13 Juil 2011

Un débat fait rage au Cambodge. Il concerne l’ampleur des poursuites auxquelles devraient procéder les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC), cette juridiction conjointe entre l’ONU et la Justice cambodgienne. De nombreuses ONG, cambodgiennes mais surtout occidentales, accusent le gouvernement de faire pression sur les CETC pour qu’elles n’aillent pas au-delà des poursuites engagées contre les personnes qui font l’objet des dossiers 001 (Duch) et 002 (Khieu Samphan, Nuon Chea, Ieng Sary, Khieu Thirith). Le Premier ministre, M. Hun Sen, s’est en effet déclaré hostile à toute extension des poursuites. Ce débat se développe dans la presse locale, surtout celle qui est publiée en anglais et en khmer par des ressortissants étrangers, mais également au sein des CETC elles-mêmes, puisque les deux magistrats instructeurs (l’Allemand et le Cambodgien), accusés d’obéir au gouvernement, s’opposent au procureur britannique qui les a accusés publiquement de ne pas avoir poussé leurs investigations de manière appropriée.

J’entends remettre ce débat dans une perspective historique qui semble échapper, volontairement ou non, à pas mal de journalistes occidentaux. Entendons-nous d’abord sur les termes. La Justice, celle que les humains mettent en oeuvre dans les cours et tribunaux, veille au respect et à l’application de la loi. Elle est matière à débats et interprétations. Elle tend à traiter tous les justiciables sous le même regard. On connaît ses limites et ses faiblesses, qu’il s’agisse de pratiquer le droit continental ou la common law. L’équité est une exigence morale qui appelle un exercice de la Justice impartial, honnête et égal pour tous, en excluant toute forme d’arbitraire tant dans le choix des personnes poursuivies que dans celui des sanctions appliquées. Quant à la pacification, il ne s’agit pas, bien entendu, de la paix des prisons et des cimetières imposée par le vainqueur, mais de la réintégration négociée dans une société rassemblée des composantes jusque-là en conflit. C’est avec un tel entendement de ces trois termes que je m’exprimerai sur cette question délicate et très controversée du nombre d’anciens responsables du Kampuchea démocratique qui devraient faire l’objet de poursuites.

Au préalable, je voudrais quand même rappeler, tant la mémoire semble courte ou sélective, que ceux qui, aujourd’hui, réclament des poursuites à l’égard de personnes en dehors des dossiers 001 et 002, sont presque toujours les mêmes qui, en 1991-1993, réclamaient à grands cris le respect des Accords de paix signés à Paris il y a bientôt vingt ans. Or, s’agissant des Khmers rouges, ces Accords étaient muets sur les génocides, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis par le Kampuchea démocratique. Ces termes-là étaient absents des textes. Bien pire, ceux-ci organisaient la réintégration complète et une amnistie de facto de tous les dirigeants et cadres de ce régime. Si les Khmers rouges ne s’étaient pas retirés eux-mêmes du processus prévu par les Accords, ils auraient pu participer aux élections de 1993 et leurs chefs historiques auraient pu être élus. Il n’y aurait jamais eu de procès.  C’était la volonté de la coalition sino-occidentale qui a dicté des Accords de paix qui, il faut en convenir, n’ont pas apporté la paix.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , ,

14 Déc 2010

(intervention au colloque organisé sur le génocide cambodgien à l’Université Paris 8, du 9 au 11 décembre)

Il est fréquent de lire, sous des plumes occidentales, qu’il est bien tard, trente ans après les faits, pour juger aujourd’hui les responsables de ce que Pierre Vidal-Naquet a appelé « le troisième génocide du 20e siècle.»1 Et d’en attribuer tout aussitôt la responsabilité aux seuls Cambodgiens et en particulier aux dirigeants dont certains furent eux-mêmes des Khmers rouges.

C’est aller un peu vite en besogne et prendre de grandes libertés avec les faits. Si, au regard d’une tragédie d’une ampleur exceptionnelle, l’impunité de ses responsables fut exceptionnellement longue, cela s’explique en premier lieu par les choix géopolitiques des Occidentaux entre 1979 et 1991. Cela s’explique ensuite par l’échec de la mission des Nations Unies à pacifier le pays entre 1991 et 1993. Cela s’explique enfin par le temps qu’il a fallu après le départ de l’APRONUC pour arriver à la paix et à la possibilité de se saisir des dirigeants du Kampuchea Démocratique encore en vie.

Quant à assimiler tous les communistes cambodgiens à ceux qui sont entrés dans l’Histoire sous le nom infâme de « Khmers rouges », c’est procéder à un amalgame entre des femmes et des hommes qui aspiraient à des changements politiques et sociaux nécessaires et ceux dont ils ne partagaient ni les méthodes, ni les utopies meurtrières. Il est bon de rappeler, comme l’ont fait les magistrats instructeurs du procès du directeur de S21, que 75% de ses victimes étaient des communistes dont beaucoup avaient commis l’imprudence d’exprimer leur désaccord sur les moyens mis en oeuvre et sur les méthodes employées.

Mon propos, dans ce colloque, sera de relever et d’expliquer les étapes de cette longue quête d’une Justice qui, contrairement aux commentaires de certains observateurs étrangers, est attendue par l’immense majorité des survivants de cette tragédie hors du commun.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , , , ,

30 Juin 2010

Janvier 1979, l’armée vietnamienne et des milliers d’insurgés cambodgiens mettent fin au régime de Pol Pot et de ses complices. Le Cambodge est ramené à l’âge de pierre. Plus d’un quart de la population a disparu. Les forces vives du pays sont dans les charniers.
La société est traumatisée et déstructurée, les infrastructures anéanties. Une coalition avec, derrière la Chine et les États-Unis, les pays d’Asie du Sud-Est et d’Europe décrète un embargo sur le pays et décide que les seuls représentants légaux du peuple cambodgien sont ses bourreaux : les Khmers rouges. Elle reconstitue l’armée de Pol Pot. Ces choix vont affecter profondément et durablement la vie du peuple cambodgien. Dix ans plus tard, les accords de paix n’apportent pas la paix, mais permettent au Cambodge de réintégrer la communauté internationale. Il revient aux Cambodgiens de pacifier eux-mêmes le pays. La paix et la stabilité politique qui suivent permettent de donner une impulsion nouvelle à la reconstruction, à un démarrage économique et à juger quelques-uns des responsables d’une des plus grandes tragédies du XXe siècle. Ce livre raconte ces trente années. (Présentation en format PDF ici) Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , ,

25 Avr 2008

 Souvent, dans la presse occidentale, il s’écrit que le Cambodge est une dictature, que la corruption y sévit, que le système judiciaire est aux ordres des puissants, que la liberté de la presse n’existe pas. On peut lire de telles assertions dans la presse et l’édition au Cambodge même.

La présente note se propose de dresser un état des lieux aussi honnête que possible.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , , ,

28 Août 2007

 Monsieur le Rédacteur en Chef,

Le Figaro a publié, dans son édition datée du 21 août, un article intitulé « Le Far East de Phnom Penh » sous la signature de François Hauter. Voilà un bel exemple d’arrogance française et européenne et de très mauvais journalisme.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , ,