16 Sep 2011

Ce jour-là, l’armée israélienne qui encerclait les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila dans Beyrouth, après avoir envahi le Liban – des camps où ne restaient que des civils depuis le départ des troupes de l’OLP, le 1 septembre – faisait entrer dans les camps des miliciens libanais des Phalanges chrétiennes.

Pendant plus de quarante-huit heures, assistés pendant la nuit par les fusées éclairantes tirées par l’armée israélienne, les miliciens armés et équipés par cette même armée, vont massacrer systématiquement environ 3.500 hommes, femmes, enfants, vieillards. Des snipers israéliens apporteront leur concours. Les corps d’une délégation de vieillards palestiniens, arborant un drapeau blanc, envoyés vers les chars israéliens qui encerclent les camps pour expliquer l’absence totale de soldats palestiniens seront retrouvés sans vie là où se trouvaient les chars…

Les auteurs de ce crime contre l’humanité et de ces violations graves des Conventions de Genève et leurs complices n’ont jamais fait l’objet des moindres poursuites. Comme d’habitude, les crimes majeurs commis par Israël ou sous son autorité bénéficient de la plus totale impunité.

Certains disent que le monde a changé le 11 septembre 2001, mais le 16 septembre 2011, 29 ans après les massacres de Sabra et Chatila, rien n’a changé pour les Palestiniens.

Raoul Marc Jennar

\\ Mots Clés : , , ,

11 Mai 2007

 

Je remercie les organisateurs de cette rencontre de m’y avoir associé. C’est avec une émotion certaine que je m’exprime dans ce lieu de culture et d’échanges qui fut, il y a dix mois, la cible des bombes israéliennes et qui a été, signe du dynamisme du peuple libanais, remarquablement reconstruit en si peu de temps.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , , , , , , , , , , , ,