16 Jan 2015

Voici la contribution écrite par Jean-Luc Mélenchon sur le « Droit au blasphème » dans le « Dictionnaire de la laïcité » publié chez Armand Collin. Il rappelle qu’en République, le blasphème n’existe pas.

Un blasphème est un discours jugé insultant à l’égard de ce qui est vénéré par les religions ou de ce qu’elles considèrent comme sacré. Mais « le blasphème n’est scandaleux qu’aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée » a dit Pierre Bayle au XVIIème siècle. Aucune loi n’institue un espace sacré dont le contenu serait placé hors du champ de la loi librement débattue. Il n’y a donc pas de blasphème « objectif ». La notion de blasphème étant strictement religieuse, il existe du point de vue d’une société laïque une liberté de pensée et d’expression qui ne reconnait pas la limite de l’espace imaginaire déclaré comme sacré par les religions. Il n’y a donc pas de droit au blasphème puisque le blasphème n’a aucune réalité ni dans l’ordre de faits observables ni dans l’ordre juridique. Le « droit au blasphème » est donc aussi total que celui d’injurier le Père Noël.

Pourtant, les religions monothéistes ont réussi à imposer la condamnation du blasphème comme une norme. On trouve la condamnation à mort du blasphème dans les textes fondamentaux du Judaïsme, Christianisme et Islam.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , ,

17 Fév 2010

 

Par Isabelle Stengers et Philippe Pignarre

(tribune à paraître sous peu)

Comment désormais croiser une femme portant le foulard, ou même dissimulant son visage sur quelque mode que ce soit, sans se demander : a-t-elle encore le droit d’avoir des idées politiques ? Si sa candidature à une élection pose problème, ne sera-t-elle pas, demain, privée du droit de vote ?

La nécessité de faire attention aux conséquences des propos que l’on tient n’est évidemment pas ce qui est le mieux partagé. Quelles sont les conséquences de ce rejet hors de la sphère politique des femmes portant le foulard ? Comment ne pas trembler en entendant les appels à « éradiquer » le voile (le mot est de Fadela Amara) qui ont suivi l’annonce qu’une candidate du NPA en portait un. De Nadine Morano à Jean-Luc Mélenchon, il semble bien y avoir unanimité dans l’excommunication : aurait-on enfin trouvé à cette occasion ce qui définit l’« identité nationale » ? Que ce soit une candidate du NPA est bien sûr ce qui permet de se déchaîner. N’y aurait-il pas là trahison à l’encontre des mouvements de libération et d’émancipation dont ce parti se doit d’être solidaire ?

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , ,

09 Fév 2010

Par Edwy Plenel, sur Mediapart

07 Février 2010

Diversion politique et sociale, mélange de fantasme et d’ignorance, les polémiques sur le voile musulman sont de retour. C’est dans ce contexte que je republie sur ce blog deux contributions parues ailleurs, l’une récemment, l’autre en 2005. La première est une tribune demandée par l’hebdomadaire Marianne et publiée dans son numéro du 30 janvier dernier, dans le cadre d’un dossier sur le projet de loi contre le voile intégral. Elle s’appuie notamment sur l’exceptionnel avis de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, bizarrement totalement ignoré dans l’actuel débat public et que Mediapart a évidemment reproduit in extenso. [ainsi que je l’ai fait sur mon propre blogue, le 3 février, rmj ]. Voici donc cette tribune sans modification, titre compris. Suivra un article paru dans Le Monde en août 2005, dans le cadre d’une série historique sur l’année 1905 où je rappelais le texte et le contexte de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.

Voile intégral: une loi contre la laïcité

Dans la baie de New York, la Statue de Liberté est un cadeau de la France républicaine à la nation américaine. Le cadeau d’un vieux pays qui, pour bien des peuples, incarnait alors la jeunesse du monde pour avoir inventé cette révolution des droits naturels que l’on nomme droits de l’homme et que résume le triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité ». C’était à la fin du dix-neuvième siècle, nous voici parvenu au début du vingt-et-unième, et, hélas, la France ne s’exporte plus de la même façon, généreuse et bravache, ouverte et émancipatrice.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,

08 Fév 2010

1/ En même temps que le gouvernement approfondit sa politique antisociale, multiplie les expulsions de sans papiers, le pouvoir cible le NPA dans le cadre du débat sur l’identité nationale.

Le NPA est confronté à une campagne médiatico-politique autour d’une de ses 2000 candidat-e-s aux régionales, Ilham Moussaïd, qui porte un foulard, quatrième de la liste NPA – Alternatifs du Vaucluse (PACA) dont la tête de liste départementale est Jacques Hauyé.

Contrairement à ce que certains ont laissé entendre, il ne s’agit en rien d’un « coup politique et médiatique » orchestré par la direction du NPA mais bien une décision prise dans le Vaucluse. Une minorité de membres du NPA de ce département s’y est opposée. La décision prise par les camarades du Vaucluse ne peut faire office de position pour l’ensemble du NPA, puisqu’il n’a pu en discuter avant à quelque niveau que ce soit.

2/ Notre camarade Ilham Moussaïd est membre du NPA et, à ce titre, peut postuler à la candidature au même titre que les autres membres de notre parti. Une majorité de camarades du Vaucluse a décidé d’acter cette candidature. Quoi que l’on pense de cette décision, celle-ci est statutaire. Nous assurons la liste NPA-Alternatifs, l’ensemble des ses candidates et candidats, de notre solidarité dans ce moment difficile.

3/ Ilham porte un foulard (et pas une burqa comme on a pu l’entendre ou le lire). Elle n’y voit pas de contradiction avec les principes fondateurs dont la dimension féministe et laïque constitue une des clés de voûte et affirme son attachement à ces valeurs ainsi qu’à l’ensemble des principes fondateurs du NPA.

Le foulard est non seulement un symbole religieux visible, mais il est également un instrument de soumission des femmes utilisé sous diverses formes et à diverses époques par les trois monothéismes même si Ilham ne le vit pas comme tel et elle n’est pas la seule dans la société.

4/ L’annonce de la candidature d’Ilham Moussaïd a suscité de nombreuses réactions. Toutes ne sont pas de la même nature. Les critiques et désaccords formulés, à l’intérieur du NPA ou par des mouvements ou des militante-s du mouvement social et du mouvement féministe sont autant d’arguments qui alimentent la discussion et le débat va continuer.

En revanche, nous dénonçons le flot haineux et hypocrite provenant de l’extrême droite, de l’UMP, ou du PS voire du PG et du PCF. On les entend moins quand le Président de la République se jette dans les bras du pape, se signe de la croix en public en voyage officiel, ou quand Boutin brandit la Bible à l’Assemblée. Les partis institutionnels financent par millions les lycées privés confessionnels, notamment catholiques. Quant au PCF, il ferait mieux d’être plus prudent, lui qui, aux côtés du PS, a accepté sur ses listes une candidate qui portait le foulard pendant la campagne et continue de le porter au sein du conseil municipal d’Echirolles (38) où elle siège.

5/ Au sein du NPA, le CE confirme que le débat sur « religion et émancipations », prévu avant cette campagne politico médiatique, aura lieu. Le débat interne qui nous traverse est un débat public. La décision prise dans le Vaucluse ne crée aucune « jurisprudence » en la matière. Le congrès du NPA est souverain.

6/ L’heure est d’abord et avant tout à la campagne derrière les listes que nous présentons ou soutenons, une campagne pour faire entendre notre véritable spécificité, celle d’une gauche anticapitaliste, antiraciste, écologiste, internationaliste, féministe, qui a toujours été solidaire des femmes qui résistent à ceux qui veulent leur imposer le voile.

Adopté à l’unanimité des présent-e-s, moins une abstention, le 8 février 2010

\\ Mots Clés : , , ,

29 Jan 2009

par Nadine Rosa-Rosso

(nadinerr@gmail.com)

Intervention au Forum international de Beyrouth pour la résistance, l’anti-impérialisme, la solidarité des peuples et les alternatives, le 17 janvier 2009

La question clé de ce forum est celle de l’appui aux résistances à l’impérialisme, partout dans le monde. En tant que militante communiste belge indépendante, je voudrais aborder uniquement le problème de la gauche européenne sur cette question.

Les manifestations massives dans les capitales et les grandes villes européennes pour soutenir le peuple de Gaza viennent de mettre encore une fois en évidence le problème central : la toute grande majorité de la gauche, y compris les communistes, accepte de soutenir le peuple de Gaza face à l’agression israélienne mais refuse de soutenir ses expressions politiques, comme le Hamas en Palestine ou le Hezbollah au Liban. Non seulement la gauche ne les soutient pas, mais elle les dénonce et les combat. Son soutien au peuple de Gaza se situe sur le plan humanitaire et non sur le plan politique.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , ,