16 Sep 2011

Ce jour-là, l’armée israélienne qui encerclait les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila dans Beyrouth, après avoir envahi le Liban – des camps où ne restaient que des civils depuis le départ des troupes de l’OLP, le 1 septembre – faisait entrer dans les camps des miliciens libanais des Phalanges chrétiennes.

Pendant plus de quarante-huit heures, assistés pendant la nuit par les fusées éclairantes tirées par l’armée israélienne, les miliciens armés et équipés par cette même armée, vont massacrer systématiquement environ 3.500 hommes, femmes, enfants, vieillards. Des snipers israéliens apporteront leur concours. Les corps d’une délégation de vieillards palestiniens, arborant un drapeau blanc, envoyés vers les chars israéliens qui encerclent les camps pour expliquer l’absence totale de soldats palestiniens seront retrouvés sans vie là où se trouvaient les chars…

Les auteurs de ce crime contre l’humanité et de ces violations graves des Conventions de Genève et leurs complices n’ont jamais fait l’objet des moindres poursuites. Comme d’habitude, les crimes majeurs commis par Israël ou sous son autorité bénéficient de la plus totale impunité.

Certains disent que le monde a changé le 11 septembre 2001, mais le 16 septembre 2011, 29 ans après les massacres de Sabra et Chatila, rien n’a changé pour les Palestiniens.

Raoul Marc Jennar

\\ Mots Clés : , , ,

13 Jan 2011

En 2005, le premier ministre du Liban, Rafic Hariri, un homme d’affaires très lié à l’Arabie saoudite, est tué lors d’un attentat à Beyrouth. Immédiatement, Jacques Chirac, très proche du millionnaire libanais (dont il occupe actuellement un appartement quai Voltaire à Paris) et Georges W. Bush désignent la Syrie comme commanditaire de l’attentat et font adopter par le Conseil de Sécurité une résolution créant un tribunal spécial chargé d’identifier, de mettre en examen et de juger les auteurs et les commanditaires de cet attentat.

Cette décision a surpris de très grands spécialistes du droit pénal international. Ainsi l’article publié dans Le Monde diplomatique d’avril 2007 par trois éminents juristes, Géraud de Geouffre de La Pradelle, Antoine Korkmaz et Rafaëlle Maison, « Douteuse instrumentalisation de la justice internationale au Liban ». En effet, pour la première fois depuis la création de l’ONU, un tribunal pénal international ad hoc est créé non pas pour juger des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou des crimes de génocide. Mais d’un assassinat politique. Un assassinat comme il y en a eu, hélas, des centaines, sinon des milliers depuis 1945. Rares sont ceux qui ont connu des suites judiciaires.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , ,

26 Nov 2010

Suite à l’assassinat du Premier ministre du Liban Rafic Hariri, en 2005, sous la pression de Jacques Chirac et de Georges W. Bush, le Conseil de Sécurité de l’ONU a créé un « tribunal spécial pour le Liban (TSL). »

Grande première : alors que le recours à des tribunaux pénaux internationaux était jusque-là réservé aux trois grands crimes majeurs (crime de guerre, crime contre l’humanité, génocide), pour la première fois, une juridiction pénale internationale est mise en place pour un assassinat politique. Un signe supplémentaire de l’instrumentalisation de l’ONU et du droit à des fins partisanes. Pourquoi pas un tribunal pénal international pour l’assassinat de Patrice Lumumba, celui de Ben Barka, celui d’Amilcar Cabral, trois cas dans lequel l’implication d’une puissance é trangère était patente ? Sans même citer tous les autres assassinats politiques qui, hélas, n’ont pas manqué depuis la création de l’ONU. Jamais non plus n’a été ne fut-ce qu’envisagée la création d’un tribunal pénal international pour juger la politique israélienne systématique d’assassinats ciblés à l’étranger.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

09 Mar 2010

By Jonathan Cook
08 March, 2010
Countercurrents.org

 Nazareth: An exclusive club of the world’s most developed countries is poised to admit Israel as a member even though, a confidential internal document indicates, doing so will amount to endorsing Israel’s illegal occupation of Palestinian and Syrian territories.

Israel has been told that its accession to the Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) is all but assured when the 30 member states meet in May.

But a draft OECD report concedes that Israel has breached one of the organisation’s key requirements on providing accurate and transparent data on its economic activity.

The information supplied by Israel, the report notes, includes not only the economic activity of its citizens inside its recognised borders but also Jewish settlers who live in the occupied territories of East Jerusalem, the West Bank and the Golan in violation of international law.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , ,

18 Nov 2009

Le Nouveau Parti Anticapitaliste dénonce la venue en France du criminel de guerre Moshe Yalon. Surnommé le « boucher de Qana », cet ancien chef d’Etat-major de l’armée d’occupation israélienne avait, en 1996, commandé le bombardement d’un bâtiment des Nations Unies où s’étaient réfugiés plus de 100 villageois, hommes femmes et enfants, qui furent anéantis.

C’est avec un tel individu, qui n’hésite pas à traiter le peuple Palestinien de « cancer » que Jean François Copé Président du groupe UMP et Christian Estrosi Ministre de l’Industrie s’apprêtent à faire ripailles jeudi 19 novembre lors d’un diner de soutien organisé par France Israël.

Le NPA exige, avec l’ensemble des forces progressistes qu’on interdise ce criminel de guerre de séjourner en France, et qu’il réponde au plus vite de ses crimes envers les peuples Palestiniens et Libanais.

\\ Mots Clés : , , ,

19 Jan 2009

Voici ces règles que tout le monde doit avoir à l´esprit lorsqu´il regarde le JT le soir, ou quand il lit son journal le matin. Tout deviendra simple.

Règle numéro 1 : Au Proche Orient, ce sont toujours les Arabes qui attaquent les premiers et c´est toujours Israël qui se défend. Cela s´appelle des représailles.

Règle numéro 2 : Les Arabes, Palestiniens ou Libanais, n´ont pas le droit de tuer des civils de l´autre camp. Cela s´appelle du terrorisme.

Règle numéro 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s´appelle de la légitime défense.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , ,

11 Mai 2007

 

Je remercie les organisateurs de cette rencontre de m’y avoir associé. C’est avec une émotion certaine que je m’exprime dans ce lieu de culture et d’échanges qui fut, il y a dix mois, la cible des bombes israéliennes et qui a été, signe du dynamisme du peuple libanais, remarquablement reconstruit en si peu de temps.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , , , , , , , ,