29 Fév 2012

Suite à la demande de plusieurs participants, voici le texte de l’exposé que j’ai présenté le 28 février à Macon à l’invitation du Collectif local pour un audit citoyen de la dette publique

a)   oui à l’union des peuples d’Europe, non à une entreprise de démantèlement de la démocratie et des politiques de solidarité.

La manière dont les institutions européennes traitent les peuples d’Europe suscite un rejet grandissant de l’idée même d’intégration européenne. Il me paraît dès lors important de préciser le sens de ma démarche. Je suis de ceux qui critiquent fortement les orientations prises, dès 1957, par le processus d’intégration des Etats – et donc des peuples – de l’Europe : négation du primat de la souveraineté populaire, recul des exigences démocratiques, démantèlement des politiques de solidarité et de justice sociale.

Ces critiques, je les partage avec d’autres. Mais ce que je ne partage pas avec certains, je tiens à le souligner d’emblée, c’est l’abandon du projet d’union des peuples d’Europe. Quelle que soit la radicalité des critiques que justifie aujourd’hui la manière dont on nous impose un modèle de construction européenne, je refuse d’en tirer la conclusion qu’il y aurait une incompatibilité entre l’existence de nations et la fédération de ces nations. Il n’y a pas à mes yeux d’incompatibilité entre l’exercice de la souveraineté populaire au niveau national et au niveau européen, comme il n’y en a pas entre le niveau local et le niveau national.

Ce n’est pas parce qu’une manière de construire l’Europe a été dévoyée par le patronat et les tenants du libéralisme économique le plus débridé qu’il faut abandonner le projet européen.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , ,

13 Juil 2011

Je dispose enfin d’un peu de temps pour fournir mes commentaires aux multiples opinions qui ont suivi mon texte de présentation. Je ne reviendrai pas sur la forme sentencieuse et parfois grossière de certaines réactions.  De tels échanges sont cependant très révélateurs des difficultés qu’on rencontre, en France, pour conduire un débat dans la sérénité et le respect des interlocuteurs. Le désir légitime de convaincre ne peut faire oublier que nous ne sommes détenteurs que d’opinions et non de vérités absolues.

Je ne prétends pas répondre à la centaine de pages que représentent les commentaires à mon texte initial. Je reprendrai ici quelques arguments qui m’ont été opposés. Sans répéter ce que j’ai déjà écrit à la fois dans le texte de présentation et dans mes réponses précédentes. Je postule que l’honnêteté intellectuelle de mes contradicteurs les conduira naturellement à se souvenir de mes objections et de mes propositions.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

25 Juin 2011

Il m’est impossible, pour des raisons professionnelles, de trouver, avant la fin de la semaine prochaine, le temps d’exprimer  mes opinions suite aux opinions formulées sur le sujet. Mais je suis heureux de présenter les réactions d’André Bellon.

La démocratie n’est plus aujourd’hui qu’une caricature. La disparition de toute souveraineté populaire éloigne les citoyens de la vie politique. Considérant de plus en plus leurs représentant théoriques comme illégitimes, les citoyens s’en détournent en même temps qu’ils se détournent des élections.

Rien d’étonnant donc à ce que la moindre critique de la vie politique et des élus rencontre un écho. Mais la voie est étroite entre la critique d’une vie politique fossilisée, hostile à son propre peuple, méprisante envers les citoyens et la remise en cause de la démocratie elle-même. Certains n’hésitent pas à franchir cet espace consistant non pas à critiquer le dévoiement du suffrage universel, mais le suffrage universel lui-même.

Tel est le cas des tenants du tirage au sort, nouvelle lune censée donner satisfaction aussi bien aux déçus du suffrage universel aujourd’hui qu’à ses adversaires déclarés.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , ,

13 Juin 2011

Bonjour tout le monde. Je me réjouis des nombreux commentaires suscités par un papier qui n’avait pas la prétention de proposer un nouveau systéme politique, mais seulement de préférer au tirage au sort présenté comme une panacée quelques pistes pour réformer la pratique d’un suffrage universel dévoyé en France comme ailleurs. Alors qu’aujourd’hui encore, des peuples se battent pour l’obtenir.  Avant d’envisager le fond du sujet, quatre remarques.

La première : j’entends cet échange comme un débat républicain. C’est-à-dire un partage d’idées qui exclut toute forme d’argument ad hominem et encore moins l’usage de qualificatifs à l’égard des porteurs de ces idées. Le procédé qui consiste à caricaturer voire à discréditer une personne parce qu’on manque d’arguments pour contrer ses idées m’est odieux. Il disqualifie du débat celui qui l’utilise. Et je postule la bonne foi de la plupart des intervenants, à commencer par mon ami Etienne Chouard qui se piège lui-même en personnalisant trop un débat qui doit rester ce qu’il convient qu’il soit : un échange de propositions et d’arguments entre gens de bonne volonté.

La deuxième : l’usage des citations. Certes, il peut appuyer un raisonnement en ajoutant à celui-ci l’autorité d’un auteur allant dans le même sens dans toute son oeuvre si ce n’est dans son action publique. Mais on a assisté à un déluge de citations dont la pertinence s’érode dans la mesure où elles sont sorties du contexte à la fois de l’écrit dont elles sont extraites et de l’action historique de leur auteur. Ainsi utilisées, les citations ne prouvent plus rien, sauf la culture de celui qui les reproduit.

La troisième : contrairement au procès que me font certains – mais manifestement d’aucuns ne peuvent s’empêcher de s’ériger en procureurs voire en inquisiteurs – il n’y a pas, chez moi de démarche assimilable à celle d’un croyant. Toute ma pensée est a-dogmatique. Les systèmes conçus par les humains – tous les systèmes, politiques, philosophiques, religieux,  judiciaires, etc. – ne méritent pas, à mes yeux, un acte de foi. Oeuvres humaines, ils doivent être considérées pour ce qu’ils sont : critiquables et perfectibles. Loin de moi l’idée que réfléchir à un meilleur système démocratique s’inscrit dans une démarche dogmatique. Je ne sacralise rien. Que du contraire, je considère que, dans une telle recherche, l’échange d’arguments contradictoires est indispensable, car personne ne détient une vérité qui n’existe pas. A mon estime, il importe également de garder à l’esprit l’imperfection de la nature humaine et ne pas sombrer dans l’angélisme qui consisterait à penser qu’un système quelconque, quel qu’il soit, pourrait la corriger. Seul un système totalitaire, qu’il invoque le primat du prolétariat ou la supériorité d’une race ou d’une élite, peut faire fi de cette imperfection. La société humaine est complexe. Et, sauf à lui faire violence, les institutions qu’elle génère reflètent inévitablement cette complexité.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , ,

06 Juin 2011

A la demande d’André Bellon, l’animateur de l’association « Pour une Constituante », j’ai rédigé une réflexion sur la question de la représentation et ma réaction à la proposition avancée ici et là de procéder au choix des représentants par tirage au sort.

Voici le début de ce papier qu’on trouvera également sur le site de cette association :

La démocratie représentative postule la désignation de représentants. Une longue lutte populaire, qui prit les allures d’un véritable combat de classes, a conduit à l’instauration du suffrage universel comme mode de désignation des représentants. Aujourd’hui, cette manière de choisir les représentants du peuple est instituée comme un critère incontournable pour juger du caractère démocratique d’un système politique. Mais le principe un citoyen-une voix, qui devait assurer que la majorité du peuple, celle qui ne vit que de son labeur, se retrouve majoritaire dans les enceintes élues, a été détourné à la fois par des techniques électorales et par un dévoiement de la représentation. De telle sorte qu’aujourd’hui, et l’abstention le confirme, un grand nombre de représentés ne se sentent plus représentés par leurs représentants. Pour beaucoup, la formule par laquelle Abraham Lincoln définissait la démocratie – le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple – est plus que jamais éloignée de la réalité.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , ,

31 Mai 2011

Tel est le titre du nouvel essai d’Hervé Kempf, journaliste au Monde. En 2007, il nous avait donné « Comment les riches détruisent la planète« , puis en 2009 « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » (au Seuil).

Voici maintenant un ouvrage qui s’attache à démontrer que le régime que les élites nous imposent n’est plus une démocratie, mais bien une oligarchie. C’est-à-dire le gouvernement par un petit nombre qui se désignent comme les meilleurs. Les meilleurs pour qui ? Pour les plus riches. Même si tout concourt à nous entretenir dans l’illusion de la démocratie, nous ne sommes plus en démocratie. Et l’auteur appuie son affirmation par une démonstration impressionnante , angoissante même tant le paysage qu’il nous fait découvrir dépasse et de loin ce qu’on pouvait raisonnablement percevoir : un monde où domine une petite classe de puissants qui discutent entre pairs et imposent ensuite leurs décisions à l’ensemble des citoyens.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , ,

20 Mai 2011

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de l’Association pour une Constituante. ( www.pouruneconstituante.fr )

20/05/11

La roche Tarpéienne est proche du Capitole ; la maxime trouve, ces jours-ci, une nouvelle jeunesse. Bien sûr du fait des ennuis de Dominique Strauss Kahn, mais surtout car cette affaire révèle le caractère archaïque de nos institutions.

Une démocratie permet d’exprimer la solidarité envers un homme, d’exiger le respect de la justice ; elle ne peut sombrer dans la panique du fait des ennuis d’une personne. C’est pourtant ce qui se passe depuis que DSK a été arrêté à New York. En fait, l’événement met le monde politique français face à sa propre image, devant sa propre inadaptation aux enjeux.

Depuis l’arrestation du favori des sondages, c’est l’affolement. Le PS, qui explique habituellement que l’essentiel est le programme, se retrouve bien démuni en l’absence de son seigneur putatif. L’UMP reprend en revanche espoir, même si la disparition du vainqueur présumé n’empêche pas son candidat d’être aussi mauvais qu’avant. Mais le jeu est ainsi fait qu’il y aura un gagnant et que, si ce n’est pas l’un, c’est l’autre. Quant aux partis dits petits, ils ne peuvent que supputer leurs chances de gagner quelques points dans ce nouveau contexte.

Et les citoyens dans tout ça ? Ils deviennent au mieux (télé)spectateurs de leur propre avenir. Et lorsqu’ils expriment leur désaveu devant un pouvoir qui leur est de plus en plus étranger, ne voit-on pas les principaux porte-parole du monde politique se présenter comme à nouveau porteurs de la solution ?

Comment appeler Démocratie un système où s’affrontent des équipes en recherche de l’homme providentiel à qui on confira sans contrôle les clefs du pouvoir ? Comment dénommer République une organisation tellement personnalisée que les partis politiques s’agenouillent et demandent aux électeurs de s’agenouiller devant le résultat de sondages plus que discutables, souvent d’ailleurs trafiqués par leurs propres adversaires ? Comment encore parler de citoyenneté lorsque les médias décident qui est populaire ou pas, au mépris de toute évidence et surtout de toute vérification par les urnes, à tel point que certains imaginent déjà les moyens de s’en passer : tirage au sort, jugement dit majoritaire évoqué par Terra Nova,…

Dans un tel contexte, un boulevard s’ouvre à l’extrême droite. La diaboliser ne sert à rien. Il faut, avant tout, répondre aux revendications du peuple, au besoin qu’ont les citoyens de retrouver leur rôle politique normal en démocratie.

Si nous défendons le principe d’une Assemblée Constituante, c’est justement parce qu’elle est, dans ce contexte, la voie de sortie démocratique, rassembleuse et pacifique face à la profonde crise institutionnelle qui s’approfondit jour après jour.

 

\\ Mots Clés : , , , ,