données en relation directe avec la vie et de la population et ses moyens de subsistance –, a permis de cantonner les discussions relatives à la dette à un niveau technique. Ces discussions ont principalement été centrées autour de la thèse selon laquelle les politiques imposées à la Grèce allaient lui permettre de rembourser sa dette. Les faits présentés dans ce rapport prouvent tout le contraire.

Les éléments dont nous faisons état dans ce rapport montrent que de toute évidence la Grèce, non seulement n’est pas en capacité de rembourser cette dette, mais qu’elle ne doit pas la rembourser, tout d’abord parce que la dette issue des mesures de la Troïka constitue une violation caractérisée des droits humains fondamentaux des résidents de la Grèce. Ainsi, nous sommes parvenus à la conclusion que la Grèce ne doit pas payer cette dette, du fait de son caractère illégal, illégitime et odieux.

Il est également apparu à la Commission que le caractère insoutenable de la dette publique grecque était évident depuis l’origine pour les créanciers internationaux, les autorités grecques et les grands médias. Pourtant, les autorités grecques et certains gouvernements de l’Union Européenne se sont ligués pour rejeter une restructuration de la dette publique en 2010, dans le seul but de protéger les institutions financières privées. Les grands médias officiels ont dissimulé la vérité au public en soutenant que le plan de sauvetage allait être bénéfique pour la Grèce, tout en passant en boucle le récit selon lequel la population ne faisait que payer pour ses propres turpitudes.

Les fonds versés dans le cadre des programmes de sauvetage de 2010 et 2012 ont été gérés de l’extérieur selon des schémas complexes, empêchant toute initiative propre en matière budgétaire. L’utilisation de ces fonds a été dictée de manière stricte par les créanciers et il est apparu que moins de 10 % de leur montant avaient été consacrés aux dépenses courantes du gouvernement.

Ce rapport préliminaire dresse un premier état des lieux des principaux problèmes et enjeux liés à la dette publique et fait état de violations juridiques majeures en ce qui touche aux contrats d’emprunt ; il pose également les bases juridiques sur lesquelles la suspension unilatérale des paiements de la dette peut être invoquée. Ces conclusions sont déclinées en neuf chapitres présentés comme suit :


Le chapitre 1, La dette avant la Troïka
, analyse l’augmentation de la dette publique grecque depuis les années 1980. Il conclut que l’accroissement de la dette n’est pas le résultat de dépenses publiques excessives, celles-ci étant en réalité restées plus faibles que les dépenses publiques d’autres pays de la zone euro. La dette provient pour l’essentiel du paiement aux créanciers de taux d’intérêts extrêmement élevés, de dépenses militaires excessives et injustifiées, d’un manque à gagner fiscal dû à la fuite illicite de capitaux, du coût de la recapitalisation de banques privées par l’État, et des déséquilibres internationaux issus des lacunes inhérentes au modèle de l’Union Monétaire.

L’adoption de l’euro a généré en Grèce une augmentation drastique de la dette privée à laquelle les grandes banques privées européennes ainsi que les banques grecques ont été exposées. En prenant de l’ampleur, la crise bancaire a débouché sur une crise de la dette souveraine grecque. En 2009, en mettant l’accent sur la dette publique et en gonflant le déficit, le gouvernement de George Papandréou a voulu présenter comme une crise de la dette publique ce qui était en réalité une crise bancaire.


Le chapitre 2, Les évolutions de la dette publique grecque de 2010 à 2015
établit que le premier accord de prêt de 2010 visait en premier lieu à sauver les banques privées grecques et européennes et à permettre aux banques de réduire leur exposition aux titres publics grecs.


Le chapitre 3, La dette publique grecque par créancier en 2015
, met en évidence la nature litigieuse de la dette grecque actuelle au regard des principales caractéristiques des prêts qui seront analysées plus en détail au chapitre 8.


Le chapitre 4, Les mécanismes de l’endettement en Grèce
, dévoile les mécanismes issus des accords entrés en vigueur à partir de mai 2010. Ces accords prévoyaient l’octroi de nouveaux emprunts d’un montant substantiel par des créanciers bilatéraux et le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) qui s’accompagnaient de coûts abusifs, amplifiant d’autant la crise. Ces mécanismes révèlent comment la majorité des fonds empruntés ont été directement transférés aux institutions financières. Au lieu de bénéficier à la Grèce, ils ont accéléré le processus de privatisation à travers l’utilisation d’instruments financiers.


Le chapitre 5, Les conditionnalités contre la soutenabilité
, présente la manière dont les créanciers ont imposé des conditionnalités excessives qui, associées aux accords de prêts, ont eu pour conséquence directe la non-viabilité économique et l’insoutenabilité de la dette. Ces conditionnalités, que les créanciers s’obstinent toujours à exiger, ont fait chuter le PIB tout en augmentant l’endettement public – un ratio dette/PIB plus élevé rendant la dette grecque encore plus insoutenable. Mais elles ont également généré des changements dramatiques dans la société et provoqué une crise humanitaire. La dette publique grecque peut ainsi être considérée comme totalement insoutenable en l’état actuel des choses.


Le chapitre 6, Impact des « programmes de sauvetage » sur les droits humains
, montre que les mesures mises en place dans le cadre des « programmes de sauvetage » ont directement affecté les conditions de vie du peuple et violé les droits humains que la Grèce et ses partenaires sont dans l’obligation d’assurer, de protéger et de promouvoir, conformément au droit national, au droit de l’Union et au droit international en vigueur. Les ajustements drastiques imposés à l’économie et à la société grecque dans son ensemble ont provoqué une détérioration rapide des niveaux de vie incompatible avec la justice sociale, la cohésion sociale, la démocratie et les droits de l’homme.


Le chapitre 7, Questions juridiques relatives aux MoU (Memorandum of understanding ou Protocole d’accord) et aux conventions de prêt
, soutient qu’il y a eu violation des obligations en matière de droits de l’homme de la part de la Grèce elle-même et de ses prêteurs, à savoir les États membres de la zone euro (prêteurs), la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds Monétaire International, qui ont imposé ces mesures à la Grèce. Tous ces acteurs ont refusé d’évaluer les violations des droits de l’homme découlant des politiques publiques qu’ils obligeaient la Grèce à appliquer. Ils ont directement violé la constitution grecque en privant le pays de la plupart de ses droits souverains. En effet, les accords contiennent des clauses abusives, qui ont contraint la Grèce à renoncer à des pans importants de sa souveraineté. Cela a été attesté par le choix du droit anglais comme loi applicable à ces contrats, dans le but de faciliter le contournement de la constitution grecque et des obligations internationales en matière de droits humains. La remise en cause des droits humains et des obligations de droit coutumier, la présence de diverses preuves de mauvaise foi des parties contractantes, et leur caractère déraisonnable, remet en cause la validité de ces contrats.


Le Chapitre 8, Évaluation du caractère illégitime, odieux, illégal ou insoutenable de la dette
, examine la dette publique grecque en regard des définitions adoptées par la Commission concernant les dettes illégales, illégitimes, odieuses et insoutenables. Il aboutit à la conclusion qu’en juin 2015, la dette publique grecque est insoutenable, puisque la Grèce ne peut payer le service de la dette sans nuire gravement à sa capacité de remplir ses obligations les plus élémentaires en matière de droits humains. Par ailleurs, le rapport apporte la preuve de la présence dans cette dette d’éléments illégaux, illégitimes et odieux, et ce pour chaque groupe de créanciers.


La dette envers le FMI
doit être considérée illégale car elle a été consentie en violation des propres statuts du FMI, et que les conditions qui l’accompagnent violent la Constitution grecque, les obligations du droit coutumier international et les traités signés par la Grèce. Elle est illégitime, puisque les conditions imposées comprennent des dispositions qui violent les obligations en matière de droits humains. Enfin, elle est odieuse, puisque le FMI savait pertinemment que les mesures imposées étaient antidémocratiques, inefficaces, et allaient provoquer de graves violations des droits socio-économiques.


La dette envers la BCE
doit être considérée illégale car la BCE a outrepassé son mandat en imposant l’application de programmes d’ajustement macroéconomique (par exemple la déréglementation du marché du travail), ceci par l’intermédiaire de sa participation à la Troïka. La dette envers la BCE est également illégitime et odieuse, car l’objectif du Securities Market Programme (SMP) était en fait de servir les intérêts des institutions financières en permettant aux principales banques privées grecques et européennes de se débarrasser de leurs obligations grecques.


Le FESF
a octroyé des prêts hors liquidités qu’il faut considérer comme illégaux parce que l’Article 122(2) du TFUE est violé, et parce que ces prêts portent atteinte par ailleurs à un certain nombre de droits socio-économiques et de libertés civiques. De plus, l’Accord cadre du FESF de 2010 et le Master Financial Assistance Agreement de 2012 contiennent plusieurs clauses abusives témoignant d’une attitude immorale de la part du prêteur. Le FESF va également à l’encontre de principes démocratiques, ce qui rend ces dettes illégitimes et odieuses.


Les prêts bilatéraux
doivent être considérés comme illégaux car ils violent les procédures spécifiées dans la Constitution grecque. Les prêts révèlent une attitude immorale des prêteurs et présentent des conditions qui contreviennent au droit et à l’action gouvernementale. Il y a atteinte tant au droit de l’Union européenne qu’au droit international lorsque les droits humains sont évincés par des programmes macroéconomiques. Les prêts bilatéraux sont par ailleurs illégitimes puisqu’ils n’ont pas été utilisés dans l’intérêt de la population, mais ont seulement servi à sauver les créanciers privés de la Grèce. Enfin, les prêts bilatéraux sont odieux car en 2010 et 2012 les États prêteurs et la Commission européenne, tout en étant conscients de ces violations potentielles, se sont bien gardés d’étudier l’impact sur les droits humains des ajustements macro-économiques et consolidation budgétaire qui étaient la condition des prêts.


La dette envers des créanciers privés
doit être considérée illégale parce que les banques privées ont eu une attitude irresponsable avant l’existence de la Troïka, ne respectant pas une diligence raisonnable, et parfois, comme dans le cas de fonds spéculatifs, agissant de mauvaise foi. Une partie des dettes envers les banques privées et les fonds spéculatifs sont illégitimes pour les mêmes raisons qu’elles sont illégales ; de plus, il était illégitime que des banques grecques soient recapitalisées par les contribuables. Les dettes envers les banques privées et les fonds spéculatifs sont odieuses, puisque les principaux créanciers étaient bien conscients que ces dettes n’étaient pas contractées dans l’intérêt de la population mais pour augmenter leurs propres bénéfices.

Le rapport se conclut sur quelques considérations pratiques. Le Chapitre 9, Fondements juridiques pour la répudiation et la suspension de la dette grecque souveraine, présente différentes options pour l’annulation de la dette et expose tout particulièrement les conditions dans lesquelles un État souverain peut exercer son droit à poser un acte unilatéral de répudiation ou de suspension de paiement de sa dette en droit international.

Il existe plusieurs arguments juridiques permettant à un État de répudier ses dettes illégales, odieuses et illégitimes. Dans le cas grec, un tel acte unilatéral peut se fonder sur les arguments suivants : la mauvaise foi manifeste des créanciers qui ont poussé la Grèce à violer son droit national et ses obligations internationales en matière de droits humains ; la primauté des droits humains sur les autres accords tels que ceux conclus par les gouvernements précédents avec les 
créanciers de la Troïka ; la coercition ; la présence de clauses abusives violant la souveraineté de l’État grec ; et enfin le droit reconnu en droit international pour un État de prendre des contre-mesures quand les créanciers posent des actes illégaux.
 S’agissant des dettes insoutenables, tout État est juridiquement fondé à utiliser l’argument de l’état de nécessité qui permet à un État confronté à situation exceptionnelle de
 sauvegarder un de ses intérêts essentiels menacé par un péril grave et imminent. Dans une telle situation, il peut s’affranchir de l’exécution d’une obligation internationale telle que le
 respect d’un contrat de prêt. Enfin, les États disposent du droit de se déclarer unilatéralement insolvables lorsque le service de leur dette est insoutenable, sachant que dans ce cas ils ne commettent aucun acte illégal et sont affranchis de toute responsabilité.


La dignité du peuple grec vaut plus qu’une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable

À l’issue de ses premières investigations, la Commission considère que la Grèce a été et est toujours la victime d’une tentative de meurtre froidement préméditée par le trio que sont le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et la Commission européenne. Cette attaque violente, illégale et immorale a été réalisée avec l’assentiment et la complicité des États européens qui, au lieu de servir et défendre l’intérêt général, ont préféré se mettre au service des banques et des intérêts particuliers d’une minorité.

En mettant ce rapport à la disposition des autorités grecques et du peuple grec, la Commission considère avoir rempli la première partie de sa mission telle que définie dans la décision de la Présidente du Parlement du 4 avril 2015. La Commission espère que son rapport constituera un outil utile pour toutes celles et tous ceux qui veulent sortir de la logique mortifère de l’austérité et qui se lèvent pour défendre ce qui ce qui est en danger aujourd’hui : les droits humains, la démocratie, la dignité des peuples et l’avenir des générations à venir.

Aujourd’hui, en réponse à ceux qui leur imposent des mesures iniques, le peuple grec pourrait leur rappeler ce propos de Thucydide lorsqu’il évoquait la constitution de son peuple : « Elle a reçu le nom de démocratie, parce que son but est l’utilité du plus grand nombre et non celle d’une minorité. » (Oraison funèbre de Périclès rapportée par Thucydide dans La guerre du Péloponnèse)

Traduction : CADTM

Lire la suite »

16 juin 2015

Ce mercredi 17 juin, il y aura 90 ans qu’André Malraux, son épouse Clara, l’avocat Paul Monin et une équipe de journalistes indochinois lançaient à Saigon le premier numéro d’un quotidien baptisé L’Indochine.

Alors qu’on ne retient du séjour de Malraux en Indochine que le vol de statues dans les ruines du temple non classé de Banteay Srei, ce séjour fut surtout celui d’une évolution de l’indifférence politique vers l’engagement, celui du passage de la revendication de l’égalité des droits pour les Indochinois à une dénonciation de plus en plus féroce des méfaits du colonialisme et celui de la découverte par un homme de pensée de l’action collective et fraternelle.

C’est ce que j’ai raconté dans mon Comment Malraux est devenu Malraux, paru il y a peu aux Editions Cap Bear, Perpignan.

A l’occasion de la sortie de ce livre et du 90e anniversaire de la parution du premier numéro de L’Indochine, la librairie Le Phénix, 77, boulevard de Sébastopol, à 75003 Paris accueillera à 18H

  • Alain Ruscio, historien et préfacier du livre, qui traitera de la naissance de la presse anticolonialiste en Indochine,
  • Christiane Moatti, professeur émérite à Paris III-Sorbonne qui évoquera l’impact de l’écriture journalistique sur l’oeuvre littéraire de Malraux,
  • et Denis Sieffert, Directeur de l’hebdomadaire Politis, qui parlera des difficultés, en 2015 comme en 1925, d’une presse à contre-courant de la pensée dominante.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion des 50 ans de la librairie Le Phénix qui offrira le verre de l’amitié à l’issue de ces brefs exposés.

10 juin 2015

Vous vous souvenez quand Mme Pécresse, femme de la droite décomplexée, sévissait comme ministre de l’Enseignement supérieur ? Elle fit adopter par la majorité de droite l’autonomie des universités. Aujourd’hui, Mme Vallaud-Belkacem, femme de la droite complexée, ministre de l’Education nationale, impose par décret l’autonomie des collèges.

Qu’est-ce qui se cache derrière cette volonté de donner progressivement aux établissements d’enseignement une autonomie qui, à terme, sera totale ? La capacité de les mettre en concurrence.

Ceux qui connaissent le contenu de l’Accord général sur le commerce des services, cet AGCS entré en vigueur en 1995, ceux qui s’informent sur la négociation en cours (lire le dernier numéro de la revue Manière de Voir) de l’Accord sur le Commerce des Services savent que nos gouvernements, qu’ils appartiennent à l’une ou l’autre droite, poursuivent depuis plus de 20 ans, le même but : privatiser toutes les activités de service. On trouvera sur le site de l’OMC (www.omc.org), la nomenclature des 12 secteurs et des 160 sous-secteurs qui sont visés par cette volonté de privatisation. Il y a eu d’abord les services financiers, puis l’énergie, puis les transports et ensuite bien d’autres activités qui concernent notre vie de tous les jours. Aujourd’hui, il s’agit de s’attaquer à des secteurs jusqu’ici quelque peu épargnés : la santé, la sécurité sociale et l’enseignement.

Lire la suite »

08 juin 2015

Intervention de l’ancien plus proche collaborateur du Commissaire européen Pascal Lamy (1983-1994) sur le traité transatlantique devant le Parlement belge, le 19 mai 2015.

A lire, sans nécessairement partager les alternatives proposées.

MNCs = entreprises multinationales

———

Trois objections au Traité transatlantique (TTIP)

Par Pierre Defraigne, Directeur exécutif du Centre Madariaga-Collège d’Europe, Directeur général honoraire à la Commission européenne[1]

Le Parlement fédéral quelque incontestable que soit son droit à la non-ratification pourrait hésiter à l’exercer, parce que cela reviendrait à prendre en otage un Traité commercial paraphé par la Commission et par les 28 gouvernements. Il faudrait pour cela de solides raisons. Ces raisons existent. Mais avant de les parcourir, trois réflexions liminaires:

  • Il ne s’agit pas ici d’une zone de libre-échange de plus, car le TTIP va bien plus loin: ses promoteurs l’ont qualifié de «marché intérieur transatlantique» (De Gucht) et d’«OTAN économique» (Clinton). Que cette intégration se fasse avec un allié stratégique ne devrait pas nous rassurer, car le risque de mainmise sur le projet européen est réel puisqu’ à la dépendance stratégique va s’ajouter la dépendance économique. L’emprise des MNCs américaines sur des pans stratégiques en devenir de l’économie européenne est encore plus préoccupante. Rappelons-nous l’alliance du pot de terre et du pot de fer de La Fontaine: le pot de fer ne voulait pas de mal au pot de terre…
  • La négociation est en effet asymétrique. Pour la première fois, l’UE négocie avec (beaucoup) plus fort qu’elle. N’en déplaise à Mrs Malmström, la supériorité démographique de l’UE est bien peu de choses en regard de sa désunion, de son retard technologique et de sa dépendance stratégique. Relevons ainsi:
    1. l’extraterritorialité de juridiction des Etats-Unis en matière de fiscalité, de sanctions attachées à l’usage du dollar, de politique de concurrence, de lutte contre la corruption sur des marchés tiers;
    2. l’unité des Etats-Unis qui contraste avec la coalition lâche de 28 EM divisés: un marché intérieur inachevé dans des secteurs stratégiques (énergie, télécom, numérique, services financiers, industries de défense) et 8 monnaies contre le dollar; prévoit-on un mécanisme de régulation du change euro et dollar?
    3. L’asymétrie est aggravée par le Partenariat transpacifique (TPP) qui dans le calendrier vient avant le TTIP et dont les résultats seront opposés à l’Europe. L’industrie européenne est confrontée au dilemme éviction/compétition avec l’Asie sur le marché US. L’Amérique a créé ce dilemme et a isolé l’Europe, qui sera ainsi la victime collatérale du containment de la Chine par l’Amérique, sans qu’elle ait rien tenté pour l’empêcher.
  • Institutionnellement, la négociation commerciale, par définition secrète, n’est pas l’outil pour créer un grand marché, pas plus d’ailleurs que la négociation entre agences de règlementation. La règlementation est la tâche du Législateur.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : ,