27 fév 2008

Cliquez sur les couvertures pour voir ces ouvrages

couverture _GMT_thumb Khieu Samphan et les Khmers rouges 30 ans depuis Pol Pot
Europe : La trahison des élites Menaces sur la civilisation du vin Quelle Europe après le NON ?

Si vous voulez recevoir automatiquement ce
qui est arrivé de neuf sur le blogue, il suffit de s’abonner par email

\\ Mots Clés :

26 jan 2015

Le patronat, dans tous les pays qui ont connu des luttes et des conquêtes sociales, et avec lui, bien entendu, la droite, mais aussi la social-démocratie, tous invoquent en toutes circonstances la nécessité de « réformes structurelles». Et, avec eux, la plupart des journalistes qui ne sont pas au service du devoir d’informer mais qui sont devenus les acteurs quotidiens de la mise en condition des peuples, les chiens de garde d’un système qui accroît les inégalités, génère de la pauvreté.

Ce qui se cache derrière cette formule, c’est tout simplement la volonté de détruire les acquis démocratiques et sociaux qui furent le résultat de dizaines d’années de luttes quand ceux qui se réclamaient du socialisme se battaient pour cet idéal.

Lire la suite »

26 jan 2015

Athènes, 500 ans avant notre ère, nous a offert un embryon de démocratie. 2500 plus tard, la majorité du peuple grec, une nouvelle fois, montre le chemin. Depuis plus de cinq ans, le peuple grec souffre et se révolte. Dans l’indifférence et le mépris des médias dominants, avec la complicité active de la social-démocratie vendue aux thèses patronales. A tous les résignés, à tous les sceptiques, à tous les déçus de ces PS qui ont renié le socialisme, avec Syriza, le peuple grec nous dit : une révolution citoyenne est possible. Ne subissons plus. Résistons.

22 jan 2015

Bruxelles, comme chacun le sait, est non seulement la capitale de la Belgique, mais aussi le siège de la Commission européenne et du Conseil européen.

Comme Paris, la Ville de Bruxelles est dotée d’une assemblée élue devant laquelle est responsable un exécutif (appelé Collège) présidé par le Bourgmestre (= le Maire). C’est sur proposition de ce Collège qu’une motion relative au grand marché transatlantique (désigné par son acronyme officiel anglais TTIP) a été soumise au Conseil.

Il n’est pas inutile de rappeler que cette motion a été adoptée à l’unanimité moins une abstention. Voici la copie du procès-verbal relatif à ce point de l’ordre du jour de la réunion du Conseil communal de la Ville de Bruxelles.

VILLE DE BRUXELLES . STAD BRUSSEL

Organisation .  Organisatie

Service juridique et Secrétariat des Assemblées . Juridische Dienst en Secretariaat van de Vergaderingen

Secrétariat des Assemblées .  Secretariaat van de Vergaderingen

Réf. Farde e-Assemblées : 1886301

N° OJ : 97

N° PV : 129

Arrêté – Conseil du 08/09/2014

Présents – Zijn aanwezig :dhr. MAYEUR, Bourgmestre-Président; Burgemeester-Voorzitter; M. dhr. COURTOIS, Mme mevr. HARICHE, Mme mevr. LEMESRE, Mme mevr. LALIEUX, M. dhr. CLOSE, M. dhr. OURIAGHLI, Mme mevr. AMPE, M. dhr.EL KTIBI, M. dhr. COOMANS de BRACHENE, Mme mevr. PERSOONS, Echevins; Schepenen; M. dhr. EL HAMMOUDI, Mme mevr. ABID, M. dhr. BOUKANTAR, M. dhr. NIMEGEERS, M. dhr. OBERWOITS, M. dhr.MAINGAIN, M. dhr. TEMIZ, M. dhr. FASSI-FIHRI, Mme mevr. RIES, Mme mevr. MEJBAR, M. dhr. SMET, Mme mevr. JELLAB, Mme mevr. LEMAITRE, M. dhr. AMAND, Mme mevr. VIVIER, M. dhr. DHONDT, Mme mevr.OVERLOOP, M. dhr. WEYTSMAN, M. dhr. ZIAN, Mme mevr. DERBAKI SBAI, M. dhr. EL HAMROUNI, M. dhr.WAUTERS, M. dhr. DE BACKER, Mme mevr. MAATI, Mme mevr. BARZIN, Mme mevr. TEMMERMAN, Mme mevr. ABBAD, M. dhr. FRANÇOIS, Mme mevr. PERAITA, Conseillers communaux; Gemeenteraadsleden;

dhr. SYMOENS, Secrétaire de la Ville; Stadssecretaris.

Objet: Motion proposée par le Collège.

Le Conseil communal, réuni en séance publique le 8 septembre 2014,

Motion concernant le projet de Partenariat transatlantique sur le Commerce et l’Investissement entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique (TTIP) et ses conséquences sur les entités locale.

Le 14 juin 2013, les 27 gouvernements de l’Union européenne, dont la Belgique, ont entériné le mandat donné à la Commission européenne pour négocier un accord de libre-échange avec les États-Unis. Selon la Commission européenne, le TTIP est conçu pour stimuler la croissance et créer des emplois.

Ce mandat vise à créer un vaste marché transatlantique libéralisé en supprimant un maximum d’obstacles au commerce et en « harmonisant » les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique et ce pour faciliter l’achat et la vente de biens et de services entre l’Union Européenne et les Etats-Unis.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : ,

16 jan 2015

Voici la contribution écrite par Jean-Luc Mélenchon sur le « Droit au blasphème » dans le « Dictionnaire de la laïcité » publié chez Armand Collin. Il rappelle qu’en République, le blasphème n’existe pas.

Un blasphème est un discours jugé insultant à l’égard de ce qui est vénéré par les religions ou de ce qu’elles considèrent comme sacré. Mais « le blasphème n’est scandaleux qu’aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée » a dit Pierre Bayle au XVIIème siècle. Aucune loi n’institue un espace sacré dont le contenu serait placé hors du champ de la loi librement débattue. Il n’y a donc pas de blasphème « objectif ». La notion de blasphème étant strictement religieuse, il existe du point de vue d’une société laïque une liberté de pensée et d’expression qui ne reconnait pas la limite de l’espace imaginaire déclaré comme sacré par les religions. Il n’y a donc pas de droit au blasphème puisque le blasphème n’a aucune réalité ni dans l’ordre de faits observables ni dans l’ordre juridique. Le « droit au blasphème » est donc aussi total que celui d’injurier le Père Noël.

Pourtant, les religions monothéistes ont réussi à imposer la condamnation du blasphème comme une norme. On trouve la condamnation à mort du blasphème dans les textes fondamentaux du Judaïsme, Christianisme et Islam.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

07 jan 2015

Aujourd’hui, en France, des esprits libres sont morts, tués par des fanatiques de l’obscurantisme religieux. Ils avaient eu le courage, malgré les menaces, malgré les précédents, de continuer à affirmer le droit à l’irrespect de ce qu’on appelle les convenances. Ils le paient aujourd’hui de leur vie. Ce qui a été ciblé, c’est cette liberté d’expression refusée par les intégrismes religieux, quels qu’ils soient, c’est la laïcité. Et si la violence physique, armée, a frappé aujourd’hui, une violence verbale et haineuse s’exprimait il n’y a pas longtemps sur les Champs Elysées. C’est le même terreau dans lequel prennent racine les aboyeurs d’hier et les tueurs d’aujourd’hui. Répondre à la haine par une haine plus grande encore serait signer la victoire de la haine. Ce qui ne veut pas dire pardon et oubli. Jamais. Mais il faut raison garder. Et éviter les amalgames faciles, impulsifs, démagogiques. Il en fleurit sur les réseaux sociaux, signe manifeste de la maladie de notre France. Un sursaut républicain s’impose. Il doit venir du peuple. Mais il doit venir aussi de cette classe politique qui est pour beaucoup dans la dégradation de l’éthique républicaine.
rmj

\\ Mots Clés : ,

17 déc 2014

Le 23 novembre dernier, l’Assemblée nationale a adopté une Résolution dont l’importance ne peut échapper aux citoyennes et aux citoyens qui, en France, mais aussi dans un grand nombre de pays d’Europe, sont opposés à l’accord avec le Canada (CETA selon l’acronyme anglais) comme à l’accord avec les USA (TTIP selon l’acronyme anglais, mieux connu sous les sigles GMT ou TAFTA), comme à d’autres documents du même genre (la négociation sur les services – ACS ou TISA- ou les Accords de partenariat économique avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique – APEs). Car, ce que l’Assemblée nationale vient d’affirmer pour l’accord négocié avec le Canada vaut pour tous ces autres accords négociés dans le secret, sans mandat des peuples ou de leurs représentants.

Dans ce document accessible sur la toile (http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0428.asp ), la représentation nationale française s’exprime sur 5 points essentiels : Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

11 déc 2014

Par Yannis Youlountas

membre de l’assemblée d’occupation de l’Ecole Polytechnique à Athènes

Six ans après le mois de décembre 2008, l’atmosphère est à nouveau insurrectionnelle à Athènes et ailleurs en Grèce. Tous les ingrédients sont réunis pour faire du mois de décembre 2014, peut-être, un grand moment historique. Jusqu’à quel point et à quelles conditions ?

Depuis la fin du mois de novembre, les manifestations, émeutes, actions ciblées et occupations se multiplient un peu partout en Grèce (dans le silence total des medias européens, plus que jamais des merdias à boycotter ou à bloquer et occuper). La cause principale est la situation du jeune prisonnier anarchiste de 21 ans, Nikos Romanos, qui est devenu un symbole de toutes les violences actuellement subies par la population, mais aussi du profond désir de lutter, quelle que soit la forme, et de refuser la torpeur et la résignation. Lire la suite »