10 Déc 2014

Par Michel Warschawski,

Propos recueillis par Claude B., NPA, le 8 décembre 2014

http://www.npa2009.org/idees/boycottez-nous

Entretien. Infatigable militant anticolonialiste,directeur du centre d’information alternative à Jérusalem, Michel Warchawski était de passage à Toulouse pour une réunion-débat organisée dans le cadre des rencontres Euro-méditerrannée. Il a bien voulu répondre à nos questions.

Quel bilan tires-tu de l’intervention à Gaza ?

Cette agression, présentée à tort comme une guerre, est un échec pour le gouvernement israélien. Son objectif inavoué, mettre en échec le processus de réconciliation entre le Hamas et l’Autorité palestinienne (AP), n’a pas abouti. Car ne nous y trompons pas, ce n’est pas Gaza et la résistance qui étaient visés, c’était Mahmoud Abbas ! Lire la suite »

11 Jan 2014

Les propos de François Hollande suite à la mort d’Ariel Sharon sont conformes au parti-pris du PS en faveur des politiques menées par le gouvernement d’Israël. Les commentaires d’un grand nombre de médias gomment bien entendu ce qui fut pourtant la réalité de la vie de cet homme qui aurait dû être jugé pour crimes contre l’humanité. Mais qui, comme tout Isrélien responsable de ce crime de masse, bénéficie scandaleusement de l’impunité la plus totale et de la complaisance d’un très grand nombre de journalistes.

C’est bien pour échapper à la Justice et protéger Sharon que les USA et Israël ont exercé des pressions intenses sur la Belgique afin qu’elle vide de son sens sa loi dite de compétence universelle qui aurait permis à des survivants des massacres de Sabra et Chatila d’obtenir justice devant les tribunaux belges. C’est bien pour que les crimes commis par l’armée israélienne au Liban et dans les territoires palestiniens occupés échappent à toute justice que les USA ont exigé que la Cour Pénale Internationale ne puisse être compétente que pour des faits commis après sa création alors que le droit pénal international consacre l’imprescriptibilité des crimes de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Des USA qui, comme Israël, ont finalement refusé de ratifier le traité créant la CPI.

Voici la biographie de la vie de Sharon telle que je l’ai résumée en 2002 dans un document qui aurait du servir au procès de Bruxelles si les autorités belges n’avaient pas cédé aux USA et à Israël. J’avais entre 1999 et 2002, effectué une enquête approfondie sur les massacres de Sabra et Chatila, y compris en me rendant à plusieurs reprises au Liban. Le 18 juin 2001, à Bruxelles, 23 personnes ont déposé plainte avec constitution de partie civile en application de la législation belge relative à la répression des violations graves du droit international humanitaire du chef de : actes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes portant atteinte aux personnes et aux biens protégés par les conventions de Genève signées à Genève le 12 août 1949. Les plaignants se sont constitués parties civiles contre MM. Ariel Sharon, Amos Yaron et autres responsables israéliens et libanais des massacres, tueries, viols et disparitions de populations civiles qui ont eu lieu à Beyrouth, du jeudi 16 au samedi 18 septembre 1982 dans la région des camps de Sabra et Chatila. Il n’y a pas eu de suite.

04 Oct 2013

http://www.france-palestine.org/Georges-Ibrahim-Abdallah-doit-etre

Georges Ibrahim Abdallah entamera le 24 octobre sa 30ème année dans les prisons fran­çaises.  Empri­sonné depuis 1984, il a été condamné à la réclusion à per­pé­tuité en 1987, à la suite d’une mani­pu­lation des ser­vices français l’impliquant pour son enga­gement au sein des Forces Armées Révo­lu­tion­naires Liba­naises dans des faits pos­té­rieurs à sa détention.

Ayant effectué la totalité de sa peine de sûreté, il est libérable depuis 1999.

Après plu­sieurs rejets de ses demandes de libé­ration, il a obtenu le 21 novembre 2012 un avis favo­rable à sa demande de libé­ration, assorti d’une interdiction de séjour sur le territoire français. Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, malgré la demande du Premier ministre libanais, s’est refusé à signer l’arrêté d’expulsion, empê­chant déli­bé­rément sa libération.

Les autorités françaises se sont ainsi une nouvelle fois soumises aux injonctions américano- israéliennes.

L’AFPS dénonce l’acharnement dont Georges Ibrahim Abdallah est victime.

Elle appelle au ras­sem­blement de soutien qui se tiendra à Lannemezan le 26 octobre pro­chain. (voir http://www.france-palestine.org/Rassemblement-pour-la-liberation,22272)

Georges Ibrahim Abdallah ne peut être indéfiniment maintenu en prison. Il doit être libéré sans délai ni conditions !

AFPS

08 Avr 2013

Un texte de Pierre Stambul (Union juive française pour la paix – UJFP)

Des officines zélées (CRIF, BNVCA* …) ont pris l’habitude de dégainer instantanément pour faire taire toute critique de la politique israélienne.

Une propagande bien rodée

Vous vous réclamez du droit international, vous revendiquez l’égalité des droits pour les Palestiniens? Vous êtes antisémites.

Vous dénoncez l’occupation et la colonisation ? Vous êtes antisémites.

Vous n’acceptez pas l’expulsion du peuple palestinien de son propre pays en 1948-49 et vous êtes pour le droit au retour des réfugiés palestiniens ? Vous voulez « jeter les Juifs à la mer » et vous êtes antisémites.

Le tribunal Russell sur la Palestine utilise les mots justes pour qualifier ce qui est à l’œuvre : apartheid, sociocide … ? Ce tribunal est bien sûr antisémite.

Sur le modèle de ce qui s’est fait en Afrique du Sud, 172 associations de la société civile palestinienne lancent un appel mondial au BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) de l’État d’Israël ? Les Palestiniens veulent bien sûr « achever l’œuvre des Nazis ». D’ailleurs « Arafat était un nouvel Hitler». Et ceux qui pratiquent le BDS sont des antisémites.

Des personnalités juives françaises critiquent publiquement la politique israélienne ? On les traîne dans la boue. On fait un procès à Edgar Morin qui fut un grand résistant. On récuse la judéité et les combats dans la résistance de Stéphane Hessel et on proclame qu’il fut « un maître à ne pas penser » (lire Prasquier, président du CRIF). On orchestre une campagne de diffamation contre Charles Enderlin accusé d’avoir « bidonné » un reportage sur l’assassinat de Mohamed al-Durah. Tous ces Juifs critiques sont des « traîtres  ayant la haine de soi », voire des Juifs nazis.

Lire la suite »

29 Mar 2013

AFPS, vendredi 29 mars 2013

Le point de presse du quai d’Orsay, du 25 Mars 2013, a abordé les travaux de la 22ème session du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies qui vient de se clore le 22 Mars.

Le porte-​​parole s’est félicité de l’adoption de plu­sieurs réso­lu­tions sur la Syrie, l’Iran, le Mali, la Corée du Nord… mais, très curieu­sement, il a fait l’impasse sur celles visant la Palestine et Israël. Alors que 6 des 15 réso­lu­tions adoptées à l’issue de votes par le Conseil concer­naient cette question.

Les six réso­lu­tions abordent dif­fé­rents aspects des droits de l’Homme et sou­lignent leur vio­lation sys­té­ma­tique par Israël.

Lire la suite »

25 Fév 2013

Communiqué LDH

Paris, le 25 février 2013

Libérable depuis 1999, Georges Ibrahim Abdallah est entré dans sa 29ème année de détention.

Le 19 novembre 2003, la Cour d’Appel de Pau avait déjà ordonnée cette libération conditionnelle qui avait été infirmée sur appel du Parquet le 16 janvier 2004. Condamné en 1984 pour détention de faux papiers, il est renvoyé devant les tribunaux spéciaux en 1987 pour complicité dans les attentats des FARL et est condamné à la prison à perpétuité.
Après huit demandes de libération successives, sa demande de libération a reçu un avis favorable en janvier du tribunal d’application des peines sous réserve d’expulsion du territoire. Le ministère de l’Intérieur n’ayant pas émis de titre d’expulsion, le tribunal d’application des peines (TAP) a ajourné sa décision par trois fois.
Le 28 février, le TAP doit se pencher à nouveau sur l’examen de la demande de libération. Cette demande doit recevoir un avis favorable. Georges Ibrahim Abdallah a accompli sa peine.
La Ligue des droits de l’Homme considère que rien ne justifie aujourd’hui son maintien en détention,  et qu’un nouveau refus ne pourrait être considéré que comme un acte arbitraire.

09 Nov 2012

Depuis décembre 2011, Alima BOUMEDIENE THIERY a déposé sa demande d’inscription au barreau des avocats du Val d’Oise. Celle-ci lui est refusée malgré ses diplômes universitaires (Deug, Licences, Maîtrises, DEA et DESS, doctorat), sa formation de juriste et son expérience de 12 ans de parlementaire tant au Parlement Européen qu’au Sénat.

Que lui reproche le Conseil de l’Ordre des avocats du Val d’Oise pour lui opposer ce refus ?

Le Mémoire déposé par le Bâtonnier représentant l’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise ne remet pas en cause les conditions juridiques nécessaires à son inscription.

Néanmoins il indique que l’intéressée  « exerce un militantisme efficace dans le cadre des ses activités politiques lequel apparaît contraire à l’honneur, à la probité, aux bonnes mœurs… et aux respects des principes essentiels de dignité et de modération… ».

Les actions pacifiques de boycott sont qualifiées « d’opérations de commando… invitant les clients à boycotter tous les produits venant d’Israël au nom de l’anti-sionisme ». L’appel au boycott des produits venant d’Israël est invoqué comme une incitation à la discrimination. Il convient de noter l’utilisation du terme « commando » par le Conseil de l’Ordre !!!

Lire la suite »