07 Mar 2012

AFPS, mercredi 7 mars 2012

M. Sarkozy a promis mardi de lancer une ini­tiative de paix au Proche-​​Orient s’il est réélu. Pour l’Association France Palestine Soli­darité (AFPS), la recon­nais­sance immé­diate par la France de l’Etat pales­tinien et son admission à l’ONU en tant qu’Etat membre de plein droit consti­tuent actuel­lement les enjeux majeurs pour qu’advienne une paix juste et durable entre Israé­liens et Palestiniens.

« Le chemin que pré­conise M. Sarkozy ne peut aboutir. En effet, les para­mètres de la solution sont connus de tous : un Etat pales­tinien dans les fron­tières de 1967 avec Jérusalem-​​Est pour capitale, et non pas le lambeau d’Etat que désire l’actuel gou­ver­nement israélien » a déclaré Jean-​​Claude Lefort, pré­sident de l’AFPS. « Si les condi­tions sont actuel­lement réunies pour lancer une ini­tiative de paix au Proche-​​Orient, on se demande pourquoi le pré­sident Sarkozy doit attendre un nouveau quin­quennat pour mettre en œuvre une telle politique. »

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

22 Jan 2012

Jusqu’il y a peu consultant en relations internationales, je continue à recevoir des informations sur certains grands dossiers du monde. Hier, j’ai pris connaissance d’une note de synthèse sur la situation militaire dans le Détroit d’Ormuz. Après avoir procédé aux recoupements d’usage lorsqu’on reçoit une information aussi sensible, je peux confirmer que cette note décrit bien ce qui se passe réellement dans cette région hyper sensible du monde.

Mais d’abord il n’est pas inutile de rappeler pourquoi il y a lieu de s’intéresser au Détroit d’Ormuz .

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , ,

16 Sep 2011

Ce jour-là, l’armée israélienne qui encerclait les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila dans Beyrouth, après avoir envahi le Liban – des camps où ne restaient que des civils depuis le départ des troupes de l’OLP, le 1 septembre – faisait entrer dans les camps des miliciens libanais des Phalanges chrétiennes.

Pendant plus de quarante-huit heures, assistés pendant la nuit par les fusées éclairantes tirées par l’armée israélienne, les miliciens armés et équipés par cette même armée, vont massacrer systématiquement environ 3.500 hommes, femmes, enfants, vieillards. Des snipers israéliens apporteront leur concours. Les corps d’une délégation de vieillards palestiniens, arborant un drapeau blanc, envoyés vers les chars israéliens qui encerclent les camps pour expliquer l’absence totale de soldats palestiniens seront retrouvés sans vie là où se trouvaient les chars…

Les auteurs de ce crime contre l’humanité et de ces violations graves des Conventions de Genève et leurs complices n’ont jamais fait l’objet des moindres poursuites. Comme d’habitude, les crimes majeurs commis par Israël ou sous son autorité bénéficient de la plus totale impunité.

Certains disent que le monde a changé le 11 septembre 2001, mais le 16 septembre 2011, 29 ans après les massacres de Sabra et Chatila, rien n’a changé pour les Palestiniens.

Raoul Marc Jennar

\\ Mots Clés : , , ,

21 Juin 2011

Compte-rendu du procès rédigé par le CAPJPO-EuroPalestine :

Vendredi 10 juin 2011.

Refusant de céder aux pressions gouvernementales, la procureure de la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris s’’en est remise à la sagesse des juges, dans le procès où Olivia Zémor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, était poursuivie pour avoir mis en ligne la vidéo d’’une action de boycott d’’Israël (BDS) conduite à Evry (Essonne) en juillet 2009. Le jugement sera rendu le 8 juillet prochain.

Comme on le sait, le réquisitoire du procureur, représentant de l’’accusation dans la salle, est un moment-clé de tout procès pénal. Dans la majorité des cas, le procureur, qui intervient vers la fin de l’’audience, s’’appuie en effet sur le dossier d’’accusation, et demande aux juges de prononcer une peine, plus ou moins importante.

Mais les procès intentés aux militants de la campagne Boycott Israël (à Perpignan, Pontoise, Mulhouse, Bobigny, etc.), alors que des appels à boycott de la Chine, du Mexique, du Canada ou encore de la Birmanie sont proposés sans problème à l’’opinion publique et aux consommateurs, n’’existent en France que par la seule volonté du lobby israélien et de son odieux chantage à l’’antisémitisme.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

10 Mar 2011
Depuis les  cellules de la prison, on peut entendre des voix parfois indignées qui parlent des droits de l’homme….Ces hommes politiques, ces gouvernements qui prétendent défendre les droits de l’homme et appliquer la justice savent-ils ce qui se passe dans les prisons de  l’occupation israélienne ? Savent-ils que plus de 8000 prisonniers sont victimes de mort lente ?

Parfois des voix s’élèvent lors de réunions au sommet, il arrive que quelqu’un parle des prisonniers politiques palestiniens mais on parle de nous comme des terroristes, des numéros sans visage alors que comme tous les êtres humains, nous sommes parfois faibles, parfois forts, nous aimons et nous détestons, nous rions, nous avons même des moments de joie ou nous pleurons aussi quand nous pensons à nos familles.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

14 Jan 2011


Communiqué publié sur Mediapart le 14 janvier à 00h55.

Nous apprenons avec stupeur la décision de Mme Canto-Sperber, la directrice  de l’Ecole Normale Supérieure, de retirer la réservation de la salle accordée pour la tenue d’une rencontre exceptionnelle avec Stéphane Hessel mardi 18 janvier. Cette conférence s’inscrivait dans la lignée de l’appel qui a reçu les signatures prestigieuses de personnalités politiques et intellectuelles de sensibilités très diverses, et de plus de 10000 citoyens. Voir et signer l’appel.

Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) revendique cette victoire de la censure, et remercie ses amis : Valérie Pécresse (ministre de l’enseignement supérieur), Bernard-Henry Lévy, Alain Finkielkraut, Claude Cohen-Tanoudji, Arielle Schwab. Tous, selon lui, seraient intervenus activement pour bâillonner Stéphane Hessel et ses prestigieux soutiens.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , ,

13 Jan 2011

En 2005, le premier ministre du Liban, Rafic Hariri, un homme d’affaires très lié à l’Arabie saoudite, est tué lors d’un attentat à Beyrouth. Immédiatement, Jacques Chirac, très proche du millionnaire libanais (dont il occupe actuellement un appartement quai Voltaire à Paris) et Georges W. Bush désignent la Syrie comme commanditaire de l’attentat et font adopter par le Conseil de Sécurité une résolution créant un tribunal spécial chargé d’identifier, de mettre en examen et de juger les auteurs et les commanditaires de cet attentat.

Cette décision a surpris de très grands spécialistes du droit pénal international. Ainsi l’article publié dans Le Monde diplomatique d’avril 2007 par trois éminents juristes, Géraud de Geouffre de La Pradelle, Antoine Korkmaz et Rafaëlle Maison, « Douteuse instrumentalisation de la justice internationale au Liban ». En effet, pour la première fois depuis la création de l’ONU, un tribunal pénal international ad hoc est créé non pas pour juger des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou des crimes de génocide. Mais d’un assassinat politique. Un assassinat comme il y en a eu, hélas, des centaines, sinon des milliers depuis 1945. Rares sont ceux qui ont connu des suites judiciaires.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , ,