26 Nov 2010

Suite à l’assassinat du Premier ministre du Liban Rafic Hariri, en 2005, sous la pression de Jacques Chirac et de Georges W. Bush, le Conseil de Sécurité de l’ONU a créé un « tribunal spécial pour le Liban (TSL). »

Grande première : alors que le recours à des tribunaux pénaux internationaux était jusque-là réservé aux trois grands crimes majeurs (crime de guerre, crime contre l’humanité, génocide), pour la première fois, une juridiction pénale internationale est mise en place pour un assassinat politique. Un signe supplémentaire de l’instrumentalisation de l’ONU et du droit à des fins partisanes. Pourquoi pas un tribunal pénal international pour l’assassinat de Patrice Lumumba, celui de Ben Barka, celui d’Amilcar Cabral, trois cas dans lequel l’implication d’une puissance é trangère était patente ? Sans même citer tous les autres assassinats politiques qui, hélas, n’ont pas manqué depuis la création de l’ONU. Jamais non plus n’a été ne fut-ce qu’envisagée la création d’un tribunal pénal international pour juger la politique israélienne systématique d’assassinats ciblés à l’étranger.

Lire la suite »

\\ Mots Clés : , , , ,