07 Mar 2012

AFPS, mercredi 7 mars 2012

M. Sarkozy a promis mardi de lancer une ini­tiative de paix au Proche-​​Orient s’il est réélu. Pour l’Association France Palestine Soli­darité (AFPS), la recon­nais­sance immé­diate par la France de l’Etat pales­tinien et son admission à l’ONU en tant qu’Etat membre de plein droit consti­tuent actuel­lement les enjeux majeurs pour qu’advienne une paix juste et durable entre Israé­liens et Palestiniens.

« Le chemin que pré­conise M. Sarkozy ne peut aboutir. En effet, les para­mètres de la solution sont connus de tous : un Etat pales­tinien dans les fron­tières de 1967 avec Jérusalem-​​Est pour capitale, et non pas le lambeau d’Etat que désire l’actuel gou­ver­nement israélien » a déclaré Jean-​​Claude Lefort, pré­sident de l’AFPS. « Si les condi­tions sont actuel­lement réunies pour lancer une ini­tiative de paix au Proche-​​Orient, on se demande pourquoi le pré­sident Sarkozy doit attendre un nouveau quin­quennat pour mettre en œuvre une telle politique. »

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

16 Sep 2011

Ce jour-là, l’armée israélienne qui encerclait les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila dans Beyrouth, après avoir envahi le Liban – des camps où ne restaient que des civils depuis le départ des troupes de l’OLP, le 1 septembre – faisait entrer dans les camps des miliciens libanais des Phalanges chrétiennes.

Pendant plus de quarante-huit heures, assistés pendant la nuit par les fusées éclairantes tirées par l’armée israélienne, les miliciens armés et équipés par cette même armée, vont massacrer systématiquement environ 3.500 hommes, femmes, enfants, vieillards. Des snipers israéliens apporteront leur concours. Les corps d’une délégation de vieillards palestiniens, arborant un drapeau blanc, envoyés vers les chars israéliens qui encerclent les camps pour expliquer l’absence totale de soldats palestiniens seront retrouvés sans vie là où se trouvaient les chars…

Les auteurs de ce crime contre l’humanité et de ces violations graves des Conventions de Genève et leurs complices n’ont jamais fait l’objet des moindres poursuites. Comme d’habitude, les crimes majeurs commis par Israël ou sous son autorité bénéficient de la plus totale impunité.

Certains disent que le monde a changé le 11 septembre 2001, mais le 16 septembre 2011, 29 ans après les massacres de Sabra et Chatila, rien n’a changé pour les Palestiniens.

Raoul Marc Jennar

\\ Mots Clés : , , ,

21 Juin 2011

Compte-rendu du procès rédigé par le CAPJPO-EuroPalestine :

Vendredi 10 juin 2011.

Refusant de céder aux pressions gouvernementales, la procureure de la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris s’’en est remise à la sagesse des juges, dans le procès où Olivia Zémor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, était poursuivie pour avoir mis en ligne la vidéo d’’une action de boycott d’’Israël (BDS) conduite à Evry (Essonne) en juillet 2009. Le jugement sera rendu le 8 juillet prochain.

Comme on le sait, le réquisitoire du procureur, représentant de l’’accusation dans la salle, est un moment-clé de tout procès pénal. Dans la majorité des cas, le procureur, qui intervient vers la fin de l’’audience, s’’appuie en effet sur le dossier d’’accusation, et demande aux juges de prononcer une peine, plus ou moins importante.

Mais les procès intentés aux militants de la campagne Boycott Israël (à Perpignan, Pontoise, Mulhouse, Bobigny, etc.), alors que des appels à boycott de la Chine, du Mexique, du Canada ou encore de la Birmanie sont proposés sans problème à l’’opinion publique et aux consommateurs, n’’existent en France que par la seule volonté du lobby israélien et de son odieux chantage à l’’antisémitisme.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

10 Mar 2011
Depuis les  cellules de la prison, on peut entendre des voix parfois indignées qui parlent des droits de l’homme….Ces hommes politiques, ces gouvernements qui prétendent défendre les droits de l’homme et appliquer la justice savent-ils ce qui se passe dans les prisons de  l’occupation israélienne ? Savent-ils que plus de 8000 prisonniers sont victimes de mort lente ?

Parfois des voix s’élèvent lors de réunions au sommet, il arrive que quelqu’un parle des prisonniers politiques palestiniens mais on parle de nous comme des terroristes, des numéros sans visage alors que comme tous les êtres humains, nous sommes parfois faibles, parfois forts, nous aimons et nous détestons, nous rions, nous avons même des moments de joie ou nous pleurons aussi quand nous pensons à nos familles.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

07 Mar 2011

A l’initiative des Saxifrages

Conférence-débat de René BACKMAN (Le Nouvel Observateur)

René Backman, né en 1944, partage depuis 1966 l’aventure journalistique du Nouvel Observateur.

Il débute à la rubrique « Notre époque » qui va lui donner l’occasion d’observer les évènements de Mai 68. Il fut le seul journaliste à assister à la création du Mouvement du 22 mars. L’imposante chronique qu’il publie avec son confrère Lucien Rioux va apporter une analyse de qualité sur les évènements. La répression qui suit l’amène à publier avec Claude Angeli un recueil d’articles sous le titre Les Polices de la Nouvelle Société (Maspero, 1971).

Entre avril 1974 et mai 1975, il effectue de très longs séjours au Portugal qui vont lui permpettre de couvrir la Révolution des Oeillets. Ce qui marque un tournant dans sa carrière de journaliste puisqu’il va intégrer les pages internationales de l’hebdomadaire. On va le retrouver en Angola, au Mozambique, en Rodhésie, en Ouganda, à Cuba. Il ne se contente pas d’observer. Il s’implique. Il participe avec Rony Brauman de MSF dans des missions humanitaires en Ethiopie et en Ouganda.

L’été 1979, alors que le régime des Khmers rouges de Pol Pot vient à peine d’être renversé, il effectue une mission au Cambodge. A cette occasion, il ne cache pas son hostilité à l’égard des initiatives très connotées politiquement de Bernard Kouchner et de Bernard-Henri Levy.

Début des années 80, alors qu’Israël envahit le Liban, il est à Beyrouth quand surviennent les massacres de Sabra et Chatila. C’est un autre tournant dans sa carrière. Le conflit israélo-arabe et la question palestinienne occupent désormais une place centrale dans son activité journalistique. Ce qui ne l’empêche pas de suivre les autres dossiers brûlants de l’actualité internationale. Il couvre le conflit Iran-Irak et on le reverra à plusieurs reprises aux Philippines et au Cambodge notamment.

En 1996, il publie Les Médias et l’Humanitaire – Éthique de l’information ou charité spectacle.

En 2002, il devient responsable du service étranger du Nouvel Obs. En 2006, il publie chez Fayard Un mur en Palestine qui est réédité en édition de poche par Gallimard et est également publié aux Etats-Unis.

A l’opposé d’un journalisme qui se contente trop souvent du superficiel et de l’anecdotique, René Backman s’efforce d’aller au-delà des apparences, au-delà des émotions. Il enquête dans tous les camps, multiplie les sources, confronte les informations, enregistre les faits et en tire des analyses qu’il nous livre non pas dans le jargon prétentieux des experts, mais dans une langue accessible à tous.

Ce samedi 12 mars, en la salle polyvalente de Mosset, à 19h, René Backman nous dressera un panorama de ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée, alors que les uns après les autres, les peuples d’Afrique du Nord, du Proche et du Moyen Orient se soulèvent contre les despotes jusqu’ici protégés et armés par les Occidentaux, alors que le peuple palestinien continue d’être nié dans son existence et dans son droit à un Etat libre et viable.

Après la conférence et le débat, pour continuer à échanger, repas tiré du sac.

Contacts : Géraldine et Marion : 06 45 87 11 30 ; Raoul : 0643 97 15 73

\\ Mots Clés : , ,

22 Oct 2010

Chères amies, Chers amis,

Nous avons une deuxième très bonne nouvelle à vous annoncer (après la relaxe d’Alima et d’Omar jeudi dernier) : Les 9 militants espagnols qui passaient en procès lundi matin à Madrid pour avoir participé à une action de boycott d’Israël, ont été acquittés une demi-heure plus tard, le juge reconnaissant leur droit à la liberté d’expression.

Pour rappel, une soixantaine de militants espagnols du Réseau de Solidarité contre l’Occupation de la Palestine (RESCOP)* avaient manifesté le 24 juin dernier leur opposition à la tenue de conférences destinées à promouvoir les investissements d’entreprises espagnoles en Israël. Comme seulement neuf d’entre eux ont été inculpés, tous les autres participants, ainsi que plusieurs dizaines d’autres Espagnols, soit un total de 117 personnes ont demandé formellement à être co-inculpées. Une telle mobilisation à entraîné cette victoire éclatante. Elle nous encourage à poursuivre sur cette voie, celle du refus de l’intimidation et du « Moi aussi, je boycotte ».

PROCES BDS EN FRANCE

Le prochain procès BDS qui est annoncé en France est celui de nos camarades de Mulhouse, le 29 novembre prochain.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

16 Juin 2010

Par Stéphane Hessel,

survivant de l’Holocauste, militant des droits de l’Homme, diplomate

15 juin 2010, traduit de The Huffington Post

L’attaque illégale et immorale d’Israël contre le convoi d’aide humanitaire de la Flottille de la Liberté, qui a fait au moins neuf morts et des dizaines de blessés, a, à juste titre, stupéfié le monde. Le convoi entièrement civil de 6 bateaux transportait plus de 10 000 tonnes d’aide humanitaire cruellement nécessaire, et près de 700 citoyens de 40 pays. La Flottille était une tentative ambitieuse de briser le siège imposé par Israël depuis 2007 à 1,5 million de Palestiniens de la bande de Gaza occupée. Avec à son bord d’éminents parlementaires, chefs religieux, écrivains, journalistes, un Prix Nobel de la Paix et un survivant de l’Holocauste, le convoi humanitaire visait non seulement à fournir des secours à Gaza ; il cherchait à attirer l’attention internationale sur la crise humanitaire imposée aux habitants de Gaza et sur l’impératif d’y mettre fin. Il est indéniable que ce dernier objectif a réussi, mais avec des conséquences tragiques.

L’attaque israélienne contre le convoi d’aide non armé dans les eaux internationales a été « une violation [flagrante] du droit international humanitaire, du droit international maritime, et [selon la plupart des interprétations] du droit pénal international », pour reprendre les mots de Richard Falk, professeur de droit international et rapporteur spécial des Nations Unies sur les Droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés. Il est triste de constater que les gouvernements du monde sont devenus depuis trop longtemps complices ou apathiques envers les crimes d’Israël et ont renforcé sa culture de l’impunité, sous le bouclier de soutien incontestable des États-Unis. Malgré sa condamnation initiale, le gouvernement des Etats-Unis a fait pression sur les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, à nouveau, pour adopter un langage ambigu qui allège Israël de toute responsabilité et renvoie dos à dos l’agresseur et la victime.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,