28 Oct 2018

Il devient de plus en plus manifeste que les prochaines élections européennes, en mai 2019, vont revêtir une importance exceptionnelle par rapport à ce qu’a représenté, jusqu’ici, ce scrutin.

En France, le retour à une liste nationale unique va renforcer l’enjeu national d’une élection qui va donner au peuple la première occasion de s’exprimer sur une présidence dont la politique conduit à imposer un modèle de société qui est en rupture totale avec ce qu’est la France, par une aggravation brutale des politiques néolibérales amorcées à partir de 1983.

En Europe, pour la première fois, le débat va porter sur le modèle d’union des peuples d’Europe tel qu’il s’est progressivement imposé depuis le grand tournant de l’Acte unique européen de Jacques Delors (1986) et l’adhésion totale du supranationalisme européen à un néolibéralisme qui porte en lui les germes de la destruction même de cette union.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

29 Fév 2012

Suite à la demande de plusieurs participants, voici le texte de l’exposé que j’ai présenté le 28 février à Macon à l’invitation du Collectif local pour un audit citoyen de la dette publique

a)   oui à l’union des peuples d’Europe, non à une entreprise de démantèlement de la démocratie et des politiques de solidarité.

La manière dont les institutions européennes traitent les peuples d’Europe suscite un rejet grandissant de l’idée même d’intégration européenne. Il me paraît dès lors important de préciser le sens de ma démarche. Je suis de ceux qui critiquent fortement les orientations prises, dès 1957, par le processus d’intégration des Etats – et donc des peuples – de l’Europe : négation du primat de la souveraineté populaire, recul des exigences démocratiques, démantèlement des politiques de solidarité et de justice sociale.

Ces critiques, je les partage avec d’autres. Mais ce que je ne partage pas avec certains, je tiens à le souligner d’emblée, c’est l’abandon du projet d’union des peuples d’Europe. Quelle que soit la radicalité des critiques que justifie aujourd’hui la manière dont on nous impose un modèle de construction européenne, je refuse d’en tirer la conclusion qu’il y aurait une incompatibilité entre l’existence de nations et la fédération de ces nations. Il n’y a pas à mes yeux d’incompatibilité entre l’exercice de la souveraineté populaire au niveau national et au niveau européen, comme il n’y en a pas entre le niveau local et le niveau national.

Ce n’est pas parce qu’une manière de construire l’Europe a été dévoyée par le patronat et les tenants du libéralisme économique le plus débridé qu’il faut abandonner le projet européen.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , ,

31 Jan 2012

Je récuse d’emblée toute accusation de germanophobie. Un qualificatif trop vite jeté à la figure de ceux qui n’oublient pas l’Histoire. Il y a une Allemagne que nous aimons, celle de Rosa Luxemburg, de Willy Brandt, d’Oskar Lafontaine, celle de Ludwig van Beethoven, de Bertolt Brecht, de Günther Grass, d’Hans-Magnus Enzensberger, de Jürgen Habermas. Mais il y a aussi une Allemagne de droite qui, aujourd’hui comme hier, porte en elle la conviction de la supériorité de l’Allemagne et du modèle allemand, quel qu’il soit.

Comme je l’ai écrit à de multiples reprises, je désire plus que tout la paix et l’union entre les peuples d’Europe. Le rêve des Etats-Unis d’Europe de Victor Hugo est le mien.

Mais je réclame le droit de dénoncer les dérives de ce qui s’appelle erronément la « construction européenne » comme je l’ai fait dans mes livres et articles et lors des dizaines de conférences que j’ai présentées depuis 2004.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , ,

09 Mar 2010

Je sais. On va m’objecter que s’il n’y avait pas Frèche, on serait dans une situation identique à celle de la majorité des régions : un PCF irréductiblement lié au PS et à ses politiques néolibérales. Mais il y a Frèche et ce personnage crée une situation inédite.

Cette situation débouche sur la création ardue certes, mais réelle, de la liste de rassemblement « A gauche maintenant », dont on sait que si elle est en capacité, elle s’accordera avec la liste EE pour le 2e tour.

La perspective d’un rassemblement d’où pourrait sortir un projet écosocialiste en LR est à notre portée. Le réussir aura valeur de démonstration.

Démonstration d’une vieille évidence trop souvent oubliée : l’union fait la force.

Démonstration aux militants du NPA que les leçons des européennes ont été retenues et qu’on peut faire plus et mieux avec d’autres que seuls.

Démonstration aux militants du PCF qu’il y a un avenir en dehors de l’allégeance au PS.

Démonstration aux militants du PG que le Front de Gauche ne peut être qu’une étape.

Démonstration aux écologistes que c’est seulement avec les anticapitalistes qu’on peut avancer vers d’autres rapports à la nature.

Démonstration aux décroissants qu’il n’y a aucune incompatibilité à défendre l’emploi tout en avançant vers d’autres manières de vivre ensemble et de produire.

Il reste encore quelques jours pour convaincre. Pour atteindre ces 10% qui feront basculer le cours des choses. Pour changer la donne en Languedoc-Roussillon. Pour envoyer aux autres régions de France ce message qu’unis, nous pouvons de nouveau espérer.

\\ Mots Clés : , , , , , , , , ,

13 Jan 2008

traite_de_lisbonne.jpgLibéraux de droite comme de gauche, UMP, Modem et direction du PS, relayés par la presse patronale (Le Monde, Libé, Le Figaro, ….), diffusent, comme en 2005, une série de mensonges à propos du traité modificatif européen (Traité de Lisbonne) qu’ils veulent voir ratifié à tout prix. En voici 5, parmi d’autres :

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

26 Juin 2006

 

LE PROGRAMME DU PS POUR 2007 :

 

DOMINÉ PAR LE SOCIAL-LIBÉRALISME

 

Une lecture attentive de « Réussir le changement. Le projet socialiste pour la France » adopté par le Parti socialiste pour les échéances électorales de 2007 débouche sur un constat : ce programme est dominé par le social libéralisme. Il accompagne le modèle dominant. Il ne le change pas. Il l’ajuste. C’est un programme d’ajustement marginal d’un système politique, économique et social qu’on ne remet pas en cause.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : ,

28 Mar 2006

environnement1.jpgTrès souvent les écologistes, qu’ils soient organisés dans un parti politique ou non, sont convaincus que la survie des écosystèmes et des espèces végétales et animales comme la protection du cadre de vie transcendent le clivage gauche/droite.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : ,